Seigneur, Je Te Suivrai, Partout où Tu Iras

  • Super User
  • mardi, 17 avril 2018
Fichier
0.0/5 Note (0 votes)

Mes bien-aimés frères et sœurs, je voudrais vous saluer au nom de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ qui s’est livré Lui-même pour nous, par cette Parole d’Apocalypse 1 : Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. (Apocalypse 1:8)

C’est avec beaucoup de reconnaissance que nous marchons avec Lui, le Seigneur, l’Alpha et l’Oméga, malgré les oppositions et les combats farouches. Suivre Jésus n’est pas facile, à plus forte raison combattre pour Lui et en son nom. Aujourd’hui, je comprends mieux l’Evangile que nous avons reçu et qui est le Vrai. En effet, le Vrai Evangile présente le vrai visage de Jésus-Christ et de la Foi chrétienne – visage aujourd’hui défiguré par les fausses doctrines et les faux prophètes ; au point que le monde ne reconnait plus l’Evangile et son initiateur – Jésus-Christ, Dieu manifesté dans une chair humaine. Cependant, le premier BUT du Message du temps de la fin est de nous ramener au commencement de la foi chrétienne afin que ce qui était au Commencement soit révélé à la Fin. Au départ, nous avions une compréhension très vague du but du Message, mais maintenant, je crois que les choses devraient être très claires pour chacun de nous.

Une pensée spirituelle m’a habité quelques jours et m’a réjoui le cœur. En effet, j’ai compris l’importance de la présentation de Jésus-Christ quand Il dit qu’Il est : l’Alpha et l’Oméga, le Commencement et la Fin. Je me suis réjoui parce que j’ai compris que cette Parole était directement reliée au BUT de notre de Foi d’Aujourd’hui : Et Il me dit : C’est fait ! Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. (Apocalypse 21:6) Ce qu’il y a d’important dans cette Parole est qu’il n’y a pas de tricherie en Jésus-Christ. Il ne peut pas exister de mensonge en Christ, tant qu’Il est l’Alpha et l’Oméga, c’est-à-dire le Commencement et la Fin ; Le Commencement de ce qu’Il suscite Lui-même. Jésus n’est pas l'Alpha ou le Commencement dans les plans des hommes. Non ! Il est l’Alpha dans Son propre Plan – l’Alpha dans Son œuvre et dans Son Ministère. Il a commencé une œuvre et Il a pris des disciples et des apôtres pour nous laisser un exemple à suivre. Par la suite, le Saint-Esprit est descendu à la pentecôte et a mené une œuvre dont le témoignage est rendu dans les Actes des apôtres.

Après avoir lavé les pieds des disciples, Jésus leur dit : Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; 15 car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. (Jean 13 : 14-15) N’est-ce pas que la vie de disciple est une école ? N’est-ce pas que la vie de disciple est une vie d’apprentissage ? Si le Seigneur nous a laissé un exemple, c’est par rapport à Son plan, car Jésus-Christ voudra retrouver à tous les coups, ce qu’Il a laissé, notamment, l’exemple de vie qu’Il a laissé, le Ministère qu’Il a laissé, l’Amour qu’Il a laissé et aussi l’Eglise qu’Il a laissée ! C’est ce qui fait qu’Il est l’Alpha et aussi l’Oméga. Il doit retrouver le Commencement à la Fin. Entre le Commencement et la Fin, il y a un travail d’ajustement à faire ; Un travail qui consiste à arranger les choses, à mettre de l’ordre là où il le faut. C’est aussi l’école du disciple, pour parvenir à être un maître, parce qu’au commencement, on est disciple et après on devient maître, si on a bien suivi la formation spirituelle jusqu’au bout. Avec Jésus, on ne brûle pas les étapes. Si c’est vraiment avec Lui qu’on a commencé, on a la garantie qu’Il ira jusqu’au bout avec nous parce qu’Il est l’Oméga. Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. (Apocalypse 22:13)

Mes bien-aimés frères et sœurs, nous n’avons pas besoin de nous inquiéter, car le plan de Dieu ira jusqu’à son terme et le BUT poursuivi sera atteint. Celui qui a commencé l’œuvre la mènera à sa fin, à la perfection. Nous verrons toute la gloire de Dieu, toute la splendeur de Christ dans son Eglise et dans Ses élus. Si Jésus-Christ est l’Oméga, alors nous verrons avec Lui à la Fin, ce qui s’est passé au commencement et nous verrons même des choses plus grandes. Mon cœur s’est réjoui en pensant à ces choses parce que c’est la vérité. Si le Message du temps de la Fin vient de Dieu, son BUT sera certainement atteint, ça ne ratera pas Car le Message est venu révéler Jésus-Christ dans son peuple. Il est vrai que le peuple de Dieu est aujourd’hui dans une grande souffrance, mais c’est le passage obligé pour tous – c’est le piège de Dieu pour ceux qu’Il aime.

