Publication: 5 octobre 2019
Temps de lecture: ~ 47 minutes
Auteur: Samuel Pouyt

Un Peuple de Sacrificateurs

sacrificateur.jpg

Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche. Jean aux sept Églises qui sont en Asie: que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles! Amen! Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen! Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. (Apocalypse 1:3-8).

Nous sommes heureux car nous entendons la parole de cette prophétie. Nous avons entendu les messages aux sept églises et particulièrement celui donné à Laodicée. Nous savons qui est l’Alpha et l’Oméga et nous attendons Sa venue sur les nuées. Il nous a délivrés du péché, de nos péchés par son sang, et il a fait de nous des sacrificateurs pour Dieu. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire? Qui sont les sacrificateurs selon la parole de Dieu?

Dieu demanda à Moïse de s’adresser au peuple sorti d’Egypte en leur disant:

Vous avez vu ce que j'ai fait à l'Égypte, et comment je vous ai portés sur des ailes d'aigle et amenés vers moi. Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m'appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi; vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux enfants d'Israël. (Exode 19:4-6)

Dieu se met à part un peuple: Israël. Il donne deux conditions, premièrement il faut qu’Israël écoute sa voix, cela veut dire que le peuple obéisse et suive l’Eternel et deuxièmement, que le peuple garde l’alliance que Dieu veut faire avec eux. Ce sont des prérequis pour qu’Israël puisse appartenir à Dieu et qu’Israël puisse être “un royaume de sacrificateurs et une nation sainte”. “Si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance” les deux temps utilisés ici sont le présent. Donc si dès maintenant vous m’obéissez, alors vous m’appartiendrez [...] et vous serez [...]” les temps ici sont au futur. Il y a donc deux étapes. La première est une démonstration d’obéissance. La deuxième est l’établissement ou l’élévation à un certain statut, à cause de l’obéissance observée par Dieu.

Qu’est-ce qu’un sacrificateur?

Il y a deux statuts qu’Israël peut obtenir: celui de sacrificateurs et celui de nation sainte. L’origine du mot “saint” est קָדוֹשׁ (qâdôwsh) et sa racine קָדַשׁ (qâdash), le sens est clair: être mis à part, mais aussi celui qui est mis à part est honoré, il est béni. Cette bénédiction, cet honneur se voient. Une nation sainte veut donc dire une nation qui est mise à part, qui est consacrée et dont le reste du monde peut voir la gloire. Comme nous allons le voir, la gloire de Dieu résume tout son plan pour nous. Saint veut aussi dire être consacré.

Plus surprenant avec une vocalisation differente, קְדֵשָׁה (qᵉdêshâh) et קָדֵשׁ (qâdêsh) remarquons la voyelle “e” au lieu de la voyelle “o” et le feminin “ah” pour le premier mot veulent dire prostitués, ou mis à part pour la prostitution. Le premier mot est la version féminine, le deuxième masculine. Ce sont des mots différents, mais il est intéressant de remarquer que le mot “sainteté”, est en fait très proche du mot “prostitution”, il n’y a qu’une lettre de différence et la racine est exactement la même. Cela montre la subtilité du cavalier blanc (Apo 6), du premier sceau, qui prêche presque la vérité, pour que l’église tombe dans la prostitution. Et nous pouvons voir que durant les différents âges, l’église retourne toujours à la religion, à la prostitution avec le monde. Il faut donc que nous fassions attention et que nous soyons toujours sûr de ne pas retomber dans la religion après être sorti de Babylone.

Le mot “sacrificateur” est un peu plus compliqué à comprendre. C’est la traduction de כֹּהֵן (kôhên) c’est l’origine du nom Cohen. Les traducteurs francophones ont choisi “sacrificateur” comme traduction et les anglophones ont choisi priest. La traduction anglophone est un peu trompeuse. Il faut se souvenir que la Bible la plus importante en anglais est la King James et qu’elle date de 1611. L’emploi des mots change avec le temps et le mot priest à deux origines, une que nous pouvons traduire par “prêtre” (et non pasteur) si nous suivons l’étymologie de priest/prêtre nous tombons sur πρεσβύτερος (presbyteros) qui lui même vient du grec ancien πρέσβυς (présbys) dont le sens est “ancien”, “aîné”, “chef”, “envoyé”, “ambassadeur”. Ce n’est pas le sens de כֹּהֵן (kôhên). Pour trouver l’étymologie du mot priest qui correspond à la traduction qu’un Ostervald a pu faire et pour montrer qu’il n’y a pas vraiment de différence entre les deux traductions, il faut se référer à une note dans les dictionnaires d’étymologie qui précise “dans le contexte de l’ancien testament” כֹּהֵן (kôhên) se traduit par le grec hiereus et le latin sacerdos.

Les deux traductions sont donc similaires car la moitié du mot français “sacrificateur” a bien le sens de sacerdoce. En effet, le mot sacrificateur vient du latin sacrificō (sacrificāre) qui combine les deux racines suivantes: sacer et facio. Sacer veut dire “saint”, “mis à part”, “consacré” et est à l’origine du mot sacerdoce. Faciō (facere) veut dire “faire”, “faire en sorte que”. Nous pourrions résumer la traduction de ce mot par “rendre saint”. Le sacrificateur c’est celui qui rend saint.

La promesse faite à Israël est donc d’être un peuple mis à part (saint) pour rendre les autres peuples saints. Rien que cela typifie déjà le plan de Dieu. C’est, au niveau individuel, ce que fait Jésus Christ pour nous et c’est ce que fera l'Épouse durant son témoignage.

La traduction française du mot כֹּהֵן (kôhên) semble aller plus loin que la traduction anglaise. Car elle inclut cette notion de “faire”, de “rendre” alors que la traduction anglaise se limite à la notion de sacerdoce. Regardons l’hébreu ancien. L’origine de ce mot se trouve dans les pictographes suivant:

hebrew-old-new-examples.png

C’est là que nous voyons les limitations des traductions. Le pictographe Kaph représente une paume ouverte. Nun représente une semence, la combinaison des deux “l'ouverture de la semence”. Quand la semence s’ouvre les racines commencent à se former de la base de la plante en descendant dans le sol. La plante peut ensuite se développer et sortir du sol. Les arbres ne peuvent tenir que si les racines sont fortes. Entre Kaph et Nun il y a encore Hey le “h” de Cohen. La traduction dans ce cas est “la base qui supporte le peuple”.

On peut donc comprendre que ni la traduction française ni la traduction anglaise permettent de donner la signification exacte de כֹּהֵן (kôhên). Chacune de ces traductions se limite à un des aspects du mot. Nous avons vu que le sacrificateur c’est celui qui rend saint, mais qu’il est surtout la base qui supporte le peuple. C’est lui qui permet au peuple de se développer, de grandir, donc de devenir saint, car c’est là le but ultime. Nous devons tendre à la sainteté et à s’approcher de Dieu et de Sa sainteté. Le sacrificateur, dans ce cas, c’est celui qui montre le chemin.

L’Eternel a donc dit aux Hébreux que, s’ils obéissent et s’ils gardent Son alliance, alors ils lui appartiendraient et seraient Ses sacrificateurs. On peut remplacer le mot sacrificateur par ce que nous avons compris: Israël appartiendra à l’Eternel et il sera la base des peuples, il sera celui qui rend les peuples saints, qui leur montre le chemin du salut. Il sera la semence qui fait éclore la plante, qui permet à la plante de se développer.

