Publication: 26 février 2010
Temps de lecture: ~ 59 minutes
Auteur: Parfait M'bra

On l’appellera Samuel

Exhortation spéciale fin Février 2010

Mes chers frères et sœurs et membres de notre chaîne de prière, je vous salue en ce mois de Février par cette Parole du Psaumes 119 :

A toujours, ô Eternel ! Ta parole subsiste dans les cieux. (Psaumes 119:89).

samuel.jpg

De tout temps, la Parole de Dieu a subsisté dans les cieux. Parce que Celui qui détient la Parole qui est Dieu Lui-même vit éternellement dans les cieux. Mais c’est par Sa grâce que Sa Parole nous est aussi parvenue, nous Ses enfants, Ses fils et Ses filles, qui avons été engendrés par Sa Parole en Jésus-Christ :

Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures. (Jacques 1:18)

Si nous sommes le Peuple de Dieu, Sa Parole doit toujours venir à nous, pour nous éclairer sur la voie du retour au Père.

En effet, comment pourrons-nous retourner au Père si nous ne connaissons pas le chemin du retour ? Remarquez que cette question fut posée au Seigneur par Thomas, l’un de Ses disciples dans Jean chapitre 14 : Thomas lui dit: Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin? Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. (Jean 14 :5-6) Notre Seigneur Jésus-Christ qui est la Parole faite chair (Jean 1 :14) est Lui-même le Chemin de retour au Père. C’est en tant que Parole de Dieu qu’Il est aussi la Vérité. C’est alors que le Psalmiste peut encore dire : Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier. (Psaumes 119:105)

Mes bien-aimés frères et sœurs, sachez que c’est seulement la Parole qui subsiste depuis toujours dans les cieux qui est une Lampe à notre pied et une Lumière sur notre sentier. C’est la Parole qui subsiste dans les cieux, dans la présence de Dieu qui peut éclairer les fils et les filles de Dieu ici sur la terre dans le cadre de leur pèlerinage – c’est là le Chemin que leur Père a ouvert pour leur retour. Car le monde est envahi de ténèbres, mais il ne le sait pas. Toutes les paroles que nous entendons dans les temples les dimanches et autres jours de culte ne peuvent pas donner de la lumière pour éclairer le peuple de Dieu. Il faut que la Parole subsiste dans le ciel, dans la présence de Dieu avant d’être une Lumière sur le chemin du Peuple de Dieu. Toute révélation qui n’a jamais séjourné au ciel dans la présence de Dieu ne peut pas éclairer le Peuple de Dieu. Au contraire, elle viendra l’installer dans la confusion.

Notre Seigneur Jésus à Son avènement a accompli une grande promesse biblique dans le livre d’Esaïe : *Mais les ténèbres ne régneront pas toujours sur la terre où il y a maintenant des angoisses: Si les temps passés ont couvert d’opprobre le pays de Zabulon et le pays de Nephthali, les temps à venir couvriront de gloire la contrée voisine de la mer, au delà du Jourdain, le territoire des Gentils. Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort, une lumière resplendit***.** (Esaïe 9:1-2)

Conformément à cette prophétie biblique, le Seigneur Jésus est apparu comme la Lumière qui est venue dans le monde et qui a éclairé tout homme. Cela est incontestable. C’est pourquoi Il a affirmé qu’Il est la Lumière du monde : Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. (Jean 8 :12) Il dit encore dans Jean 12 : Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. (Jean 12:46) Notre Seigneur Jésus est la Lumière du monde, c’est pourquoi nous ne devons plus être dans les ténèbres, mes frères et sœurs. Comment pouvons-nous encore demeurer dans les ténèbres ? Comment pouvons-nous encore demeurer dans la confusion ?

Si nous sommes réellement le Peuple de Dieu, comprenons une bonne fois pour toute que le Seigneur a fait la promesse que Son Peuple ne sera plus jamais dans la confusion au temps du réveil.