Jésus nous a donné un enseignement au sujet du grain de Blé. Il a dit : (Jean 12:24) En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.

Le grain de Blé qui est tombé en terre est le même qui ressuscite dans une nouvelle vie. Et un grain de Blé est un grain de Blé. Christ est mort depuis le début pour ressusciter en chacun de nous. Il est mort en tant qu’Alpha, Il doit ressusciter comme l’Oméga, parce que la fin, c’est la résurrection. Pour finir, au commencement, c’est Jésus et à la fin, c’est Jésus. Ce qui se passe au milieu, le déroulement, c’est la destruction du vieil homme, la décomposition de la chair. C’est là que se trouve tout le déroulement de la vie chrétienne et aussi tout l’enseignement, la doctrine de la foi chrétienne. Si nous sommes dans la pleine volonté de Dieu, nous n’avons pas à craindre, parce que nous verrons la gloire de Dieu, nous entrerons nous aussi, dans ce qu’on vécut nos ancêtres dans la foi, les pères apostoliques. Il y a des frères qui ne comprennent pas ce qui se passe dans l’Eglise maintenant. Mais la réalité est que nous sommes dans un passage OBLIGE. Et le passage obligé, c’est Jésus Lui-même ! Il a dit « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, Nul ne vient au père que par Moi » (Jean 14 :6)

Nul ne peut voir la gloire de Dieu sans passer par la mort, la destruction de la chair et enfin par la résurrection dans une nouvelle vie spirituelle. C’est le passage obligé pour tous. Il est vrai qu’il y en a qui n’y arrivent pas, mais les plus intègres y arrivent parce que c’est la marche de la perfection ; y renoncer signifie une grande perte. Jésus avait été très clair avec le jeune homme qui voulait avoir la vie éternelle. Il lui avait demandé d’abandonner ses richesses, mais il n’avait pas pu payer le prix – ça coûtait très cher.  En se représentant ce que Jésus avait demandé au jeune homme riche pour être parfait, on peut avoir une idée du sacrifice à consentir dans ce monde pour plaire à Dieu. C’est vraiment un vrai sacrifice, dans lequel on ne peut pas tricher. En effet, lorsque Dieu avait demandé à Abraham d’aller sacrifier son fils Isaac, Il ne plaisantait pas. Abraham non plus ne plaisantait pas lorsqu’il a pris son couteau et qu’il était sur le point de trancher la gorge à son fils Isaac. Tous les deux étaient au sérieux dans leur engagement et dans leur alliance. Car la marche à deux est aussi une alliance.

Dans le livre de Malachie, au chapitre 1, le Seigneur interpelle ceux qui s’amusent avec les choses de Dieu et qui quand même veulent voir la gloire de Dieu à la fin. Le Seigneur dit : Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si je suis père, où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis maître, où est la crainte qu’on a de moi ? Dit l’Eternel des armées à vous, sacrificateurs, Qui méprisez mon nom, Et qui dites : En quoi avons-nous méprisé ton nom ? 7 Vous offrez sur mon autel des aliments impurs, Et vous dites : En quoi t’avons-nous profané ? C’est en disant : La table de l’Eternel est méprisable !

Nous donnons à Dieu le traitement qu’on ne pas oser donner à ceux que nous craignons dans ce monde. Notre foi n’arrive pas à démontrer que Jésus-Christ est vrai parce que nous sommes légers dans notre adoration et dans l’exercice de nos Ministères respectifs. Mais ne nous y trompons pas : Jésus-Christ est l’Alpha et l’Oméga. S’Il doit faire AUJOURD’HUI ce qu’IL a fait HIER, Il prendra le même Chemin –Il ne changera pas sa manière de faire les choses. 8 Quand vous offrez en sacrifice une bête aveugle, n’est-ce pas mal ? Quand vous en offrez une boiteuse ou infirme, n’est-ce pas mal ? Offre-la donc à ton gouverneur ! Te recevra-t-il bien, te fera-t-il bon accueil ? Dit l’Eternel des armées.

