Publication: 28 décembre 2019
Temps de lecture: ~ 45 minutes
Auteur: Parfait M'bra
Download
Pourquoi ne sommes-nous pas exaucés ?
Première partie

Pourquoi ne sommes-nous pas exaucés quand nous prions ? Ce sont des conseils, parce qu’en la matière, il n’y a pas de doctrine. Là où il n’y a pas de doctrine, ce sont des conseils qu’on donne. Aussi, je suis en train de revoir toutes les fenêtres que j’ai ouvertes en parlant des sept sceaux ; donc après les conseils, si j’ai le temps, on va revenir là-dessus, plus en détails pour que chacun de nous dans cette église soit largement informé. Quand il y a une catastrophe qui vient dans un pays, le gouvernement a pour devoir et responsabilité d’informer les citoyens au sujet de ce qui arrive. Maintenant si le citoyen veut affronter le danger en restant sur place, alors qu’on demande par exemple, de quitter les lieux, le gouvernement n’est plus responsable. S’il lui arrive un malheur, ce sera sa propre faute. Donc, il faut que vous soyez largement informés sur les évènements qui sont prévus dans la bible dans notre génération et qui sont en train de s’accomplir. Et quand on est bien informé, chacun a les informations et il en fait ce qu’il veut ! Donc on parlera peut-être en deux séances.

Nous allons commencer à lire dans Esaïe 55 à partir du verset 6. C’est un texte que nous connaissons. Après avoir fait le tour du sujet, je mettrai un accent particulier sur le mariage. Comme ce sont des conseils, on en parlera plus en détails.

6 Cherchez l'Éternel pendant qu'il se trouve ; Invoquez-le, tandis qu'il est près. 7Que le méchant abandonne sa voie, Et l'homme d'iniquité ses pensées ; Qu'il retourne à l'Éternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. 8Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Éternel. 9Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

On va ajouter à cela, Jacques 4 à partir du premier verset :

1D'où viennent les luttes, et d'où viennent les querelles parmi vous ? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres ? 2Vous convoitez, et vous ne possédez pas ; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir ; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. 3Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. 4Adultères que vous êtes ! ne savez-vous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. 5Croyez-vous que l'Écriture parle en vain ? C'est avec jalousie que Dieu chérit l'esprit qu'il a fait habiter en nous. 6Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente ; c'est pourquoi l'Écriture dit : Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles. 7Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous. 8Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus. 9Sentez votre misère ; soyez dans le deuil et dans les larmes ; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse. 10Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera ».

Maintenant nous allons lire dans Proverbes 16 à partir du premier verset :

1Les projets que forme le cœur dépendent de l'homme, Mais la réponse que donne la bouche vient de l’Éternel.

Ce verbe « dépendre » est très important. Les dispositions du cœur appartiennent à l’homme ; ce n’est pas attribué à Dieu.

2Toutes les voies de l'homme sont pures à ses yeux ; Mais celui qui pèse les esprits, c'est l'Éternel.

Un frère ou une sœur en Christ ne peut pas concevoir un mauvais projet ! Puisque ce n’est pas pour tuer qui que ce soit, ni pour faire du mal, donc toutes les voies de l’homme sont pures à ses yeux ! Mais c’est l’Éternel qui pèse les esprits. Maintenant vient le conseil : « 3Recommande à l'Éternel tes œuvres, Et tes projets réussiront. »

On va ajouter un autre verset dans le même genre, dans Proverbes 21 verset 5 :

5Les projets de l'homme diligent ne mènent qu'à l'abondance, Mais celui qui agit avec précipitation n'arrive qu'à la disette.

Après on lira Aggée chapitre 1 pour faire suite à ce dernier passage de Proverbes 21. Que Dieu nous bénisse.

Alors frères et sœurs, pourquoi nous ne sommes pas exaucés lorsque nous prions ? Comme je l’ai dit, ce sont des conseils que je vais vous donner. Sachez avant tout que celui que vous avez en face de vous, qui vous parle, est un père de famille qui a 19 ans de mariage et qui est en train d’élever cinq filles. C’est aussi un pasteur et un missionnaire. En tant que pasteur, vous connaissez les frères qui sont dans la collaboration pastorale avec moi. Et c’est quelqu’un qui a eu le temps d’écouter, de réécouter, d’examiner des tas de problèmes qui viennent des Assemblées, que ce soit ici en Côte d’Ivoire, comme ailleurs à l’étranger. Notez cela. Parce que quand nous donnons les conseils, c’est par rapport à tout cela. Des problèmes issus de plusieurs cultures, de plusieurs peuples et de plusieurs catégories de chrétiens. En dehors de cela, on a eu le temps d’observer, parce que l’observation aussi est très importante. Quand tu es serviteur de Dieu, tu observes la vie des gens et des frères et sœurs. Pendant de longues années, on a eu à observer la vie des frères et sœurs qu’on rencontre dans l’œuvre de Dieu, ici comme ailleurs et on a eu le temps de voir comment ils ont souvent commencé et comment ils ont souvent fini. Et derrière les problèmes et les situations qu’on examine, il y a les manifestations d’esprits. On apprécie tout cela. Quand c’est de Dieu, on connaît la fin. Quand c’est l’esprit séducteur, on sait comment ça commence et on peut même prédire comment ça va finir, puisqu’on observe, on voit !

Donc quand on se permet de prendre la parole pour vous dire certaines choses, vous devez avoir à l’esprit que celui qui donne le conseil est un serviteur de Dieu. En effet, quand on donne les conseils, on ne balbutie pas parce qu’on sait de quoi on parle. On utilise également la bible pour conseiller. Il y a des thèmes et des sujets qui ne sont pas bibliques, c’est-à-dire que la bible n’en parle pas. Mais c’est rare de trouver des questions qui touchent la vie du peuple de Dieu et qui ne soient pas bibliques ! La pensée de Dieu n’est pas la pensée de l’homme ! Même si le sujet n’est pas biblique, on peut l’apprécier, parce que l’Esprit de Dieu qui a créé toute chose habite en nous et nous avons un dépôt de l’écriture qui est déjà là. C’est cela la sagesse ! Quand on prêche, il y a un bagage derrière, à l’intérieur duquel il y a l’expérience. Ce n’est pas avec la lettre qu’on parle de Dieu, mais avec l’expérience. Il y en a qui le font en citant les versets, mais même les versets bibliques relatent les expériences des autres avec Dieu. Que Dieu soit béni.

