Les Visages de Satan

  • M'bra Parfait
  • jeudi, 21 juin 2018
Fichier
0.0/5 Note (0 votes)

Mes bien-aimés frères et sœurs, je voudrais vous saluer par cette parole de Jude, le verset 3 : Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. C’est avec beaucoup de reconnaissance que nous marchons avec le Seigneur, notre Dieu, qui s’est livré premièrement pour nous, mourant sur la croix en guise de condamnation, prenant ainsi notre place, dans le but de nous épargner de la destruction avenir qu’Il s’est réservée Lui-même dans Sa propre colère, laquelle Il l’a déjà manifesté, en détruisant le premier monde, au temps de Noé, où les hommes avaient le cœur toujours tourné vers le mal comme aujourd’hui, ayant renié le créateur par leurs œuvres mauvaises. Ne voulant pas ignorer comme les moqueurs, (2 Pier 3) que le premier monde fut détruit par la colère de Dieu à travers le déluge et que la ville de Sodome et Gomorrhe fut brûlée par le feu et le souffre au temps de Lot, il nous appartient comme des hommes avertis, de travailler chaque jour à notre Salut et au salut de ceux qui nous entourent. Car il est évident que notre génération subira les mêmes châtiments parce que le Seigneur l’a comparé à la génération de Noé et de Lot qui attirèrent la colère de Dieu sur elles par leurs péchés. (Luc 17 :26-32)

Si les esprits qui ont combattu la Justice de Dieu dans ces temps sont à l’œuvre dans notre génération, c’est bien pour la perdition des hommes de notre génération. Mes bien-aimés, il est très important pour nous de comprendre qu’un démon est un instrument de destruction et de perdition, raison pour laquelle nous devons faire tous nos efforts pour nous soustraire de leur domination et être dans les mains du Seigneur, des instruments de salut et de délivrance. Aux temps de Noé et de Lot, il n’y avait pas beaucoup de prédicateurs, ce furent Noé et Lot qui prêchèrent à leurs générations, (2 Pier 2 :5-7) qui ne voulurent rien entendre, comme aujourd’hui. On pourrait penser que dans notre génération, il existe beaucoup de prédicateurs parce que ceux qui parlent de Jésus et de son avènement sont nombreux dans le monde. Mais la réalité ne se trouve pas dans le fait de parler de Jésus ou de son avènement, mais, comme Noé, nous devons être des prédicateurs de Justice et de Sainteté, non seulement dans la parole, mais dans le comportement. Noé ne fut pas sauvé à cause de sa prédication, mais bien à cause de son comportement. Pareillement, l’écriture atteste que Lot était ‘’profondément attristé’’ par la vie des gens de Sodome et Gomorrhe. (2 Pier 2 :7).

 

Il est évident qu’on trouve peu de prédicateurs de la Justice aujourd’hui, comme aux temps de Lot et de Noé – c’est la réalité des faits. Les prédicateurs de Justice et de sainteté envoyés par Dieu ne sont pas nombreux. En effet, annoncer que Jésus revient bientôt est juste, mais il est plus important pour nous de combattre pour la foi que nous avons reçue – la foi de la fin des temps, cette foi qui est directement opposée au monde et à l’esprit religieux de notre temps. C’est un combat très rude dans notre génération qui requiert beaucoup de sagesse et d’intelligence spirituelles. Cette sagesse, les anciens l’avaient possédé, alors ils triomphèrent de leurs ennemis et de leurs épreuves.

J’ai souhaité nous exhorter sur le combat de Job contre Satan – un combat spirituel historique qui a servi d’exemple et continu de servir d’exemple à beaucoup de chrétiens dans la marche de la foi. Déjà les apôtres encourageaient les frères en prenant Job en exemple : Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion. (Jacq 5 :11) Effectivement, Job a souffert et dans la patience, il a attendu le secours de Dieu qui est venu après que le diable ait épuisé tous ses arguments. Il y a quelques mois, le Saint-Esprit m’a dit à mon réveil, ‘’prenez en exemple la souffrance de Job’’. Cette Parole m’a rappelé ce que Pierre nous a dit dans sa première épitre au chapitre 4 :  Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché…(1 Pierre 4:1) Ce que l’Esprit nous demande est une arme dont on doit se munir pour mener les combats qui sont devant nous, car la lutte s’en va à son terme.