Mes bien-aimés frères et sœurs, 9 Priez Dieu maintenant, pour qu’il ait pitié de nous ! C’est de vous que cela vient : Vous recevra-t-il favorablement ? Dit l’Eternel des armées…Dieu doit nous faire grâce. Prions pour qu’Il ait pitié de nous. Et comprenons que c’est maintenant le temps de dire Seigneur, je te suivrai PARTOUT où tu iras. Nous n’avons plus le choix. Nous devons maintenant suivre le Seigneur partout où Il ira avec nous. Notre sacrifice doit être total. Notre engagement doit être total. Il ne devrait plus avoir d’autres parcelles de nos cœurs qui appartiennent à d’autres dieux, parce que le dieu que nous servons est très jaloux. Dans Luc 9 nous est relatée une conversation que Jésus a eue avec plusieurs personnes au sujet de l’engagement dans la Mission. Un premier lui dit : 57Je te suivrai, Seigneur, partout où tu iras. 58 Mais Jésus lui dit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête.

Nous voyons ici un homme animé d’une très bonne intention. Cet homme avait certainement reçu une révélation de l’œuvre de Dieu et de la Mission divine, au point de vouloir suivre Jésus partout. Jésus a apprécié sa demande, mais Il n’avait pas manqué de lui dire les conditions dans lesquelles se déroulait la Mission. Le fils de l’homme n’avait pas un lieu où reposer la tête, et pourtant, Jésus avait un domicile. Mais celui qui voulait suivre le Seigneur devrait comprendre tout simplement que la Mission ne dépendrait pas de lui et de son programme. On ne peut pas vouloir suivre Jésus partout où Il ira et avoir notre propre programme de la vie et de l’œuvre. Ce n’est pas possible. Si tu veux suivre Jésus partout, tu dois accepter de te placer sous Sa responsabilité. Tu dois être prêt à tout moment à aller en tout lieu où Dieu t’envoie. Celui qui veut suivre Jésus doit accepter les conditions dans lesquelles se déroule la Mission. En clair, le moment de la Mission, son objectif et ses conditions d’exécution ne dépendent pas de nous. Mais c’est là qu’il y a un problème avec les frères, parce que nous n’arrivons pas à nous placer sous la responsabilité du Seigneur. Nous ne savons même pas ce que veut dire « être conduit », parce que nous nous conduisons nous-mêmes. Or c’est Jésus qui doit décider de l’œuvre, parce que l’œuvre Lui appartient.

Aujourd’hui, il est évident que nous devons suivre le Seigneur et le Maître partout où Il ira. Nous devons avoir la même préoccupation que cet homme parce que les besoins de l’œuvre de Dieu sont immenses. Mais comment est-ce que nous nous y prenons ? C’est là la question. Car Dieu n’habite pas dans ce qui est fait de mains d’hommes.

A la suite de ce monsieur, Jésus a dit à un autre : Suis-moi. Et celui-ci répondit : Seigneur, permets que j’aille auparavant ensevelir mon père. 60 Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts, mais toi, va annoncer le royaume de Dieu.

Ici, c’est le Seigneur Lui-même qui demande à quelqu’un de Le suivre. C’est un ordre, une invitation. Suis-moi ! Dieu pourrait s’adresser ainsi à chacun d’entre nous, mais quelle serait notre réponse ? Cet homme était intéressé par suivre le Seigneur, mais il avait un problème à régler : il voulait ensevelir son père. Et Jésus lui dit : Laisse les morts enterrer leurs morts. Et pourtant participer à l’enterrement de son père n’était pas mauvais, mais pour le Seigneur, prêcher le Royaume de Dieu était une priorité absolue. Cette réponse de Jésus était un grand enseignement pour la Mission. Car pendant notre Ministère, nous serons toujours confrontés à une situation où on devrait choisir entre ensevelir un mort et aller faire l’œuvre de Dieu. En effet, ensevelir un mort ici, c’est se livrer à une occupation, une œuvre ou tenir une position dans ce monde qui n’est pas à l’avantage du royaume de Dieu – quelque chose qui ne profite ni à notre foi, ni à l’œuvre de Dieu, parce que c’est MORT.