Pourquoi ne sommes-nous pas exaucés quand nous prions ? Ceux qui ont parlé du sujet dans la bible étaient des hommes d’expérience. Jacques était un apôtre, il a été selon l’histoire, pasteur, premier responsable de l’église de Jérusalem. La première église qui a été fondée à la Pentecôte. C’est lui qui dirigeait cette église. Et l’histoire dit qu’il avait les genoux calleux tellement il se mettait à genoux pour prier. Vous voyez nos frères musulmans, quand ils prient beaucoup, on voit un point noir sur leur front. Donc l’histoire dit que Jacques avait les genoux comme ça, tellement il se mettait à genoux pour prier. Alors, si Jacques parle de la prière et de ses résultats, il ne va pas raconter n’importe quoi aux frères ! Ce ne sera pas de la théorie, il parlera de son expérience personnelle avec le Seigneur dans ce domaine. Et comme cette expérience est liée à la Parole de Dieu, alors on prend cela comme l’écriture ! Il affirme qu’on prie et qu’on n’est pas exaucé. Est-ce que c’est faux ? Non ! Il y a des sujets pour lesquels nous prions et nous ne sommes pas exaucés. Ensuite, il a expliqué un peu pourquoi les choses sont ainsi. Vous devez savoir que les projets du cœur que nous concevons ou les voies qu’on emprunte sont reliés à la prière ! Le fondement par rapport à cela est déjà posé dans Esaïe 55 :

8Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Éternel. 9Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

C’est un principe que Dieu pose dans sa relation avec les hommes ; c’est une information qu’il donne. Et c’est la réalité ! Maintenant l’écriture dit que les projets qui émanent du cœur de l’homme, dépendent de l’homme ! C’est-à-dire qu’un homme normal, doté d’intelligence, a des projets. Il ne peut pas ne pas concevoir des projets, à moins que son esprit ne fonctionne pas normalement. Sinon, un homme normal conçoit toujours des projets, selon son stade d’évolution dans la société. Et quand il conçoit les projets, il se donne les moyens de les exécuter. Donc la bible dit que les projets qui émanent du cœur de l’homme dépendent de l’homme. C’est juste et normal ! Et nous tous dans cette église avons déjà eu des projets, certainement que nous en avons encore, et nous en aurons encore !

Prenons le cas d’un jeune homme qui est allé à l’école et qui a fini les études, il a ses diplômes. Quel est son projet immédiat ? Il cherche du boulot, il veut travailler ! C’est son projet. S’il a eu du travail et qu’il perçoit un salaire sécurisé, et qu’il s’est bien installé, qu’est-ce qu’il attend ? C’est une femme ! C’est l’évolution normale de l’homme dans la société. Donc il conçoit automatiquement un projet de mariage et il va se donner les moyens de l’exécuter. Quand tu es marié à une femme, et que vous vivez normalement dans votre ménage, quel est le projet maintenant ? Ce sont des enfants, c’est la suite logique ! Quand l’enfant vient normalement, ce n’est plus un projet, c’est une conséquence du mariage. Mais si ça tarde à venir, ça devient un projet parce qu’il y a un problème. Maintenant quand les enfants sont là, les projets changent. On cherche à ce qu’ils réussissent, donc il faut leur trouver un avenir. C’est un bon père qui pense comme cela. Sinon les mauvais pères sont dans les boîtes de nuit, les bars, ils ne s’occupent pas des enfants, ce n’est pas leur problème.

Et chez nous, ici, en Côte d’Ivoire surtout, tu as réussi quand tu as construit une maison. Si tu n’as pas construit de maison, les parents ne sont pas très fiers de toi. Quand tu as construit ta maison, c’est une marque de réussite. Lorsque tu travailles et qu’il te reste quelques années avant la retraite, ton projet c’est de savoir comment tu vas passer ta retraite, assurer tes vieux jours. Mais généralement, la chose sur laquelle, il n’y a pas de projet, c’est la mort. Les hommes ne font pas de projet sur la mort. Même quand un homme est malade à mort, il espère qu’il va vivre. Heureusement que nous les chrétiens, nous commençons par régler le problème de la mort avant d’aller plus loin. Aujourd’hui je n’ai pas de maison, mais j’ai un domicile céleste. C’est un projet qui est réglé, maintenant on cherche à faire autre chose.

Je dis tout cela pour vous ouvrir un peu l’esprit sur la question des projets dans la vie sociale. Maintenant frères, tout ce que je viens de dire concernant les projets est associé à la prière, si on est chrétien. Autrement dit, un frère en Christ qui est conscient, quand il a un projet, il va prier ! Ce matin, mon problème n’est pas la prière, mais la question que nous avons à résoudre c’est : pourquoi nous ne sommes pas exaucés quand nous prions ?  C’est là, la question à résoudre. Donc à la fois, nous parlerons des projets et des questions qui font que souvent, on n’est pas exaucé quand on prie. Et il y a des frères et sœurs, des membres de l’église qui prient et qui ne sont pas exaucés. Jésus a dit « Père, je te loue parce que tu m’exauces toujours ». Mais il y a des questions sur lesquelles on lutte. Là, je n’ai abordé que des sujets de la vie de tous les jours, je ne suis pas encore entré dans le domaine spirituel qui nous concerne aussi ! Car nos projets ne devraient pas seulement être terrestres ! Dieu n’est pas contre les projets, sachez cela.

Jacques, qui est expérimenté, va traiter le sujet. En le traitant, il dit : « Vous convoitez, et vous ne possédez pas ». On va définir ce mot. Suivez très bien. Qu’est-ce que c’est que la convoitise ? C’est l’envie, le désir ardent de vouloir posséder ce que l’autre a. C’est cela l’esprit de ce mot. Souvent, on ne connaît pas le sens d’un mot quand on lit la bible. C’est pour cette raison que nous détaillons un peu. Quand on donne la signification des mots, il faut prendre l’esprit du mot en compte. Chaque mot a un esprit ! C’est cela qu’il faut comprendre. C’est aussi pour cela que la bible ne se comprend pas à la première lecture, aussi facilement. Jacques parle aussi des luttes : « D'où viennent les luttes, et d'où viennent les querelles parmi vous ? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres ? » Et il parle du fait que vous convoitez sans posséder. Convoiter, c’est désirer avec avidité quelque chose qui appartient à une autre personne ou qui est disputé.

On prend l’exemple d’une entreprise où il y a un poste qui se dégage. Ceux qui travaillent autour du poste convoitent le fauteuil. Chacun veut accéder au poste. Donc qu’est-ce qu’ils font ? Ils prient pour que celui qui est là soit dégagé ! C’est pour cela que Jacques dit que vous êtes meurtriers parce que la convoitise est associée au meurtre ! Je prendrai un exemple dans la bible. Vous connaissez l’histoire de Naboth. C’était un Israélite qui possédait une vigne qu’il avait héritée de ses parents. Et le roi Achab habitait à côté de cette vigne ; la bible dit qu’il convoitait la vigne. Et comme il voulait la vigne, il est allé voir Naboth en lui proposant de lui racheter sa vigne. Naboth lui a dit que c’était un héritage et qu’il ne pouvait pas le vendre. Achab est rentré triste et malheureux chez lui. Et voici sa femme Jézabel qui voit son état et qui lui demande ce qui ne va pas. Il explique qu’il voulait la vigne de Naboth, mais qu’il la lui avait refusée. Sa femme lui demanda : « C’est toi qui diriges Israël ou Naboth ? »

