Publication: 28 décembre 2019
Temps de lecture: ~ 34 minutes
Auteur: Samuel Pouyt

Suis-moi

Comment devenir un disciple de Christ

Et Jésus, passant de là plus avant, vit un homme nommé Matthieu, assis au bureau de recette; et il lui dit: Suis-moi. Et se levant, il le suivit. (Darby. Matthieu 9:9)

C’est en répondant à ce simple ordre « Suis-moi » que nous devenons des disciples de Christ. Cet appel est individuel et nous pouvons soit le refuser, soit l’accepter. Si nous acceptons, cela doit l’être totalement. La Parole de Dieu est très claire à ce sujet. C’est en répondant à cet appel de Jésus Christ que nous marchons sur le bon chemin, que nous avons la vérité et la vie (voir Jean 14:6).

follow-me.jpg

Répondre à cet appel, devenir un disciple de Christ, cela implique une consécration totale. Nous devons nous réconcilier avec Dieu et Lui obéir. C’est ce que nous montre l’appel de Matthieu :

Après cela il sortit, et il vit un péager nommé Lévi, assis au bureau des impôts; 28 Et il lui dit: Suis-moi. Et lui, quittant tout, se leva et le suivit. 29 Et Lévi lui fit un grand festin dans sa maison, et un grand nombre de péagers et d'autres gens étaient à table avec eux. 30 Et ceux d'entre eux qui étaient scribes et pharisiens murmuraient et disaient à ses disciples: Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec des péagers et des gens de mauvaise vie? 31 Et Jésus, prenant la parole, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui sont en santé qui ont besoin de médecin; 32 Mais ceux qui se portent mal. Je suis venu appeler à la repentance, non les justes, mais les pécheurs. (Darby. Luc 5:27)

Tout d’abord, Matthieu (Lévi), est appelé par Jésus. Cela est dans l’ordre des choses car «nul ne peut venir à [Jésus], si le Père qui [l]’a envoyé ne l’attire; et [il] le ressusciterai au dernier jour » (NEG 1979 Jean 6:44). En effet, c’est Dieu qui attire à Lui ceux qui doivent être sauvés, car l’homme ne peut se sauver lui-même. S’il le pouvait, la gloire du salut retomberait sur l’homme : « Car vous êtes sauvés par la grâce, par la foi, et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu » (Darby. Ephésiens 2 :8).

La réponse de Matthieu est immédiate : « Et lui, quittant tout, se leva et le suivit ». Tout d’abord, Matthieu quitte tout. Nous pouvons imaginer que premièrement il quitte son occupation, son travail. Car il se prépare à suivre physiquement le Christ. Il ne peut pas travailler et marcher avec le Christ. Libéré de son travail, il peut donc partir et aller là où le Seigneur Jésus le conduit. Mais nous pouvons aussi voir dans ce passage que le fait de tout quitter est plus profond que simplement quitter son travail.

Les pharisiens voyant que Jésus mange avec des publicains, dont Matthieu faisait partie, trouvent cela incorrect. La réponse de Jésus est claire, il vient sauver non les justes, mais les pécheurs. C’est pour cela qu’Il mange avec eux. Matthieu, comme tout homme, était donc un pécheur. En lisant ce passage, nous pouvons conclure que lorsque Matthieu quitta tout, il quitta non seulement son ancienne vie, mais aussi la vie de pécheur qu’il menait pour se consacrer radicalement au Seigneur. Lorsque Matthieu quitte tout, c’est la représentation physique de la repentance : un changement radical de vie, pour se mettre en conformité avec le Seigneur et commencer à Le suivre. Comme nous allons le voir, la Bible renforce cette compréhension.

La bible nous raconte aussi l’histoire d’un jeune homme riche qui vient voir Jésus et Lui demande comment il peut « hériter la vie éternelle ». Il lui demande comment devenir un enfant de Dieu, car seuls les enfants de quelqu’un peuvent hériter de Lui :

17 Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et, se jetant à genoux devant lui: Bon maître, lui demanda-t-il, que dois- je faire pour hériter la vie éternelle? 18 Jésus lui dit: Pourquoi m’appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul. 19 Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère. 20 Il lui répondit: Maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. 21 Jésus, l'ayant regardé, l’aima, et lui dit: Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. 22 Mais, affligé de cette parole, cet homme s'en alla tout triste; car il avait de grands biens. 23 Jésus, regardant autour de lui, dit à ses disciples: Qu’il sera difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu! 24 Les disciples furent étonnés de ce que Jésus parlait ainsi. Et, reprenant, il leur dit: Mes enfants, qu’il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu! 25 Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. 26 Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres: Et qui peut être sauvé? 27 Jésus les regarda, et dit: Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu: car tout est possible à Dieu. (NEG 1979. Marc 10 :17-27)