En effet, dans le combat spirituel, la victoire commence dans la position qu’on prend dès le départ, à l’entame du combat. Le fait pour nous de nous « armer » de la pensée de souffrir est une position, un début de victoire sur l’adversaire. Jésus notre Seigneur a souffert pour nous, nous devons nous aussi nous armer de la même pensée. Job a souffert une grande épreuve pour nous servir d’exemple, afin que chaque croyant comprenne que la vraie restauration spirituelle est toujours précédée par une épreuve de purification, une épreuve à laquelle aucun vainqueur n’échappe ; et Satan est toujours là pour éprouver ceux qui veulent entrer dans cette restauration spirituelle.      

Après avoir entendu la voix de l’Esprit, je me suis dit que des problèmes arrivaient parmi nous, mais j’ai compris qu’il s’agissait de prendre position dans l’environnement spirituelle générale de l’Eglise parce que Satan s’occupe personnellement des frères et sœurs maintenant. Mais pour réussir son plan, il se cache derrière des évènements. Le Seigneur a encore attiré mon attention sur les différentes manières utilisées par le diable pour attaquer Job.

Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Eternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux. 7 L’Eternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Eternel : De parcourir la terre et de m’y promener. 8 L’Eternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal.

9 Et Satan répondit à l’Eternel: Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu ? 10 Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l’œuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. 11 Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face. 12 L’Eternel dit à Satan : Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre ; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l’Eternel. 13 Un jour que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné, 14 il arriva auprès de Job un messager qui dit : Les bœufs labouraient et les ânesses paissaient à côté d’eux ;

15 des Sabéens se sont jetés dessus, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t’en apporter la nouvelle. 16 Il parlait encore, lorsqu’un autre vint et dit : Le feu de Dieu est tombé du ciel, a embrasé les brebis et les serviteurs, et les a consumés. Et je me suis échappé moi seul, pour t’en apporter la nouvelle. 17 Il parlait encore, lorsqu’un autre vint et dit : Des Chaldéens, formés en trois bandes, se sont jetés sur les chameaux, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t’en apporter la nouvelle.

18 Il parlait encore, lorsqu’un autre vint et dit : Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné ; 19 et voici, un grand vent est venu de l’autre côté du désert, et a frappé contre les quatre coins de la maison ; elle s’est écroulée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Et je me suis échappé moi seul, pour t’en apporter la nouvelle.

20 Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête ; puis, se jetant par terre, il se prosterna, 21 et dit : Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Eternel a donné, et l’Eternel a ôté ; que le nom de l’Eternel soit béni ! 22 En tout cela, Job ne pécha point et n’attribua rien d’injuste à Dieu.

Mes bien-aimés frères et sœurs, regardez comment le diable s’est camouflé dans son combat contre Job. Après son entretien avec l’Eternel Dieu, le diable a obtenu la permission de s’en prendre aux biens de Job. Alors on lui a appris que ‘’des sabéens’’ s’étaient attaqué à ses animaux et avaient tué ses serviteurs. Là Satan s’appelait ‘’les sabéens’’ parce que c’était de lui qu’il s’agissait. C’est lui qui avait inspiré les sabéens, ces bandits à s’en prendre aux animaux de Job, mais qui pouvait savoir que c’était Satan qui faisait cela ? Par la suite, un des serviteurs de Job est venu lui dire que ‘’le feu de Dieu’’ était descendu du ciel et avait consumé les brebis et les bergers. Mes frères, Satan s’appelait ‘’le feu de Dieu’’. Ce n’était pas le feu de Dieu – c’était Satan en personne qui avait fait tomber le feu du ciel pour détruire les biens de Job.

Souvent on pense que tout ce qui vient du ciel est de Dieu, et c’est ce que croyait le serviteur de Job, mais il devrait se détromper. Par la suite, un autre serviteur de Job était venu lui apprendre que ‘’des chaldéens’’, un autre groupe de bandits formés en trois bandes s’étaient attaqué aux chameaux de Job et avaient tué ses serviteurs. Là Satan s’appelait ‘’les chaldéens’’ - c’était lui qui avait inspiré ces bandits à s’attaquer à Job. A la fin, ce fut ‘’un grand vent’’ venu du désert qui avait détruit la maison dans laquelle se trouvaient les enfants de Job, les tuant tous. Satan s’appelait ici ‘’un grand vent’’. Ce n’est pas en vain que les apôtres nous ont appris qu’on n’a pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les esprits méchants dans les lieux célestes. L’action des sabbéens, du feu venu du ciel, des chaldéens et du grand vent était le FAIT de Satan, l’ennemi des saints, des justes et des intègres.