Ce qui est mort n’est pas vivant. Ce qui est mort appartient aussi à ceux qui sont mort – c’est de la mondanité. Nous n’avons rien à faire avec cela. Les chrétiens n’ont pas le temps pour ces choses de la vie qui n’apportent rien à la foi, rien à la croissance et à la connaissance spirituelles et par conséquent rien au Royaume de Dieu. Ce sont des choses dont doivent s’occuper les morts, les païens. Nous, nous sommes en mission pour notre royaume vivant et nous ne savons que travailler pour la vie et les vivants. Celui qui se sait en mission pour Jésus et son royaume ne se laisse pas distraire par les enterrements de tous les jours. Laissons la mondanité aux gens du monde et nous, allons prêcher le royaume de Dieu.

Après un troisième est venu. Il dit : Je te suivrai, Seigneur, mais permets-moi de prendre auparavant congé de ceux qui sont dans ma maison. 62 Mais Jésus lui répondit : Celui qui met la main à la charrue et regarde derrière lui, n’est point propre au royaume de Dieu.

Ce disciple était convaincu qu’il devrait suivre Jésus. Mais il voulait aller dire au revoir à sa famille pour ne pas qu’on le cherche certainement. Mais il s’agit ici de ceux qui sont appelés par Dieu et qui veulent avoir l’approbation des autres avant de s’engager avec le Seigneur. Nous avons constaté avec l’expérience qu’il est difficile de convaincre ceux qui n’ont pas vu ce que nous avons vu dès le départ. En effet, lorsque Dieu nous appelle, c’est par nos œuvres que nos proches peuvent être convaincus. Généralement, les explications qu’on peut donner au départ ne peuvent pas les amener à nous suivre parce qu’ils n’ont pas reçu la même révélation et le même appel que nous. Il faut qu’ils aient un témoignage, qu’ils observent quelque chose de nouveau qui émane de notre nouvelle position et qui donne la vie.

Mes bien-aimés frères et sœurs, c’est maintenant le temps de dire « Seigneur, je veux te suivre partout où tu iras ». C’est maintenant l’heure d’être habité par un vrai esprit missionnaire, car l’œuvre de Dieu nous appelle. C’est une nouvelle confession qu’on doit faire et chacun de nous doit être habité par cela. Nous n’avons pas le choix entre Christ et Mamon. Nous n’avons pas le choix entre Christ et le monde, car pour nous, le choix est déjà fait : c’est Christ que nous voulons. Et nous voulons Jésus pour régler les problèmes de Son peuple. C’est le thème de notre prochaine rencontre nationale à pacques 2018, car c’est vraiment le temps où le peuple de Dieu doit réclamer le ciel dans l’Eglise.

Mes bien-aimés, nous ne pouvons pas prétendre avoir compris le Cri de Minuit et continuer d’être ami du monde. Une prophétie nous a dit il y a quelques années : « Mon héritage ne sera pas profané. Je chasserai du milieu de vous les orgueilleux et les cupides. Partout où ce Message ira : dites que mon héritage ne sera pas profané. Je chasserai du milieu de vous les orgueilleux et les cupides. Je me suis réservé un reste qui publiera ma gloire. »

Après cette prophétie, effectivement, il y a eu beaucoup qui sont partis du milieu de nous. Nous n’avons chassé personne, mais c’est Dieu Lui-même qui s’est occupé des orgueilleux et des cupides. C’est pour cette raison que nous faisons entièrement confiance à Dieu pour notre avenir et l’avenir de son œuvre. Mes bien-aimés frères et sœurs, vous savez que nous ne sommes pas en train de nous amuser, mais nous allons vers des choses sérieuses. Il y va des intérêts de notre Royaume qui doit gouverner toute la terre.

NOUS VOULONS JESUS parce que nous sommes son Armée et nous avons besoin qu’Il prenne la tête des troupes pour les grandes batailles à venir.

