La maison du trésor

  • M'bra Parfait
  • mardi, 04 septembre 2018
Fichier Articles liés
0.0/5 Note (0 votes)

Je vous salue tous mes bien-aimés frères et sœurs en Christ notre Seigneur. Que la grâce et la paix du Seigneur soient avec chacun de vous qui croyez dans l’Appel à la victoire du 11 Juin 1933 ; là où il fut dit au prophète qu’il était envoyé avec un Message pour préparer la seconde venue de Christ – celle que nous attendons avec ferveur, avec une grande foi, l’assurance d’être compté parmi ceux qui prendront le grand départ ce jour-là pour le changement de leur corps, en vue de la montée dans le ciel, à la rencontre de l’Epoux. (1 Thes 4:17) C’est là notre espérance, une espérance qui n’en est plus vraiment une, puisque nous la possédons déjà. Car pour nous, nous sommes maintenant ouvriers avec le Seigneur pour remplir la salle des Noces, les premiers invités ayant refusé d’honorer l’invitation du Seigneur. (Matth 22:1-14)

 

Le temps presse, le Maître arrive, alors nous devons travailler sans nous relâcher, afin de remplir la salle des Noces. Il faut que nous allions sur la place publique appeler tous ceux qui peuvent accepter d’entrer maintenant, car le Maître a dit : Les noces sont prêtes ; mais les conviés n’en étaient pas dignes. Ceux qui avaient été invités au départ n’en étaient pas dignes. Le Roi les avait considérés, mais eux n’avaient pas considéré le Roi puisqu’ils ont refusé d’assister aux Noces de son fils. Mes bien-aimés, c’est de la folie d’agir ainsi. Mais c’est ce que nous pouvons constater dans notre génération, car plusieurs des premiers seront les derniers et plusieurs des derniers seront les premiers. Dans cette parabole, les invités s’étaient excusés parce qu’ils avaient des activités de la vie qui passaient avant l’invitation du Roi. Nous sommes dans une génération dure de cœur. C’est une génération qui n’est pas prête à accepter la parole de Dieu et les appels à la préparation en vue de l’enlèvement. La prophétie dit clairement que les invités ne voulaient pas venir. 3 Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces ; mais ils ne voulurent pas venir.

Les Noces du fils du Roi ne représentaient pas quelque chose d’important aux yeux des invités, mais le Roi a insisté en envoyant encore d’autres serviteurs avec un Message plus pressant, pour dire que les choses étaient fin prêtes et que très bientôt les Noces allaient commencer. Dites aux conviés: Voici, j’ai préparé mon festin ; mes bœufs et mes bêtes grasses sont tués, tout est prêt, venez aux noces. Là, le Message est encore plus clair, donnant des précisions sur le festin pour attirer les invités, mais la prophétie dit que, sans s’inquiéter de l’invitation, ils s’en allèrent, celui-ci à son champ, celui-là à son trafic ; 6 et les autres se saisirent des serviteurs, les outragèrent et les tuèrent.

Ce qui se passe maintenant est que les invités du Roi, ceux qui ont cru au Message du temps de la fin, sont gagnés par la mondanité. Ils sont gagnés par les occupations de la vie présente, au point que se présenter aux Noces du fils du Roi est devenu difficile. Il y a des occupations au champ, il y en a dans les affaires et dans beaucoup d’autres domaines, notamment les plaisirs de la vie. L’œuvre de Dieu aujourd’hui consiste à prendre en compte ce que disent les prophéties bibliques pour connaître la réalité de la vie des croyants. L’incrédulité a complètement gagné le peuple de Dieu et la définition de la FOI a changé dans les cœurs de ceux qui se disent chrétiens. Pour finir, ce ne sont pas nos propres pensées qui vont s’accomplir sous nos yeux, mais bien ce que le Seigneur a dit. A la fin, ceux qui vont remplir la salle des Noces, sont des gens auxquels on ne s’attendait pas, des gens pauvres, malades, estropiés, paralytiques, qui représentent aujourd’hui, les musulmans, les homosexuels, les prostituées, les religieux de tous bords qui auront encore l’occasion d’entendre la parole de Dieu – le vrai Evangile parce que Dieu leur enverra expressément des serviteurs : 9 Allez donc dans les carrefours, et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez. 10 Ces serviteurs allèrent dans les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fut pleine de convives.