Premièrement, le Christ teste le discernement de ce jeune homme. Il lui demande: “pourquoi m’appelles-tu bon, car seul Dieu est bon ? Il n’attend pas la réponse et lui demande s’il connaît les commandements. Le jeune homme les connaît, et déclare les mettre en pratique dès sa jeunesse. Cela plaît au Seigneur Jésus. On voit donc qu’une recherche sincère de Dieu permet de le trouver. Nous pouvons bien sûr nous poser la question de savoir qui a mis dans le cœur de ce jeune homme le désir de le chercher. La réponse est certainement Dieu lui-même. Tout semblait bien parti pour le jeune homme, mais le Seigneur Jésus lui demande de faire un sacrifice. Il lui demande de se séparer de sa fortune et de la donner aux pauvres et alors Jésus lui intime l’ordre de revenir et de Le suivre. A ce moment-là le jeune homme riche se retrouve dans la même situation que Matthieu. Il doit prendre une décision : tout quitter et suivre Jésus ou alors rester avec et dans le monde.

Jésus Christ explique qu’il « est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ». Là est toute la différence entre le jeune homme riche et Matthieu. Matthieu quitte tout et place toute sa confiance en Dieu. Alors que le jeune homme riche, sous des apparences de piété, veut obtenir un héritage, veut obtenir un bénéfice mais en ne faisant pas totalement confiance à Dieu. En effet, le jeune homme riche « se confie » en ses richesses au lieu de se confier en Dieu. Il ne peut se séparer de sa fortune, car il pense pouvoir subvenir à ses propres besoins par lui-même et non en ayant foi en Dieu qui prend soin et pourvoit pour Ses brebis.

6 Humiliez- vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable; 7 et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. (NEG 1979. 1 Pierre 5 :6-7)

Pour nous, le travail, l’argent, le logement sont des soucis, ce sont même les seuls soucis de la plupart des gens du monde. On travaille, pour assouvir ces besoins, ces soucis.

31 Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons- nous? Que boirons- nous? De quoi serons- nous vêtus? 32 Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par- dessus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui- même. A chaque jour suffit sa peine. (NEG 1979. Matthieu 6:31-34)

Les païens recherchent ces choses, un disciple de Christ n’a pas à se soucier de cela, car le Seigneur prend soin de Lui et Il sait que nous avons besoin de tout cela pour vivre.

Matthieu fait donc preuve d’une foi totale en Dieu alors que le jeune homme riche ne lui fait confiance que pour ce qui suit la mort, ou dit autrement, pour s’assurer la vie éternelle en voulant faire de son mieux pour obéir à Dieu, mais quand Celui-ci lui demande, lui ordonne de tout vendre, le jeune homme refuse car il n’a pas la foi ou pas assez de foi pour croire que Dieu pourvoira à ses besoins. Matthieu décide de se séparer du monde alors que le jeune homme veut rester dans le monde tout en ayant la vie éternelle.

C’est entre autre sur cela que prêche Jésus dans le passage connu comme « Le Sermon sur la Montagne » :

24 Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre: vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. 25 C'est pourquoi je vous dis: Ne soyez pas en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez et de ce que vous boirez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus: la vie n'est- elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? 26 Regardez aux oiseaux du ciel: ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup mieux qu'eux? (Darby. Matthieu 6 :24-26)

Jésus Christ est très clair. On ne peut servir deux maîtres. Un de ces maîtres c’est Dieu, l’autre c’est Mammon, l’argent. Le jeune homme riche sous des apparences pieuses, tente de servir Dieu, mais il sert aussi Mammon. Quand Jésus lui demande de se mettre en ordre et de renoncer à Mammon, il est attristé, car il ne peut ou il ne veut se séparer de sa fortune en laquelle il place sa confiance.

En tant que disciple de Christ, nous n’avons pas à nous soucier de ce que nous mangerons, de ce que nous porterons comme habit, car Dieu pourvoit. Avec l’exemple des oiseaux, Il montre que si Dieu prend soin de ces petits êtres, combien plus prendra-t-il soin de nous car « ne val[ons]-nous pas beaucoup mieux que [ces oiseaux] ? »

Ce que Dieu demande de nous, c’est que nous ayons une foi absolue en Lui, que nous dépendions de Lui pour toute chose et en toute circonstance. Dieu peut ainsi manifester Sa gloire en subvenant à nos besoins tant matériels que spirituels. Il ne laissera jamais un de ses enfants dans le besoin. Par contre, en tant que disciple, Il demande que nous Lui obéissions en toutes choses. Ce que le jeune homme riche ne put faire.

Jésus veut que nous le placions à la première place en toute chose et que nous le servions Lui et nul autre :

16 […] toutes choses ont été créés par [Jésus] et pour lui; 17 et lui est avant toutes choses, et toutes choses subsistent par lui; 18 il est le chef du corps, de l'assemblée, lui qui est [le] commencement, [le] premier-né d'entre les morts, afin qu'en toutes choses il tienne, lui, la première place; (Darby. Colossiens 1 :16-18)

Jésus est le Chef de l’église et il est le chef de tout homme. Jésus est notre vie (Colossiens 3:4). Nous ne pouvons pas être ami du monde et disciple de Christ. C’est ce que le jeune homme riche voulait faire. Il voulait suivre Christ pour avoir la vie éternelle, mais aussi rester dans le monde, rester ami de l’argent. Sa tristesse lorsque le Seigneur Jésus lui demanda de se séparer de sa richesse, montre ce à quoi ce jeune homme est attaché, là où est son trésor, son cœur.