Nous savons qu’Israël a échoué dans cette tâche. Et que Dieu lui a donné sa “lettre de divorce” (Jérémie 3:8) à cause de tous “ses adultères” (Ibid.). Dieu a donc trouvé une autre épouse et cette épouse, c’est l’église. La semence de l’église, c’est Jésus Christ. Cette semence avait déjà été annoncée dans la genèse quand Dieu condamne le serpent:

Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t'écrasera la tête, et toi tu la blesseras au talon. (Genèse 3:15)

Le mot postérité tient son origine de זֶרַע (zera) qui veut dire semence. Ce que Dieu dit ici, c’est qu’il va mettre une semence entre la semence du serpent et celle de la femme. Cette semence, c’est Jésus Christ qui n’a pas eu de père charnel.

Mais ce n’est pas tout. Oui, Jésus Christ a permis la manifestation de l’église sur la terre à la pentecôte et oui, il a rendu possible la manifestation des Fils de Dieu à la fin des temps. Les fils de Dieu sont la manifestation d’un peuple de sacrificateurs comme nous pouvons le voir dans Apocalypse 1. Ce peuple est manifesté avant le retour du Seigneur. Jean parle au passé “qui a fait de nous”. Ensuite le Seigneur revient “avec les nuées” et tout oeil le verra, “même ceux qui l'ont percé”. C’est-à-dire Israël. Ce passage est très clair, Israël n’est pas le peuple de sacrificateurs.

C’est la manifestation de ce peuple qui va servir de base au salut de ceux qui restent sur la terre après l’enlèvement, aux vierges folles et à ceux qui n’ont pas eu le temps, ou la volonté de se préparer. Comme nous le verrons plus loin, ils reçoivent les ailes de l’aigle, la force de l’aigle et non la prophétie.

Qui sont les sacrificateurs?

Contexte

Selon ce que nous avons vu, le peuple est premièrement un peuple de sacrificateurs, selon la promesse que Dieu lui a faite. En effet, on peut voir que Moïse présente les paroles que Dieu lui a données aux anciens du peuple.

Et tout le peuple ensemble répondit et dit: Nous ferons tout ce que l'Éternel a dit. Et Moïse rapporta à l'Éternel les paroles du peuple. (Exode 19:8)

Ensuite, Moïse rapporte à Dieu l'engagement du peuple. Dieu donne deux jours au peuple pour être sanctifié par Moïse et pour qu’ils lavent leurs vêtements. Ils doivent être prêts pour le troisième jour. C’est au troisième jour que “l’Eternel descendra, à la vue de tout le peuple, sur la montagne de Sinaï” (Exode 19:11).

Et le troisième jour, au matin, il y eut des tonnerres, des éclairs et une épaisse nuée sur la montagne, et un son de trompette très fort; et tout le peuple qui était au camp, trembla. Or, le mont Sinaï était tout en fumée, parce que l'Éternel y était descendu dans le feu; et sa fumée montait comme la fumée d'une fournaise, et toute la montagne tremblait fort. Et le son de la trompette allait se renforçant de plus en plus; Moïse parlait, et Dieu lui répondait par une voix. L'Éternel descendit donc sur le mont Sinaï, au sommet de la montagne; et l'Éternel appela Moïse au sommet de la montagne, et Moïse y monta. (Exode 19:16-20)

Dieu donne ensuite la possibilité, non au peuple mais aux sacrificateurs, de s’approcher de l’Eternel et qu’ils se sanctifient pour cela. Moïse intercède pour eux de peur qu’ils ne meurent, alors l’Eternel invite Aaron à monter avec Moïse. Ensuite, Dieu donne les dix commandements, les commandements de l’alliance qu’il est en train de faire avec le peuple, et une partie de la loi.

Nous pouvons donc constater qu’il y a des sacrificateurs parmi le peuple. A ce moment, Israël n’est pas un peuple de sacrificateurs. Cela semble logique car le peuple ne peut devenir sacrificateur que lorsque Dieu aura constaté l’obéissance du peuple et le fait qu’ils ont gardé l’alliance de l’Eternel.

Moïse rapporte toutes les paroles de l'Éternel au peuple. Le peuple dit “nous ferons toutes les choses que l’Eternel a dites” (Exode 24:3). Des sacrifices sont offerts à l’Eternel. Ensuite, Moïse lit le livre de l’alliance contenant les lois et pour la troisième foi le peuple dit “nous ferons tout ce que l’Eternel a dit, et nous obéirons” (Exode 24:7).

Moïse prit donc le sang, et le répandit sur le peuple, et dit: Voici le sang de l'alliance que l'Éternel a traitée avec vous selon toutes ces paroles. Et Moïse et Aaron, Nadab et Abihu, et soixante et dix des anciens d'Israël montèrent, Et ils virent le Dieu d'Israël; et sous ses pieds il y avait comme un ouvrage de saphir transparent, pareil aux cieux mêmes en éclat. Et il n'étendit point sa s main sur ceux qui avaient été choisis d'entre les enfants d'Israël; mais ils virent Dieu, et ils mangèrent et burent. Et l'Éternel dit à Moïse: Monte vers moi sur la montagne, et demeure là, et je te donnerai des tables de pierre, et la loi et les commandements que j'ai écrits pour les instruire. Alors, Moïse se leva avec Josué qui le servait; et Moïse monta sur la montagne de Dieu. Et il dit aux anciens: Attendez-nous ici jusqu'à ce que nous revenions vers vous; et voici, Aaron et Hur sont avec vous; quiconque aura quelque affaire, s'adressera à eux. Moïse monta donc sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne. Et la gloire de l'Éternel demeura sur le mont Sinaï, et la nuée le couvrit pendant six jours, et au septième jour il appela Moïse du milieu de la nuée. (Exode 24:8-16)

L’alliance avec Dieu est scellée avec du sang. Ensuite, il y a soixante-treize personnes qui accompagnèrent Moïse et qui virent Dieu avec Moïse. Puis, il mangèrent et burent avant que Moïse soit appelé pour recevoir les tables de la loi. Moïse est resté six jours dans la nuée avant d’être appelé, durant le septième. Ensuite, Moïse parle avec Dieu pendant quarante jours. Durant tout ce temps, Dieu donne ses instructions concernant le tabernacle et la sacrificature (Exode 25 à 31). Nous allons revenir sur cela un peu plus loin. Dieu donne ensuite les tables de la loi à Moïse qui peut redescendre vers le peuple. Mais comme Moïse qui a fait sortir Israël d’Egypte tardait à descendre de la montagne (Exode 32), le peuple se fit un veau d’or “avec les anneaux d’or qui étaient à leurs oreilles” (Exode 32:3).

Types

Dieu donne deux jours de préparation au peuple pour se tenir devant lui et Il se présente à eux, au matin du troisième jour. Ces deux jours représentent les deux jours que l’église passe sur cette terre, de la pentecôte à l’enlèvement. En effet, Dieu a prévu deux milles ans pour que l’église soit prête à le rencontrer.

Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison viendra, ou le soir, ou à minuit, ou au chant du coq ou le matin; De peur qu'arrivant tout à coup il ne vous trouve endormis. Or, ce que je vous dis, je le dis à tous: Veillez. (Marc 13:35-37)

C’est au matin que le maître revient. Et c’est pour typifier cela que Dieu se présente au peuple le matin. Nous savons que nous avons vécu le temps du soir, minuit et que nous attendons la manifestation du chant du coq, puis le retour du Seigneur pour que le troisième jour puisse commencer. Ce sera le millenium.