Cette même parabole est écrite dans Luc 14. Là-bas, il existe des détails importants qui prouvent qu’actuellement, beaucoup de chrétiens sont sous la malédiction, principalement à cause de l’idolâtrie qui existe dans le Message du temps de la fin et de l’Evangile de prospérité qui existe dans le monde chrétien religieux. Beaucoup n’entreront pas dans la salle des Noces parce qu’ils se sont eux-mêmes barré le chemin par leurs vaines occupations. Mais il nous appartient à nous les serviteurs de Dieu, nous gens de la Maison de Dieu, de faire en sorte que les gens viennent aux Noces de l’Agneau. C’est nous qui devons avoir la méthode nécessaire, avec le Saint-Esprit pour convaincre les derniers invités à entrer.

22 Au bout d’un moment, le serviteur vint dire: "Maître, j’ai fait ce que tu m’as dit, mais il y a encore de la place." 23 "Eh bien, lui dit le maître, va sur les chemins, le long des haies, fais en sorte que les gens viennent, pour que ma maison soit pleine. 24 Une chose est sûre : pas un seul des premiers invités ne goûtera à mon festin. (Luc 14:22-24) Dans d’autres versions, il est dit « contrains les gens pour que ma maison soit pleine ». Comment pouvons-nous contraindre les gens AUJOURD’HUI à se donner au Seigneur Jésus ? Mes bien-aimés frères et sœurs, il existe un Evangile qui fouette les cœurs – cet Evangile sera prêché avec l’autorité nécessaire. Dieu lui-même donnera les moyens de la contrainte par son Esprit à faire ce travail. Mais ce qui est malheureux, c’est que les premiers invités n’entreront pas dans la salle des Noces parce qu’ils n’ont pas respecté l’invitation du roi. La révélation n’ira plus vers eux parce qu’ils ne sont pas intéressés par ce que Dieu fait. C’est pour cette raison qu’à la fin de la parabole, Jésus a dit : « Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus » Plusieurs ont été appelés dans le Message du temps de la fin, mais à la fin, il n’y aura pas beaucoup d’élus parce que la folie s’est emparée de beaucoup d’appelés. Puisse Dieu nous assister et nous donner d’être fidèle à l’appel que nous avons reçu.

AINSI DIT LE SEIGNEUR: Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Eternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. (Malachie 3:10)

Mes bien-aimés, je me suis demandé ce que représentait pour nous aujourd’hui la Maison du trésor. En relisant la parabole du jeune homme riche, mon esprit a été attiré par une parole du Seigneur auquel le jeune homme riche n’avait pas cru, alors qu’elle était toute la vérité. En effet, il existe une Maison du trésor de Dieu, là où sont gardés les biens de Dieu, les terrestres et aussi les célestes. Car de toutes façons, il faut que nos biens soient apportés quelque part. Dans notre monde, il existe des trésors, des lieux où sont gardés les biens les plus précieux: l’or, l’argent et beaucoup d’autres affaires précieuses. Pour nous les chrétiens, nous avons une Maison du trésor; ce n’est pas un temple ou une cathédrale sur cette terre. Notre Maison du trésor n’est pas un endroit qu’on peut identifier sur cette terre. Alors j’ai réfléchi, j’ai examiné et mon cœur s’est réjoui.

En effet, dans ses enseignements, le Seigneur Jésus a conseillé à ses disciples de ne pas s’amasser des trésors sur la terre, là où la rouille et la teigne détruisent, mais de s’amasser plutôt des trésors dans le ciel. Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. (Matthieu 6:20-21) En lisant cette parole, posons-nous la bonne question: Qu’est-ce qui est le plus important: le trésor ou le lieu où il est gardé? J’ai compris que le plus important, ce n’est pas le trésor lui-même, mais bien le lieu où on le garde. Si on considère les biens de ce monde, tels que l’or, l’argent, les biens immobiliers et mobiliers, notre énergie, notre temps, notre travail et toutes les autres choses importantes qu’un homme puisse avoir sur cette terre, ils n’ont de valeur que s’ils sont placés dans les trésors de la Maison de Dieu.