Je vous informe que Jézabel était une sorcière. Donc la sorcellerie va entrer dans cette affaire de convoitise. Oui, la convoitise conduit à la sorcellerie, au meurtre ! Notez cela frères ! Du coup la sorcière se lève, que va-t-elle faire ? Elle va monter les anciens pour qu’ils produisent un faux témoignage contre Naboth. Car les anciens aussi étaient entrés dans la sorcellerie de Jézabel. À cette période en Israël, il y avait l’adoration de Baal et de l’autre côté l’Éternel. Ces anciens corrompus étaient du côté de Baal, donc ils étaient dans la sorcellerie de Jézabel. Elle s’est associée à eux parce que s’ils produisaient un témoignage contre Naboth, c’était valable. Le temps qu’Achab apprenne tout cela, les anciens avaient produit le faux témoignage, et pour cela Naboth avait été tué. Maintenant Jézabel va dire à son mari qu’il pouvait disposer de la vigne, car le propriétaire était mort. Et Achab, qui se lève tout honteux et va posséder la vigne de Naboth. Vous voyez où conduit la convoitise ? Elle conduit au meurtre, c’est-à-dire à des péchés graves.

Il y a aussi le cas de David ! Il a vu la belle femme d’Urie, il voulait la posséder ! Vous connaissez l’histoire. Qu’est-ce qu’il a fait ? Elle est belle, mais elle appartient à un frère. Il souhaitait la mort du frère pour que la sœur devienne veuve. La bible dit que quand un homme meurt, sa femme devient libre ! Donc il souhaitait la mort du frère pour prendre sa femme. La convoitise conduit au meurtre ! C’est un vilain péché. C’est pour cela que Jacques dit que vous convoitez et vous ne possédez pas. Parce que quand tu as ce désir avide, ça travaille dans ton cœur, ça te met en mouvement, tu n’es plus en paix, tu n’es plus tranquille, tu deviens nerveux ! Et puis tu ne possèdes pas malgré cela. Donc ça devient un problème ! Alors, Jacques dit que vous êtes meurtriers. Quand tu ne possèdes pas malgré tes efforts, tu deviens meurtrier. C’est un homme d’expérience qui parle ici ! C’est quelqu’un qui a vu les histoires de la bible se passer et qui tient une église, parce qu’il parle aux frères ici ! Il parle aux membres de l’église, ce n’est pas aux païens. La bible n’a jamais été adressée aux païens, frères, elle est adressée aux chrétiens ! Et si un péché est décrit dans la bible, c’est que c’est un péché qui peut être pratiqué par les chrétiens, par ceux qui se nomment frères et sœurs. C’est de cela qu’il s’agit !

Quand il parle de meurtriers ici, il s’agit des frères. Et Jésus a donné la définition du meurtre. Qu’est-ce que ça veut dire pour nous ? Ce n’est pas quand tu es allé égorger un frère avec une machette ! Mais si tu hais un frère, tu le méprises, tu as de la jalousie dans ton cœur à son égard. Quand Caïn était jaloux de son frère, qu’est-ce qu’il a fait ? Il l’a tué ! Car à l’intérieur de la convoitise, il y a la jalousie aussi. Nous sommes en train de parler des obstacles à la prière, donc ayez l’esprit éveillé. Gardez à l’esprit que nous cherchons à savoir pourquoi nous ne sommes pas exaucés quand nous prions. On peut noter à cause de la jalousie, de la convoitise, des meurtres, des envies, etc…

Jacques dit ensuite : « vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir ». Si tu es envieux, tu ne peux pas obtenir. Est-ce que vous comprenez ? « Vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. » Effectivement, si un frère se comporte comme ça, il ne peut pas prier ! Qu’est-ce qu’il va dire ? Vous voyez, il y a des églises où les serviteurs de Dieu se querellent. Chacun veut contrôler la chaire, ça devient une lutte ! Ça crée des clans. Il ne faut pas aller dans des églises comme cela parce qu’ils sont sous la malédiction. Quand il y a ce genre de situation, Dieu s’éloigne et il vous laisse vous battre.

« Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. » Que veut dire passion ? C’est une obsession de quelque chose, d’une situation qu’on vit déjà. Si tu dis que ta passion, c’est le football, par exemple, c’est que tu aimes le foot déjà, ce n’est pas que tu vas commencer à aimer la chose, mais tu l’aimes déjà. Celui qui aime le Seigneur, que fait-il ? Il vit avec le Seigneur, il est dans les choses de Dieu. Et quand c’est comme cela, vous entendez des personnes dire qu’on exagère avec notre affaire de Dieu. Celui qui dit cela pratique la sorcellerie « Vous priez trop, priez calmement ». Ceux qui disent cela sont dans la sorcellerie parce que la prière les dérange. Si je suis passionné de Jésus, tout autour de moi c’est Jésus ! Je vis et je raisonne par rapport à cela, il n’y a pas autre chose.

« Adultères que vous êtes ! Ne savez-vous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. »

Frères, pourquoi Jacques ajoute cela ? Pourquoi parle-t-il de convoitise, de passion, et il parle aussi du monde ? Dans le monde, c’est comme cela que les gens se comportent ; Or l’écriture qui est ici, s’adresse à des frères et sœurs en Christ et il ajoute cela. C’est comme cela que le monde se comporte ! La convoitise est un esprit mondain ! C’est dans le monde qu’on convoite, dans le royaume de Dieu, on ne convoite pas, il n’y a pas de lutte pour posséder ! S’il doit y avoir avidité, c’est pour posséder le Saint-Esprit, posséder l’onction de Dieu. Là, quand tu vas quelque part, tous les démons tremblent, ils se mettent à genou ! Mais si ce sont les affaires de cette vie frères, il n’y a pas d’obsession à avoir ! Si Jacques parle de ces deux choses en même temps, c’est que les frères ont une mentalité mélangée avec la religion. Car, quand il y a cet élan de posséder quelque chose avec avidité, il y a aussi le rêve et souvent le rêve est associé à la convoitise.

Si vous êtes dans ces choses, sortez de là ! Sortons de là ! Sortons de là ! Amen ! C’est un esprit qui conduit au meurtre et à la sorcellerie. Pourquoi dans les villages, la sorcellerie est développée ? C’est à cause de cela ! Dès qu’il y a passation d’héritage, il y a plusieurs personnes qui convoitent cela et ils se battent, ils s’entretuent en sorcellerie. Celui qui va survivre prendra possession de l’héritage. C’est la convoitise du pouvoir en Côte d’Ivoire qui a créé tout ce qu’on a vu. Un fauteuil qui est laissé pour plusieurs personnes. Celui qui peut liquider les autres et prendre le pouvoir, le fait ! Dans tous les pays, c’est comme cela ! Même là où on pense qu’il y a la démocratie, c’est contrôlé. Un seul fauteuil pour plusieurs candidats, c’est la lutte pour le pouvoir. À l’intérieur de cela, il y a le meurtre et la sorcellerie et ces deux esprits ont des manifestations réelles ! Ce sont des guerres, des rebellions, des coups d’État, des assassinats, et ce sont les citoyens qui souffrent.

