Si Dieu est avec nous – Soyons aussi avec Lui

  • Super User
  • mardi, 10 octobre 2017
Fichier
0.0/5 Note (0 votes)

Mes bien-aimés frères et sœurs, je voudrais vous saluer par cette pensée de l’Esprit qui m’est venue et au sujet de laquelle j’ai décidé de vous exhorter : Si Dieu est avec nous, soyons aussi avec Lui. Car Dieu peut être avec nous sans que nous ne soyons avec Lui. Déjà, Jésus avait exprimé cette promesse dans le livre de Matthieu au chapitre 28 : Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, 20  et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. N’est-ce pas par-là que nous percevons très clairement la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ ? Car, à moins qu’Il ne soit Dieu, comment ferait-Il pour être avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ? Le même Seigneur nous a aussi dit qu’Il ne nous laisserait pas orphelins, mais qu’Il nous enverrait le Consolateur qui sera avec nous tous les jours : Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. 18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. (Jean 14 :16-18)

Le Consolateur est effectivement venu, l’Esprit saint, l’Esprit de vérité qui nous conduit dans toute la vérité. Et le Seigneur Jésus ne nous a jamais menti – Il est effectivement avec nous. En  réalité, Il est avec nous et en nous. Mais ce que les croyants ne savent pas, c’est que Dieu peut être avec nous sans que nous ne soyons avec Lui. La Bible dit que Dieu est fidèle, ce qui veut dire qu’Il tient sa Parole et sa promesse. (Deut 7 :9 ; 1 Cor 1 :9) Dieu ne change pas. Ce qu’Il a fait hier, Il le fait encore aujourd’hui. Depuis quelques années, je suis entré dans le sujet très important de la FOI et par la grâce de Dieu, je ne cesse d’explorer par l’Esprit les profondeurs de ce mystère. J’avais d’abord prié le Seigneur de me révéler le mystère de la foi ; et c’est en exhaussement à ma prière que cet enseignement profond sur la foi a commencé à me parvenir.

Aujourd’hui, beaucoup de croyants s’interrogent sur la pauvreté et la misère de l’Eglise, mais à la base, il y a un manque de foi. C’est pour cette raison que le peuple de Dieu doit beaucoup prier pour avoir la FOI – celle que Dieu demande et qui n’a rien à voir avec nous propres imaginations. Car souvent, nous prenons nos imaginations pour la foi.  Je remercie le Seigneur pour cette grâce qu’Il m’a faite d’entrée dans cette démarche spirituelle.

Mes bien-aimés, considérons déjà cette déclaration du Seigneur Jésus à ses disciples : (Jean 14:19)  Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi.

Vous voyez que dans cette Parole, le Seigneur informe ses disciples que le monde ne le verrait plus à sa résurrection des morts, mais que les frères le verraient parce qu’Il est vivant. Mais de quoi s’agit-il ? Si le Seigneur est vivant, c’est qu’Il est parmi nous – Il est au milieu de nous. Il se tient dans nos rassemblements et dans son œuvre. Si le Seigneur est avec nous et qu’Il est vivant, c’est qu’Il se manifeste dans Son peuple. Le monde ne peut plus Le voir dans cette dimension, sauf ses disciples. Mais d’où vient-il que même les disciples de Christ ne le voient plus ? En effet, aujourd’hui, la plupart des chrétiens sont placés dans la condition des gens du monde qui ne voient pas Jésus. Or, tant que les chrétiens n’ont pas vu Jésus, ils ne peuvent Le montrer au monde. Mais comment pouvons-nous voir Jésus : C’est par la FOI. Oui ! Les disciples de Christ sont appelés à Le voir par la FOI. Car un chrétien qui n’a pas la foi que le Seigneur demande ne peut Le voir. Christ est là au milieu de son peuple, mais Son peuple ne peut Le voir par manque de Foi.  

Jésus dit aux disciples : (Jean 16:16)  Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père. Là-dessus, quelques-uns de ses disciples dirent entre eux : Que signifie ce qu’il nous dit : Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez ? Et : Parce que je vais au Père ?