Vous mangerez et vous vous rassasierez, et vous célébrerez le nom de l’Eternel, votre Dieu, qui aura fait pour vous des prodiges; et mon peuple ne sera plus jamais dans la confusion. (Joël 2:26)

Et vous saurez que je suis au milieu d’Israël, que je suis l’Eternel, votre Dieu, et qu’il n’y en a point d’autre, et mon peuple ne sera plus jamais dans la confusion. (Joël 2:27)

En ce moment même, Dieu nous a donné toutes les révélations nécessaires pour nous sortir de la confusion de Babylone. La prophétie dit que nous mangerons et nous serons rassasiés et nous célébrerons le nom de l’Eternel pour Sa grâce et Son amour à notre égard. La prophétie dit encore que nous saurons nous-mêmes que Dieu est au milieu de nous. C’est nous-mêmes qui bénéficions de Ses bienfaits qui témoignerons qu’Il est au milieu de nous, au point que nous ne soyons plus dans la confusion. Aujourd’hui, nous pouvons bien témoigner que Dieu est avec nous – que Sa Parole est avec nous ; Elle nous est révélée pour notre édification et notre préparation. Nous la mangeons et nous sommes rassasiés, mais, nous avons quand même une faim toujours bien renouvelée, parce que nous allons de profondeur en profondeur avec notre Seigneur.

Ceux qui sont encore dans la confusion de Babylone parmi nous sont ceux qui ne se sont pas repentis au commencement. Ils ont mis le vin nouveau de la révélation de Minuit dans leur vieille outre de « frère du Message » et de « serviteur de Dieu du Message » Ils sont restés des « frères du Message » au lieu d’aller plus loin pour chercher à être un disciple accompli en Jésus-Christ, comme l’Ecriture le dit : Le disciple n’est pas plus que le maître; mais tout disciple accompli sera comme son maître. (Luc 6:40)

Le Message que Dieu nous a adressé au travers du Ministère de frère Branham n’est pas venu pour créer une organisation appelée « le Message » avec « des frères du Message ». Au contraire, c’est un Message qui est venu pour faire de nous des disciples accomplis de Jésus-Christ qui peuvent vivre la vie chrétienne sérieusement et expérimenter pleinement la Parole de Dieu.

Celui qui est encore dans la confusion et le doute au sujet de cette œuvre à Minuit est directement placé sous l’influence des démons et ne reconnait plus son chemin pour marcher ; il a besoin qu’on lui prenne la main pour le conduire.

A nous qui sommes sur le chemin pour être des disciples accomplis s’applique cette Parole : *Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son seigneur. Il suffit au disciple d’être traité comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S’ils ont appelé le maître de la maison Béelzébul, à combien plus forte raison appelleront-ils ainsi les gens de sa maison!* (Matthieu 10:24-25) C’est à cause de cette Parole que nous devons persévérer jusqu’au bout, en sachant que le chemin du bois sec n’est pas différent du chemin du bois vert. C’est le même chemin.

Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette**

Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette; Il marche à la clarté de ta face, ô Eternel! (Psaumes 89-16)

Dans tous les âges de l’Eglise, le Peuple de Dieu qui a bien compris le son de la trompette a toujours marché dans la clarté de la révélation de la Parole. C’est un Peuple qui a toujours été illuminé. Mais la confusion est pour ceux qui ne comprennent pas bien le son de la trompette pour marcher dans la Lumière. Ceux-là marchent dans leurs propres pensées et leurs propres points de vue. Mais ce n’est pas cela qui donne la Lumière. Mais c’est la Parole de Dieu qui subsiste auprès de Dieu qui est la Lumière sur le chemin du Peuple de Dieu. Il existe dans nos rangs des faux prophètes, des frères qui enseignent des faussetés sur la vision du réveil à ceux qui les écoutent, alors qu’ils n’ont pas eux-mêmes bien compris le son de la trompette. Ceux-là sont dans la confusion, errant et cherchant des soutiens dans le néant.

Ces faux prophètes ne savent même pas qu’ils sont des faux prophètes et qu’ils prophétisent des erreurs au Peuple de Dieu. Souvent, on cherche les faux prophètes dans les dénominations et parmi ceux qui ne prient pas avec nous. Mais même parmi nous qui croyons à la vision du réveil se trouvent de faux prophètes. Car celui qui enseigne une autre vision que celle donnée par Dieu à ses apôtres et prophètes est un faux prophète quelque soit sa position dans le Peuple de Dieu.