Donc quand Jacques appelle l’esprit du monde dans ce sujet, ça veut dire que c’est une affaire qui concerne le monde et non les chrétiens. Normalement un chrétien ne doit pas avoir d’obsession pour les affaires de cette vie. Si nous devons lutter, c’est contre le diable, contre le péché ! Le reste ne nous concerne pas ! Mais le problème, c’est qu’on trouve cela dans les églises. Et c’est pour cela aussi que la politique se trouve dans les églises. Vous devez savoir que tout ce que nous sommes en train de faire est d’identifier les blocages à l’exaucement. Tout cela bloque l’exaucement dans la vie des chrétiens. La convoitise est un élément de fond dans le fait que nos prières ne sont pas exaucées. Dans l’église, on a les yeux sur les frères et sœurs. Hier, je parlais avec mes enfants, et ma femme a rappelé une histoire avec les apôtres que notre pasteur nous avait raconté. Les douze étaient là et le Seigneur Jésus a lancé un cadeau pour eux et c’est Jean qui l’a attrapé. Quand il l’a eu, Pierre était très heureux pour Jean. Un cadeau pour douze, normalement qu’est-ce qui devrait se passer ? ça devrait être la lutte. Quand Jean a attrapé le cadeau, Pierre était content. Et au moment où il se réjouissait de ce que Jean avait reçu un cadeau, il s’est rendu compte qu’il avait son cadeau à la main. Est-ce que vous comprenez ? Comme il se réjouissait du bonheur de son frère, il a eu le sien.

Peut-être que Jean avait un problème, donc le cadeau couvrait son besoin. Vous voyez ! Il n’y a pas de lutte à avoir. Sa joie de voir son frère heureux, a pourvu à son besoin. Il n’y a pas de lutte dans notre royaume ! Donc je disais à mes enfants que les choses étaient ainsi dans l’Assemblée des saints. Il y en a qui, quand ils voient ce que leur frère possède, au lieu de demander aussi à Dieu, ils sont jaloux. Et quand il va prier, sa jalousie transparait dans ses prières : Seigneur depuis que je suis là, tu ne me fais pas cela, c’est aux autres que tu le fais. Ceux-là sont venus il n’y a pas longtemps, ils sont déjà mariés, ils ont du travail etc. Ils expriment leur jalousie ainsi ! Celui qui prie de cette manière n’est pas exaucé dans la communauté et il n’est pas heureux parce qu’il a des problèmes.

Notre Père est bon. Tout le monde peut entrer chez lui, et Il a beaucoup d’enfants ! C’est de cette manière qu’Il distribue les dons dans l’Église. Il donne à qui Il veut. Maintenant quand tu vois ton frère en train de manifester un don, tu devrais être content, pas l’envier, mais content ! Et quand tu es content, tu pries pour lui ! Alors, ce que tu attends, Dieu va te le donner, parce que tu as une bonne disposition de cœur ! Dieu ne nous met pas en compétition, donc dans l’Église, l’esprit de compétition n’existe pas. Chacun reçoit de Dieu quelque chose dont il devrait se réjouir. On n’a pas à envier un frère qui possède quelque chose. Si tu veux quelque chose pour toi, va demander à Dieu, ton père qui peut même te donner plus que ce que tu as vu avec le frère et qui te rend si jaloux !

C’est dans le monde qu’il y a l’esprit de compétition, la convoitise, l’obsession, le meurtre, la sorcellerie, la violence, etc. Quand vous lisez dans Actes des apôtres, vous voyez que les frères se réjouissaient quand ils apprenaient les nouvelles de ce que Dieu faisait par les mains des frères qui n’étaient pas avec les douze. Quand Paul racontait ses voyages missionnaires avec Barnabas, les frères se réjouissaient de ce que Dieu faisait avec eux. Ils n’étaient pas jaloux de voir que celui qui les persécutait soit utilisé par le Seigneur comme eux. Ils se réjouissaient au contraire ! C’est Dieu qui fait tout cela ! C’est lui qui manifeste les dons et les ministères dans toute l’Église, mais malheureusement, vous trouvez des frères qui sont mal animés et qui ne peuvent pas accepter des Ministères parce qu’ils n’évoluent pas dans leur milieu.

Maintenant pour les questions matérielles, c’est la même chose frères ! Il faut que nous priions pour que nos esprits s’ouvrent, afin qu’on sache comment prier et posséder ce qu’on demande. Car il ne faut pas prier pour prier ! Il faut prier pour posséder ce qu’on demande à Dieu. Mais quel est le problème ? On a lu des versets concernant les projets. Le problème est que lorsqu’on conçoit un projet, on l’attribue à Dieu automatiquement. Pourtant qu’est-ce qui a été dit ? « Les projets du cœur dépendent de l’homme » ! Cependant il y a un conseil qui dit qu’il faut recommander tes œuvres à Dieu et tes projets réussiront. Je vais aller dans les détails, parler clairement.

D’abord, sachez que le fait d’être capable de faire quelque chose ne veut pas dire que tu devrais le faire. Être capable de faire ne veut pas dire qu’on est autorisé à le faire. Le fait d’être capable de faire une œuvre est une chose, et le fait que Dieu utilise ta capacité pour faire une œuvre est autre chose. J’espère qu’on se comprend. Ce n’est pas la même chose. Par exemple, je suis un homme d’affaires, j’ai les moyens financiers et je suis un frère ou une sœur en Christ. J’opère dans le milieu des ventes de voitures et j’ai de l’argent. Comme j’ai de l’argent et que mon affaire marche bien, c’est que Dieu est avec moi dans l’affaire. Maintenant, comme ça marche, je décide de me lancer dans l’immobilier en plus des voitures parce que des gens m’ont dit que c’est rentable. Le fait d’entrer dans l’immobilier devient un nouveau projet pour moi. Pour le premier, Dieu t’avait béni et ça marche, mais maintenant, tu te mets dans un autre projet et là, rien ne te dit que Dieu est avec toi.

Tu as les capacités financières d’y aller, mais est-ce que Dieu est avec toi ? Quand on a les moyens, on peut faire beaucoup de choses dans plusieurs domaines, et souvent, on ne prie plus, on ne demande plus à Dieu ! Mais le fond, c’est la convoitise ! Comme tu as vu d’autres réussir dans ce domaine, tu veux t’y investir aussi. C’est un nouveau projet dans lequel Dieu n’est pas. Si tu investis 1 million, ça te rapporte 700 000. Tu investis 2 millions tu as en retour 1 million. La ruine a commencé ! Maintenant tu creuses là où Dieu a sa main pour boucher les trous ! Tu vas commencer à dire aux frères de prier pour toi parce que tes affaires sont attaquées par le diable. Souvent nous mettons tout sur les démons, même les déboires que nous engendre notre manque de sagesse. Et si tu as la force de jeûner, quand tu vas le faire, tu ne demanderas pas au Seigneur de te dire pourquoi ça ne marche pas, ce sera pour chasser les démons uniquement !