Dans ces paroles, le Seigneur préparait les disciples à comprendre qu’Il allait entrer dans une dimension spirituelle où il faudrait une autre faculté spirituelle pour le voir : la FOI. Mes chers frères et sœurs, la FOI est un mystère. Priez, jeûnez, insistez, demandez à Dieu de vous donner la foi qu’Il exige aujourd’hui. Car le Message doit produire une Foi dans notre vie pour achever l’œuvre de Dieu sur la terre. Il nous faut une certaine foi pour faire tomber les puissances qui s’opposent à l’établissement du Royaume de Dieu sur la terre. Ce n’est pas un jeu, mais la réalité de la vie chrétienne d’aujourd’hui. Dieu est avec nous, mais nous ne pouvons pas être avec Lui si nous n’avons pas de foi – la foi qu’Il réclame. Observez la conversation qu’il y a eu entre Gédéon et l’ange de l’Eternel :

12  L’ange de l’Eternel lui apparut, et lui dit : L’Eternel est avec toi, vaillant héros ! 13  Gédéon lui dit : Ah ! mon seigneur, si l’Eternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées ? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils disent : L’Eternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d’Egypte ? Maintenant l’Eternel nous abandonne, et il nous livre entre les mains de Madian ! 14  L’Eternel se tourna vers lui, et dit: Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian ; n’est-ce pas moi qui t’envoie ? (Juges 6 :12-14)

Vous voyez que dès que l’ange du Seigneur apparait à Gédéon, Il lui donne l’information que Dieu est avec lui. Mais Gédéon ne croit pas à cause de la misère que son peuple souffre. Mais était-ce la faute à Dieu ? Non mes frères ! Dieu est avec Israël – Il ne l’avait pas abandonné, mais c’est Israël qui n’était pas avec Dieu ! Dieu était apparu à Gédéon parce qu’il avait de bonnes pensées dans son cœur pour son peuple. Il cherchait certainement une solution qu’il ne trouvait pas. Alors il dit : Si Dieu est avec nous, pourquoi ces malheurs ? Pourquoi cette misère ? Pourquoi ces souffrances ? Mes bien-aimés, il ne suffit pas que Dieu soit avec nous, mais nous aussi, nous devons être avec Lui ; et c’est par la Foi. La foi manque à notre génération parce qu’elle est séduite par le monde et par le péché. Notre génération a abandonné la faculté spirituelle la plus importante, la plus indispensable et la plus PUISSANTE de la vie : LA FOI. Maintenant elle est coincée et n’a plus le choix. L’Eglise n’a plus le choix, il lui faut la foi.

Les frères du Message pensaient que Dieu allait les surprendre avec un miracle, une action qui surgirait de nulle part pour délivrer l’Eglise. Mais où avez-vous vu cela ? C’est la Parole de Dieu qui doit s’accomplir – pas ce qui n’est pas écrit. Chacun de nous est appelé à rechercher et à posséder la foi que Dieu exige maintenant pour entrer dans toutes les promesses. Quant à Dieu, je peux vous assurer qu’Il est avec nous. Il nous a déjà ouvert la Porte – Il a déjà tout donné, mais il nous faut la foi que la situation exige. Dans le cas de Gédéon, vous avez vu que le Seigneur l’avait placé dans une démarche. Il lui a dit : va avec la force que tu as et délivre Israël de la main de Madian. Par-là, nous comprenons que Gédéon avait déjà dans son cœur de faire quelque chose pour libérer Israël. Mais il n’avait pas les moyens. Mais le Seigneur va lui demander d’avoir la foi en Lui :

15  Gédéon lui dit : Ah ! mon seigneur, avec quoi délivrerai-je Israël ? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père. 16  L’Eternel lui dit : Mais je serai avec toi, et tu battras Madian comme un seul homme. Comme à son habitude, le Seigneur informe Gédéon qu’Il sera avec lui, mais il appartenait aussi à Gédéon d’être avec Dieu pour que la guerre soit gagnée. Dans la suite de la démarche, Dieu va demander à Gédéon de mettre en place une armée. Après avoir appelé des milliers, ce fut trois cents personnes que le Seigneur garda à la fin pour la libération d’Israël. La démarche de Dieu fut celle de la Foi. En effet, Gédéon ne devrait pas compter sur ses frères, mais sur le Seigneur qui lui était apparu. Si Dieu est avec nous, nous devons aussi être avec Lui par la foi – une foi avec les œuvres. Ici, il ne s’agit pas d’imaginer que Dieu est avec nous. Il ne s’agit pas de penser que Dieu est avec nous. Car Dieu a toujours été avec nous. Mais il s’agit plutôt pour nous de savoir si nous avons suffisamment de Foi pour être avec Dieu. Nous ne devons pas imaginer que nous sommes avec Dieu ou penser que nous sommes avec Lui, mais nous devons être sûrs que nous sommes effectivement avec Lui et notre Foi doit le démontrer. Car souvent, nos œuvres trahissent nos pensées.