Mes chers amis, la Parole de Dieu qui subsiste auprès de Dieu vient dans le Peuple de Dieu par Ses apôtres et prophètes que nous sommes. Nous en avons une preuve dans le livre d’Apocalypse 1 :

Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean. (Apocalypse 1:1)

Toute la Bible parle des Messagers de Dieu, notamment ceux à qui vient la Parole de Dieu révélée à Son Peuple. Il y a ceux qui reçoivent la révélation pour écrire le Message de Dieu et ceux qui reçoivent des révélations pour expliquer le Message de Dieu. C’est ainsi que les prophéties bibliques qui ont été écrites au temps des prophètes de l’Ancien Testament sont maintenant expliquées par les apôtres et les prophètes du Nouveau Testament. Qu’est-ce que le Peuple de Dieu doit faire face à cela ? Le Peuple de Dieu doit croire dans les Messagers de Dieu par la foi et non selon la chair. Et la foi du Peuple de Dieu dans le Messager de Dieu doit venir de la Commission du Messager de Dieu.

Vis-à-vis de celui qui se dit Messager de Dieu, doit être posée une seule question : Que dit son ordre de Mission ? Autrement dit : Qu’est-ce que Dieu a dit que ce Messager doit faire dans le Peuple de Dieu ? Si le Messager accomplit ce que dit son ordre de Mission, c’est qu’il est de Dieu. S’il ne l’accomplit pas, c’est qu’il n’est pas de Dieu.

Dans 1 Corinthiens 14, Paul s’interroge, parlant de la manifestation des dons de l’Esprit : *Et maintenant, frères, de quelle utilité vous serais-je, si je venais à vous parlant en langues, et si je ne vous parlais pas par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine?* (1 Corinthiens 14:6) En quoi sommes-nous utiles au Peuple de Dieu si on lui parlait dans une langue non interprétée ? C’est-à-dire dans la confusion. Les apôtres et prophètes de Jésus-Christ donnent des Messages très clairs au Peuple de Dieu pour le conduire dans la Lumière et la clarté. Parce que ces hommes envoyés de Dieu ont accès par la révélation, à la Parole de Dieu qui subsiste depuis toujours dans les cieux, auprès de Dieu.

En son temps, l’apôtre Paul mesurant la nécessité pour les frères d’avoir la révélation de la Parole de Dieu priait pour eux afin qu’ils soient illuminés dans la connaissance :

Je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu’il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. (Ephésiens 1:16-19)

Bienheureux celui qui a cru dans un Ministère authentique envoyé de Dieu et qui a compris par la révélation, la volonté de Dieu. En celui-là sera atteint le but pour lequel le Ministère a été donné. Mais malheur à celui qui a rejeté un homme de Dieu authentique, envoyé au Peuple de Dieu pour son éclaircissement. Malheur à celui-là parce qu’il va demeurer dans les ténèbres et la confusion. Dieu ne l’écoutera plus – ses prières ne seront plus exaucées. C’est en rapport avec cela que notre Seigneur nous a adressés la mise en garde de Luc 11. *Ton œil est la lampe de ton corps. Lorsque ton œil est en bon état, tout ton corps est éclairé; mais lorsque ton œil est en mauvais état, ton corps est dans les ténèbres. Prends donc garde que la lumière qui est en toi ne soit ténèbres.* (Luc11 :34-35)

Prends donc garde que la lumière qui est en toi ne soit ténèbres. Quel jugement ? Quelle disgrâce de savoir que nous avons été illuminés et que nous avons perdu l’illumination à cause de notre incrédulité ou de la dureté de notre cœur. Nous devons faire très attention mes frères et sœurs et marcher avec certitude dans la voie où nous sommes engagés.

Rappel de février 2009 – Le jeune homme riche

Sortons de l’orgueil !

Mes chers amis, je voudrais vous rappeler un message important que nous avions reçu au cours de l’année 2009. J’étais dans une retraite spirituelle lorsque le Seigneur m’a demandé de vous adresser l’histoire du jeune homme riche. Ce fut l’exhortation de Février 2009. Il était question du renoncement à soi-même – du renoncement à sa personnalité. Pourquoi est-ce que Dieu nous a-t-Il adressé cette Parole ? C’était en vue de délivrer de l’orgueil, ceux qui étaient encore liés. L’orgueilleux s’aime comme ce jeune homme riche. Comme il s’aime lui-même, il est hors de question qu’il vive pour les autres. Il peut avoir une apparence religieuse comme ce jeune homme qui pratiquait la loi, mais sa personnalité demeure orgueilleuse. Comme il s’aime, son cœur est attaché à ses biens et à ses affaires. Comment pouvait-il parvenir à la perfection ? Comment pouvait-il suivre Jésus dans le chemin ?