Lisez dans Aggée chapitre 1, tout ce que je suis en train de vous dire s’y trouve. La loi dans la bible c’est que celui qui sème peu, moissonne peu et celui qui sème beaucoup moissonne beaucoup. Ça c’est la loi de Dieu ! Et cette loi s’accomplit pour celui qui sème là où Dieu a sa main, par rapport à ses affaires et ses projets. Si tu es là où Dieu a sa main, quand tu sèmes beaucoup, tu récoltes beaucoup ! Mais quand Dieu n’est pas avec toi, tu moissonnes peu bien que tu aies semé beaucoup. C’est l’inverse ! Et à ce moment-là, quand tu fais les prières, tu n’es pas exaucé ! Quel exaucement veux-tu ? Tu n’es pas exaucé ! Tu as toi-même ouvert la porte aux démons pour venir prendre ton argent, et maintenant qu’ils sont en train de le faire, tu demandes à Dieu de les chasser. Non ! La loi de Dieu n’est pas ainsi. C’est un exemple que j’ai pris concernant les affaires, mais vous pouvez l’appliquer à tous les domaines spirituels qui nous concernent.

Quand ça régresse, c’est que Dieu n’a plus sa main dedans ! Tu investis beaucoup, mais tu récoltes peu, tu perds ! Mais tu continues quand même. Ce n’est pas de la sorcellerie, mais c’est ta propre faute. Dans la bible, en ce qui concerne ce genre de choses, c’est écrit et c’est cela qu’il faut suivre. Il faut suivre ce que Dieu dit. Dans Proverbes il est dit « recommande tes œuvres à Dieu, et tes projets réussiront ». Moi j’ai un exemple. Il y a un frère qui vit au Nigéria, qui est dans les affaires. Il est dans le domaine du matériel d’imprimerie. Il fait venir de Chine tout ce qui est matériel d’imprimerie. C’est son témoignage qu’il m’a raconté. Ses affaires marchent ! Il y a longtemps qu’on se connaît et j’ai vu son business grandir. Maintenant, il a des magasins un peu partout, son chiffre d’affaires augmente et il soutient beaucoup l’œuvre dans leur église. Quand Dieu a sa main dans un projet, c’est comme cela que ça marche. Quand un fils de Dieu est en train de faire ses affaires et que Dieu y met sa main, c’est par rapport à Ses intérêts ! Et ça marche ! Puisque nous sommes de Dieu, nous sommes engagés avec Lui dans un même projet, donc tout ce qu’Il nous a donné lui appartient ! Ce que nous sommes d’abord, ensuite ce qui nous appartient, tout cela est à Dieu !

Quand ton cœur est délivré de la convoitise, et que tu entres dans un projet où Dieu met la main, tu dois savoir que c’est pour Ses intérêts, et pas seulement pour ton seul profit. Je prends un exemple : Tu es dans un voyage avec Dieu, vous allez tous les deux quelque part, et toi tu Le laisses pour amasser pour l’endroit que vous allez quitter. Est-ce que c’est raisonnable frères ? Ça ne va pas ! Réfléchissez-y ! Vous marchez ensemble et quand Il met sa main dans tes affaires, tu prospères, mais tu ne comprends pas que c’est pour son œuvre qu’Il le fait. Tu le laisses pour t’établir dans le monde que vous êtes en train d’abandonner. Ça ne marche pas frères, ce n’est pas cohérent !

Donc pour revenir à l’histoire du frère, comme les affaires marchaient bien, il voulait entrer dans d’autres secteurs d’activité. Ce frère prie pour ses affaires, donc il a constaté que lorsqu’il met la main ailleurs que dans l’imprimerie, ça ne marche pas. Dieu lui a dit « Là où Je t’ai béni, c’est dans le matériel d’imprimerie ». Vous voyez ! Tant que tu restes là, ça marche. Mais est-ce que ce frère n’avait pas les capacités financières d’investir ailleurs ? Il peut le faire ! Mais ça ne marchera pas parce que Dieu n’est pas dedans ! Maintenant si tu t’entêtes, tu vas te ruiner. Quand tu marches dans le même projet que Dieu, à la fin de la course, Il te dira « Bon et fidèle serviteur » parce que tu auras soutenu l’œuvre de Dieu par tes dons. Tu partageras la couronne des serviteurs de Dieu. Lorsque Dieu a appelé le frère Branham, Il a suscité des hommes d’affaires qui étaient avec lui, des millionnaires. C’est eux qui finançaient ses campagnes et leurs affaires prospéraient. Le frère Branham a dit à Dieu qu’il ne souhaitait pas organiser de collecte dans ses campagnes pour payer des factures ou quoi que ce soit.

Un jour, il avait reçu une facture après une campagne qu’il ne pouvait pas payer. Il ne savait quoi faire et comment trouver cet argent. Les frères ont demandé qu’il fasse une collecte pendant la réunion, il ne voulait pas. Pour finir, il a reçu un don qui a couvert la dépense. Une autre fois, il avait reçu une facture d’impôt de plusieurs milliers de dollars. Le diable l’avait beaucoup fatigué avec cela. Mais à la fin, il avait un ami qui avait les moyens financiers qui avait appris l’histoire. C’est lui qui avait réglé cette facture. Quand Dieu appelle un serviteur, Il ne l’appelle pas seul, mais Il envoie toujours des Ministères qui concernent les questions financières. A ce moment, ton commerce devient un ministère dans l’église ou dans l’œuvre. Sinon, c’est le monde, ce n’est pas l’œuvre de Dieu. Frères, pardonnez-moi, je vous avais dit que j’allais vous parler franchement.

A ce moment-là, ton commerce devient un ministère dans l’œuvre. Peut-être que vous me direz que ce n’est pas écrit dans la bible, mais lisez bien. Il y a notre frère Frank qui est en Allemagne. Il a envoyé des brochures partout dans le monde. Mais d’où cela vient-il ? Les brochures ont un coût, et l’argent vient de la contribution des frères et sœurs qui sont avec lui dans l’œuvre. Les moyens pour les voyages missionnaires, pour l’édition et l’expédition des brochures proviennent des affaires des frères. Dieu les a bénis. Et ils sont conscients qu’ils sont bénis pour cette œuvre de distribution !