Quel était l’objectif de cette attaque ?  Satan voulait amener Job à maudire son Dieu. Mais Job avait déjà une position devant Dieu – il s’était déjà armé de la pensée de souffrir. En plus, son engagement avec Dieu n’était pas lié à ses biens matériels. Dans la réalité, Job n’adorait pas Dieu parce qu’Il l’avait béni, mais il était adorateur parce qu’il avait réalisé qu’il fallait adorer Dieu pour échapper à la perdition. C’est ce qu’il avait confessé à Satan, sans s’en rendre compte. D’abord il est dit : 20 Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête ; puis, se jetant par terre, il se prosterna… le fait de déchirer son manteau et de se raser la tête est un grand signe d’humiliation devant Dieu. Job s’est humilié devant Dieu. Ensuite, il est écrit qu’il se prosterna. C’est devant Dieu qu’il se prosterna dans la confusion et l’humiliation. Le combat ne faisait que commencer. Quelque temps après, Satan n’ayant pas obtenu ce qu’il voulait retourna dans la présence de Dieu.

3 L’Eternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du malIl demeure ferme dans son intégrité, et tu m’excites à le perdre sans motif. 4  Et Satan répondit à l’Eternel: Peau pour peau ! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie.

5  Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudit en face. 6 L’Eternel dit à Satan : Voici, je te le livre : seulement, épargne sa vie.

7 Et Satan se retira de devant la face de l’Eternel. Puis il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête.

Mes frères, voyez que Satan s’appelle ici ‘’un ulcère malin’’. Il enveloppa Job dans une maladie inexplicable, mais c’était lui et l’objectif était le même. Job souffrait tellement qu’il prit un tesson pour se gratter et s’assit sur la cendre. 9 Aujourd’hui, tout cela doit instruire le peuple de Dieu. En effet, nous devons apprendre à découvrir Satan quand il est au prise avec nous dans l’épreuve. Ceux qui manquent de voir le diable passent toujours à côté du plan de Dieu et s’abandonnent dans les accusations, les murmures et les querelles inutiles. Il est très important que nous ayons le discernement des esprits et surtout les manœuvres de Satan dirigées contre nous. Dans l’épreuve, la femme de Job tomba au pouvoir de Satan parce qu’elle n’était pas patiente et surtout parce qu’elle n’avait pas de discernement. Sa femme lui dit : Tu demeures ferme dans ton intégrité ! Maudis Dieu, et meurs !

Après avoir utilisé les sabéens, le feu venu du ciel, les chaldéens, le grand vent et l’ulcère malin, Satan est venu maintenant parler par la bouche de l’autre partie de Job – sa femme. Et elle a exprimé exactement la volonté de Satan qui était d’amener Job à maudire Dieu. Mais là encore, une réponse juste fut donnée au diable : Tu parles comme une femme insensée. Quoi ! nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal ! En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres. Celui qui marche avec Dieu dans l’intégrité comme Job ne reçoit de Lui que de bonnes choses, même les épreuves qui paraissent toujours comme des situations mauvaises apportent plus de biens spirituelles que les choses qui sembles bonnes, comme les grâces matérielles. Job était en avance sur sa femme et certainement sur tous ses contemporains parce qu’il avait déjà compris trop de bonnes choses au niveau spirituel – il était un vrai adorateur, sinon le diable l’aurait eu.

Après sa femme vinrent ses trois amis. Trois amis de Job, Eliphaz de Théman, Bildad de Schuach, et Tsophar de Naama, apprirent tous les malheurs qui lui étaient arrivés. Ils se concertèrent et partirent de chez eux pour aller le plaindre et le consoler ! 12 Ayant de loin porté les regards sur lui, ils ne le reconnurent pas, et ils élevèrent la voix et pleurèrent. Ils déchirèrent leurs manteaux, et ils jetèrent de la poussière en l’air au-dessus de leur tête.13  Et ils se tinrent assis à terre auprès de lui sept jours et sept nuits, sans lui dire une parole, car ils voyaient combien sa douleur était grande.