Aujourd’hui, c’est le grave problème que plusieurs ont parmi nous. Ils vivent encore leur propre personne – ils ont encore leur personnalité avec eux. Alors ils peuvent vivre encore les querelles, ils peuvent garder des affaires dans leur cœur contre leur prochain – ils peuvent ne pas pardonner et croire que Dieu les écoute quand ils prient. C’est de l’incrédulité ! Mais ils ne le savent pas. Beaucoup n’ont pas encore compris le fond même de l’Evangile de Jésus-Christ qui est la croix. La croix, c’est la manifestation de l’Amour, du Pardon et de la Perfection. C’est à la croix que se trouve la racine même de la Perfection. Mes amis, renoncer à soi-même, ce n’est pas le fait de donner ses biens pour l’œuvre de Dieu, car cela, les non-croyants peuvent le faire. Mais renoncer à soi-même, c’est le fait de réussir à abandonner sa nature charnelle pour épouser la personnalité spirituelle de Christ.

Je peux vous dire que lorsqu’un chrétien a réussi à entrer dans cette sphère spirituelle, plus rien ne compte pour lui sur la terre, sinon la poursuite de la perfection. Or celui qui poursuit la perfection doit marcher avec la perfection qui est Christ. C’est pourquoi Il a invité le jeune homme à Le suivre, mais il ne pouvait pas. Et c’est celui qui a vaincu sa propre personnalité charnelle qui est placé dans la vision de la perfection. Si j’ai trouvé le chemin de la perfection et que j’y suis positionné pour gagner cette vie glorieuse de Christ, qu’est-ce que j’ai à entretenir des querelles avec mon prochain ? Qu’est-ce que j’ai à pratiquer ou à vivre dans l’inimitié avec mon prochain qui est même un frère ? Beaucoup seront recalés ici ! Ils n’iront pas plus loin, comme ce jeune homme ; leur marche dans la foi va s’arrêter ici.

Le Ministere de la reconcialition

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui–même en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! (2 Corinthiens 5:17-20)

Mes bien-aimés frères et sœurs, est-ce que vous pouvez comprendre que depuis le début, l’Eglise de Jésus-Christ est demeurée à sa place dans la Parole de Dieu et qu’Elle n’a pas bougé d’un iota ? L’Eglise de Jésus-Christ est dans la Bible et les Ministères sont demeurés dans le Corps de Christ à leur place. Les apôtres et les prophètes, ainsi que les Evangélistes, les pasteurs et les docteurs existent encore dans l’Eglise, chacun à son poste. Et nous avons tous reçu en partage en tant que Ministres de Dieu, le Ministère de la réconciliation. Le Ministère de la réconciliation consiste à faire entrer les hommes et les femmes dans le Royaume de Dieu, et non à les faire en sortir. C’est Dieu qui chasse les hommes de son Royaume et non pas Ses Ministres. Notre travail est de créer l’harmonie entre tous les membres du Corps de Christ. Nous devons amener dans la patience, tout homme à se réconcilier avec Dieu en Jésus-Christ et aussi amener les frères et sœurs en palabre à se réconcilier les uns avec les autres. Il ne nous appartient pas en tant qu’homme de Dieu, Ministre de la réconciliation de prononcer des séparations et des divisions entre frères et sœurs. Ce n’est pas à cela que Dieu nous a appelés.

Nous avons un sérieux problème, nous les apôtres de Jésus-Christ, parce qu’il nous est souvent difficile de comprendre la vie des frères et sœurs sur le terrain. Pour nous amener à bien expliquer la vie chrétienne aux autres, Dieu nous fait passer le chemin avant les autres, comme Il l’a fait avec Moïse qui a vécu 40 ans de désert avant le peule d’Israël. Et c’est par rapport à ce que nous avons vécu avec Dieu que nous donnons des conseils aux frères, mais ils n’écoutent pas et ne comprennent pas – ils croient que nous nous défendons ; ils croient que nous prenons parti dans les affaires. Mais c’est en raison de notre faiblesse que nous agissons de la sorte. Nous sommes faibles parce que nous ne pouvons pas mener de combats dans la chair. Lorsque le diable transporte le combat spirituel dans les œuvres de la chair, nous n’avons plus de force pour agir, parce que notre personnalité charnelle n’existe plus. L’homme spirituel est faible selon la chair, mais fort en esprit. C’est de cette faiblesse que Paul parle dans ses écrits aux Corinthiens qui formaient une église charnelle et qui aimaient les querelles et les divisions.