Après avoir considéré les besoins de cette œuvre de distribution, un frère m’a dit que si le serviteur fidèle et prudent avait été suscité en Afrique, on n’aurait pas eu les moyens de faire le travail parce que les pays africains sont des pays naissants qui n’ont pas les moyens. L’œuvre de Dieu a besoin de moyens. Je vais vous montrer certaines choses dans les écritures et vous allez voir. Quand Jésus est venu, beaucoup de personnes autour de lui avaient les moyens. Il y avait des sœurs qui avaient des moyens et qui le soutenaient. (Luc 8 :1-3) Quand vous prenez Zachée par exemple, c’est vrai qu’il était corrompu, mais après sa conversion, son argent aussi a été converti parce qu’il était devenu disciple de Christ. Il pouvait aussi contribuer à l’œuvre de Dieu. Priscille et Aquilas étaient des entrepreneurs. Ils étaient avec Paul après leur conversion. Ils tissaient des tentes pour financer l’œuvre de Dieu. Paul avait une équipe de frères qui ne travaillaient pas. Donc il tissait les tentes avec ce couple pour s’occuper d’eux. C’est un travail d’entreprenariat ! C’est ce qu’ils faisaient. Quand Paul dit « j’ai dépouillé d’autres églises pour vous », il n’a pas pris l’argent de sa poche ! Si vous lisez dans Actes des Apôtres, vous allez voir quelque chose. Mais on va lire dans le chapitre 17, Paul à Bérée avec ses compagnons :

4Quelques-uns d'entre eux furent persuadés, et se joignirent à Paul et à Silas, ainsi qu'une grande multitude de Grecs craignant Dieu, et beaucoup de femmes de qualité.

Qu’est-ce que ça veut dire, les femmes de qualité ? Ces femmes étaient des sœurs en Christ. La bible parle d’une autre dans le chapitre 16, qui était marchande de pourpre, la sœur Lydie. Elle a cru à Philippes, en Macédoine. C’était une femme d’affaires qui avait cru à la Parole. Vous lirez dans 2 Corinthiens 11 où Paul dit que des frères venus de la Macédoine avaient pourvu à ses besoins. Quand il disait aux Corinthiens qu’il dépouillait d’autres églises pour eux, il s’agissait des églises de la Macédoine. Quand Dieu engage ses serviteurs dans une vision, Il pourvoit à tout pour la réussite de la Mission ! Et actuellement il y a des frères qui ne perçoivent pas cela pour y entrer. Nous ne pouvons pas faire des affaires, ça ne marchera pas. Non seulement, je n’ai pas le temps, mais Dieu ne sera pas dedans. Cependant, Dieu peut susciter des gens parmi vous, dans ce ministère. Mais si tu n’es pas conscient que le travail que tu es en train de faire, en ce moment, devient un ministère dans l’œuvre, tu ne vas pas réussir. Donc, quand on prie, c’est de cela qu’il s’agit. Il faut commencer par les intérêts de Dieu.

Tu peux commencer quelque chose, tout petit, mais mets-toi dans la posture de ce que je suis en train de dire maintenant. C’est-à-dire que ce que tu fais est pour l’œuvre de Dieu ! Nous partons au ciel, l’œuvre a besoin de moyens ! Et on ne prendra pas les moyens chez ceux qui ne sont pas de notre royaume. C’est dans le milieu des frères et sœurs que Dieu va bénir ceux qui doivent pourvoir aux besoins de l’œuvre. Quand tu impliques ton affaire dans la mission divine et qu’elle en devient une partie intégrante, ça va marcher parce que Dieu va y mettre la main…

Vous devez savoir qu’au temps de Paul, de Pierre et des autres apôtres, il y avait des gens qui avaient des moyens pour soutenir l’œuvre de Dieu. Dans chaque âge de l’église, autour des serviteurs de Dieu, autour de ceux que le Seigneur Jésus engage dans une mission divine particulière, il y a toujours des frères sur qui Dieu étend la main pour leur donner les moyens pour l’œuvre. Et ils font l’œuvre de Dieu étant impliqué dans la mission et ils en sont conscients. Mais, il y a des frères qui vivent dans le désordre, ils ne font que s’amuser. Toutefois, vous devez savoir que c’est un honneur de financer l’œuvre de Dieu. Moi je peux vous témoigner cela. Ne savez-vous pas que c’est un honneur ? C’est un honneur, parce que si tu ne donnes pas, quelqu’un d’autre va donner pour pourvoir aux besoins de l’œuvre. Et l’œuvre de Dieu ne s’arrêtera pas à cause de toi. Donc ça devient un honneur, un privilège, une grâce ! C’est même un Ministère.

Pourquoi nous prions sans être exaucés ? C’est à cause de tout cela ! Je me suis réveillé un matin avec des écritures où le Seigneur me parlait de ces choses vous concernant ; du dévoreur, du dépouilleur. Vous êtes dépouillés si vous ne contribuez pas à l’œuvre de Dieu. Et quand il t’a dépouillé, ça ne marche plus et tu es dans les problèmes. Est-ce que vous voyez ? Il faut que nous ayons l’intelligence ouverte. Si tu as un commerce, ou si tu as une activité, tu dois savoir que tu exerces un ministère dans l’église. Comprenez cela. Tu ne prêches pas, qu’est-ce que tu peux faire ? Si tu as les moyens de donner, tu donnes pour l’œuvre de Dieu ! Tu ne prêches pas, mais le fait de donner est un ministère et une œuvre. On n’est pas exaucé, on prie, mais on est bloqué, c’est pour toutes ces choses-là. Car au lieu de voir l’intérêt de Dieu, on est dans la convoitise. On ne voit que nos intérêts. On cherche à posséder ou à imiter le monde. On ne peut pas lutter le monde avec les païens frères et sœurs ! Ce n’est pas possible. Nous, nous partons au ciel, nous avons une direction à suivre, on ne peut donc pas imiter le monde ! Que Dieu soit béni.

Là, c’est le domaine des affaires. J’espère que nous nous sommes compris. C’est dans le domaine des affaires, mais vous pouvez appliquer cela dans beaucoup d’autres domaines et vous verrez que c’est pareil. Et dans mes voyages, dans mes rencontres avec les frères, j’ai constaté qu’il y en a des qui sont très conscients de ces choses. J’ai aussi observé comment ces gens ont réussi dans leurs voies. Ils n’ont pas tâtonné. Pour les plus anciens, il y avait un pasteur qui venait prêcher ici. Dans son église, à l’époque où j’y allais, un groupe de frères se sont mobilisés pour soutenir discrètement l’œuvre dans l’Assemblée et les voyages missionnaires du pasteur. Ils mettaient de l’argent de côté en dehors de ce qu’ils mettaient dans le tronc, pour cela. Je ne les connaissais pas tous, mais il y en a un que j’ai vu évoluer. Il travaillait dans une société de communication. Il est monté dans la hiérarchie et il est devenu un grand cadre dans la compagnie. Quand je l’ai connu il n’avait pas de maison, mais par la suite il s’est construit une maison par la grâce de Dieu.

Dieu n’abandonne pas ceux qui se soucient de son œuvre et qui donnent les moyens pour cela. Si avec le peu que tu gagnes, tu donnes pour l’œuvre de Dieu, Il t’en donnera davantage parce que tu as de bonnes intentions dans ton cœur. Je ne parle pas des rêveurs, ceux qui disent : « Si j’avais les moyens, je ferais ceci ou cela pour l’œuvre de Dieu » Abandonnez ce genre de discours ! Laissez cela ! Dieu ne te donnera pas ce que tu attends si tu n’as pas appris à contribuer avec le peu que tu gagnes. Tu n’auras jamais les moyens que tu attends. « Si j’avais les moyens, je ferais ci, je ferais ça » C’est faux ! Ce sont des raisonnements. Souvenez-vous de la veuve. Jésus a vu les gens venir faire les offrandes après le culte. Il a fait exprès d’être là ! Le culte est fini, ils ont tous écouté la Parole de Dieu, Jésus est sorti le premier et s’est mis devant le tronc. Il regardait les gens faire leurs offrandes.

