Le déguisement de la femme de Jéroboam

  • Super User
  • lundi, 17 juillet 2017
Fichier
4.3/5 Note (3 votes)

Mes bien-aimés frères et sœurs, je voudrais vous saluer avec cette parole de Jésus, adressée aux disciples au moment où ils étaient revenus de leur mission.   21  En ce même instant, Jésus tressaillit de joie en son esprit et dit : Je te loue, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants ! Oui, ô Père, cela est ainsi, parce que tu l’as trouvé bon ! 22  Toutes choses m’ont été données par mon Père ; et nul ne connaît qui est le Fils, que le Père, ni qui est le Père, que le Fils, et celui à qui le Fils le voudra révéler. 23  Puis, se tournant vers ses disciples, il leur dit en particulier : Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !

24  Car je vous dis que plusieurs prophètes et plusieurs rois ont désiré de voir ce que vous voyez, et ne l’ont point vu ; et d’entendre ce que vous entendez, et ne l’ont point entendu. (Luc 10 : 21-24)

Mes bien-aimés, il est important pour nous de comprendre et d’apprécier cette louange de Jésus adressée au Père, au sujet de ce qui se passait en ce moment avec les disciples. Que se passait-il? En effet, nous étions en plein dans l’accomplissement des prophéties données par les prophètes de l’Ancien Testament au sujet du Messie et de sa Mission en Israël. Le Messie annoncé pour Israël était là parmi le peuple et la grande majorité ne le savait pas. Toutefois, les disciples avaient la grâce d’écouter Ses paroles. Quelques inconsidérés du peuple qui souffraient de tous les maux de la société : maladie, pauvreté, rejet et misère reçurent la révélation du Ministère de Jésus et en bénéficièrent. Jésus se réjouissait à la place des disciples, eux qui n’étaient pas des privilégiés en Israël, qui n’étaient ni parmi les docteurs de la loi, ni parmi les scribes et les pharisiens ; eux qui n’étaient pas parmi ceux qu’on pouvait appeler sages et intelligents et qui pourtant avaient reçu la grâce de voir et d’entendre les enseignements du Messie. 

Les disciples avaient reçu la révélation de Christ comme des enfants, des gens qui ne savaient rien des choses de Dieu, tandis que les docteurs de la loi et les autorités religieuses avaient toutes les difficultés pour comprendre le mystère de Christ. C’était une grâce particulière pour les disciples et les gens du peuple de voir et d’écouter Jésus. C’était une grâce pour eux d’expérimenter la visitation du Messie dans les guérisons divines, dans la repentance et  la délivrance des démons. Les grands prêtres n’avaient pas cette grâce. Esaïe 53 s’accomplissait sous les yeux des sacrificateurs et des scribes, mais ils ne le savaient pas parce qu’ils n’étaient plus dans la volonté de Dieu.

Aujourd’hui, je me demande si les frères qui ont reçu la révélation du Message du temps de la fin mesurent la grâce que nous avons reçue de Dieu dans notre génération. Comme Jésus, est-ce que nous pouvons louer Dieu pour cette grâce qu’il nous a faite d’avoir la révélation de sa parole ? Si la parole prophétique que nous avons reçue peut briller comme une lampe à nos pieds (2 Pier 1 :19-20) dans ce lieu obscur qu’est le monde dans notre temps, alors nous pouvons dire que nous sommes de Dieu et que le monde entier est sous la puissance et la domination du malin (1 Jean 5 :19)

Celui qui prend réellement part à l’œuvre de Dieu dans notre génération peut se construire une maison spirituelle solide avec le matériau spirituel du Message que nous avons reçu ; une maison qui ne branle pas, mais qui tient ferme et peut résister aux tempêtes de la fin des temps.  Si nous avons eu la grâce de connaître le Message que Dieu nous a envoyé, alors nous pouvons être remplis de la connaissance de la volonté de Dieu dans notre temps. Paul disait aux Colossiens qu’il priait pour eux afin qu’ils soient remplis de la connaissance de la volonté de Dieu : C’est pourquoi depuis le jour où nous l’avons appris, nous n’avons cessé de prier pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle ;10  De telle sorte que vous vous conduisiez d’une manière digne du Seigneur, pour lui plaire en toutes choses, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres, et croissant dans la connaissance de Dieu ; (Colossiens 1 :9-10)