NOUS VOULONS JESUS parce qu’Il est notre Maître. Le Ministère a atteint un niveau où nous avons besoin de plus de consécration. On doit retrouver Le MESSAGE originel et le Ministère Originel–Authentique qu’Il nous a laissé au Commencement, par nos pères apostoliques. Sans Lui, ce n’est pas possible. Nous avons besoin de Sa Puissance, de Son Autorité et de sa Simplicité. Nous avons besoin qu’Il nous dise ce qu’on doit faire de manière directe : Sa mère dit aux serviteurs : Faites ce qu’il vous dira. (Jean 2:5) Nous voulons et nous réclamons notre Maître.

NOUS VOULONS JESUS parce qu’Il est notre Seigneur, Il doit régner sur nous et en nous. Son ordre doit être établi dans notre Assemblée et sa crainte doit s’emparer de nos cœurs pour nous séparer totalement et entièrement de l’esprit et de l’influence du monde présent. Nous ne voulons plus l’appeler Seigneur et ne pas faire ce qu’Il nous demande de faire : Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! Et ne faites-vous pas ce que je dis ?

NOUS VOULONS JESUS parce qu’Il est notre Roi. Nous sommes ses serviteurs et ses servantes. S’Il est notre Seigneur, Il est aussi notre Roi et nous sommes ses sujets. Nous voulons que son règne s’établisse dans les nations. Nous appelons son règne dans les nations pour mettre fin au règne de Babylone la grande. Nous appelons son règne parce qu’Il a racheté tout le monde entier par son sang.

NOUS VOULONS JESUS parce qu’Il est le Sauveur. Nous voulons qu’Il vienne encore sauver les hommes parce que les prophéties disent qu’il y aura une dernière évangélisation des nations. Nous avons besoin de Jésus, le plus grand des évangélistes pour nous avancer sur le terrain. Ce Jésus qui a fait 3000 convertis en une seule prédication est réclamé sur l’Estrade du monde pour une dernière fois avec ses apôtres.

NOUS VOULONS JESUS pour prier pour les malades et chasser les démons. Nous voulons Jésus pour guérir les malades, pour ressusciter les morts et pour manifester la Puissance de Dieu dans le monde. Sa renommée se répandait de plus en plus, et les gens venaient en foule pour l’entendre et pour être guéris de leurs maladies. (Luc 5:15) Nous voulons ce Jésus qui a l’expérience de la guérison divine pour nous l’enseigner et la pratiquer parce que nos Assemblées sont remplies de malades.

NOUS VOULONS JESUS pour manifester toutes les œuvres de l’Esprit en notre milieu. Que Jésus nous ouvre tous les trésors du ciel parce que nous ne voulons plus de pauvreté spirituelle dans nos Assemblées. Nous voulons que nos églises vivent par la Foi et par l’Esprit. Nous ne voulons plus d’Assemblées gouvernées par des esprits de sorcelleries et de débauche sexuelle.

NOUS VOULONS JESUS parce qu’Il est l’AMOUR de Dieu manifesté. Nous voulons qu’Il nous apprenne à pratiquer le commandement suprême qu’Il nous a laissé, savoir : Nous aimer les uns les autres, afin que le monde voit que nous sommes ses disciples.

NOUS VOULONS JESUS parce qu’Il est notre Epoux. Nous avons besoin d’avoir communion avec Lui parce que le monde nous menace – nous ne sommes pas en sécurité.

NOUS VOULONS JESUS parce qu’il y a trop de confusion dans le Message du temps de la fin. Il faut qu’Il fasse quelque chose – qu’Il accomplisse la promesse qu’Il nous a faite. Jésus doit mettre une différence nette entre ceux qui le servent et ceux qui ne le servent pas. Il faut que Son Assemblée soit distinguée et qu’il n’y ait plus de confusion parmi son peuple. C’est Lui qui a dit au sujet de ce peuple : « 17 Ils seront à moi, dit l’Eternel des armées, Ils m’appartiendront, au jour que je prépare ; J’aurai compassion d’eux, Comme un homme a compassion de son fils qui le sert. 18 Et vous verrez de nouveau la différence Entre le juste et le méchant, Entre celui qui sert Dieu Et celui qui ne le sert pas. » Mal 3 :17-18)

Quand il y avait du tumulte parmi le peuple dans le désert, c’est Dieu Lui-même qui a ramassé les bâtons des fils d’Israël et qui les a introduits dans sa sainte présence et qui le lendemain avait fait refleurir le bâton d’Aaron. Si le Cri de Minuit est vrai et si Jésus nous a choisis, Il doit distinguer son peuple et le mettre à part, comme Il le fit pour Aaron.