Il voyait les riches faire les offrandes. Connaissant leur poche, Jésus a dit qu’ils mettaient de leur superflu. Par contre, il y avait une veuve, une pauvre femme qui a mis tout ce qu’elle avait pour vivre dans le tronc. Cela a impressionné le Seigneur. Cette vieille veuve n’était pas le genre de personnes qui disait « Si j’avais l’argent, je ferais ci, je ferais ça » Vous voyez ! Le moyen, c’est ce que tu as. Ton moyen, ce sont les dix francs que tu as ! Mais comme pour toi ce n’est pas assez, tu ne considères pas cela comme un moyen. Et il y a des frères qui donnent l’offrande dans la chair, parce qu’ils pensent que c’est aux hommes qu’ils la donnent. Donner 1000 francs à Dieu, c’est honteux ! Mais si c’est ce que tu as, et que Dieu sait que c’est ce que tu as, pour lui, tu auras mis plus que les autres ! C’est comme cela que cette veuve est venue et Jésus a dit qu’elle avait donné plus que tout le monde. Les riches n’ont donné que leur superflu. Si tu as 1 million dans ta poche, et que tu donnes 10 000 francs, cela veut dire que tu as donné ton superflu. C’est un superflu ! C’est de l’argent que tu peux donner à quelqu’un dans la rue. Mais Jésus n’est pas un homme de la rue ! La bible dit que l’or et l’argent appartiennent à Dieu ! Est-ce que vous comprenez frères ? Ne soyons pas hypocrites avec Dieu.

Quand vous avez un problème et que quelqu’un vous a aidé, qu’est-ce que vous faites en retour ? On lui dit merci. Mais comment est-ce qu’on le fait ? Par exemple, vous avez un enfant qui va à l’école quelque part où vous n’êtes pas. Quelqu’un l’héberge comme son tuteur et l’enfant réussit ses études. Qu’est-ce qu’on fait en tant que père de l’enfant ? On va dire merci ! Mais qu’est-ce qu’on peut faire pour dire merci à une telle personne ? Un présent ! Qu’est-ce qu’on peut offrir comme présent par exemple ? Dans le contexte, moi je peux offrir par exemple à la tutrice un pagne et à l’homme une boisson, selon la tradition. C’est une manière de dire merci n’est-ce pas ? Mais Dieu nous fait plus que cela. Il nous fait beaucoup de biens, mais comment est-ce qu’on lui dit merci ? « Seigneur vraiment, je te dis merci, merci Seigneur » C’est fini ! N’est-ce pas ? Mais si nous lisons la bible, nous verrons qu’il y a plus que cela. Voyez comment les enfants d’Israël disaient merci à Dieu. J’ai médité là-dessus, mais je n’avais pas prévu d’en parler ce matin. Dieu avait prescrit ce qu’il fallait faire pour Lui dire merci. Cela s’appelle l’offrande de reconnaissance et d’action de grâce. (Lévitique 7 :11-13)

11 Voici la loi du sacrifice d'actions de grâces, qu'on offrira à l'Éternel. Si quelqu'un l'offre par reconnaissance, il offrira, avec le sacrifice d'actions de grâces, des gâteaux sans levain pétris à l'huile, des galettes sans levain arrosées d'huile, et des gâteaux de fleur de farine frite et pétris à l'huile. À ces gâteaux il ajoutera du pain levé pour son offrande, avec son sacrifice de reconnaissance et d'actions de grâces.

Dire merci à Dieu par une prière n’est pas un péché, mais comprenons que nous pouvons le faire aussi par des offrandes volontaires. N’oubliez pas ce que j’ai dit au début. Nous sommes en train de répondre à une question. Au temps des enfants d’Israël, ils faisaient des offrandes pour certains événements, comme par exemple les naissances d’enfants. Pour Jésus, ses parents avaient offert des pigeons, je crois. Vous savez, dans le Nouveau Testament, il y a des questions sur lesquelles les apôtres n’ont pas parlé parce que les premiers chrétiens étaient des hébreux et des grecs. Donc ce sont des choses qu’ils pratiquaient déjà dans la loi de Moïse. Même à Paul, les frères de Jérusalem avaient demandé d’aller faire un vœu pour montrer aux frères qu’il n’est pas contre la loi. C’est la Parole de Dieu, ce n’est pas la parole d’un homme ! Mais ce sont des choses que nous ne pratiquons pas. C’est généralement pratiqué dans des églises qu’on condamne, donc nous pensons que c’est mauvais. Et dans le message, on a tellement condamné les dénominations que lorsqu’ils pratiquent des versets qui sont dans la bible et qui sont clairs, on les condamne. Mais ce sont des règles qu’on doit observer et Dieu nous bénira.

Il veille sur nous, Il prend soin de nous, Il veille sur nos enfants, tout ce qui est à nous lui appartient. Et c’est comme cela que tu auras une couronne quand tu vas entrer dans le Royaume de Dieu. Il y a beaucoup de choses frères. Lisez et vous verrez. Pourquoi les enfants d’Israël n’allaient pas les mains vides quand allaient chez les serviteurs de Dieu ? Je ne vous dis pas de venir chez moi les mains chargées. Je n’ai pas dit cela. Non ! Si vous voulez le faire, faites-le aux autres prédicateurs, mais moi je dois vous prêcher la Parole de Dieu. Parce que ce sont des versets que le Seigneur a mis sur mon cœur, que je suis en train de méditer. Il faut que j’en parle.

Pourquoi pensez-vous que les enfants d’Israël faisaient cela ? C’est écrit dans la loi ! « Tu ne paraîtras pas devant l’Éternel les mains vides » (Deutéronome 16 :16) Ils ont compris par là qu’en allant consulter l’Éternel par un prophète, il fallait aller avec un présent. Il y a même un roi syrien qui a chargé quarante chameaux de présents pour aller consulter le prophète Elisée. (2 Rois 8 :9) Il a dit à ses serviteurs d’aller le voir. Dès qu’ils l’ont vu, ils lui ont dit qu’ils venaient de la part du roi. Élisée ne leur a pas dit de retourner avec les présents. Il leur a donné la Parole de l’Éternel, par rapport à ce pourquoi ils étaient venus. Par contre, vous allez lire que lorsque Naaman le Syrien est venu se faire guérir, il a chargé des présents pour les donner à Élisée qui les a refusés. Et voici son serviteur Guéhazi qui court après Naaman. Il va mentir en disant que le serviteur de Dieu a changé d’avis. Donc Naaman tout content lui donne les présents. Et quand Guéhazi retourne chez son maître, celui-ci lui demande d’où il vient. Il répond : de nulle part.