Mes chers amis, nous devons être remplis de la connaissance de la volonté de Dieu comme nous sommes remplis du Saint-Esprit. Par-là, nous comprenons que la connaissance de la volonté de Dieu est très importante. Et c’est justement la parole que nous recevons qui nous communique la volonté de Dieu comme une pensée qui nous habite. Les apôtres de Christ avaient la connaissance de Sa volonté à leur égard et à l’égard de tous les hommes. Si un Message nous a été adressé, c’est pour nous conduire dans la présence de Dieu, nous amener à être entièrement remplis de la connaissance de Sa volonté dans notre génération. Celui qui est rempli de la connaissance de la volonté de Dieu est patient et marche avec assurance dans les voies de Dieu. Quelle est la volonté de Dieu aujourd’hui à l’égard de son Eglise ? La volonté de Dieu, c’est que l’Eglise se prépare pour l’enlèvement ! Mais on peut constater que cette préparation est devenue un simple  slogan pour plusieurs. Mais pour nous, ça doit être l’ordre du jour.

 En effet, pour notre préparation, la parole de Dieu n’a pas manqué, l’huile d’onction non plus. Mais le Seigneur a pourvu à tout le nécessaire pour nous rendre propre et nous conduire à la perfection. C’est pourquoi nous avons reçu une parole qui a dévoilé les œuvres des ténèbres dans notre génération. Nous avons vu le diable être dépeint dans les écritures. Pour nous, c’est suffisant. Aucun esprit ne peut se déguiser en notre milieu, car dans la présence de Dieu et dans sa parole, tous les esprits sont mis à nus.   

Dans ce temps-là, Abija, fils de Jéroboam, devint malade. 2  Et Jéroboam dit à sa femme : Lève-toi, je te prie, et déguise-toi pour qu’on ne sache pas que tu es la femme de Jéroboam, et va à Silo. Voici, là est Achija, le prophète ; c’est lui qui m’a dit que je serais roi de ce peuple. 3  Prends avec toi dix pains, des gâteaux et un vase de miel, et entre chez lui ; il te dira ce qui arrivera à l’enfant.

4  La femme de Jéroboam fit ainsi ; elle se leva, alla à Silo, et entra dans la maison d’Achija. Achija ne pouvait plus voir, car il avait les yeux fixes par suite de la vieillesse. 5  L’Eternel avait dit à Achija : La femme de Jéroboam va venir te consulter au sujet de son fils, parce qu’il est malade. Tu lui parleras de telle et de telle manière. Quand elle arrivera, elle se donnera pour une autre. 6  Lorsque Achija entendit le bruit de ses pas, au moment où elle franchissait la porte, il dit : Entre, femme de Jéroboam ; pourquoi veux-tu te donner pour une autre ? Je suis chargé de t’annoncer des choses dures.

7 Va, dis à Jéroboam : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Je t’ai élevé du milieu du peuple, je t’ai établi chef de mon peuple d’Israël, 8  j’ai arraché le royaume de la maison de David et je te l’ai donné. Et tu n’as pas été comme mon serviteur David, qui a observé mes commandements et qui a marché après moi de tout son cœur, ne faisant que ce qui est droit à mes yeux.

9  Tu as agi plus mal que tous ceux qui ont été avant toi, tu es allé te faire d’autres dieux, et des images de fonte pour m’irriter, et tu m’as rejeté derrière ton dos ! 10  Voilà pourquoi je vais faire venir le malheur sur la maison de Jéroboam ; j’exterminerai quiconque appartient à Jéroboam, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël, et je balaierai la maison de Jéroboam comme on balaie les ordures, jusqu’à ce qu’elle ait disparu.

11  Celui de la maison de Jéroboam qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux du ciel. Car l’Eternel a parlé.12  Et toi, lève-toi, va dans ta maison. Dès que tes pieds entreront dans la ville, l’enfant mourra.

13  Tout Israël le pleurera, et on l’enterrera ; car il est le seul de la maison de Jéroboam qui sera mis dans un sépulcre, parce qu’il est le seul de la maison de Jéroboam en qui se soit trouvé quelque chose de bon devant l’Eternel, le Dieu d’Israël. 14  L’Eternel établira sur Israël un roi qui exterminera la maison de Jéroboam ce jour-là. Et n’est-ce pas déjà ce qui arrive ? 15  L’Eternel frappera Israël, et il en sera de lui comme du roseau qui est agité dans les eaux ; il arrachera Israël de ce bon pays qu’il avait donné à leurs pères, et il les dispersera de l’autre côté du fleuve, parce qu’ils se sont fait des idoles, irritant l’Eternel.