Pour nous les apôtres, nos larmes ne sont pas loin – nous n’hésitons pas à pleurer sur les frères et sœurs, parce que nous voyons le diable les dévorer dès le départ, à cause de la dureté de leur cœur. L’apôtre Paul s’est retrouvé face aux Corinthiens à qui il a donné des conseils et des avertissements dès le départ, mais ils n’ont pas écouté. Il leur dit : *Vous vous imaginez depuis longtemps que nous nous défendons auprès de vous. C’est devant Dieu, en Christ, que nous parlons, et tout cela, bien–aimés, pour votre édification. Car je crains de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais, et d’être moi–même trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains qu’il n’y ait de la discorde, de la jalousie, des animosités, des rivalités, des médisances, des racontars, de l’orgueil, des désordres. Je crains qu’à mon arrivée, mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’inconduite et du dérèglement qu’ils ont pratiqués. (2 Corinthiens 12:19-21)

Les corinthiens étaient des chrétiens charnels, ils n’étaient pas spirituels, et les maux qui minaient l’église de Corinthe étaient la manifestation des esprits charnels. Ces genres de démons manipulent ceux qui ont encore en eux leur propre personnalité. Quand vous n’avez pas encore renoncé à votre propre personnalité et à la vie qu’ont menée vos ancêtres, vous êtes chevauchés par les démons des querelles, de la discorde, de la jalousie, des animosités, des rivalités, des médisances, des racontars, de l’orgueil, des désordres et même de la débauche. Ce sont ces démons qui possédaient nos ancêtres qui n’avaient pas Christ en eux. Nos ancêtres n’avaient pas Jésus-Christ, ils étaient dans les ténèbres et vivaient pour le diable. Mais nous, par la grâce de Dieu, nous avons été rachetés par le sang de Jésus-Christ, de cette vaine manière de vivre, qui était démoniaque et satanique. L’apôtre Pierre nous en parle dans sa première épitre :

Vous savez en effet que ce n’est point par des choses périssables, argent ou or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre, héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache ; il a été désigné d’avance, avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous. (1 Pierre 1:18-20)

Nos parents avaient une vaine manière de vivre que nous devons abandonner pour accepter toute la Parole de Dieu. Nous devons abandonner les démons et les comportements liés à nos tribus, à nos ethnies, à nos villages et à nos nations pour nous placer de manière définitive sous l’influence de la Parole de Dieu révélée en Jésus-Christ. Notre héritage, c’est la vie de Christ – notre nouvelle Nation, c’est le Corps de Christ. C’est là que nous devons avoir le même Esprit, les mêmes pensées et la même volonté qui est la volonté de notre Seigneur et notre Dieu. Pour nous, il ne doit plus avoir d’ivoiriens, de Burkinabè, de Béninois, de Congolais, de Suisse, d’européens ou d’américain. L’Amour de Christ nous habitant doit aller au delà de toutes ces nations. Parce que nous devons comprendre que l’esprit ivoirien est un faux esprit, l’esprit burkinabè est un faux esprit, l’esprit congolais ou béninois est un faux esprit. Il en est de même des esprits européens, américains et malgaches. Ce sont des démons qui ont donné des comportements malsains aux nations parce que la terre a été vendue à Satan.

C’est seulement dans la Bible que se trouve notre comportement. C’est dans la Bible et à la croix du calvaire que nous avons reçu une nouvelle vie et un nouveau comportement. Celui parmi nous qui n’a pas compris ces choses pour lutter jusqu’à la mort contre ces démons ne sera pas prêt pour l’enlèvement. Mes chers amis, sortons de l’orgueil, c’est le caractère de Satan. En effet, quand vous êtes sous l’influence de ce démon, vous aimez les intrigues. Vous ne pouvez pas demander pardon à celui que vous avez offensé parce que demander pardon devient comme un signe de faiblesse pour vous. Vous voulez toujours avoir raison. Pardonner à celui qui vous demande pardon est aussi impossible pour vous parce que refuser le pardon conserve votre domination. Dans ce cas, pratiquer Marc 11 :25 devient une montagne pour vous :

Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. (Marc 11:25)

Il ne faut pas confondre ce verset avec celui qui lui ressemble dans Marc 5. Ici, le Seigneur nous demande de pardonner à celui contre qui on a retenu un péché, sans même que ce dernier nous demande pardon. Donc, on doit pardonner à celui qui ne nous a pas demandé pardon.