1 L’Eternel parla à Moïse, et dit: 2 Parle aux enfants d’Israël, et prends d’eux une verge selon les maisons de leurs pères, soit douze verges de la part de tous leurs princes selon les maisons de leurs pères. (17-3) Tu écriras le nom de chacun sur sa verge, 3 et tu écriras le nom d’Aaron sur la verge de Lévi ; car il y aura une verge pour chaque chef des maisons de leurs pères. 4 Tu les déposeras dans la tente d’assignation, devant le témoignage, où je me rencontre avec vous. 5 L’homme que je choisirai sera celui dont la verge fleurira, et je ferai cesser de devant moi les murmures que profèrent contre vous les enfants d’Israël...

7 Moïse déposa les verges devant l’Eternel, dans la tente du témoignage. 8 Le lendemain, lorsque Moïse entra dans la tente du témoignage, voici, la verge d’Aaron, pour la maison de Lévi, avait fleuri, elle avait poussé des boutons, produit des fleurs, et mûri des amandes...10 L’Eternel dit à Moïse : Reporte la verge d’Aaron devant le témoignage, pour être conservée comme un signe pour les enfants de rébellion, afin que tu fasses cesser de devant moi leurs murmures et qu’ils ne meurent point.

Si les gens parlent encore contre les serviteurs de Dieu en notre milieu, c’est parce qu’ils ne sont pas distingués. Le peuple ne voit pas encore de différence palpable entre ceux qui sont approuvés de Dieu et ceux qui se sont envoyés eux-mêmes. Nous voulons Jésus pour établir la différence et pour distinguer Ses serviteurs, les vases qu’Il s’est réservés pour la fin de Son œuvre. La verge d’Aaron avait fleuri, poussé des boutons, produits des fleurs et mûri des amandes en une nuit. Gloire soit rendue à Dieu !

Actuellement, les verges sont dans la présence de Dieu, mais c’est Celle de l’Epouse qui va refleurir. Dieu fera refleurir la verge de ceux qu’Il s’est choisi. Dieu doit visiter Son peuple. Il doit distinguer Ses vases de réserve en déversant en eux, de l’huile de réserve pour Son peuple.

NOUS VOULONS JESUS pour distinguer Son Epouse, comme le roi Assuérus distingua Esther qui reçut la couronne après une année de préparation au palais.

NOUS VOULONS JESUS pour nous donner cette Foi mystérieuse qui déplace les montagnes et qui révèle la gloire de Dieu – la foi qui entre en possession de toutes les promesses de Dieu. Nous voulons cette Foi inébranlable, qui n’a pas peur et qui est ferme. Nous voulons la Foi des dieux, la Foi victorieuse qui triomphe du monde.

NOUS VOULONS JESUS parce que Son caractère est le fruit que doit « enfanter » la femme enceinte d’Apocalypse 12, l’Eglise de Laodicée. Nous voulons Jésus parce qu’Il est la finalité du Message du Temps de la Fin. C’est Lui que nous voulons.

NOUS VOULONS JESUS maintenant parce que c’est le temps où Il doit se révéler à nous. Nous sommes dans la saison – Il nous faut JESUS-CHRIST, le DIEU TOUT PUISSANT.

NOUS VOULONS JESUS pour affronter les faux dieux de la terre, les idoles qui combattent contre le règne de Christ et l’élévation de l’Eglise. Nous voulons Jésus pour faire face à notre Carmel, là où on doit affronter la vierge Marie, Allah, Chrishna, Bouddha et tous les faux dieux qui ont pris en otage l’humanité.

Mes bien-aimés frères et sœurs, serviteurs de Jésus-Christ, voulons-nous suivre Jésus-Christ partout où Il ira avec nous ? Sommes-nous prêts à marcher avec Lui dans toutes les voies par lesquelles Il voudra nous faire passer ? Que son soit béni parmi Son peuple et que Sa gloire soit révélée parmi nous. A Lui Seul la louange, la gloire et les honneurs  aux siècles des siècles ! AMEN !

En Christ notre Seigneur

Fr M’BRA Parfait

Missionnaire

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.