(1 Rois 14 :1-15)

Mes chers amis, regardez le comportement de Jéroboam ! Est-ce que nous pouvons venir au prophète étant déguisés ? Est-ce que nous pouvons venir à cette Parole prophétique avec des déguisements dans nos cœurs ? Est-ce que nous pouvons entrer sous l’onction d’Elie avec des déguisements ? Il est important pour nous de bien comprendre la pensée de Dieu aujourd’hui. Car nous ne pouvons pas nous permettre de nous comporter comme Jéroboam et sa femme. Nous ne pouvons pas nous déguiser ou porter des masques pour venir à cette parole. Non ! Le Seigneur nous connait.

Jéroboam fut un mauvais roi pour Israël. Bien qu’il ait été choisi par Dieu, il se comporta comme un roi païen. Il commit un péché très grave en détournant le peuple de Dieu de l’adoration à Jérusalem. C’est Jéroboam qui avait fait des hauts lieux en Israël pour conduire le peuple après des veaux d’or. 

26  Jéroboam dit en son cœur : Le royaume pourrait bien maintenant retourner à la maison de David. 27  Si ce peuple monte à Jérusalem pour faire des sacrifices dans la maison de l’Eternel, le cœur de ce peuple retournera à son seigneur, à Roboam, roi de Juda, et ils me tueront et retourneront à Roboam, roi de Juda. 28  Après s’être consulté, le roi fit deux veaux d’or, et il dit au peuple : Assez longtemps vous êtes montés à Jérusalem ; Israël ! Voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte.

29  Il plaça l’un de ces veaux à Béthel, et il mit l’autre à Dan. 30  Ce fut là une occasion de péché. Le peuple alla devant l’un des veaux jusqu’à Dan. 31  Jéroboam fit une maison de hauts lieux, et il créa des sacrificateurs pris parmi tout le peuple et n’appartenant point aux fils de Lévi. 32  Il établit une fête au huitième mois, le quinzième jour du mois, comme la fête qui se célébrait en Juda, et il offrit des sacrifices sur l’autel. Voici ce qu’il fit à Béthel afin que l’on sacrifiât aux veaux qu’il avait faits. Il plaça à Béthel les prêtres des hauts lieux qu’il avait élevés. (1 Roi 12 : 26-32)

C’est en mettant à exécution les pensées politiques et humaines de son cœur que Jéroboam avait détourné le peuple d’Israël de l’adoration à Jérusalem. A cause de la division du royaume, Jéroboam et Roboam étaient devenus comme des rivaux et Jéroboam au lieu d’avoir confiance dans le Dieu qui l’avait établi roi sur Israël en vint à croire que le peuple aurait le cœur détourné de lui s’il continuait d’aller adorer à Jérusalem. Pour ce faire, il avait créé des lieux d’adoration  de son propre chef en établissant des sacrificateurs. Il avait institué aussi des fêtes en l’honneur de l’Eternel. Vous voyez frères, Jéroboam avait établi sa religion avec les pensées de son cœur. Ce comportement de Jéroboam déplut  fort à Dieu parce qu’il avait conduit le peuple  de Dieu dans l’adoration d’un autre dieu qui n’était pas l’Eternel. On se souvient que le peuple d’Israël, à sa sortie d’Egypte,  avait poussé Aaron à fabriquer un veau d’or qu’ils adorèrent. Ce péché avait provoqué la colère de Dieu et fait de nombreux morts dans leur rang.

Le malheur, c’est que nous sommes actuellement dans la division du royaume d’Israël. Les jalousies, les inimitiés et la politique dans l’Eglise ont conduit plusieurs dans le péché de Jéroboam. D’un côté, il y a ceux qui arrivent encore à adorer à Jérusalem, dans le temple, avec des sacrificateurs consacrés, issus de la race de Lévi et de l’autre côté, ceux qui appartiennent certes à Israël, mais qui ne peuvent plus se rendre à Jérusalem, ni dans le temple pour adorer. Ils n’avaient pas accès aux ministres de la parole établis par Dieu. Au contraire, ils sont tenus captifs par des chefs religieux qui leur ont fabriqué des veaux d’or qu’ils présentent comme l’Eternel Dieu qui a fait sortir Israël du pays d’Egypte. Ils adorent avec des sacrificateurs établis par Jéroboam, des prédicateurs de circonstances qui n’ont jamais été appelés par Dieu pour une Mission quelconque.