Élisée lui a répondu que son esprit était avec lui quand il était avec Naaman. Donc comme tu as pris ses présents, tu vas aussi prendre sa lèpre, toi et ta maison. Pourquoi d’un côté, il refuse le présent et d’un autre côté il l’accepte ? Pourquoi ne sommes-nous pas exaucés ? Parce que nous sommes légers, nous ne faisons pas attention à la Parole de Dieu. On ne met pas Dieu à la place où Il devrait être. Dans nos projets, dans nos affaires, on ne fait pas attention à Dieu. Peut-être parce qu’on ne parle pas assez de ces choses-là. Comprenons que Dieu doit être le Maître de tout ce qui nous concerne et que notre projet doit être son projet, alors nous serons exaucés.

Maintenant la question du mariage. Est-ce qu’on peut l’aborder ? Le temps est passé vite. Je ne vais pas parler des foyers déjà constitués, peut-être que si Dieu me conduit je vais le faire, sinon je ne compte pas y arriver. Il y a beaucoup de jeunes frères et sœurs qui veulent se marier, il y a des femmes célibataires. Le mariage est un projet, mais à quel moment est-ce qu’on conçoit ce projet ? C’est quand on est prêt. Qu’est-ce que cela veut dire ? Il faut déjà avoir l’âge de se marier, être un homme mûr, avoir une activité qui te permet de vivre et de nourrir une femme qui ne travaille pas. Parce que la femme que tu vas prendre peut travailler comme ne pas travailler. Donc si Dieu te conduit vers celle qui ne travaille pas et que vous devez vivre de ton salaire ou de ton activité, il faut que vous puissiez vous prendre en charge ! Ça veut aussi dire que tu as un toit, une maison où tu peux demeurer avec elle. Donc on conçoit le projet de mariage quand on est prêt ! Si on ne l’est pas, on ne peut pas avoir un tel projet. J’ai dit que je parle en mettant en lien la question de la prière !

Quand tu dis à Dieu « donne-moi une femme », alors que tu n’es pas prêt pour te marier, est-ce que Dieu peut te répondre ? Normalement non. La sagesse divine voudrait que tu commences à poser ce problème à Dieu quand tu es prêt. Tu es plus en sécurité en faisant cela. Mais si tu poses le problème à Dieu alors que tu n’es pas prêt, il y a deux possibilités : soit le projet que tu as conçu est charnel, c’est-à-dire que ce n’est pas inspiré par Dieu. Et quand c’est ainsi, il y a un problème. Tu commences à brûler parce que tu as réveillé l’amour avant le temps. Quand une femme t’a déjà dit oui, tu commences à brûler. Tu ne dors plus et tu fais des mauvais rêves, parce que tu aurais voulu l’avoir à tes côtés ! Mais elle n’est pas là, donc tu brûles. Et pour mettre un peu d’eau pour te refroidir, tu communiques beaucoup avec elle au téléphone. C’est ce qui fait que vous voyez des frères et sœurs qui sont tout le temps au téléphone. Ils communiquent jusqu’à des heures tardives. On se demande ce qu’il y a entre eux.

Or, ils sont en feu, ils brûlent. La bible dit de ne pas réveiller l’amour quand il dort. Si tu réveilles l’amour, c’est que tu es prêt à le vivre. Ne va pas dire à une jeune sœur que tu veux la prendre en mariage alors que tu n’es pas prêt à te marier… Un problème que tu ne peux pas aller poser à ton père naturel, je ne parle pas de Dieu, mais de celui qui t’a mis au monde, ne vas pas le poser à Dieu ! Tu es encore au lycée ou à l’université, tu n’as pas encore fini tes études, ton père te donne de l’argent pour vivre, il paye tes études, il t’envoie de l’argent chaque mois pour que tu te déplaces et tu vas lui demander de te donner une femme. Quand on parle de mariage, c’est au présent, car si tu parles de cela au futur, tu vas mourir ! Ça va t’engendrer plein de problèmes ! Je suis prêt, je veux me marier : « Seigneur donne-moi la femme qui me convient. » C’est au présent qu’on en parle. Et dès que Dieu montre clairement les choses, nous sommes dans les procédures en vue du mariage. C’est cela qui est la voie de la sagesse.

Donc pourquoi nous ne sommes pas exaucés ? Parce que nous posons des problèmes qui ne sont pas souvent à l’ordre du jour ! Si le problème que tu poses n’est pas à l’ordre du jour, les réponses tardent à venir. Tu n’es pas toi-même autonome et tu demandes à Dieu de te montrer ta femme. Il y en a qui insistent tellement qu’ils finissent par voir le visage de leur femme. Alors, tu vois le visage de ta femme et après qu’est-ce que tu fais ? Tu voulais la voir, maintenant qu’elle est là, qu’est-ce que tu fais ? C’est de l’impatience, c’est de la convoitise charnelle. C’est un péché. Tu vas aller la prendre, ou bien tu vas la regarder, la contempler chaque jour ? Vous aller communiquer dans les téléphones, avec les causeries jusqu’à 1h, 2h, 3h du matin. Mais le mariage ne se fait pas dans le téléphone…

Quand tu es embarqué dans ce genre de projet prématuré, ta prière est faite dans le même sens ; du coup, ça devient une prière biaisée, qui n’est pas à sa place. Il y a des prières qui ne sont pas à leur place, en conséquence, elles ne peuvent pas être exaucées. Tu es embrouillé et à la fin, tu te retrouves avec des visions, des songes qui n’ont rien à avoir avec la Parole de Dieu. Et dans cela, il y a la séduction qui vient. C’est comme cela que des frères se retrouvent dans la séduction des démons. Les projets, ils les font et les défont. Aujourd’hui, il trouve une sœur, il lui présente un vœu de mariage, quelque temps après c’est la rupture et il va vers une autre, etc. Ce sont les démons qui sont à l’œuvre. Est-ce que vous voyez ? C’est parce que ce n’est pas le temps. Et il y a des jeunes filles aussi à qui on fait des vœux plusieurs fois, ça ne marche pas. Un frère vient, elle dit oui. Ça n’aboutit pas. Après un autre vient, elle dit : Oui. Ça n’aboutit pas et ainsi de suite. Elle peut dire oui à plusieurs personnes. Tu as combien de maris à la fin ? Normalement tu as un seul mari, donc c’est une seule fois oui et c’est bon !

Que Dieu soit béni. Nous allons poursuivre une prochaine fois concernant le mariage. Que le Seigneur nous aide à comprendre. Mais je vais vous dire une chose. La partie de la prédication où j’ai parlé des affaires et autres n’était pas prévue. Dans ma méditation ce n’était pas prévue. Mais j’y ai été poussé par l’Esprit. Donc sachez que c’est Dieu qui nous a parlé ce matin. Au départ, j’avais dit que j’allais me focaliser sur la question du mariage et des questions pratiques de la vie. Quand Dieu fait les choses, on Le suit. Nous allons rendre grâce.