C’est l’affaire du jeune homme riche qui a ouvert mon esprit sur le sujet. Lorsqu’il a rencontré le Seigneur, cet homme riche Lui a dit qu’il voulait être sauvé, alors Jésus lui a indiqué le chemin: 16 Et voici, quelqu’un s’approchant, lui dit: maître, quel bien ferai-je pour avoir la vie éternelle?17 Et il lui dit: Pourquoi m’interroges-tu touchant ce qui est bon? Un seul est bon. Mais si tu veux entrer dans la vie, garde les commandements.

18 Il lui dit: Lesquels? Et Jésus dit: Tu ne tueras point; tu ne commettras point adultère; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; 19 honore ton père et ta mère; et, tu aimeras ton prochain comme toi-même. 20 Le jeune homme lui dit: J’ai gardé toutes ces choses; que me manque-t-il encore? 21 Jésus lui dit: Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as, et donne aux pauvres; et tu auras un trésor dans le ciel; et viens, suis-moi. 22 Et le jeune homme, ayant entendu cette parole, s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.

Le Seigneur a proposé au jeune homme riche de vendre tous ses biens et de distribuer l’argent aux pauvres – c’était la seule manière pour lui de donner de la valeur à ses richesses. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’était pas du gaspillage, parce que le Seigneur lui avait bien dit : Et tu auras un trésor dans le ciel. C’était un premier niveau d’enseignement que cet homme devait comprendre, mais qu’il n’a pas compris. Lorsqu’on devient croyant, Dieu doit sécuriser nos biens, en leur donnant de l’importance parce que dans le Royaume de Dieu, c’est le lieu où le trésor se trouve qui compte. Si les biens de ce jeune homme devaient rester dans le monde pour servir sa personne, ils n’auraient aucune valeur et n’auraient rien produit pour lui dans ses comptes célestes. Alors c’est par amour que Jésus lui a parlé, mais il n’a rien compris. Il ne pouvait pas croire qu’il puisse avoir des trésors dans les cieux parce qu’il aurait distribué ses biens aux pauvres, et pourtant c’est ce que le Seigneur a dit.

Par ailleurs, on peut se souvenir de la conversion de Zachée. Quand il reçut la vie éternelle, il mit lui-même ses biens en sécurité en donnant la moitié aux pauvres. Jésus ne lui avait rien demandé, mais il avait compris sur le champ: Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et, si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple.

En Christ, il est important pour nous de savoir ce que c’est qu’un bien, un trésor aux yeux de Dieu. Le trésor ou le bien n’a de valeur que lorsqu’il se trouve dans les comptes du Seigneur et travaille pour Lui, qu’il soit un bien terrestre ou céleste. Au sujet des biens spirituels, Jésus a dit: 21 Tous ceux qui me disent: Seigneur! Seigneur! n’entreront pas dans le Royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux. 22 Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur! Seigneur! n’avons-nous pas prophétisé en ton Nom? et n’avons-nous pas chassé les démons en ton Nom? et n’avons-nous pas fait plusieurs miracles en ton Nom? 23 Mais je leur dirai alors tout ouvertement: je ne vous ai jamais reconnus; retirez-vous de moi, vous qui vous adonnez à l’iniquité. (Matth 7:21-23)

Vous verrez ici que ceux qui prophétisaient par le nom du Seigneur, qui chassaient les démons et opéraient de grands miracles furent rejetés parce qu’ils gaspillaient les biens que Dieu leur avait donné. Ils avaient reçu des trésors du ciel, notamment l’onction de l’Esprit, de laquelle proviennent les dons de l’Esprit, le Ministère et beaucoup d’autres capacités, mais ils l’utilisèrent pour se servir eux-mêmes. C’est ce que fit Juda qui a été apôtre de Jésus-Christ. Il faisait partie de ceux que le Seigneur avait choisis et il avait reçu l’onction au même titre que les onze, mais il mourut à cause de l’amour de l’argent. Le Seigneur avait dit aux disciples « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ».