Quand Dieu se présente au peuple, le troisième jour, cela se fait au son d’une trompette, comme lors de l’enlèvement (1 Thes 4:16), c’est la grande voix du jour du Seigneur ( Apocalypse 1.10). C’est un des aspects de cette venue. L’autre, c’est le feu, ressemblant à une fournaise. Le troisième jour commence par une période de colère, de jugement pour le reste du monde, ce sont les tribulations. Moïse qui monte seul vers Dieu le troisième jour typifie l'enlèvement du fils mâle (Apo 12). N’oublions pas le tonnerre, la terre (la montagne) qui tremble fortement qui sont des signes qui seront et qui sont présents à la fin des temps.

Moïse est appelé sur la montagne pour recevoir les instructions concernant le tabernacle et la préparation des sacrificateurs. Il reste dans la nuée six jours et au septième Dieu se révèle à lui. Ces sept jours représentent les sept âges de l’église, c’est un temps de préparation pour Moïse pour qu’il puisse rencontrer Dieu, pour que Dieu se révèle à lui. Il en va de même pour l’église. L’église a été préparée durant les six âges précédents pour ensuite, au septième, pouvoir accomplir le plan de Dieu sur cette terre, pour que les sacrificateurs soient prêts à accomplir la tâche qui est devant eux, pour que Dieu soit complètement révélé à l’église.

Moïse entra au milieu de la nuée, et il monta sur la montagne. Moïse demeura sur la montagne quarante jours et quarante nuits (Exode 24:18)

Moïse peut être vu comme un type de Christ. Il intercède devant Dieu pour nous. C’est aussi un messager, un prophète qui parle de la part de Dieu, c’est un docteur de la Loi, il est le berger du peuple et il accomplit pour les hébreux le rôle que Christ occupe pour l’église. Nous allons voir cela en détails plus loin. Nous pouvons voir une progression, premièrement le peuple a deux jours pour se préparer à rencontrer Dieu, qui se manifeste au matin du troisième jour. Cela typifie les deux mille ans de préparation de l’église, puis sept jours représentent aussi deux mille ans et les sept âges de l’église. Moïse passe ensuite quarante jours et quarante nuits sur la montagne. Ces quarante jours et nuits commencent le septième jour, le jour de l’âge de Laodicée.

Ces quarante jours et nuits typifient quarante jours de désert. Quarante jours durant lesquels Dieu ne parle pas au peuple. Quarante jours durant lesquels il y a un message qui est donné, mais c’est un temps d’épreuve et un temps de purification. Ces quarante jours représentent quarante ans durant lesquels l’église de Laodicée passe du message du temps du soir, au cri de minuit. Ne voyons pas là une période exacte, une date précise, mais plutôt la typification de l’épreuve. Ce sont les quarante ans que les hébreux passent dans le désert avant de rentrer dans la terre promise. En cela les quarante jours de Moïse typifient l’épreuve des Hébreux qui ont murmuré contre Dieu car ils avaient peur de se battre contre les géants. Ces quarante jours étaient donc les prémices de leur épreuve et un type pour l’église de Laodicée qui traverse aussi le désert, pour entrer dans la terre promise.

Alors Jésus fut emmené par l'Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. (Matt 4:1-2)

Comme Moïse, Jésus passe quarante jours et quarante nuits devant Dieu dans le jeûne et la prière. Pour toutes les grandes oeuvres sur cette terre le peuple est préparé, cela a pris quarante ans de traversée du désert pour les hébreux, cela a pris quarante ans pour l’église de Laodicée et pour que Josué soit révélé à cette église et pour la guider dans le combat pour conquérir la terre promise. Cela a pris quarante jours à Moïse et à Jésus pour entrer dans leur ministère et conduire le peuple.

Ces quarante jours représentent aussi une étape de purification et d’humiliation devant Dieu. Cela est valable pour les serviteurs de Dieu, mais aussi pour le peuple. Les hébreux ont passé quarante ans dans le désert pour être purifiés d’une génération qui n’avait pas la foi pour conquérir la terre promise. Ils voulaient même retourner en Egypte, dans leur état d’esclave, car ils considéraient cela comme étant meilleur (Num 14:4). L’assemblée voulait même lapider Josué et Caleb qui, eux, avaient la foi et voyaient le pays comme un bon pays. Dieu se fâcha:

Et l'Éternel dit à Moïse: Jusqu'à quand ce peuple me méprisera-t-il? Jusqu'à quand ne croira-t-il pas en moi, malgré tous les prodiges que j'ai faits au milieu de lui? Je le frapperai par la peste, et je le détruirai; mais je ferai de toi une nation plus grande et plus puissante que lui. (Num 14:11-12)

Moïse intercède et plaide pour le peuple, pour que Dieu ne le détruise pas. Il demande à Dieu qu’il pardonne les iniquités de ce peuple. Dieu écoute Moïse et pardonne au peuple, mais Dieu décide de purifier ce peuple.

Mais, je suis vivant! et la gloire de l'Éternel remplira toute la terre. Tous ceux qui ont vu ma gloire, et les prodiges que j'ai faits en Égypte et dans le désert, qui m'ont tenté déjà dix fois, et qui n'ont point écouté ma voix, tous ceux-là ne verront point le pays que j'ai juré à leurs pères de leur donner, tous ceux qui m'ont méprisé ne le verront point. (Num 14:21-23)

Vos cadavres tomberont dans ce désert. Vous tous, dont on a fait le dénombrement, en vous comptant depuis l'âge de vingt ans et au-dessus, et qui avez murmuré contre moi, vous n'entrerez point dans le pays que j'avais juré de vous faire habiter, excepté Caleb, fils de Jephunné, et Josué, fils de Nun. (Num 14:29-30)

De même que vous avez mis quarante jours à explorer le pays, vous porterez la peine de vos iniquités quarante années, une année pour chaque jour; et vous saurez ce que c'est que d'être privé de ma présence. (Num 14:34)

Voilà la condamnation d’Israël. Les quarante jours d’exploration de la terre promise, les prémices de ce qui vient, sont transformés en quarante ans de traversée du désert en étant privé de la présence de Dieu.

Le but de cette traversée est bien d’éliminer, de purifier le peuple de tous ceux qui ont tenté Dieu, de tous ceux qui ont voulu retourner en Egypte, de tous ceux qui ont murmuré contre Dieu. Nous avons vu les prodiges de Dieu! Nous avons vu les prémices de la gloire de Dieu, nous avons vu les prémices de la manifestation des fils de Dieu. Et nous sommes retournés en Egypte! Nous somme retournés à Babylone, nous sommes retournés dans la religion. Dieu s’est caché de nous à cause de nous. Nous finissons cette traversée du Désert à cause de notre comportement. Dieu dans sa miséricorde, même s’il s’est caché de nous à prévu de la nourriture, de la manne, pour notre traversée de désert et Ewald Frank a distribué cette nourriture. Mais Dieu s’est caché de nous durant toutes ces années.