Ceux-là vont à béthel, un ancien autel où Dieu apparaissait, utilisé par Jéroboam pour tromper la vigilance du peuple. En effet, c’est là qu’il avait établi son veau d’or. N’est-ce pas ce que nous voyons aujourd’hui ? Jacob avait adoré à Béthel. Pendant longtemps, le peuple d’Israël avait adoré Dieu dans ce lieu, mais dès l’instant où Dieu avait approuvé le temple de Jérusalem, il n’était plus question de placer un veau d’or à Béthel pour y conduire le peuple.

Il existe beaucoup d’anciens autels dans le Message, des lieux où on veut chercher Dieu alors qu’Il n’est plus là-bas. Mais les calculs politiques ont pris le pas sur la révélation de Jésus-Christ. Les pensées humaines de Jéroboam ont pris le pas sur les révélations de Jésus-Christ. Les serviteurs de Dieu sont souvent dans les rivalités et les luttes de positionnement. Et c’est généralement ceux qui ne sont pas à leur place comme Jéroboam qui conduisent le peuple de Dieu dans les anciens autels où ils peuvent se réfugier  derrière les déclarations du prophète. L’ancien autel est un autel religieux ; et beaucoup sont restés à cet autel, adorant un veau d’or, une adoration charnelle dans laquelle il n’y a pas de puissance de transformation du cœur, un culte à des prophètes morts et à des œuvres spirituelles passées.

Mes chers amis, il ne nous revient pas de commettre le péché de Jéroboam. Car nous sommes appelés à aller loin avec le Seigneur et avec son œuvre. Le temple de Dieu pour nous, c’est Jésus-Christ et Christ est la pleine vie spirituelle manifestée. C’est le lieu d’adoration. C’est là  notre place, c’est là notre position. Jéroboam s’était perdu à cause de son orgueil. Il ne voulait pas donner gloire à Dieu, mais il était attaché à ses propres ambitions, au point de fabriquer un culte de toutes pièces pour Israël. Il voulait qu’Israël regarde à lui seul et non à Roboam. Même en fabriquant le veau d’or qu’il présentait comme l’Eternel Dieu, il voyait sa personne et non l’Eternel. Jéroboam savait très bien qu’il avait fabriqué une religion pour protéger son pouvoir politique et non pour adorer Dieu. Ses sacrificateurs qui faisaient le sacrifice savaient très bien qu’ils n’étaient pas à leur place, mais ils voulaient faire plaisir au roi. Un jour, Dieu envoya un prophète contre Béthel.

1 Voici, un homme de Dieu arriva de Juda à Béthel, par la parole de l’Eternel, pendant que Jéroboam se tenait à l’autel pour brûler des parfums. 2  Il cria contre l’autel, par la parole de l’Eternel, et il dit : Autel ! autel ! ainsi parle l’Eternel : Voici, il naîtra un fils à la maison de David ; son nom sera Josias ; il immolera sur toi les prêtres des hauts lieux qui brûlent sur toi des parfums, et l’on brûlera sur toi des ossements d’hommes !

3  Et le même jour il donna un signe, en disant : C’est ici le signe que l’Eternel a parlé : Voici, l’autel se fendra, et la cendre qui est dessus sera répandue. 4  Lorsque le roi entendit la parole que l’homme de Dieu avait criée contre l’autel de Béthel, il avança la main de dessus l’autel, en disant : Saisissez-le ! Et la main que Jéroboam avait étendue contre lui devint sèche, et il ne put la ramener à soi.