 

Les trois amis de Job furent très sincères avec lui et ils le démontrèrent par leur affliction dans la maison de Job. Ils pleurèrent, déchirèrent leur manteau et tombèrent dans la cendre. Ils restèrent dans le silence avec leur ami pendant sept jours, avant de lui adresser la parole. Je pense que pendant ces sept jours, ils méditaient tous sur la situation de Job, sa condition. Comment en est-il arrivé là ? Comment le prince de Uts, l’adorateur averti de Dieu a-t-il pu perdre en peu de temps, ses biens, ses enfants et maintenant sa propre chair ? La demeure de Job était une désolation.

Les amis de Job furent le dernier recours de Satan pour l’amener à quitter sa position, mais ils ne réussirent pas. Le Seigneur le leur signifia à la fin de l’épreuve. (Job 42 : 7-9) Après que l’Eternel eut adressé ces paroles à Job, il dit à Eliphaz de Théman : Ma colère est enflammée contre toi et contre tes deux amis, parce que vous n’avez pas parlé de moi avec droiture comme l’a fait mon serviteur Job. 8 Prenez maintenant sept taureaux et sept béliers, allez auprès de mon serviteur Job, et offrez pour vous un holocauste. Job, mon serviteur, priera pour vous, et c’est par égard pour lui seul que je ne vous traiterai pas selon votre folie ; car vous n’avez pas parlé de moi avec droiture, comme l’a fait mon serviteur Job. 9 Eliphaz de Théman, Bildad de Schuach, et Tsophar de Naama allèrent et firent comme l’Eternel leur avait dit: et l’Eternel eut égard à la prière de Job.

Satan a combattu contre Job, il a utilisé tous les arguments et toutes les armes à sa disposition, mais il ne réussit pas à atteindre son objectif. Il avait certainement influencé les paroles que les amis de Job lui adressèrent pendant leur séjour chez lui. Dieu se fâcha contre eux parce qu’ils n’avaient pas su parler à Job dans l’épreuve, car par moment, ils semblaient l’accuser. Ce qui est intéressant ici, c’est qu’à la fin Dieu s’est révélé à Job, parce qu’Il prit la parole à partir du chapitre 38. L’Eternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit: 2 Qui est celui qui obscurcit mes desseins par des discours sans intelligence ? 3 Ceins tes reins comme un vaillant homme ; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras. 4 Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l’intelligence. 5 Qui en a fixé les dimensions, le sais-tu ? Ou qui a étendu sur elle le cordeau ? 6 Sur quoi ses bases sont-elles appuyées ? Ou qui en a posé la pierre angulaire, 7 Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ?...

Dieu avait amené Job à comprendre qu’il vivait une situation au-dessus de sa portée, car les desseins de Dieu sont toujours au-dessus de notre entendement. Après avoir fait comprendre à Job qu’Il était souverain et qu’Il disposait de ses adorateurs comme Il voulait, le Seigneur lui posa la question suivante dans le chapitre 39 : 2 Celui qui dispute contre le Tout-Puissant est-il convaincu ? Celui qui conteste avec Dieu a-t-il une réplique à faire ?  3 Job répondit à l’Eternel et dit: 4 Voici, je suis trop peu de chose ; que te répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche. 5 J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ; Deux fois, je n’ajouterai rien.

Ce sont des questions qui devraient faire réfléchir le peuple de Dieu, surtout ceux qui aiment se plaindre de leurs sorts et de leurs conditions. Il lui dit encore : 8 Anéantiras-tu jusqu’à ma justice ? Me condamneras-tu pour te donner droit ? 9 As-tu un bras comme celui de Dieu, Une voix tonnante comme la sienne ?

Mes bien-aimés frères et sœurs, nous ne pouvons pas anéantir les desseins de Dieu par nos plaintes – nous n’en avons pas le droit si nous sommes des adorateurs de Dieu. Nous ne pouvons pas non plus condamner Dieu à cause de ce que nous estimons être notre droit. Celui qui appartient à Dieu n’a plus de droit et sa volonté ne compte plus. Job l’avait reconnu et il dit : 2 Je reconnais que tu peux tout, Et que rien ne s’oppose à tes pensées. 3 Quel est celui qui a la folie d’obscurcir mes desseins ? — Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, De merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas.

Regardons les propos de Job, après que Dieu lui ait adressé la parole. Il reconnut que Dieu peut tout faire et que rien ne peut s’opposer à Dieu. Job avait aussi compris que son épreuve venait de Dieu et qu’il se plaignait sans comprendre le plan de Dieu. Il avait parlé de sa souffrance sans savoir que c’était un plan merveilleux de Dieu, mais à la fin de l’épreuve, il vit la gloire de Dieu : 5 Mon oreille avait entendu parler de toi ; Mais maintenant mon œil t’a vu. 6 C’est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre. 