“Comme Moïse tardait” (Exode, 32:1), “Comme l’époux tardait” (Matt 25:5) ces deux phrases engendrent la même réaction du peuple: un endormissement et la création d’une idole. Nous le savons l'Époux qui tarde, c’est Christ, ce passage est encore un point ou Moïse typifie le Christ. Les hébreux ont utilisé leurs boucles d’oreille, ce qui typifie ce qu’ils ont entendu, pour créer un veau d’or, une idole. Dans notre génération, comme l’époux tardait, l’église de Laodicée a fait exactement la même chose. Durant la traversée du désert, Elle a créé une idole du message qu’elle a entendu. Et c’est cela qui l’a fait retourner à Babylone. Ce fut un retour triomphal, plein d’orgueil et d’arrogance. Et c’est à cause de ce message que Laodicée se croit riche, mais elle est pauvre est nue. C’est Laodicée qui répète sans cesse, nous savons tout sur tout, la bible nous a été révélée de la Genèse à l’Apocalypse. Et pourtant...

Évidemment, le sang versé pour la première alliance, typifie le sang versé pour la deuxième alliance par Christ sur la croix. Les tables de pierre typifie la loi écrite par Dieu dans nos coeurs. Aaron et ses fils qui mangent avec les soixante-dix anciens est très similaire au repas des noces.

Sacrificateurs

Israël n’est pas un peuple de sacrificateurs, mais il y a des sacrificateurs parmi le peuple. Qui sont-il? La sacrificature revient à la famille d’Aaron.

Fais aussi approcher de toi, d'entre les enfants d'Israël, Aaron ton frère, avec ses fils, pour exercer devant moi la sacrificature: Aaron, Nadab et Abihu, Éléazar et Ithamar, fils d'Aaron. (Exode 28:1)

Dans les passages que nous avons lu, il n’est pas très clair qui sont les sacrificateurs pour lesquels Moïse intercède. Offrir un animal en sacrifice était quelque chose de courant à l’époque, cela même avant que Dieu instaure la sacrificature. Le premier animal offert en sacrifice le fut par Abel. Jéthro le beau-père de Moïse était sacrificateur de Madian. Abraham a offert des animaux en sacrifice. Il est donc fort probable que les sacrificateurs dont il est mention dans Exode 19 sont des Israélites qui remplissaient cette fonction sans avoir été sanctifiés pour celle-ci. C’est pour cela qu’ils seraient probablement morts sur la montagne et que Moïse intercède pour eux car il savait qu’ils ne pourraient pas se tenir devant la sainteté de Dieu.

La sacrificature est instaurée par Dieu et les instructions ont été données à Moïse quand il était sur la montagne durant quarante jours. Moïse a reçu le plan du tabernacle et de tous les meubles et instruments qu’il contient (Exode 25-27). Puis il a reçu le nom de ceux qui étaient appelés à la sacrificature: Aaron et ses quatre fils, et les habits qu’ils devaient porter pour la sacrificature (Exode 28). Ensuite, Moïse reçut les instructions pour la consécration des sacrificateurs (Exode 29). Le chapitre 30 contient les instructions pour l’autel des parfums; la recette des différents parfums ainsi que l’huile d’onction qui doit oindre le tabernacle et tout ce qui s’y trouve ainsi que les sacrificateurs; les règle de rachat pour le dénombrement; le plan pour la cuve d'airain (la mer de fonte (1 roi 7:23), puis de crystal (Apo 4:6)) utilisée pour les ablutions et comment les sacrificateurs doivent s’en servir. Finalement Moïse reçoit les noms de ceux qui ont été choisis par Dieu pour façonner tous les instruments, les autels, et le tabernacle. Moïse reçoit aussi les tables des dix commandements (Exode 31).

Moïse מֹשֶׁה (Môsheh) signifie “sauvé des eaux”. Aaron אַהֲרוֹן (ʼAhărôwn) veut dire “porteur de lumière”. נָדָב (Nâdâb) fils aîné d’Aaron, veut dire “généreux” il mourra pour avoir allumé les brasiers avec un feux étranger et l’avoir amené devant l’Eternel (Lev 10:1). אֲבִיהוּא (ʼĂbîyhûwʼ), “adorateur de Dieu” mort en même temps que son frère. Ces deux frères-là étaient montés sur la montagne avec les anciens, Aaron et Moïse, et virent Dieu. אֶלְעָזָר (ʼElʻâzâr) “veut dire Dieu a aidé” et אִיתָמָר (ʼÎythâmâr) “la côte des palmiers” ou “terre des palmiers”.

En passant, remarquons que les fils aînés d’Aaron ont vu Dieu et que leur faute les conduit à la mort. Leurs frères plus jeunes les remplacent. Que ce soit un avertissement pour nous. Plus nous nous approchons de Dieu et plus nous le connaissons, plus Dieu est exigeant avec nous. La sentence est la mort. C’est aussi l’avertissement que Paul nous donne dans Romains 11 en nous rappelant que si Israël a été coupé du tronc, il peut en être de même pour nous.

Aaron est le frère de Moïse. Ils sont descendants de Lévi troisième fils d’Israël. Ce sont donc par extension des lévites. Le mot hébreu לוי (Lévi) se traduit par “attaché à” attaché à quoi? À qui? Il est facile de répondre à la question si on regarde le plan de Dieu pour les lévites. Ils sont attachés au service du tabernacle, et plus tard du temple. Ils sont attachés à la sacrificature. Si on regarde de plus près la composition du mot Lévi nous pouvons répondre avec certitude à la première question. Les lévites sont au service du peuple à travers leur rôle de sacrificateur. Et nous savons maintenant que le sacrificateur est la base du peuple. C’est par leur service que les lévites soutiennent le peuple.

Lamed, Vav et Yod sont les trois lettres qui composent le nom Levi. Le sens de Lamed est « à » ou « pour », Vav est un connecteur. Yod veut dire « Moi », « Mon » et se réfère à Dieu. Le nom Lévi veut donc dire « à Moi » ou « pour Moi ». Les Lévites sont donc un peuple qui a été mis à part « pour Dieu » qui est « à Dieu ». C'est ce que l'Agneau de Dieu a fait pour nous. Il a fait de nous des lévites, un peuple, un royaume mis à part pour Lui. Cela répond donc à la deuxième question. Les lévites ne sont pas seulement attachés au service, ils sont aussi attachés à Dieu et ils sont mis à part pour et par Lui.

Plus étonnant encore le pictographe de l’hébreu ancien qui va évoluer pour faire la lettre L que nous connaissons, représente à la base un bâton de berger! C’est le bâton qui conduit le troupeau, qui dirige les brebis. Le sens de cette lettre est de “changer la direction de quelque chose qui est en mouvement”. Il est évident que pour nous c’est la repentance qui nous fait changer de direction. Le lévite est donc celui qui conduit le peuple à la repentance pour le faire changer de direction. Le rôle du sacrificateur et de conduire le ou les peuples à la repentance, au changement de direction et c’est cela la base du témoignage du fils mâle, du peuple de sacrificateurs que Dieu est en train de se préparer.

L’origine du Yod est le pictographe Yad qui, d’ailleurs en hébreu moderne veut toujours dire la main. Ce pictographe désigne la main et le bras. C’est cette lettre qui deviendra la lettre grecque iota, ou le “i”. La lettre qui désigne Dieu dans le mot Lévi est donc représentée par une main et un bras, c’est la force, la puissance de Dieu. Et si le lévite peut accomplir sa tâche, c’est qu’il est soutenu par Dieu.