19 Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille gâtent, et où les voleurs percent et dérobent; 20 mais amassez- vous des trésors dans le ciel, où ni la teigne ni la rouille ne gâtent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent; 21 car là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. (Darby. Matthieu 6 :19-21)

Le trésor du jeune homme, c’est sa fortune. Matthieu, lui, a tout abandonné. Il n’a plus de trésor sur la terre. La Bible nous donne d’autres exemples de personnes qui ont tout abandonné pour suivre le Christ.

18 Et comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon appelé Pierre, et André son frère, qui jetaient un filet dans la mer, car ils étaient pêcheurs; 19 et il leur dit: Venez après moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. 20 Et eux aussitôt, ayant quitté leurs filets, le suivirent. 21 Et, passant de là plus avant, il vit deux autres frères, Jacques le [fils] de Zébédée, et Jean son frère, dans la nacelle avec Zébédée leur père, raccommodant leurs filets, et il les appela; 22 et eux aussitôt, ayant quitté la nacelle et leur père, le suivirent. (Darby. Matthieu 4 :18-22)

Nous voyons bien dans ce passage, que ces hommes quittent tout, à l’instant, pour commencer une nouvelle vie avec Christ. Leur vie est changée du tout au tout en un instant, en un appel. Ils ne se posent aucune question. Ils ont reconnu le Messie, leur vie est transformée. En un instant ils quittent le monde, pour entrer dans le royaume de Dieu. En répondant positivement à la volonté de Dieu, ils sortent du monde.

15 N'aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde: si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui; 16 parce que tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, n'est pas du Père, mais est du monde; 17 et le monde s'en va et sa convoitise, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. (Darby. 1 Jean 2 :15-17)

Le Seigneur Jésus nous ordonne de ne pas « aimer le monde ». Le monde, c’est le royaume du péché, de la convoitise. Les convoitises de la chair et des yeux ainsi que l’orgueil de la vie prennent la première place qui revient de droit à Dieu. Quand nous vivons dans le monde, nous vivons dans le péché, nous vivons sans Dieu. Le jeune homme riche, ne put pas suivre Jésus car il ne put sortir du monde. De ce fait, il est un ennemi de Dieu.

Adultères, ne savez- vous pas que l'amitié du monde est inimitié contre Dieu? Quiconque donc voudra être ami du monde, se constitue ennemi de Dieu. (Darby. Jacques 4 :4)

On ne peut servir deux maîtres à la foi. On ne peut être hors du monde et du Monde. Nous vivons sur la terre. En tant que disciples de Christ, nous sommes dans le monde, mais nous ne sommes pas du monde car nous sommes de Dieu. Nous appartenons à Son royaume. En croyant en Jésus, en devenant son disciple nous avons triomphé du monde.

Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? (NEG 1979. 1 Jean 5:5)

Devenir un disciple de Christ, c’est prendre une décision radicale. C’est sortir du monde pour entrer dans le royaume de Dieu. C’est mettre le Roi, Jésus Christ à la première place. Il n’y a plus de compromis possible. Un disciple de Christ ne peut se permettre d’avoir quoi que ce soit ou qui que ce soit qui ait plus d’importance que Jésus Christ et Sa volonté dans sa vie.

37 Celui qui aime père ou mère plus que moi, n'est pas digne de moi; et celui qui aime fils ou fille plus que moi, n'est pas digne de moi; 38 et celui qui ne prend pas sa croix et ne vient pas après moi, n'est pas digne de moi. 39 Celui qui aura trouvé sa vie, la perdra; et celui qui aura perdu sa vie pour l'amour de moi, la trouvera. (Darby. Matthieu 10 :37-39)

Pour trouver la vie, il faut perdre la sienne. Perdre sa vie, c’est mourir à soi-même, mourir à ses désirs, à ses conceptions du monde. En perdant sa vie, donc en perdant son ego, son orgueil, nous pouvons nous placer sous la volonté de Dieu. Nous pouvons l’écouter et lui obéir, nous pouvons écouter notre conscience qui nous dit que ce que nous allons faire est mal et demander pardon à Dieu pour cela.

Etre un disciple de Christ, cela veut dire que personne dans notre vie ne passe avant Jésus Christ pas même notre père terrestre, notre femme ou nos enfants. Tout doit être fait par Dieu et pour Dieu. Nous devons chercher l’accord de Dieu et Sa volonté pour toute décision. En devenant disciple de Christ, nous devenons esclave de Dieu.