5  L’autel se fendit, et la cendre qui était dessus fut répandue, selon le signe qu’avait donné l’homme de Dieu, par la parole de l’Eternel. 6  Alors le roi prit la parole, et dit à l’homme de Dieu : Implore l’Eternel, ton Dieu, et prie pour moi, afin que je puisse retirer ma main. L’homme de Dieu implora l’Eternel, et le roi put retirer sa main, qui fut comme auparavant. (1 Roi 15 :1-5)

Les autels de Jéroboam ne pourront pas subsister en Israël. Une prophétie est déjà sortie pour les attaquer et les renverser. Ceux qui aujourd’hui sont dans la religion  de Jéroboam se déguisent. C’est ce que nous voyons avec la femme de Jéroboam.

2  Et Jéroboam dit à sa femme : Lève-toi, je te prie, et déguise-toi pour qu’on ne sache pas que tu es la femme de Jéroboam, et va à Silo.

Cette femme symbolise ici la religion que son mari avait fondée. Elle fut appelée à rendre visite au prophète de Dieu. Son mari lui demanda de se déguiser pour ne pas qu’on sache qu’elle est la femme de Jéroboam. Elle partit consulter le prophète au sujet de son fils malade. Celui qui vit dans la religion de Jéroboam est obligé de se déguiser vis-à-vis de la parole prophétique de notre génération parce que le Message est venu pour que nous soyons dans la pleine lumière. Le message est venu dévoiler le diable et l’esprit religieux en notre milieu.

Nous ne pouvons pas venir à ce message de perfection, de sainteté et de lumière étant déguisés, affublés de vêtements religieux pour mentir à notre conscience et nous faire passer pour quelqu’un que nous ne sommes pas  dans la réalité. Il y a des frères qui n’ont pas encore compris cela. Jéroboam en disant à sa femme de se déguiser pensait avoir affaire à un homme, il ne savait pas qu’il avait affaire à Dieu. La politique religieuse ne peut pas avoir sa place parmi les frères qui ont reçu la vision spirituelle du Message et qui marchent au son de la trompette de Dieu dans notre génération. Les jalousies, les querelles et les luttes charnelles ne peuvent pas continuer d’avoir cours en notre milieu, car le jugement commence dans la maison de Dieu. Il faut que Dieu tranche cette affaire afin que la verge des sacrificateurs établis selon l’ordre d’Aaron refleurissent en notre milieu et montre des fruits miraculeux. (Nombres 17)

Si Dieu a jugé l’autel de Jéroboam en son temps, il le fera encore dans notre génération contre l’esprit religieux. Et le jugement de Jéroboam fut sans appel. 5  L’Eternel avait dit à Achija : La femme de Jéroboam va venir te consulter au sujet de son fils, parce qu’il est malade. Tu lui parleras de telle et de telle manière. Quand elle arrivera, elle se donnera pour une autre. Les religieux s’approchent de Dieu avec des cœurs éloignés, des déguisements et des calculs religieux, fruits de leurs propres pensées. L’enfant de Jéroboam ne pouvait qu’être malade ! Tous les fruits religieux sont malades, atteints de corruption de tous genres parce qu’ils ne peuvent pas subsister en Israël. Dieu dit : Voilà pourquoi je vais faire venir le malheur sur la maison de Jéroboam ; j’exterminerai quiconque appartient à Jéroboam, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël, et je balaierai la maison de Jéroboam comme on balaie les ordures, jusqu’à ce qu’elle ait disparu. 11  Celui de la maison de Jéroboam qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux du ciel. Car l’Eternel a parlé.12  Et toi, lève-toi, va dans ta maison. Dès que tes pieds entreront dans la ville, l’enfant mourra

C’est de cette manière que la religion de Jézabel et d’Achab disparurent en Israël. L’enfant mourra ! L’enfant de la religion du message mourra ! Il ne subsistera pas à cette parole prophétique. Il ne subsistera pas au jugement de Dieu qui commence dans Sa maison. Dans Matthieu 25, les vierges folles seront délivrées et se rendront compte que leurs lampes s’éteignent lorsque Dieu détruira l’autel du veau d’or qu’elles ont établis en notre milieu. C’est en ce moment qu’elles constateront la différence entre elles et les sages qui avaient plus de lumière parce qu’elles avaient écouté des ministères de réserve qui avaient de l’huile de réserve.   