Le Vav qui connecte le Lamed et le Yod, qui connecte le berger à Dieu, tire sa source du pictographe qui représente un piquet de tente. Celui qui a une forme en Y et qui tient la toile qui sert de toit. Le service du Lévite est originellement dans le tabernacle, une tente. Cette lettre indique aussi un crochet. D’où le sens moderne de “à” le Lamed est à Yod ou le Lamed est accroché au Yod. Mais ce crochet a aussi le sens d’assuré. Donc le Lamed est assuré par le Yod. Et si nous remplaçons toutes les lettres, nous avons par exemple la signification suivante: Le berger est assuré par la main de Dieu.

Comme nous pouvons le constater. Dieu ne laisse rien au hasard. Et un simple mot comme Lévi a une signification profonde et cette signification nous concerne en ces temps de la fin.

La consécration des Sacrificateurs

Sanctification

Nous allons maintenant nous concentrer sur les instructions que Moïse a reçues pour la sanctification des sacrificateurs de la part de Dieu durant les quarante jours et quarante nuits qu’il a passés sur le mont Sinaï.

Voici ce que tu feras pour les sanctifier, afin qu'ils soient à mon service dans le sacerdoce. Prends un jeune taureau et deux béliers sans défaut. Fais, avec de la fleur de farine de froment, des pains sans levain, des gâteaux sans levain pétris à l'huile, et des galettes sans levain arrosées d'huile. Tu les mettras dans une corbeille, en offrant le jeune taureau et les deux béliers. (Exode 29:1-3)

La première étape de la sanctification des sacrificateurs est la sélection d’animaux sans défaut et la réalisation de pains sans levain pétris à l’huile. Le taureau est un animal qui représente la force (Pro 14:4) et c’est aussi la plus précieuse possession qu’un homme pouvait avoir à cette époque. D’ailleurs, la personne qui vole cet animal devait en rendre cinq (Exode 22:1). De même, les béliers représentent la force mais aussi un chef, une forte autorité. L’origine du mot fait encore référence au chêne, un arbre solide et le linteau, comme le linteau d’une porte. Dieu demande donc un sacrifice important avec une signification spirituelle: un sacrificateur sacrifie sa force, son autorité et sa richesse terrestre. Le sacrificateur se soumet à Dieu.

Le pain et les galettes représentent la nourriture qui pour nous est la parole de Dieu. La foi vient “de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la parole de Dieu” (Rom 10:17). C’est la première étape de la vie chrétienne. C’est en entendant la parole de Dieu que nous pouvons commencer à changer et pour Laodicée c’est aussi la parole de Dieu qui donne la foi et qui lui permet de changer, d’avoir du zèle et de se repentir.

Ce n’est pas simplement du pain, c’est du pain sans levain, cela veut dire une nourriture pure sans les souillures de la religion qui se répand de manière invisible dans toute la pâte et qui la fait gonfler. Laodicée est une église religieuse et remplie d’orgueil: c’est cela qui la fait gonfler. Et c’est à cause de cette parole qu’elle a rendue religieuse qu’elle se croit riche.

Le pain est pétri dans l’huile, les galettes sont aspergées d’huile. Cela représente l’onction de Dieu, l’Esprit de Dieu qui révèle la parole. Il n’est pas possible de sortir de la religion sans cette onction, et c’est cette onction qui manque aux vierges folles.

Tu feras avancer Aaron et ses fils vers l'entrée de la tente d'assignation, et tu les laveras avec de l'eau. Tu prendras les vêtements; tu revêtiras Aaron de la tunique, de la robe de l'éphod, de l'éphod et du pectoral, et tu mettras sur lui la ceinture de l'éphod. Tu poseras la tiare sur sa tête, et tu placeras le diadème de sainteté sur la tiare. Tu prendras l'huile d'onction, tu en répandras sur sa tête, et tu l'oindras. Tu feras approcher ses fils, et tu les revêtiras des tuniques. Tu mettras une ceinture à Aaron et à ses fils, et tu attacheras des bonnets aux fils d'Aaron. Le sacerdoce leur appartiendra par une loi perpétuelle. [...] (Exode 29:4-9)

Moïse typifie ici aussi le Christ, c’est lui qui lave Aaron et ses fils avec de l’eau. Cela symbolise la purification des péchés, l’eau symbolise la parole de Dieu, c’est la source d’eau fraîche. C’est par la parole de Dieu que nous pouvons connaître notre état spirituel et que nous pouvons nous repentir, nous mettre en ordre. C’est aussi un symbole du baptême. Cela représente un changement de vie pour Aaron et ses fils. Désormais, ils seront sacrificateurs à perpétuité.

Une fois que les lévites sont lavés, Moïse les revêt de nouveaux habits, d’habits qui ont été spécialement conçus par Dieu. Les vêtements ont une importance significative dans la bible. Nous pouvons avoir des habits sales, c’est à dire que nous sommes pécheurs. C’est ce que nous voyons avec le souverain sacrificateur Josué (Zach 3). Josué est souverain sacrificateur, il est forcément passé par le processus que nous sommes entrain d’étudier et pourtant, quand il est devant Dieu, il est vêtu d’habits sales et le diable peut l’accuser. Josué a forcément pris au sérieux ce processus de sanctification commandé par Dieu, car il connaît la sentence s’il n’est pas trouvé digne: la mort. C’est Dieu qui lui change ensuite ses habits.

Laodicée qui se croit riche est en fait malheureuse, misérable, pauvre, aveugle et nue (Apo 3:17) et dans son orgueil elle croit n’avoir besoin de rien. C’est pour cela que Dieu lui donne un plan de bataille pour être restaurée.

je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. (Apo 3:18)

Ce plan correspond exactement au processus de sanctification des sacrificateurs. Premièrement il faut une monnaie à Laodicée, il lui faut de l’or éprouvé par le feu. Cet argent, la monnaie du royaume de Dieu, c’est la foi. (Heb 11:6, 1 Pie 1:7, Jaq 2:5) et c’est bien ce qui manque aux vierges folles pour acheter de l’huile “chez ceux qui en vendent et achetez-en pour vous” (Matt 25:10). La foi vient de ce qu’on entend et donc de la parole de Dieu, une parole révélée.

Ensuite, il lui faut des vêtements blancs. C’est la repentance, le nettoyage nécessaire pour avancer avec Dieu, c’est la sanctification. Puis Laodicée doit voir, ouvrir les yeux et cela c’est l’onction. C’est ce que nous avons lu après avoir revêtu les nouveaux habits pour le service, les sacrificateurs sont oints.

L'Épouse a fait son travail et ses oeuvres justes, dont la première oeuvre est la repentance, c’est seulement ensuite que Dieu peut agir comme pour Josué le sacrificateur pour changer les vêtements et donner des vêtements divins. Nous devons faire notre part pour que Dieu puisse agir.

Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints. (Apo 19:7-8)

Moïse, en tant que type de Christ, oint donc les sacrificateurs et cela leur donne la sacrificature à perpétuité. Ceci est donc la première étape, la sanctification des sacrificateurs. Lorsqu’ils ont revêtu les nouveaux habits et qu’ils ont été oints, ils sont prêts à être consacrés.

Consécration

Le verset 9 est mal traduit:

[...] Tu consacreras donc Aaron et ses fils. (Segond Exode 29:9)

[...] C'est ainsi que tu installeras Aaron et ses fils. (Ostervald Exode 29:9)

[...] and thou shalt consecrate Aaron and his sons. (KJV Exode 29:9)

Une traduction plus exacte serait la suivante: “Et tu consacreras la main d’Aaron et de ses fils”. La main c’est le pictographe que nous avons vu précédemment,Yad. Il est fort probable que cela veut dire consacrer la puissance ou consacrer ce que font Aaron et ses fils, par extension ce que font les sacrificateurs.