En effet, tant que notre combat est juste, Dieu est avec nous. Mais nous devons savoir que nous avons besoin de beaucoup de courage et de persévérance pour être avec Lui, car Dieu éprouve ceux qui sont avec Lui pour être vraiment sûr qu’ils sont avec Lui. Le courage est une vertu de la foi, de même que la persévérance et l’amour. Gédéon fut éprouvé avec toutes les recrues qui étaient avec lui. C’est au  bout de l’épreuve que le Seigneur les employa pour le combat final.

Il y a souvent des chrétiens qui se découragent quand Dieu les éprouve et ils se demandent pourquoi Il n’agit pas comme ils auraient voulu. Nous avons souvent ces pensées parce que nous ne comprenons pas encore que c’est notre foi qui agit. Au commencement, quand notre foi n’est pas encore mûre, elle s’explique difficilement certaines situations. Mais en grandissant, on doit comprendre que c’est notre foi qui agit. C’est elle qui détermine TOUT dans notre vie chrétienne et dans la vie de l’Eglise. Il n’existe aucun autre lien entre Dieu et les hommes si ce n’est le lien de la FOI. C’est la foi qui nous fait vivre dans la sainteté. C’est elle qui établit la crainte de Dieu dans notre cœur. Celui qui a la foi marche dans la Justice de Dieu et craint d’offenser son prochain. C’est par notre foi que nous triomphons du monde et de ses œuvres.

Lorsque Jésus a dit que tout est possible à celui qui croit, on a souvent regardé uniquement du côté de la guérison divine, mais le mystère est plus profond que cela : (Marc 9:23)  Jésus lui dit : Si tu peux ! Tout est possible à celui qui croit. Tout est effectivement possible à celui qui croit parce que celui-là est avec Dieu. Dieu a toutes les preuves qu’il est effectivement avec Lui. Ce qui est impossible aux hommes est possible à celui qui se tient avec Dieu dans la foi.

Mes chers amis, ce que je veux vous dire, c’est que lorsque Dieu nous fait la grâce d’être avec nous, faisons tous nos efforts pour être aussi avec Lui, afin que son action soit effective dans notre vie. Le roi Joas reçut une grâce de Dieu, dont il ne profita pas pleinement.

 Elisée était atteint de la maladie dont il mourut ; et Joas, roi d’Israël, descendit vers lui, pleura sur son visage, et dit : Mon père ! mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie ! 15  Elisée lui dit : Prends un arc et des flèches. Et il prit un arc et des flèches. 16  Puis Elisée dit au roi d’Israël : Bande l’arc avec ta main. Et quand il l’eut bandé de sa main, Elisée mit ses mains sur les mains du roi, 17  et il dit : Ouvre la fenêtre à l’orient. Et il l’ouvrit. Elisée dit: Tire. Et il tira. Elisée dit: C’est une flèche de délivrance de la part de l’Eternel, une flèche de délivrance contre les Syriens ; tu battras les Syriens à Aphek jusqu’à leur extermination. 18  Elisée dit encore : Prends les flèches. Et il les prit. Elisée dit au roi d’Israël : Frappe contre terre. Et il frappa trois fois, et s’arrêta. 19  L’homme de Dieu s’irrita contre lui, et dit : Il fallait frapper cinq ou six fois ; alors tu aurais battu les Syriens jusqu’à leur extermination ; maintenant tu les battras trois fois(2 Rois 13 :14-19)

Cette histoire illustre bien ce que nous disons. Joas n’était pas dans la pensée du prophète, ni dans celle de Dieu, alors il ne fut pas assez courageux pour en finir avec ses ennemis dont le sort se jouait dans la prophétie qu’Elisée était en train de lui donner. Il devrait réaliser en ce moment-là qu’il était en train d’accomplir une prophétie en sa faveur. Mais il n’avait pas réalisé la porte ouverte – la grâce que Dieu lui avait faite. Il lui fallait aussi le discernement pour frapper cinq ou six fois. Mais sa force n’avait frappé que trois fois. Est-ce que Joas avait-il réalisé que chaque coup donné à terre était une défaite de son ennemi ? Je ne sais,  mais si c’était le cas, il aurait fallu qu’il frappe autant de coup jusqu’à ce que le prophète lui dise d’arrêter parce qu’il s’agissait de frapper jusqu’à l’exterminationCar la  porte ouverte – l’occasion donnée était pour l’extermination des syriens, mais Joas avait choisi de les battre trois fois. Ce fut la décision de sa foi, pas celle de Dieu. Si Joas était entré dans la pensée de Dieu et du prophète, il aurait compris les choses autrement. C’est pour cela qu’il est très important pour nous de voir Dieu avec notre FOI.  