Si nous nous laissons instruire par les paroles de Dieu à Jéroboam, nous verrons que celui qui a été établi par Dieu peut commettre le péché de Jéroboam : 7 Va, dis à Jéroboam : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Je t’ai élevé du milieu du peuple, je t’ai établi chef de mon peuple d’Israël, 8  j’ai arraché le royaume de la maison de David et je te l’ai donné. Et tu n’as pas été comme mon serviteur David, qui a observé mes commandements et qui a marché après moi de tout son cœur, ne faisant que ce qui est droit à mes yeux.

N’est-ce pas Dieu qui avait établi Jéroboam ? La leçon à tirer ici est que nous n’avons pas le droit de faire l’œuvre de Dieu en employant nos propres calculs. Ce que nous avons à faire est de nous laisser conduire par le Saint-Esprit à atteindre le but du Seigneur. Jéroboam a péché en voulant gouverner le peuple par ses propres pensées. Il n’avait pas écouté le prophète qui lui avait annoncé qu’il serait roi. C’est lorsque les problèmes avaient commencé à venir contre lui qu’il s’est souvenu qu’il y avait un prophète qui lui avait dit qu’il serait roi ; prophète qu’il avait ignoré au moment où il bâtissait sa religion.

Mes bien-aimés frères et sœurs, beaucoup parmi nous sont dans le déguisement de la femme de Jéroboam. Il existe une église fabriquée de toutes pièces par des Jéroboam en notre milieu, une religion  pour empêcher le peuple de  Dieu d’aller à Jérusalem auprès des vrais sacrificateurs – une église, fruit des pensées humaines,  fruit des calculs politiciens dans les assemblées du message, c’est l’assemblée des vierges folles. Ceux qui vivent dans cette religion sont déguisés parce qu’on ne connait jamais leurs intentions réelles. Tout est arrimé aux calculs humains et non à la vision spirituelle de Dieu dans notre génération. Mais l’Epouse de Christ ne sera pas déguisée. Son fils mâle, la semence glorifiée de Christ ne tombera pas malade pour mourir comme l’enfant de Jéroboam.

William Branham avait dit que deux semences feraient leur chemin dans le Message : d’une part la semence de Dieu et d’autre part la semence de la religion.  C’est ce que nous voyons et que nous sommes appelés à juger. Il n’est pas du tout question que nous portions des déguisements et des masques en notre milieu mes frères et sœurs. Notre vie doit être une vie de transparence et de clarté. Nous devons avoir un seul visage que tous les frères et sœurs connaissent et reconnaissent. On ne doit pas avoir deux ou plusieurs visages, selon le milieu et l’environnement. Quand on va au prophète, on doit se déguiser, parce qu’on a beaucoup de reproches à se faire ; Comme c’est écrit dans Jean. (Jean 3:20)  Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées.

Le message prophétique que nous avons reçu est venu dévoiler les œuvres de la religion dans le royaume de Dieu afin que nous les connaissions et travaillons à les déraciner. C’est pour cette raison qu’on ne peut pas admettre le formalisme et la religion en notre milieu. Même dans notre propre vie, nous ne devons pas admettre le formalisme.

Notre honnêteté dans les choses de Dieu doit être exemplaire. Nos pensées doivent être spirituelles et alignées sur la vision spirituelle du Message parce que nous ne sommes pas venu à un homme, mais à Dieu et à son œuvre de la fin des temps.

Nos frères les apôtres nous ont mis en garde contre l’œuvre de Dieu qui se fait dans les rivalités et la chair. Ils nous ont mis en garde contre les luttes de positionnement et l’orgueil. Aujourd’hui, notre royaume est divisé en deux, comme au temps de Roboam et Jéroboam. Ce qui avait perdu Jéroboam en son temps est la même chose qui perd plusieurs aujourd’hui en notre milieu : la politique religieuse, les pensées humaines, les rivalités, l’orgueil, le désire de dominer les autres, de les embrigader, la non acceptation des points de vue des autres, même si on ne les partage pas, le mépris de son frère et de ses qualités spirituelles etc.

Mes chers amis, nous ne sommes pas dans le royaume de Jéroboam, mais bien dans celui de Christ, où nous avons tous accès à la présence de Dieu, chacun individuellement. Profitons-en et allons à l’essentiel. Que la grâce et la paix de notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ soient avec vous tous. Je vous aime dans le Seigneur !

 (2 Corinthiens 3:18)  Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. 23  Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, 24  et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était. (Jacques 1 :22-23)

En Christ notre Seigneur

Fr M’BRA Parfait

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.