Lorsque Dieu nous donne une onction, une puissance, un Ministère ou un don, ça fait désormais partie de notre patrimoine spirituel personnel, parce que c’est relié à notre vie pour toujours. Il nous appartient désormais de faire en sorte que ça profite au royaume de Dieu ; c’est à ce moment que ça peut nous rapporter en tant que trésor. Et c’est lorsque le trésor est bien placé qu’il est multiplié. Souvent nous rencontrons des serviteurs de Dieu qui se sont corrompus au point de faire du Ministère ou du don qu’ils ont reçu, une affaire personnelle ; à ce moment, le trésor se trouve alors dans les comptes de cette terre où la rouille et la teigne dévorent, et à la fin, le Ministère est ruiné spirituellement parce qu’ils commencent bien et finissent mal, dans les regrets et les humiliations.

Mes chers amis, ce ne sont pas seulement l’argent et l’or qui doivent être placés dans les trésors du ciel, mais nos richesses spirituelles aussi, car avec Dieu, la bonne transaction doit être faite. Nous donnons nos biens de cette terre, en retour, Il nous donne ses trésors à fructifier dans ce monde, mais pour Son royaume. Tout ce qui est un bien pour nous sur cette terre, qu’on donne à Dieu, nous est rendu comme un bien spirituel qui ne périt pas. Là où il y a plus de joie, c’est quand on peut se rendre compte que notre cœur est le trésor de Dieu, le lieu où Il peut investir des biens spirituels qui ne peuvent périr. Mais ce n’est pas n’importe quel cœur qui a ce privilège de recevoir les biens impérissables. Ce sont les cœurs qui appartiennent tout entier à Dieu, qui en ont fini avec le monde et ses œuvres. Un cœur qui appartient tout entier à Dieu peut être un trésor de Dieu, la Maison où Il garde ses biens précieux. A ce moment, Dieu est sûr que ses trésors ne seront pas dilapidés, profanés ou gaspillés.

Mes bien-aimés frères et sœurs, je nous exhorte à travailler dans le sens du bon placement. Jésus a demandé à ce jeune homme de vendre ses biens, de distribuer l’argent aux pauvres pour avoir des trésors dans le ciel, il a refusé de s’exécuter parce qu’il n’avait rien compris. Et pourtant Jésus disait la vérité. Ayons la révélation du lieu où nous devons garder notre argent, notre or, et toutes nos affaires de cette vie – c’est dans la Maison du trésor de Dieu ; notre cœur tout entier consacré au Seigneur Jésus. N’est-ce pas que Jésus a dit que le Royaume de Dieu est au-dedans de nous ? Quand nous donnons tout à Dieu, Il nous le rend par des biens qui ne périssent pas dans notre cœur.

Lorsqu’on parle de la Maison du trésor, il y en a qui ne voient que le temple, le lieu de prière, où on doit convoyer les dîmes et les offrandes pour être béni, mais la Maison de Dieu est plus que cela. On parle de la Maison du trésor lorsque la transaction entre nous et Dieu est effective et rentable. Si l’investissement ne te profite pas au plan spirituel, c’est que tu n’investis pas au bon endroit. Aussi ceux qui placent leurs biens de cette terre dans la Maison du trésor de Dieu, pour espérer en retour recevoir davantage de biens de cette terre se trompent de placement, parce que ça ne leur profitera pas. De même, ceux qui ont reçu de Dieu des biens spirituels dont ils sont riches et qui les utilisent dans l’espérance d’être bien nantis dans ce monde, en les monnayant se trompent de placement, parce que la teigne et la rouille frapperont leurs possessions.

Mes chers amis, ce qui nous restera de toutes les richesses que nous aurions eues sur cette terre, c’est ce dont nous serions vêtus à la résurrection des morts, notre domicile céleste, le corps nouveau de la résurrection. (1 Cor 15) Ce sera un corps impérissable, qui ne meurt plus, avec un éclat que lui donneront tous les services que nous aurons rendu à Dieu et à son peuple pendant notre marche sur la terre. Pour avoir travaillé dans le Royaume de Dieu, nous serons tous récompensés, mais chacun en son rang et selon ses œuvres. A ce sujet, Apocalypse nous dit que le fin lin éclatant dont nous serons vêtus aux Noces de l’Agneau, ce sont les œuvres justes des saints. (Apo 19:8) Alors marchons dans la fidélité parce que Dieu ne fait acception de personne, et personne non plus ne perdra sa récompense. Si le jeune homme riche avait cru ce que le Seigneur lui avait dit, il aurait payé le prix de la perfection, mais il n’a pas cru. Le jeune homme riche n’a pas cru dans l’existence des trésors de Dieu dans le ciel, donc il ne pouvait pas comprendre qu’en donnant ses biens terrestres aux pauvres, Dieu lui donnait en retour des biens spirituels dans son cœur.