21 As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt. 22 Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ. 23 Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes. 24 Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé. (NEG 1979. 1 Corinthiens 7:21-24)

Aussi surprenant que cela puisse paraître, quand nous sommes du monde, nous sommes esclaves du péché. La liberté que nous croyons avoir est une fausse liberté qui nous éloigne de Dieu et de la vie. Le Seigneur nous affranchit, nous rend libre. Il devient notre Maître, nous sommes ses esclaves mais en Lui nous sommes libres. Nous ne sommes pas libres de faire ce que nous voulons ce qui nous ramènerait immédiatement dans le monde et dans le péché, mais nous sommes libres d’agir dans les limites fixées par Dieu sans le joug des religions des hommes.

Jésus Christ nous aime, ce qu’Il nous demande de faire n’est pas contre nous, mais pour nous. La loi qu’Il nous impose se résume en deux phrases : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée» (Ibid. Matthieu 22:37) et « tu aimeras ton prochain comme toi- même » (Ibid. Matthieu 22:39). C’est en aimant son prochain qu’on ne pèche pas contre lui. En effet de ces deux lois découle toute la loi. Celui qui aime ne tue pas, celui qui aime respecte ses parents, celui qui aime ne veut pas faire de mal à son prochain en lui prenant sa femme, etc.

« Dieu est amour » (Ibid. 1 Jean 4:8). Dieu nous a créé « à son image » (Ibid. Genèse 1:27) et c’est Sa volonté que nous soyons « semblables à l’image de Son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères » (Ibid. Romains 8:29). Si Dieu est amour, nous devons aussi être amour et montrer de l’amour pour nos frères et nos ennemis. Car étant dans le monde, nous étions ennemis de Dieu, mais Il nous a quand même aimés à un point tel qu’Il « a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. » (Darby. Jean 3:16)

44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent], et priez pour ceux qui [vous font du tort et] vous persécutent, 45 en sorte que vous soyez les fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et envoie sa pluie sur les justes et sur les injustes. 46 Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense avez-vous? Les publicains même n'en font-ils pas autant? 47 Et si vous saluez vos frères seulement, que faites-vous de plus [que les autres]? Les nations même ne font-elles pas ainsi? 48 Vous, soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. (Darby. 5:44-48)

La différence entre un disciple de Christ et quelqu’un du monde, c’est que le disciple aime aussi ses ennemis, les gens qui sont méchants avec lui, qui le persécutent qui sont injustes etc. La personne du monde aime ceux qui l’aiment, ils saluent ceux qu’il connaît. Le disciple, lui comprend que tous les êtres qui sont sur la terre on été créés par Dieu, que Dieu les aime et qu’Il veut aussi que ces personnes qui ne croient pas en Lui se repentent et marchent avec Lui. Dieu nous appelle à être semblable à Lui et donc à être parfaits. En aimant ceux qui nous persécutent, nous imitons le Christ car Il est mort dans la persécution, dans la haine, pour que nous tous ayons la vie éternelle. Sur la croix, « […]Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font […] » (Darby. Luc 23:34). Alors qu’Il allait mourir, Jésus Christ intercédait pour ceux qui le tuaient.

Pour accomplir Sa mission sur la terre, Sa destinée, le Seigneur n’a pas aimé sa vie. Il est mort pour nous. S’il avait décidé de ne point mourir, s’il avait tenté de sauver sa vie. Il n’aurait pas agi selon la volonté divine. Ce sacrifice était nécessaire, Dieu est juste et Il ne change pas. Le châtiment pour les péchés est la mort. Nous méritons tous la mort. C’est pour cela que Dieu s’est pourvu d’un sacrifice expiatoire parfait et pur, sans péché: Il s’est incarné Lui-même dans la chaire et est mort pour nous. Dieu à payé le prix pour nos péchés. S’Il avait aimé sa vie plus que nous, Il ne se serait pas sacrifié. En tant que disciple de Christ, nous ne nous appartenons plus.

19 Ne savez- vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez de Dieu? Et vous ne vous appartenez point à vous- mêmes? 20 Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. (Segond 1910. 1 Corinthiens 6:19-20).

Nous sommes le temple du Saint Esprit et nous appartenons à Dieu car Il nous a rachetés pour un grand prix. En tant que disciples nous ne pouvons plus faire ce qu’il nous plaît. Nous devons sortir du monde, nous devons nous séparer complètement de tout ce qui est du monde, nous ne pouvons pas faire de compromis. Nous devons être tellement séparés du monde que si nous devons mourir pour le Seigneur, alors nous mourrons. Nous devons nous séparer de tout ce qui se met entre nous et le Seigneur, entre nous et notre communion avec Lui.

Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter.” (Segond 1910. Esaïe 59 :2)

Le monde, c’est l’habitation du péché. En étant dans le monde, on vit dans le péché, nous servons le mal. Notre maître, n’est pas Dieu mais Satan et nous faisons ses œuvres. Nos crimes, nos péchés, sont entre nous et Dieu. Tant que nous vivons dans le péché, nous sommes condamnés, nous sommes séparés de Dieu. Si nous nous tournons vers le Seigneur, et que nous Lui demandons pardon pour notre vie d’iniquité, Il nous pardonne et nous donne la vie. Nous ne sommes plus sous Son jugement car nous nous sommes jugés nous-mêmes. Nous devons continuer à nous juger, jusqu’à ce que nous remportions la course. Nous devons tellement nous séparer du monde que notre volonté doit être la volonté du Seigneur. Avant, notre volonté était tournée vers les choses et les plaisirs du monde. Dieu nous transformant, notre volonté est aussi transformée et elle se tourne vers les choses d’en haut, vers les choses du Royaume de Dieu. Ainsi nous ne voulons plus faire ce qui est mauvais et ce qui déplaît à Dieu, mais nous voulons faire ce qui Lui plaît, car « celui qui est uni au Seigneur est un seul esprit [avec lui]. » (Darby. 1 Corinthiens 6 :17)

Ceux qui ne prennent pas la peine de se réconcilier avec Dieu, seront, lors du jugement dernier, condamnés à la deuxième mort. Cette deuxième mort est la séparation éternelle d’avec Dieu.

Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.” (Segond 1910. Apocalypse 21:8)

L’apôtre Jean donne une liste condensée de péchés, une liste de choses qui nous séparent de Dieu. Mathieu nous apprend ce qu’il faut craindre : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne. » (Segond 1910. Matthieu 10:28). Notre salut se trouve donc dans la crainte de Dieu. Cette crainte montre le respect qu’un disciple de Christ a pour ce que son Maître lui demande de faire, du respect pour les commandements que ce Dernier lui donne. Un disciple de Christ se sépare du monde, se sépare du péché, se sépare du mal.

La crainte de l'Eternel c'est de haïr le mal. (Martin 1744. Proverbe 8:13)

La crainte de l’Eternel donc, c’est aussi de haïr le mal, de haïr le péché, de haïr le monde, et de nous en séparer. La parole nous dit que Dieu hait l’iniquité et les méchants.

Les orgueilleux ne subsisteront point devant toi; tu as [toujours] haï tous les ouvriers d'iniquité. (Martin 1744. Psaume 5 :5)

Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté; (Martin 1744. Psaume 45 :7 Hébreux 1:9)

Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité; (Martin 1744. Hébreux 1:9)

Et nous savons que les méchants seront séparés éternellement de Dieu car Il les jettera dans le lac de feu et de souffre. C’est la séparation éternelle d’avec Dieu. Nous pouvons donc comprendre la haine comme étant une séparation. Dieu aime tous les hommes et Il hait l’iniquité et la méchanceté. Il est juste : ceux qui ne se seront pas réconciliés avec Lui seront séparés de Lui.

Maintenant que nous comprenons que la haine selon Dieu est synonyme de la séparation et qu’en tant que disciple de Christ nous sommes appelés à être semblables à Lui dans sa perfection, nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir quoique ce soit dans notre vie qui nous sépare de Dieu, qui nous éloigne de Lui.

Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27 Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. (Segond 1910. Luc 14:26)

Ces paroles, qui à première lecture semblent si terribles, doivent déjà être plus limpides. En effet, ce passage nous dit de haïr nos parents et notre femme et même notre propre vie. Nous comprenons déjà que nous ne devons pas aimer notre vie car elle ne nous appartient pas. Aimer notre vie à tel point que nous refusons de la perdre pour Dieu, d’y renoncer pour Lui démontre notre amour propre, notre égoïsme. Cela montre aussi que nous ne sommes pas morts à nous même, à notre propre volonté et que nous ne sommes pas prêts à suivre le Seigneur en toutes choses, à suivre Celui qui a donné Sa vie pour nous.

Celui donc qui ne hait pas ses parents, ses enfants ou sa femme ne peut pas suivre le Seigneur, ne peut pas être son disciple. Cette haine est de la séparation, c’est la séparation d’avec notre ancienne vie. En tant que disciple de Christ, Jésus doit être à la première place dans notre vie. Si nous avons dans notre famille, nos parents, notre femme ou nos enfants ou quoique ce soit d’autre qui est à la première place, alors nous sommes idolâtres et nous savons que les idolâtres expérimenteront la deuxième mort, ils seront séparés de Dieu.

Ce passage est aussi un avertissement, le Seigneur nous demande de n’avoir rien entre nous qui nous empêche de Le servir, un père qui ne veut pas que nous servions le Seigneur, une femme qui empêche le disciple d’obéir au Seigneur selon Sa volonté et non selon la volonté de notre femme. Cette haine que nous devons avoir, c’est une haine de tout ce qui nous éloigne de Dieu, même si c’est notre femme ! Si nous nous mettons en conformité avec le Seigneur, Il est fidèle et Il travaillera le cœur de nos parents, enfants, ou femme pour qu’eux aussi mettent le Seigneur Jésus à la première place.

Ce passage fait aussi écho à Matthieu 6:24 (ou Luc 16:13) « Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre ». En effet si nous écoutons les désirs de notre famille ou de qui que ce soit, nous ne sommes pas complètement consacrés à Dieu. Nous essayons de servir deux maîtres : un qui se trouve dans le monde et Dieu. La Bible est claire, cela est impossible.