Le Seigneur Jésus Lui-même a vécu ce verset que je viens de vous citer à la croix où Il faisait Son offrande. Ceux qui l’ont crucifié, l’ont fait souffrir et ne lui ont pas demandé pardon. Mais comme Il était venu faire l’offrande de Son corps et qu’Il voulait que Son Père agréé cela, Il leur a pardonné le mal qu’ils lui ont fait. Ceux-là ne se sont jamais repentis. Mais Il leur a pardonné :

Jésus dit : Père, pardonne leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort. (Luc 23:34)

Comment pouvons-nous être de bons chrétiens si nous ne voulons pas marcher selon la Parole de Dieu ? Comment pouvons-nous justifier nos problèmes spirituels avec des versets bibliques mal compris, au lieu de les apporter à la croix pour être délivrés ?

Notre bien-aimé frère Etienne, alors qu’il était lapidé par ses propres frères juifs dirent en mourant :

Seigneur, ne les charge pas de ce péché ! Et, après avoir dit cela, il s’endormit. (Actes 7:60)

Que pouvait-il dire d’autre ? Qu’ils aillent en enfer ? Ou qu’ils meurent ? Que pouvait-il dire d’autre ? Etienne était en train de faire son offrande, il était en train de mourir, il devait pardonner à ses frères pour être reçu comme un héro, un vainqueur dans le ciel. Et c’est ce qu’il a fait. S’aurait été d’autres aujourd’hui, ils iraient tout droit en enfer, parce qu’ils auraient demandé que leurs ennemis périssent. Ils auraient pratiqué l’inimitié à la porte même du ciel. Et ils auraient été refoulés tout simplement, parce que les querelleurs n’entrent pas là-bas.

Jésus a dit encore : Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande. (Marc 5 :20-24) Vous voyez qu’il s’agit toujours de soi-même et non du prochain – il s’agit toujours de celui qui fait son offrande. Dans le premier cas, si tu as retenu quelque chose contre ton frère, tu dois lui pardonner de manière sincère, au moment où tu vas faire ton offrande. Tu dois le faire même s’il ne t’a pas demandé pardon ou même s’il n’a pas reconnu son tort. Parce qu’il arrive que celui qui nous a offensés ne reconnaisse pas son tort pour demander pardon. Le Seigneur dit qu’on doit lui pardonner.

Dans le deuxième cas, si nous allons faire notre offrande et que nous nous souvenions que nous avons manqué quelqu’un, qu’il nous l’ait signifié ou pas, si seulement l’Esprit de Dieu qui est en nous, nous le dit, on doit aller vers la personne concernée pour lui demander pardon. Pourquoi ? Parce que nous voulons offrir à notre Dieu et nous voulons que notre offrande soit agréée. Mais beaucoup ne peuvent pas agir ainsi parce qu’ils sont orgueilleux. Ils vivent encore pour eux-mêmes. Ils ont encore la vaine manière de vivre héritée de leurs ancêtres et ils ne veulent pas s’en défaire.

Un jour, dans mes voyages missionnaires, je suis arrivé dans un pays et je discutais avec un frère sur une affaire. Et ce frère m’a dit : Chez nous ici, un fils ne peut pas avoir raison sur son papa ! Jamais ! Et j’ai vu que ce frère était très au sérieux avec cette déclaration. Mais cette loi n’existe pas dans la Bible. Vous voyez mes frères, c’est ici un exemple de ce que la Bible appelle la vaine manière de vivre héritée des parents. Mais dans la Parole de Dieu, les enfants et les parents sont placés sur le même piédestal. La bible dit clairement ce que les enfants doivent à leurs parents et aussi ce que les parents doivent à leurs enfants. Si un père offense son enfant, il doit lui demander pardon. Si aussi un enfant offense son père, il doit lui demander pardon.