Le mot מָלָא (mâlâʼ), consacrer, est lui aussi très intéressant. Il est composé de trois lettres Mem, Lamed et Aleph. Le pictographe de l’hébreu ancien Al (Aleph) représente la tête d’un boeuf (aussi taureau). Lamed c’est le bâton de berger que nous avons vu. Le pictographe Mah qui donnera la lettre moderne Mem représente une vague ou de l’eau. Le sens de cette lettre est qu’elle représente la puissance de l’eau, le chaos des tempêtes et aussi l’immensité de la mer.

Aleph et Lamed, dans cet ordre se lit El ou el. C’est le mot qui veut dire Dieu ou dieu. Dans le mot “consacrer” l’ordre des lettres est inversé, c’est Lamed qui vient avant Aleph. C’est le bâton de berger qui est avant la puissance du boeuf. Cela montre la conduite du boeuf par le bâton du berger. Mem représente la puissance de Dieu, mais comme cette lettre désigne l’eau cela représente aussi la puissance de la parole. La parole est une puissance et nous avons beaucoup d’exemples dans le nouveau testament avec Pierre et Paul, c’est le troisième pull que nous attendons. La consécration est donc un transfert de la puissance de Dieu vers le sacrificateur tout en restant sous la conduite de Dieu.

Jésus prenant la parole, leur dit: En vérité, en vérité je vous dis, que le Fils ne peut rien faire de lui-même, à moins qu'il ne le voie faire au Père; car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait. Et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'admiration. (Jean 5:19-20)

Le fils mâle est consacré comme Jésus. Tout ce qu’il fait, il le fait sous la conduite de Dieu et par la puissance de Dieu.

La traduction du mot consacrer veut dire “être plein”. Nous comprenons qu’être plein veut dire plein de Dieu. Mais le même mot veut aussi dire “premier fruit”, “seigneur” ou “plein d’autorité” et aussi “multitude”.

Notre consécration permet donc à une multitude d’être remplie de puissance et d’autorité pour le témoignage de l’Epouse. Ce sera la consécration que Dieu demande. Une vie dédiée à Son service et sous Sa conduite. Nous allons marcher sur cette terre dans cette puissance et cette autorité, car nous serons remplis par Dieu et nous allons paître les nations d’une verge de fer (Apo 12). La verge de fer, c’est la parole de Dieu. Puis nous serons enlevés. Nous serons les premiers fruits de la moisson. Tout cela peut se lire dans un mot: consacrer.

Tu amèneras le taureau devant la tente d'assignation, et Aaron et ses fils

poseront leurs mains sur la tête du taureau. Tu égorgeras le taureau devant l'Éternel, à l'entrée de la tente d'assignation. Tu prendras du sang du taureau, tu en mettras avec ton doigt sur les cornes de l'autel, et tu répandras tout le sang au pied de l'autel. (Exode 29:10-13)

La consécration commence par le sacrifice du taureau. Cela se fait devant la tente d’assignation, devant le tabernacle, donc à l’extérieur du lieu Saint. Le sang du taureau est versé au pied de l’autel. Cela représente les âmes de ceux qui sont mis à mort pour la parole de Dieu.

Et quand l'Agneau eut ouvert le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été mis à mort pour la parole de Dieu, et pour le témoignage qu'ils avaient maintenu. (Apo 6:9)

Les cornes sont un symbole de puissance et représentent l’asile, mais aussi un lieu de mémoire ou le péché est inscrit (Exode 21:13, Amos 3:14, Jerm 17:1). Le sang sur les cornes typifie donc l’effacement de nos péchés par le sang du Christ. Ceux qui ont fait couler le sang volontairement et qui ont tenté de trouver refuge près de l’autel trouveront la mort. Ceci est un avertissement pour tous les faux bergers qui égarent le peuple de Dieu. Il n’y a pas de refuge pour ceux qui font couler le sang innocent.

Les cornes sont une mémoire pour le péché, mais c’est aussi de là que Dieu commande au sixième ange qui sonne de la trompette de délier les quatres anges qui doivent tuer un tiers des hommes durant les tribulations (Apo 9:13-15). Il est donc très important si nous aspirons à la consécration de ne pas pécher en connaissance de cause. Cette étape de la consécration consiste donc à l’effacement des péchés des sacrificateurs, à l’oubli de leurs péchés.

Tu prendras toute la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure, et tu brûleras cela sur l'autel. Mais tu brûleras au feu hors du camp la chair du taureau, sa peau et ses excréments: c'est un sacrifice pour le péché. (Exode 29:13-14)

Nous pouvons constater que le taureau qui représente la puissance (humaine) du sacrificateur, sa volonté, ses désirs auxquels il renonce sont mis à mort et que l’intérieur du taureau est purifié par le feu. Ce sont les épreuves qui nous purifient et qui nous permettent de nous détacher de notre nature humaine. Les excréments et la chair qui symbolisent notre péché, ce qui nous rend impur, sont brûlés hors du camp. Les excréments typifient les paroles qui sortent de notre bouche car c’est cela qui souille l’homme, pas ce qu’il mange (Marc 7:15). La chair c’est notre ancienne nature qui est mise à mort. Cela se passe hors du camp. C’est pour cela que Jésus Christ a été crucifié hors de Jérusalem, car le péché est mis à mort hors du camp et Jésus a été mis à mort pour nos péchés. La mort sur la croix représente la mort de la chair.

Tu prendras l'un des béliers, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier. Tu égorgeras le bélier; tu en prendras le sang, et tu le répandras sur l'autel tout autour. Tu couperas le bélier par morceaux, et tu laveras les entrailles et les jambes, que tu mettras sur les morceaux et sur sa tête. Tu brûleras tout le bélier sur l'autel; c'est un holocauste à l'Éternel, c'est un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. Tu prendras l'autre bélier, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier. Tu égorgeras le bélier; tu prendras de son sang, tu en mettras sur le lobe de l'oreille droite d'Aaron et sur le lobe de l'oreille droite de ses fils, sur le pouce de leur main droite et sur le gros orteil de leur pied droit, et tu répandras le sang sur l'autel tout autour. (Exode 29:15-20)

Nous avons déjà vu ce que représente le bélier, il faut ajouter que le bélier est un mouton, la femelle mouton une brebis, et un jeune mâle un agneau. Le bélier est donc un agneau adulte. Un agneau avec toute sa puissance et toute sa force. Le premier bélier est totalement consumé par le feu. Son sang répandu sur l’autel et tout autour. Un holocauste est un sacrifice qui est totalement consumé pour Dieu par le feu. C’est une offrande complète. Le mot עֹלָה (ʻôlâh) se traduit donc par offrande complète. Mais cela veut aussi dire “monter vers”. Donc le sacrifice monte vers Dieu. Cela typifie les sacrifices de Jésus Christ pour nous. Le sang purifie l’autel.

C’est aussi une image pour la consécration: nous devons appartenir complètement à Dieu et il faut que nous passions par le feu pour être purifiés. Remarquons que le bélier est auparavant nettoyé, lavé avant d’être offert ce qui représente aussi la séparation d’avec le péché.