Mes bien-aimés frères et sœurs, l’Eglise qui part dans l’enlèvement est déjà dans l’épreuve de Job – c’est le temps d’être sage et intelligent, le temps d’être patient et de se laisser conduire par le Saint-Esprit dans tout ce qui nous arrive. Nous sommes dans un mystère, celui de l’épreuve de Job, et là, Satan a beaucoup de noms et de masques. Il nous approche avec beaucoup de visages : quand ce ne sont pas les sabéens, c’est un feu qui vient du ciel ou un vent violent. Il vient aussi avec le visage des proches, les gens même de la famille pour nous persécuter et nous faire souffrir. Satan utilise aussi la maladie, parce que tous les noms des maladies sont des noms de Satan : il s’appelle diabète, malaria, hypertension, cancer, VIH Sida, sclérose en plaque etc. Ceux qui n’ont pas de discernement ne comprennent pas que c’est le diable et ils tombent dans les murmures, les plaintes et les querelles.  Par-là, il réussit à enflammer les ménages, les Assemblées et détruire des vies et des Ministères. Mes chers amis, il est temps pour nous de comprendre que notre ennemi est un SEUL individu, mais qu’il a certainement beaucoup de NOMS et de VISAGES.

En effet, le Seigneur avait parlé avec le diable SEUL, mais ceux qui intervinrent dans l’affaire de Job, comme des instruments dans la main de Satan furent nombreux – ça veut tout dire. Et Satan partira toujours des visages les plus proches au plus lointains ou des plus lointains au plus proches.  Tout dépendra de l’évolution de la situation. Job ne connaissait pas les sabéens et les chaldéens qui avaient pris ses troupeaux, mais il vivait bien avec sa femme et ses trois amis ne lui étaient pas étrangers, et pourtant le diable les utilisa. Aujourd’hui, je peux me demander comment est-ce qu’on n’a pu se laisser manipuler par le diable dans nos églises, en ignorant ses desseins ?    

Jésus connaissait le mode opératoire de Satan, alors il le reconnut tout de suite dans l’affaire de Pierre : Arrière de moi, Satan ! tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. (Matthieu 16:23) En ce moment-là, Satan s’appelait ‘’Pierre’’ parce qu’il parlait par sa bouche. Mes bien-aimés frères et sœurs, Satan est au milieu de nous et il se manifeste par diverses épreuves que nous traversons, car Satan s’appelle : misère sociale, chômage, maladie, célibat, incompréhension, dispute, division, séparation, impudicité, adultère et toutes sortes de situations difficiles et compliquées dans les maisons. Ne cherchez plus loin et ne vous adressez à personne d’autre ! Adressez-vous directement à Satan et ordonnez-lui de libérer. C’est lui le mis en cause. C’est lui qui veut nous amener à renoncer à la vision spirituelle dans laquelle nous sommes engagés, parce que c’est là l’objectif. Le diable ne travaille pas en vain, car il veut amener le peuple de Dieu qui a cru au Message du temps de la fin à renoncer à la vision de la sainteté et de la Justice – Satan veut nous amener à renoncer à notre fidélité vis-à-vis de Dieu et de Sa Parole parce qu’il ne veut pas voir des Jésus-Christ sur la terre.

Satan ne veut pas qu’il y ait des hommes et des femmes parvenus à l’image de Jésus-Christ dans notre génération, alors il veut par les diverses souffrances qu’il nous impose, nous amener à renoncer à notre BUT, car il est vrai que la souffrance fait que plusieurs renoncent à la foi, à la sainteté et à la justice, mais ne soyons pas de leur nombre, car les vainqueurs ont un parcours différent. Au contraire, vous aussi, soyez patients, affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche. (Jacq 5 :8) et prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. (Eph 6 :13)

Comme le dit Apocalypse, si nous sommes fidèles, Dieu nous gardera dans l’épreuve et dans la tentation : Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. (Apocalypse 3:10) Que Sa grâce et Sa paix soient sur chacun de nous. Mes encouragements à tous. Maranatha ! Jésus-Christ revient bientôt !

En Christ notre Seigneur

M’BRA Parfait

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.