Nous pouvons aussi considérer ce qui arriva à Josué pendant la guerre de libération de Canaan.  (Josué 1 :1-9).

Après la mort de Moïse, serviteur de l’Eternel, l’Eternel dit à Josué, fils de Nun, serviteur de Moïse: 2  Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, lève-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël. 3 Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, comme je l’ai dit à Moïse.

Dieu avait assuré à Josué et aux enfants d’Israël, sa fidélité et sa présence parmi eux. Il était avec eux, mais il appartenait aux enfants d’Israël d’être avec Lui dans la guerre de libération ; ce qui leur manqua. Or Le Seigneur leur avait dit que tout lieu que foulerait la plante de leurs pieds était à eux. Mais aussi tout lieu que foulait la plante de leurs pieds était occupé par des peuples ennemis. Aucun territoire n’était vide. 4  Vous aurez pour territoire depuis le désert et le Liban jusqu’au grand fleuve, le fleuve de l’Euphrate, tout le pays des Héthiens, et jusqu’à la grande mer vers le soleil couchant. Toutes les terres promises aux enfants d’Israël étaient occupées. Mes bien-aimés, il n’existe pas meilleure image pour parler de la foi que la guerre de libération de Canaan.  5  Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme j’ai été avec Moïse ; je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point. 6  Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner. 7  Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidèlement selon toute la loi que Moïse, mon serviteur, t’a prescrite ; ne t’en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir dans tout ce que tu entreprendras.

Josué a combattu avec le peuple et Dieu fut avec eux comme Il l’avait promis, mais c’est le peuple qui par manque de foi ne fut pas toujours avec Dieu. Nous nous souvenons de la manière dont Jéricho tomba dans les mains d’Israël. Plusieurs rois furent vaincus par Josué et les troupes parce que Dieu était avec eux. Mes chers amis, tant que nous sommes avec Dieu, nous avons la victoire sur nos ennemis. Mais si nous manquons d’être avec Dieu parce que notre foi a défailli, nous perdons le combat. Tout cela fut révélé pendant la guerre de libération. Malgré toutes les assurances que Dieu avait données aux enfants d’Israël, ils laissèrent en vie, plusieurs ennemis autour d’eux – des ennemis qu’ils devraient exterminer, mais qu’ils ne purent vaincre. Dieu voulait qu’ils les exterminent, mais leur foi en avait décidé AUTREMENT. Je vous donnerai un exemple.

Les chars de fer

L’Eternel fut avec Juda ; et Juda se rendit maître de la montagne, mais il ne put chasser les habitants de la plaine, parce qu’ils avaient des chars de fer. (Juges 1 :19)

Vous voyez que le Seigneur était avec les gens de Juda, comme Il l’avait promis à Moïse et à Josué. C’est justement parce que Dieu était avec eux qu’ils purent se rendre maître de la montagne, mais ils ne purent chasser des habitants de la plaine parce qu’ils avaient des chars de fer. Les chars de fer avaient eu raison de la foi de Juda. L’armement de l’ennemi avait eu raison de la foi de Juda ! C’est un enseignement important mes frères et sœurs. Dieu était avec Juda, certes ! Mais est-ce que Juda était avec Dieu ? La peur des chars de fer avait fait reculer Juda, comme Goliath avait fait reculer l’armée d’Israël pendant quarante jours. Dieu était avec Juda pendant le combat sur la montagne. Il était aussi avec lui dans le combat contre les habitants de la plaine, seulement qu’ils étaient plus armés que ceux de la montagne. Mais la foi ne regarde pas l’armement de l’ennemi, ni sa force. La foi est avec Dieu pour agir dans le courage et la persévérance. Dieu avait dit à Josué : 9  Ne t’ai-je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.