Le deuxième bélier est sacrifié mais d’une manière un peu différente. Le sang est d’abord utilisé pour être mis sur le lobe de l’oreille droite et le pouce de la main et du pied droit. Comme les cornes de l’autel ont été purifiées en mettant du sang avec le doigt sur chacune d’elles, l’entendement des sacrificateurs est purifié en mettant avec le doigt du sang sur le lobe de l’oreille droite, mais aussi leurs actions, et le chemin sur lequel ils marchent ou la direction qu’ils suivent. Le reste du sang est utilisé pour purifier l’autel.

Tu prendras du sang qui sera sur l'autel et de l'huile d'onction, et tu en feras l'aspersion sur Aaron et sur ses vêtements, sur ses fils et sur leurs vêtements. Ainsi seront consacrés Aaron et ses vêtements, ses fils et leurs vêtements. (Exode 29:21)

Le sang, דָּם (dâm), représente la vie. Nous connaissons déjà la deuxième lettre Mem et sa signification et que l’origine de la lettre est un pictographe qui représente de l’eau ou une vague. Dans le sang il y a la vie, il y a l’eau. Pour nous, la parole de Dieu c’est l’eau que nous buvons et c’est cette parole qui nous donne la vie. La première lettre c’est Dalet et du pictographe Dal qui représente une porte. Le sang est donc la porte de la vie. Le mot דָּם (dâm) peut aussi se traduire par sang du vin et aussi ressemblance car le fils est du même sang que son père et il lui ressemble.

Shin, Mem et Nun sont les trois lettres qui composent שֶׁמֶן (shemen) et qui veut dire huile, riche, avoir beaucoup. שֶׁמֶן (shemen) veut aussi dire souffle et de là, l’huile c’est le souffle de Dieu, son Esprit. L’huile contient la puissance (Mem) et la semence germée (Nun).

Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit, et ces trois-là sont un. Il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre; l'Esprit, l'eau, et le sang; et ces trois-là se rapportent à une seule chose. (1 Jean 5:7-8)

L'aspersion d’Aaron et de ses vêtements ainsi que de ses fils et de leurs vêtements rendent aussi témoignage de l’oeuvre de Dieu dans notre vie. La consécration passe de l’autel qui est une représentation physique des choses que Moïse a vues dans ciel et que Jean a aussi vues mais d’une manière un peu différente, lors des révélation de Patmos, au sacrificateur. Cette consécration est contenue dans le sang et dans l’huile. Elle passe du ciel à la terre. Le Père, la Parole et l’Esprit, qui sont un et que nous connaissons sous le nom de Jésus Christ, L’Oint de Dieu. Du ciel il nous transmet son Esprit, et la Vie à travers sa parole. L’Esprit, l’eau et le sang, se réfèrent à une seule chose: au sacrifice de Jésus sur la croix, où il a rendu l’Esprit et quand son côté a été percé. de l’eau et du sang ont été versés. Ce sacrifice pour nous sauver a permis notre communion avec le ciel par l’Esprit de Dieu, la diffusion de la parole (eau) et le don de la vie (sang).

Tu prendras la graisse du bélier, la queue, la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure, et l'épaule droite, car c'est un bélier de consécration; tu prendras aussi dans la corbeille de pains sans levain, placée devant l'Éternel, un gâteau de pain, un gâteau à l'huile et une galette. Tu mettras toutes ces choses sur les mains d'Aaron et sur les mains de ses fils, et tu les agiteras de côté et d'autre devant l'Éternel. Tu les ôteras ensuite de leurs mains, et tu les brûleras sur l'autel, par-dessus l'holocauste; c'est un sacrifice consumé par le feu devant l'Éternel, d'une agréable odeur à l'Éternel. Tu prendras la poitrine du bélier qui aura servi à la consécration d'Aaron, et tu l'agiteras de côté et d'autre devant l'Éternel: ce sera ta portion. Tu sanctifieras la poitrine et l'épaule du bélier qui aura servi à la consécration d'Aaron et de ses fils, la poitrine en l'agitant de côté et d'autre, l'épaule en la présentant par élévation. Elles appartiendront à Aaron et à ses fils, par une loi perpétuelle qu'observeront les enfants d'Israël, car c'est une offrande par élévation; et, dans les sacrifices d'actions de grâces des enfants d'Israël, l'offrande par élévation sera pour l'Éternel. (Exode 29:22-28)

Le deuxième bélier est le bélier de consécration. Nous avons l’utilisation du sang. Une partie du bélier doit être encore offerte en holocauste. Le reste est la portion des sacrificateurs. Cette portion est sanctifiée (mise à part) pour les sacrificateurs. Les sacrificateurs peuvent manger du sacrifice.

Nous voyons aussi que les sacrifices consumés par le feu sont des sacrifices de bonne odeur pour l’Eternel. Cette odeur, ce sont les prières de repentance, les prières de sanctification de l’Eglise, qui sont présentées à Dieu. En effet l’holocauste est pour la rémission des péchés, le pain et les galettes ce sont, comme nous l’avons vu, la parole révélée par l’Esprit de Dieu. Cette parole incite le peuple de Dieu à prier et à se préparer en se nourrissant de la Parole de Dieu. Ainsi la Parole retourne à Dieu mais pas sans effet. (Esa 55:11)

Les vêtements sacrés d'Aaron seront après lui pour ses fils, qui les mettront lorsqu'on les oindra et qu'on les consacrera. Ils seront portés pendant sept jours par celui de ses fils qui lui succédera dans le sacerdoce, et qui entrera dans la tente d'assignation, pour faire le service dans le sanctuaire. Tu prendras le bélier de consécration, et tu en feras cuire la chair dans un lieu saint. Aaron et ses fils mangeront, à l'entrée de la tente d'assignation, la chair du bélier et le pain qui sera dans la corbeille. Ils mangeront ainsi ce qui aura servi d'expiation afin qu'ils fussent consacrés et sanctifiés; nul étranger n'en mangera, car ce sont des choses saintes. S'il reste de la chair de consécration et du pain jusqu'au matin, tu brûleras dans le feu ce qui restera; on ne le mangera point, car c'est une chose sainte. (Exode 29:29-34)

Ce passage nous montre deux choses, premièrement le côté héréditaire de la consécration des lévites. Le vêtement qui représente le sacerdoce passe du père au fils. Cela ne les dispense pas d’être oints et d’être consacrés. Deuxièmement, qu’Aaron et ses fils se nourrissent “de ce qui aura servi d’expiation pour qu’ils soient consacrés et sanctifiés”. Ceci est aussi un type pour nous. Qu’est-ce qui a servi d’expiation pour nos péchés? Jésus Christ. Nous devons donc nous nourrir de lui, de sa chair, de son corps mort pour être consacrés et sanctifiés.

Car où sera le corps mort, là s'assembleront les aigles. (Matt 24:28)

Nous sommes ces aigles, car nous vivons dans l’Esprit de la prophétie, nous marchons avec Dieu, nous savons ce qui vient et nous sommes autour du corps mort, nous nous nourrissons de lui. Jésus est le pain de vie et nous nous nourrissons de Lui. Nous sommes comme les sacrificateurs assemblés autour du sacrifice d’expiation et qui se nourrissent de lui. Notons au passage que ce sont les ailes de l’aigle qui a fait sortir les hébreux d’Egypte (Exode 19:4). Les ailes représentent la force de l’aigle. Les hébreux ont vu de leurs yeux les prodiges et les miracles qui étaient tous des prophéties adressées aux Égyptiens et particulièrement au pharaon. Les hébreux ont vu l’aigle en temps que prophétie et sont sortis au désert par sa force. C’est ce qui arrivera aux vierges folles qui ne se sont pas préparées. Il leur sera donné les ailes de l’aigle pour avoir la force de se préparer, de résister et de laver leur robe dans leur sang pour leur salut (Apo 7, 12, 20) car elles n’ont pas voulu le faire maintenant. Elles aussi verront les prophéties, mais elles rateront l’entrée dans la terre promise.