Pour nous, nous ne sommes pas ignorants, alors travaillons à obéir à l’ordre du Seigneur et tâchons de mettre à la disposition de l’œuvre de Dieu, toutes les richesses que nous avons, surtout celles qui sont spirituelles pour faire venir aux Noces de l’agneau, ceux que Dieu attend maintenant, les derniers qui n’espéraient même pas se retrouver à la table du roi. Et comprenons mes bien-aimés frères et sœurs que nous sommes riches de beaucoup de biens spirituels. Contrairement aux biens de cette terre, on peut avoir des biens spirituels sans nous en rendre compte. Si j’ai de l’argent ou de l’or en banque, il est évident que j’en sache la valeur, mais on peut avoir des biens spirituels sans en connaître la valeur parce que les biens spirituels sont manifestés dans notre vie au fur et à mesure qu’on avance spirituellement dans la consécration à Dieu. C’est pour cette raison qu’on doit travailler à faire éclore toutes les capacités spirituelles que Dieu nous a données. Apportons à la Maison du trésor, tous nos biens spirituels, nos trésors que Dieu nous a donnés, les Ministères, les dons spirituels, les qualités spirituelles, tout ce qui peut aider à l’avancement du Royaume de Dieu dans nos cœurs afin que le peuple de Dieu soit délivré. N’enterrons pas nos talents, comme le fit cet homme qui avait reçu de son maître un talent qu’il a enterré au lieu de le faire valoir. Ne soyons pas paresseux quand il s’agit de l’œuvre de Dieu, mais soyons vaillants et conscients de l’appel que Dieu nous a adressé.

La foi qui déracine le sycomore

5 Les apôtres dirent au Seigneur: Augmente-nous la foi. 6 Et le Seigneur dit: Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer ; et il vous obéirait. (Luc 17:5-6)

Mes chers amis, la FOI qui déracine le Sycomore n’est pas une grande foi, de même que celle qui déplace les montagnes, c’est peut-être étonnant, mais c’est la vérité. Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible. 21 Mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne. (Marc 4:19-21) Depuis quelque temps, je me pose des questions sur cette déclaration du Seigneur Jésus : Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé.

Nous savons que le grain de sénevé est un grain de moutarde, et Jésus a reconnu que c’est un petit grain, qui lorsqu’il est jeté en terre devient un gros arbre dans lequel les oiseaux viennent faire leurs nids. Il disait aussi: Comment comparerons-nous le royaume de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous? 31 Il est semblable à un grain de moutarde, qui, lorsqu’il est semé sur la terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre; 32 et après qu’il est semé, il monte et devient plus grand que toutes les herbes, et jette de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent demeurer sous son ombre. (Marc 4:30-32) Il n’existe pas meilleure image pour représenter la foi dans tout ce qu’elle EST. Car la foi croit et porte du fruit. Souvent nous prions, demandant à Dieu d’augmenter notre foi, mais le principe de Dieu ne marche pas de cette manière. Une foi qui ne s’exerce pas ne peut pas s’affermir, ni augmenter. La foi aussi petite, soit-elle, peut faire de grandes choses, comme déplacer une montagne, ou déraciner un sycomore, si elle est mise en action. Car c’est l’ACTION qui fait la Foi.

En effet, la foi sans l’Action n’est rien, comme Jacques l’a dit : la foi sans les œuvres est morte. Une foi, aussi petite soit-elle n’empêche pas les croyants de faire des exploits, pourvu qu’ils prennent la décision de la mettre en action. Lorsque les disciples avaient demandé la raison de leur échec vis-à-vis de l’esprit lunatique, Jésus avait répondu: c’est à cause de votre incrédulité, mais Il avait aussi reconnu que ce genre de démons ne sortaient que par le jeûne et la prière. Par-là, nous devons comprendre que notre Foi doit avoir des alliés dans sa mise en œuvre, notamment, le jeûne et la prière. La foi doit être exercée, elle doit apprendre avant d’obtenir des résultats infaillibles. Une foi qui n’a pas appris n’est pas affermie, ni efficace.