En effet, ceux qui sont avec Dieu par la foi doivent se fortifier et prendre courage parce que les ennemis de Dieu ne sont pas faciles à combattre. Le combat spirituel est éprouvant et nécessite de la persévérance. C’est le combat de la foi. Alors nous devons prendre courage et ne pas baisser les bras. Mais la peur fait que beaucoup baissent les bras et se découragent.  Quel est ton char de fer ? Christ est avec nous, pour briser les chars de fer. Aucun armement de Satan ne peut résister à celui qui a la foi. Il faut seulement que notre combat soit juste et utile pour le plan de Dieu. Quel est ton char de fer – l’armement de Satan et des démons qui te fait trembler ? Apporte cela devant le Seigneur dans la foi et dans la prière. Nul ne tiendra devant toi tant que tu vivras ! C’est la parole que Dieu adresse à tous ceux devant lesquels Il a ouvert la porte de Canaan aujourd’hui. Notre Canaan, c’est le Message du Temps de la Fin, c’est là que nous entrons dans toutes les promesses que Dieu nous a faites dans notre génération. Et le Cri de Minuit est une porte ouverte pour nous ! Le Seigneur est avec nous – Il nous l’a dit, Soyons aussi avec Lui par la foi afin que toute sa parole soit accomplie pour nous.  

Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. 9  Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. (1 Pier 5 :8-9)

Mes bien-aimés, notre ennemi, Satan, est sorti avec ses chars de fer – sa dernière armée, pour faire barrage à la parole révélée que nous avons reçue dans notre génération. Satan est sorti avec ses Goliath, ses grands chefs démoniaques pour empêcher l’éclosion de la Vérité que nous avons reçue parce que si cette vérité éclate, Elle mettra en péril son royaume qui est déjà en ballotage. C’est dans son camp que se trouve la terreur maintenant, mais il y a encore des croyants qui ne comprennent pas et qui ont toujours peur. Mais Dieu est avec nous – Dieu est avec son peuple saint. Quoi qu’il advienne, demeurons dans son amour. Il est vrai que le diable est sorti avec tout ce qu’il a pour se jeter dans la bataille, mais il emploi ses dernières forces. Nous devons lui résister avec une foi ferme, car c’est la foi ferme qui ébranle l’ennemi. Une foi ferme, c’est une confiance totale en Dieu. Une foi ferme, c’est une foi qui s’approprie l’Autorité que les disciples ont reçu du Seigneur Jésus pour menacer Satan et les démons. Une foi ferme, c’est une foi qui se défend et qui attaque son ennemi. Une foi ferme, c’est une foi qui connaît aussi ses droits et sa position vis-à-vis de l’ennemi !

Une foi ferme, c’est une foi qui rend gloire à Dieu en toutes circonstances – elle ne se laisse pas perturber par des sujets qu’elle ne comprend pas. Elle loue le Seigneur pour les épreuves et en tire des leçons pour s’affermir davantage. C’est cette foi qui comprend que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu et qui sont appelés selon son dessein bienveillant. (Rom 8 :28) Pour ceux qui aiment Dieu, il n’y a pas de défaites parce que  rien n’est perdu, mais tout est gagné ! La foi ferme ne murmure pas. Elle ne s’irrite pas, mais s’approprie toute la parole de Dieu et se met sur au front pour se battreLa foi ferme ne craint rien – pas même le pire, ni le désastre parce qu’elle est prête à tout supporter, et dans n’importe quelle circonstance. La foi ferme ébranle le diable et le met en fuite.

Mes chers frères et sœurs, la foi n’est pas une imagination, ni une illusion, mais une réalité vivante qu’on peut toucher et expliquer. Il est temps pour nous de manifester la véritable foi que le Message est venu nous communiquer. Nous ne pouvons pas nous contenter d’avoir des rêves et des promesses, mais on doit bien les posséder. Les montagnes qui sont devant nous doivent effectivement faire mouvement parce qu’on l’a ordonné. Notre foi doit être éprouvée jusqu’à ce qu’elle soit agréée de Dieu comme étant une foi parfaite. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous sommes éprouvés par diverses situations ; Dieu voulant nous affermir et nous rendre inébranlables.