Tu suivras à l'égard d'Aaron et de ses fils tous les ordres que je t'ai donnés. Tu emploieras sept jours à les consacrer. Tu offriras chaque jour un taureau en sacrifice pour le péché, pour l'expiation; tu purifieras l'autel par cette expiation, et tu l'oindras pour le sanctifier. Pendant sept jours, tu feras des expiations sur l'autel, et tu le sanctifieras; et l'autel sera très saint, et tout ce qui touchera l'autel sera sanctifié. Voici ce que tu offriras sur l'autel: deux agneaux d'un an, chaque jour, à perpétuité. Tu offriras l'un des agneaux le matin, et l'autre agneau entre les deux soirs. Tu offriras, avec le premier agneau, un dixième d'épha de fleur de farine pétrie dans un quart de hin d'huile d'olives concassées, et une libation d'un quart de hin de vin. Tu offriras le second agneau entre les deux soirs, avec une offrande et une libation semblables à celles du matin; c'est un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. Voilà l'holocauste perpétuel qui sera offert par vos descendants, à l'entrée de la tente d'assignation, devant l'Éternel: c'est là que je me rencontrerai avec vous, et que je te parlerai.

La consécration des lévites prend sept jours. Leurs péchés sont expiés pendant sept jours et chaque fois l’autel est purifié par cette expiation et il est oint pour être sanctifié, cela sept fois. A la fin de ce processus l’autel sera très saint et alors tout ce qui touchera l’autel sera sanctifié. En plus de cela un agneau doit être offert matin et soir à perpétuité. L’agneau c’est le type de Christ et c’est lui qui rend, pour nous, l’autel très saint. C’est lui qui nous permet d’être saint quand nous le touchons.

Nous pouvons aussi remarquer que la purification de l’autel se fait par l’expiation des péchés et la sanctification par l’onction. Les sept jours représentent les sept âges de l’église et c’est au dernier âge que l’expiation est complète et que l’onction sera aussi complète. La consécration sera totale, nous serons totalement remplis de Dieu, comme nous l’avons vu plus haut. La sainteté sera aussi à son maximum et nous marcherons sur cette terre comme Jésus a marché parmi nous. Ce sera la révélation des fils de Dieu (Rom 8:19). Nous marcherons sur la terre comme des dieux (Ps 82:6, Jean 10:34-36).

Je me rencontrerai là avec les enfants d'Israël, et ce lieu sera sanctifié par ma gloire. Je sanctifierai la tente d'assignation et l'autel; je sanctifierai Aaron et ses fils, pour qu'ils soient à mon service dans le sacerdoce. J'habiterai au milieu des enfants d'Israël, et je serai leur Dieu. Ils connaîtront que je suis l'Éternel, leur Dieu, qui les ai fait sortir du pays d'Égypte, pour habiter au milieu d'eux. Je suis l'Éternel, leur Dieu. (Exode 29:43-46)

Nous savons que le tabernacle est l’ombre du temple et que le temple est l’ombre de notre corps. Nous voyons ici le parallèle entre le souverain sacrificateur Josué et nous. Josué est passé par ce processus de purification et de sanctification pour être consacré, malgré cela il se présente devant Dieu avec des habits sales. Dieu change ses habits. Et c’est ce que nous devons faire. Nous devons nous approcher de Dieu, nous préparer, nous sanctifier, pour qu’ensuite Dieu puisse nous donner de nouveaux habits pour qu’il puisse venir nous rencontrer dans le tabernacle, dans le temple, en nous et qu’il puisse nous sanctifier par Sa gloire. Sa gloire va nous mettre à part et va nous différencier du reste du monde. C’est Sa gloire qui va nous faire briller au milieu de la nuit. Moïse a vécu cela en redescendant. Il devait se cacher le visage. Nous, nous n’aurons pas à nous cacher au reste du monde.

Le mot gloire, כָּבוֹד (kâbôwd), se compose de quatre lettres. Jusqu’ici nous les avons toutes vues sauf Beyt dont le pictographe d’origine représente une tente (Bet) mais a aussi la signification de “famille” et de “résider à l’intérieur”. Kaph, la première lettre qui représente la paume de la main, signifie “plié à la volonté d’un autre”, “soumis”. Vav, la troisième lettre est le piquet de tente, celui qui soutient le toit, accroché, assuré et Dal la porte.

Le mot gloire à lui tout seul résume la marche du chrétien quand nous analysons les lettres qui le composent. Il faut premièrement se soumettre à la volonté de Dieu pour qu’ensuite il puisse nous prendre dans sa famille. Il est notre assurance auquel nous sommes accrochés et Il est notre porte par laquelle nous devons passer, si nous voulons entrer dans son royaume.

Il faut que nous nous soumettions à la volonté du Lion de Juda. Que nous sacrifions un taureau (ou un veau/boeuf, c’est le même mot) pour notre consécration, que nous laissions derrière nous notre vie. Celui qui nous assure, c’est l’homme qui est mort pour nous: Jésus Christ. La porte ou la clef c’est la révélation, la prophétie c’est l’aigle. Ce sont les quatre évangiles, ce sont les quatre animaux qu’a vus Ezechiel, les mêmes qui sont décrits par Jean. Ce sont aussi quatre périodes dans l’histoire de l’église, la révélation de Jésus Christ le Lion de Juda, une période de martyre et de sacrifice pour les chrétiens, le veau/boeuf/taureau, l’homme c’est le retour à la repentance et à la sanctification pour finalement arriver dans l’âge prophétique, celui de l’aigle, celui dans lequel nous vivons.

La racine du mot gloire est כָּבַד (kâbad) qui a le sens d’honneur, mais qui veut aussi dire foie, c’est sûrement la raison pour laquelle il était consumé par le feu lors de l’holocoste et que Dieu donne une description et des intructions claires concernant le foie.

La consécration à notre époque est très importante et elle n’est pas à laisser au hasard. Nous avons vu tous les types qui l’entourent et ce que cela implique pour nous si nous voulons voir la gloire de Dieu et en faire partie. Le plan de Dieu est inscrit dans des mots, dans des scènes prophétiques, dans des types cela depuis des milliers d’années. Nous avons une chance inouïe: celle de vivre à un moment de l’histoire que tous les prophètes ont contemplé. Ayons donc du zèle et repentons-nous, préparons-nous, consacrons-nous pour que nous puissions vivre ce moment, ce combat qui vient contre Babylone et que la gloire de Dieu puisse être manifestée sur la terre entière.

Nous sommes ce peuple de sacrificateurs, ce peuple de lévites choisis par et pour Dieu. C’est nous qui allons témoigner pour Dieu sur cette terre et c’est nous qui allons bénéficier de la préparation de l’Eglise durant ces sept âges. Nous avons une grande responsabilité et une grande mission qui nous attendent. Comme nous l’avons vu, ces grandes responsabilité et mission viennent avec une grande consécration. Nous avons vu celle de Moïse et celle de Jésus. Nous allons manifester Jésus sur cette terre, comment serait-il possible que nous échappions à la préparation qu’ils ont vécue? Que Dieu nous aide et nous conduise.

Pouyt Samuel