Nous devons nous rendre compte que notre foi est exercée par le nom de Jésus, c’est pour cela qu’elle est puissante. Notre foi est exercée par l’autorité que le Seigneur nous a donnée en Lui, c’est pour cela qu’elle s’impose à toute la création. La foi a donc une source reconnue dans toute la création, dans le Royaume des ténèbres comme dans le royaume de Dieu. Dès lors, aucune puissance, ni aucune autre autorité ne peut contester la Foi du chrétien qui est absolument conscient des ACTES spirituels qu’il pose. Si nous exerçons la foi sans être conscient de l’autorité par laquelle nous agissons, il est évident que nous pouvons faiblir, mais Christ et l’autorité qui est dans son nom ne faiblit pas. Et le Seigneur Lui-même nous a rassurés avant de partir. Il a dit aux disciples:

Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. (Jean 14:13-14)

(Jean 16:24) Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.

Paul s’adressant aux Ephésiens nous a montré qu’il est important pour le chrétien d’enraciner sa foi dans la position qu’il a en Christ Jésus, une position que personne dans les cieux et sur la terre ne peut contester, et de laquelle nous tirons notre légitimité et notre force.

17 Je demande que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père qui possède la gloire, vous donne, par son Esprit, sagesse et révélation, pour que vous le connaissiez; 18 qu’il illumine ainsi votre intelligence afin que vous compreniez en quoi consiste l’espérance à laquelle vous avez été appelés, quelle est la glorieuse richesse de l’héritage que Dieu vous fait partager avec tous ceux qui lui appartiennent, 19 et quelle est l’extraordinaire grandeur de la puissance qu’il met en oeuvre en notre faveur, à nous qui plaçons notre confiance en lui. Cette puissance, en effet, il l’a déployée dans toute sa force 20 en la faisant agir dans le Christ lorsqu’il l’a ressuscité d’entre les morts et l’a fait siéger à sa droite, dans le monde céleste.

21 Là, le Christ est placé bien au-dessus de toute Autorité, de toute Puissance, de toute Domination et de toute Souveraineté: au-dessus de tout nom qui puisse être cité, non seulement dans le monde présent, mais aussi dans le monde à venir. 22 Dieu a tout placé sous ses pieds, et ce Christ qui domine toutes choses, il l’a donné pour chef à l’Eglise 23 qui est son corps, lui en qui habite la plénitude du Dieu qui remplit tout en tous.

Jésus-Christ est le Chef, c’est Lui qui domine et qui règne, et nous avec Lui. C’est Lui qui établit les autorités dans les cieux et sur la terre. Personne ne peut contester avec Lui. C’est ce Jésus qui est notre Maître, c’est Lui qui nous a appelés à travailler avec Lui dans son Royaume, comme ouvrier de la dernière heure. Quelle grâce mes bien-aimés ! C’est là dans cette grâce que notre foi doit être ancrée. Souvent, nous pensons que notre foi est petite, mais ce n’est pas vrai. C’est l’incrédulité qui nous empêche de faire des exploits avec Dieu – le doute dans la parole de Dieu, comme Jacques le dit : Car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur : 8 c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.

Mes chers frères et sœurs, si Dieu a des problèmes avec une attitude chez les croyants, c’est l’inconstance et l’irrésolution : Ce sont des ennemis de la foi, car une foi qui opère et qui a des résultats, c’est une foi résolue et ferme, qui sait exactement ce qu’elle veut. N’est-ce pas que Dieu soutient les hommes résolus et fermes ? Mais, c’est toujours l’adversaire qui essaie de nous ébranler dans notre foi et dans notre position. La foi fonctionne avec des alliés, des amis, pour produire des résultats concrets ; Ne les mettons pas de côté pour espérer avoir de bons résultats. Que la grâce et la paix de notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ soient avec vous tous. C’est en Christ notre Seigneur que nous triompherons !

M’BRA Parfait

Missionnaire

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.