Le Seigneur nous demande aussi de porter notre croix. Notre croix représente les luttes qu’en tant que disciples nous allons devoir traverser. En effet, en se tournant vers Dieu, en devenant son disciple nous sommes accueillis à bras ouvert dans une nouvelle famille, mais si nos parents, notre femme, nos enfants sont dans le monde, des tribulations terribles commencent. Les êtres qui nous sont le plus chers, vont nous faire beaucoup de mal. En aucun cas nous ne devons renier Dieu et retourner dans le monde. Il est juste de réclamer les membres de nos familles à Dieu, de prier pour eux, de leur pardonner toutes les offenses qu’ils nous font car Dieu répond à la prière du juste (Jacques 5:16).

L’amour n’est pas l’opposé ou l’antonyme de la haine. Il y a bien plus dans l’amour juste que dans la haine. L’amour nous fait aimer ceux qui nous haïssent et même si Dieu à de la haine pour le mal, pour le péché, Il aime toutes Ses créatures : « Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » (Segond 1910. 2 Pierre 3:9).

Le Seigneur lui-même aime les pécheurs, Il veut que eux aussi se repentent et se tournent vers lui. La haine selon Dieu n’est pas incompatible avec l’amour. « Mais à vous qui écoutez, je vous dis: Aimez vos ennemis; faites du bien à ceux qui vous haïssent » (Darby. Luc 6 :27) Le monde hait les disciples de Christ d’une haine qui peut les conduire à frapper, à insulter voire même tuer. La haine que Dieu nous demande est une haine qui ne conduit pas à la violence. C’est une haine qui nous demande de nous séparer et qui nous commande d’aimer ceux qui sont contre nous. Cette haine du mal et non des personnes qui commettent le mal est une haine qui pousse le disciple à témoigner de l’amour que Dieu a pour les méchants. Ce n’est pas une haine qui voudrait que les disciples exterminent les infidèles comme les religions du monde l’enseignent. Un disciple de Christ, au contraire, est prêt à perdre sa vie pour le témoignage qu’il porte, sa haine du mal le conduira à se séparer du mal, même si cela doit le conduire à la mort physique en se sacrifiant plutôt qu’en commettant le mal lui-même pour sauver sa propre vie en reniant ce en quoi il croit.

Un disciple de Christ est une personne qui a répondu positivement à l’appel du Seigneur, qui a laissé son ancienne vie pour en prendre une nouvelle en Christ. C’est une personne qui est morte à elle-même et qui accepte de supporter les épreuves qui sont devant elle. Les épreuves que Dieu met devant ses disciples sont là pour tester leur fidélité et pour les perfectionner. On peut voir cela par exemple avec l’histoire d’Abraham auquel Dieu a demandé de sacrifier son fils (Genèse 22) ou encore les quarante ans que Moïse a passés dans le désert avant qu’il puisse se tenir devant le pharaon pour faire sortir son peuple d’Egypte (Exode 1- 7).

Tous les disciples de Christ auront leurs tests et leurs épreuves. Le but de Dieu dans ces derniers jours dans lesquels nous vivons est de se préparer une Epouse sans tâche ni ride, qui soit parfaite et à Son image. Dieu ne veut pas d’une épouse qui n’a pas la foi ou qui est ridée par le péché. Lui qui est parfait comment pourrait-Il accepter l’imperfection ? C’est pour cela qu’à travers les épreuves, Il nous purifie pour nous débarrasser de toute iniquité, pour nous apprendre la patience, l’amour, la fidélité etc. Alors « quand le Christ qui est notre vie, sera manifesté, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui en gloire.” (Darby Colossiens 3 :4). Car « le disciple n'est point par-dessus son maître; mais tout disciple accompli sera rendu conforme à son maître. » (Martin 1744. Luc 6:40).

La vie d’un disciple de Christ n’est pas une vie facile. Comme nous l’avons vu, il doit vivre dans le monde sans être du monde. Il doit vivre dans un monde qui est perdu tout en reflétant la lumière de Christ. Il doit résister à toutes les tentations du monde. En plus de cela, les disciples de Christ sont et seront persécutés par le monde car le disciple n’est pas au-dessus du Maître. Si le Maître a été persécuté, nous le serons aussi.