C’est l’esprit qui a la foi

Mes bien-aimés, permettez-moi de vous dire que c’est notre esprit qui a la foi. La chair ne peut pas avoir la foi. La chair a peur – elle tremble et a des craintes, mais notre esprit s’il est affermi, a la foi. Souvent, les chrétiens ne font pas la différence entre leur esprit et leur chair, au point qu’ils confondent leurs différents sentiments. Mais, il est très important que la différence soit clairement établie par chacun de nous. L’esprit est différent de la chair. Le Seigneur l’avait déjà dit aux disciples : Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. (Matthieu 26:41) lorsqu’il s’agit du sujet de la foi, nous devons savoir que c’est l’esprit de l’homme qui croit, car la foi est une faculté de l’esprit.  La foi est l’affirmation de notre esprit qui a renouvelé sa communion avec Dieu par la nouvelle naissance. (Tite 3 :5 ; Jean 3 :5) C’est un mystère. Notre niveau de foi est donc proportionnel à la croissance de notre esprit dans la connaissance de la parole de Dieu et des choses spirituelles. Et c’est l’Esprit de Dieu en nous qui est venu aider notre esprit à comprendre et accepter la parole de Dieu pour dominer la chair.

Jésus a exhorté ses disciples à beaucoup prier parce que la chair de l’homme est faible, quand bien même son esprit est bien disposé. Aucune chair ne peut être forte parce que la chair est du domaine de la poussière. C’est l’esprit qui vient de Dieu qui peut être fort et soumettre la chair à la puissance de Dieu.  Donc il est hors de question qu’on entretienne la chair plus que l’esprit et qu’on s’attende à avoir une foi puissante. Ce n’est pas possible. Car la Foi est la raison de l’esprit. Celui qui n’a pas la foi n’a pas de raison, c’est-à-dire qu’il ne peut pas avoir d’intelligence et de la sagesse en Dieu. Plus notre esprit s’accorde avec Dieu en nous, plus il a de la connaissance et de la sagesse. Or un esprit qui a de la connaissance et de la sagesse en Dieu est fort et peut manifester une grande foi.

La foi exprime la volonté de l’esprit qui est aussi la volonté de Dieu. Généralement, les chrétiens attendent   un événement particulier dans leur vie pour faire appel à leur foi, mais nous devons comprendre que la foi s’exprime tous les jours. Ce n’est pas le jour où nous avons jeûné et prié que nous devons avoir la foi. Ce n’est pas à l’occasion d’une épreuve qu’on doit manifester notre foi. La foi pour nous ne doit pas être tributaire des événements ou des épreuves, sinon, Dieu est obligé de nous en créer beaucoup pour nous affermir. Ce n’est pas quand on attend une guérison ou devant les problèmes sociaux qu’on doit chercher à manifester la foi ! Non !

En effet, notre but dans la vie chrétienne doit être de posséder la foi parfaite, parce que c’est le bien précieux qu’il nous faut, pour mieux vivre dans ce monde. Et pour nous, tout doit concourir à la possession de cette foi parfaite. On doit être riche de la foi avant que les problèmes ne surviennent, et non pas attendre les problèmes avant d’aller chercher la foi. C’est comme quelqu’un qui attend d’avoir des problèmes avant d’aller chercher de l’argent, alors qu’il avait la possibilité de faire des économies pour régler ses problèmes. Si nous accordons plus de temps et d’espace à notre chair, ne nous attendons pas à avoir une foi parfaite qui nous supporte au jour de l’épreuve. Car la foi parfaite se cultive tous les jours.

C’est tous les jours qu’on doit davantage faire de la place à l’esprit parce que c’est lui qui peut croire. Notre esprit doit prendre le pouvoir dans notre vie – parce qu’il doit commander tout notre être et le tenir assujetti à Dieu et à son Esprit. Si ce n’est pas le cas, nous sommes incrédules. Et l’incrédulité est du domaine de l’humain et de la chair. En effet, la chair n’a que les yeux pour voir, les oreilles pour entendre et le nez pour sentir. C’est pour cette raison que la connaissance de la chair est palpable et visible. Donc, on ne peut pas demander à la chair de voir ce qu’elle ne peut pas voir. Par contre, la connaissance de l’esprit est par la foi. Parce que la foi est la faculté de  l’esprit qui lui permet de toucher les choses, de les voir et même de les sentir. Certes, la foi est du domaine du surnaturel, mais elle est palpable et donc saisissable. Pourquoi ? Parce que lorsque nous avons vécu une expérience surnaturelle, on le sait, on le vit et on peut même en rendre le témoignage.