Le Disciple n'est point au-dessus du maître, ni le serviteur au- dessus de son Seigneur. 25 Il suffit au Disciple d'être comme son maître, et au serviteur comme son Seigneur, s'ils ont appelé le père de famille Béelzébul, combien plus [appelleront- ils ainsi] ses domestiques? 26 Ne les craignez donc point. Or il n'y a rien de caché qui ne se découvre, ni rien de secret qui ne vienne à être connu. 27 Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites- le dans la lumière; et ce que je vous dis à l'oreille, prêchez- le sur les maisons. 28 Et ne craignez point ceux qui tuent le corps, et qui ne peuvent point tuer l'âme; mais plutôt craignez celui qui peut perdre et l'âme et le corps [en les jetant] dans la géhenne. (Martin 1744. Matthieu 10 :24)

Il est plus avantageux pour le disciple de craindre Dieu, de respecter ses commandements et de rester sous la volonté du Seigneur, plutôt que de craindre les hommes et leurs persécutions et d’utiliser cela comme prétexte pour ne pas accomplir Son dessein. En effet, celui qui n’obéit pas au Seigneur prend le risque d’être rejeté par Lui. Les hommes ne peuvent que tuer l’enveloppe, le corps alors que Dieu, lui, peut nous séparer de Lui éternellement en nous jetant dans la géhenne. Le disciple ne doit pas avoir peur de la mort physique, car si cela lui arrive, il s’en retournera à la maison, comme Etienne.

54 En entendant ces choses, leur coeur s'enflamma de colère et ils grinçaient les dents contre [Etienne]. 55 Mais lui étant rempli du Saint- Esprit, et ayant les yeux attachés au ciel, vit la gloire de Dieu, et Jésus étant à la droite de Dieu. 56 Et il dit: voici, je vois les cieux ouverts, [et] le Fils de l'homme étant à la droite de Dieu. 57 Alors ils s'écrièrent à haute voix, et bouchèrent leurs oreilles, et tous d'un accord ils se jetèrent sur lui. 58 Et l'ayant tiré hors de la ville, ils le lapidèrent; et les témoins mirent leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme nommé Saul. 59 Et ils lapidaient Etienne, qui priait et disait: Seigneur Jésus! reçois mon esprit. 60 Et s'étant mis à genoux, il cria, à haute voix: Seigneur, ne leur impute point ce péché; et quand il eut dit cela, il s'endormit. (Martin 1744. Actes 7:54-60)

Le peuple ne supporta pas ce qu’Etienne leur disait, et ils se résolurent à le tuer. Celui-ci vit la gloire de Dieu et priait pour ceux qui le lapidaient. En mourant, il savait où il allait, car il n’avait ni renié Dieu, ni désobéi au Seigneur. Le Seigneur le rappela donc à la maison car sa mission était terminée.

Nous pouvons donc le constater, Etienne abandonna tout, même sa vie pour servir le Seigneur et c’est exactement ce que Dieu nous demande. Comme nous l’avons vu avec Matthieu ou le jeune homme riche, celui qui veut suivre le Christ doit tout abandonner, même sa propre vie, car « […] celui qui aura perdu sa vie pour l'amour de moi, la trouvera. » (Darby. Matthieu 10:39). Le disciple renonce donc à son amour propre, l’amour de sa propre vie, pour la gloire de Dieu.

Heureusement, la vie de disciple n’est pas seulement une vie, de souffrance. C’est aussi une vie de communion et d’intimité avec Dieu. Dieu promet d’enseigner Lui-même à ses disciples, de leur révéler ses secrets, ses mystères. « Aussi tous tes enfants seront enseignés de l'Eternel, et la paix de tes fils sera abondante. » (Martin 1744. Esaïe 54:13)

Quand nous avons décidé d’appartenir au Seigneur, de reconnaître que nous sommes pécheurs de Lui donner notre vie, de Le suivre, de devenir un de Ses disciples, Il prend soin de nous. Les disciples, ou les brebis du Seigneur « écoutent [Sa] voix, et [Lui Il] les connai[t], et elles [Le] suivent » (Martin 1744. Jean 10 :27). Le Seigneur parle directement à Ses disciples de différentes manières. Il peut leur parler de manière audible, par des pensées, des révélations etc. C’est pour cela que Jésus répondit à Pierre : « Tu es bienheureux, Simon Barjonas [Pierre], car la chair et le sang ne t'ont pas révélé [cela], mais mon Père qui est dans les cieux » (Darby. Matthieu 16:17). Pierre a pu répondre justement à la question que Jésus lui posa car Dieu et non l’intelligence de Pierre, lui donna ou lui révéla la bonne réponse : l’identité du Christ.

Dieu a Ses secrets, les choses qui concernent son royaume. Ces choses, Il ne les révèle pas à tout le monde, mais seulement à Ses disciples.

10 Alors les Disciples s'approchant lui dirent: pourquoi leur parles- tu par des similitudes? 11 Il répondit, et leur dit: c'est parce qu'il vous est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux, et que, pour eux, il ne leur est point donné [de les connaître]. 12 Car à celui qui a, il sera donné, et il aura encore plus; mais à celui qui n'a rien, cela même qu'il a lui sera ôté. 13 C'est pourquoi je leur parle par des similitudes, à cause qu'en voyant ils ne voient point, et qu'en entendant ils n'entendent point, et ne comprennent point. (Martin 1744. Matthieu 13:10)

Les disciples ne comprennent pas pourquoi Jésus s’adresse au peuple avec des paraboles (similitudes). La réponse est simple, ceux qui ne sont pas disciples ou qui ne veulent pas l’être ne doivent pas comprendre. Il est seulement donné aux disciples de Christ de connaître les mystères du Royaume des cieux. En marchant avec Dieu, Il nous révèle Ses secrets. Si nous étudions la Parole en toute humilité et que nous nous laissons enseigner par Dieu, alors Il pourra nous utiliser et Il nous révélera Ses vérités, les mystères cachés dans sa parole.

Une révélation, c’est l’Esprit de Dieu qui parle à notre esprit et l’enseigne. Notre esprit peut ensuite faire passer ce savoir dans notre intelligence. Tout d’un coup, nous savons quelque chose, c’est une évidence. Nous le savons et c’est tout. C’est seulement ensuite que nous pouvons faire passer ce savoir dans notre intelligence. Alors ce savoir devient une connaissance. Cela semble évident, mais comme ce savoir vient de Dieu, il est fort possible que voulant le transmettre à quelqu’un d’autre cette personne ne puisse pas le comprendre. Il faut que cette connaissance repasse dans notre esprit pour que la vie lui soit rendue par l’Esprit de Dieu et que nous transmettions cette connaissance de manière spirituelle pour que notre interlocuteur puisse entendre et comprendre. Si cette personne ne doit pas encore le comprendre, elle ne le comprendra pas, quoi que nous puissions faire. Pour mieux comprendre le fonctionnement de notre esprit, nous vous invitons à lire L’Homme Spirituel de Watchman Nee.

Dans la Bible, Dieu fait la promesse à ses disciples, à ses brebis de leur parler directement et de les enseigner. Demandons donc à Dieu qu’Il soit notre enseignant et qu’Il nous révèle Ses vérités, Ses secrets, Ses mystères et Ses plans pour nous.

Dans Sa parole, Dieu nous promet aussi que des signes et des miracles accompagnent ceux qui ont cru, ceux qui sont Ses disciples :

3 […] Le salut annoncé d’abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, 4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté. (NEG 1979. Hébreux 2 :3-4)

C’est Dieu qui est Souverain et qui distribue les dons (voir 1 Corinthiens 12) à ses disciples. Nous voyons que ces signes, ces prodiges et ces miracles sont là pour attester de la puissance de Dieu qui accompagne Ses disciples. C’est pour montrer au monde que Dieu est avec Ses disciples. D’ailleurs, Jésus décrit clairement les signes qui accompagneront Ses disciples, ceux qui auront cru.

15 Et il leur dit: allez par tout le monde, et prêchez l'Evangile à toute créature. 16 Celui qui aura cru, et qui aura été baptisé, sera sauvé; mais celui qui n'aura point cru, sera condamné. 17 Et ce sont ici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: ils chasseront les démons en mon Nom; ils parleront de nouveaux langages; 18 Ils saisiront les serpents [avec la main], et quand ils auront bu quelque chose mortelle, elle ne leur nuira point; ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guéris. (Martin 1744. Marc 16:15-18)

Premièrement, Il donne deux ordres à ses disciples « allez partout le monde !» et « prêchez l’Evangile à toute créature !». Ceux qui auront cru à la bonne nouvelle seront sauvés mais les autres condamnés. Mais ensuite Jésus décrit les « miracles qui accompagneront ceux qui auront cru ». Ceux qui ont cru, les disciples, auront l’autorité sur les mauvais esprits, parleront de nouvelles langues, ne seront pas empoisonnés et guériront les malades. Cette liste peut être complétée avec le passage de 1 Corinthiens 12. Il faut aussi ajouter qu’à Dieu rien n’est impossible, mais que nous devons avoir la foi et croire que ce que nous demandons nous l’avons déjà reçu. Nous pouvons prendre Dieu au mot. Si nous croyons en Lui, si nous croyons sa Parole, Il saura La confirmer si nous avons la foi.

Jésus qui est Dieu sur la terre a fait de très nombreux miracles, prodiges et autres signes. Il nous promet que nous ferons de plus grandes œuvres que Lui car Lui s’en va au ciel.

En vérité, en vérité, je vous dis: Celui qui croit en moi fera, lui aussi, les oeuvres que moi je fais, et il en fera de plus grandes que celles- ci; parce que moi, je m'en vais au Père. (Darby. Jean 14:12)

Dieu étant au ciel, Il promet de faire, à travers nous qui sommes sur la terre, des œuvres plus grandes que celles qu’Il fit lors de son séjour parmi nous. Telle est Sa décision. Soumettons-nous donc à Sa volonté, mettons-nous en règle devant Lui, et laissons-Le agir en toute humilité, tout en gardant en mémoire que ce n’est pas un chemin facile.

19 Un scribe s’approcha, et lui dit: Maître, je te suivrai partout où tu iras. 20 Jésus lui répondit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme na pas un lieu où il puisse reposer sa tête. 21 Un autre, d’entre les disciples, lui dit: Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père. 22 Mais Jésus lui répondit: Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. (NEG 1979. Matthieu 8:18-22)