Quand Dieu nous a exhaussés par exemple sur un sujet, on le sait par la foi, quand bien-même la chose n’est pas encore manifestée.  Car contrairement à la chair, l’esprit a des moyens qui lui permettent d’avoir la certitude des choses en sa possession, tels que les visions, les songes, les extases et d’autres expériences spirituelles que je ne peux pas expliquer ici. C’est notre esprit qui a la capacité d’aller chercher et faire profiter au reste du corps, tout ce dont il a besoin. Et cela est possible à cause de sa connexion avec les puissances de Dieu, parlant du Saint-Esprit et des anges qui sont à notre disposition dans la marche de la foi. C’est au vue de tout cela que Jésus a dit que tout est possible à celui qui croit. Donc, le plus important est de faire la différence entre notre esprit et ses sentiments et la chair et ses sentiments. Il arrive que les frères et sœurs prennent leurs sentiments charnels et leurs émotions pour la foi. Ce qui ne devrait pas être.

Quand nous entrons par exemple dans le domaine de la guérison divine, nous voyons qu’il faut faire la différence entre les maladies de l’esprit et les maladies de la chair. On ne peut pas demander à quelqu’un qui est malade dans son esprit d’avoir la foi.  C’est impossible parce que c’est son esprit qui est atteint. On ne peut pas demander à un fou ou à un lunatique d’avoir la foi. On ne peut pas demander à un sourd-muet d’avoir la foi puisque la foi vient de ce qu’on entend. Par contre le Seigneur pouvait demander à tous les autres d’avoir la foi pour guérir parce que leur esprit était bien disposé. Vous trouvez des croyants qui tombent  malade dans le corps et qui laissent leur esprit être affligé par la maladie. Ils ne réalisent pas qu’ils se portent bien et que la santé de leur esprit est la source du salut de leur corps malade. Dans ce contexte, ils ne peuvent pas prendre position dans la prière et ils finissent par être anéantis par la maladie. Or l’esprit commande tout le reste du corps, au point qu’il peut tout lui imposer par la puissance du Saint-Esprit.

Vous verrez par exemple que pour la chair, un traitement médical est très concret pour un malade parce qu’on voit un médecin qui nous examine, des comprimés qu’on peut boire etc. Mais une prière n’est pas concrète parce qu’elle n’est pas visible, ni saisissable. Toutefois, la foi la rend concrète par ses résultats. Et les résultats de la prière sont possibles parce que l’esprit commande le corps. L’esprit peut soigner le corps par la puissance de Dieu, ce que la chair ne peut pas faire à l’esprit. Jésus nous a donné cet enseignement dans Marc 11 :

Le lendemain, après qu’ils furent sortis de Béthanie, Jésus eut faim. 13  Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque chose ; et, s’en étant approché, il ne trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues. 14  Prenant alors la parole, il lui dit : Que jamais personne ne mange de ton fruit ! Et ses disciples l’entendirent.

Jésus a adressé la parole à un figuier qui avait séché. C’est une grande leçon pour nous. Car c’est de cette manière que tout ce qui a vie en nous et autour de nous peut sécher à notre prière. C’est possible ! Celui qui a la foi peut s’adresser à tout ce qui porte une vie et le faire mourir comme Jésus l’a fait au figuier. C’est une question de foi. Jésus a menacé la tempête, elle s’est arrêtée et les disciples ont pris peur.  22  Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu. 23  Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. 24  C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.

Mes bien-aimés frères et sœurs, c’est notre esprit qui doit se fortifier et prendre courage parce que c’est lui qui peut croire et nous libérer de la chair, mais tant qu’il est en captivité, il ne peut agir. Un esprit embrigadé par la chair ne peut pas manifester toute la foi que Dieu nous demandeUn esprit emprisonné par de fausses conceptions de la foi chrétienne ou par de fausses doctrines ne peut s’épanouir  et manifester une foi puissante. Tant que nous n’avons pas compris que c’est notre esprit qui a la foi, pour lui laisser toute la place dans notre vie, nous resterons incrédules.

Que la grâce et la paix de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ soient avec vous tous dans son amour. Soyons avec le Seigneur parce qu’Il est avec nous. Nous chantons un cantique qui dit que le temps qui reste devant nous est consacré à la révélation de la Victoire du Seigneur Jésus-Christ sur le diable. C’est notre temps. Que Dieu soit loué et exalté !

En Christ notre Seigneur

Fr M’BRA Parfait

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.