Vous, enfants, obéissez à vos parents à cause du Seigneur, car c’est là ce qui est juste. (Ephésiens 6:1)

Enfants, obéissez à vos parents en toutes choses, c’est ainsi que vous ferez plaisir au Seigneur. (Colossiens 3:20)

Enfants, obéissez à vos parents selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère –– c’est le premier commandement accompagné d’une promesse, afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. Et vous, pères, n’irritez pas vos enfants, mais élevez les en les corrigeant et en les avertissant selon le Seigneur. (Ephésiens 6:1-4)

Un frère en Christ qui se place en rébellion contre ses parents, son père ou sa mère est déjà sorti de la Parole de Dieu et cours le risque d’être gagné par l’esprit de ce siècle qui est une malédiction, comme cela est écrit :

Les hommes seront égoïstes, avides d’argent, vantards et prétentieux. Ils parleront de Dieu d’une manière injurieuse et n’auront pas d’égards pour leurs parents. Ils seront ingrats, dépourvus de respect pour ce qui est sacré…(2 Timothée 3:2)

Aujourd’hui, les jeunes gens du monde n’ont pas d’égard pour les parents dans le monde, mais il ne doit pas en être ainsi pour nous les frères en Christ. Chacun d’entre nous doit supporter les épreuves venant de ses parents et de sa famille, qu’ils soient chrétiens ou pas, on doit les supporter et ne pas nous placer dans l’hostilité et l’inimitié avec eux.

Pour nous les parents chrétiens, lorsque notre enfant se comporte mal, nous devons premièrement nous poser la question de savoir si nous l’avons bien éduqué conformément à la Parole de Dieu. Aujourd’hui, des parents chrétiens peuvent renier leurs enfants, croyants comme eux, et trouver cela biblique. Comme aussi des frères peuvent cultiver l’inimitié avec les parents et être à l’aise. Il y en a qui ouvrent la bouche et qui menacent leurs parents, foulant aux pieds toutes les Paroles de Dieu reliées à ces choses. Comment pouvez-vous trouver la paix et le bonheur en agissant ainsi ?

Nous avons dans notre assemblée, une sœur qui prie avec nous, après avoir quitté l’église de son père et cela est devenu un problème pour elle. Il n’y a pratiquement plus de communion entre eux. Cela s’appelle l’épreuve, mais ce n’est pas une occasion pour mépriser son père ou sa mère. Aujourd’hui, la Parole de Dieu s’applique à nous tous et chacun doit faire sa part. En Christ, je dis bien en Christ, aucun père n’a le droit de renier son fils ou sa fille, pour quelque péché que ce soit. Les hommes du monde peuvent se comporter de cette manière, mais en Christ, cela n’est pas possible.

En Christ, les parents ont encore l’amour de Dieu et la prière pour ramener un enfant qui s’égare dans la Maison de Dieu. En Christ, le Seigneur nous demande d’aimer nos ennemis et de prier même pour ceux qui nous persécutent, à plus forte raison notre propre enfant :

Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c’est ainsi qu’agissaient leurs pères à l’égard des faux prophètes ! Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. (Luc 6:26-28)

Le Seigneur Jésus nous dit : Malheur à nous, si les hommes disent des bonnes choses de nous. Les hommes ici sont des frères et sœurs, des croyants. Ils disent du bien des faux prophètes qui marchent avec eux dans leurs dérèglements et qui les supportent dans les voies d’égarement qu’ils empruntent. Mais pour nous les apôtres de Jésus-Christ, on ne dira pas du bien de nous. On ne dira pas du bien de ceux qui veulent vivre rigoureusement selon la Parole de Dieu, comme l’apôtre l’a signifié à son fils Timothée : Quelles persécutions n’ai-je pas supportées ? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. Tous ceux d’ailleurs qui veulent vivre pieusement en Christ-Jésus seront persécutés. Mais les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux–mêmes. Toi, reste attaché à ce que tu as appris, et qui est l’objet de ta foi ; tu sais de qui tu l’as appris… (2 Timothée 3 :10-14)

Sur ceux qui veulent vivre pieusement en Christ, on répandra des calomnies, des médisances et des mensonges, mais ils devront supporter à cause du Seigneur. C’est pourquoi Jésus a dit :

Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi agissent de même. (Luc 6 : 32-33)

Dieu nous demande d’aimer nos ennemis et de prier pour ceux qui nous calomnient ou qui nous maltraitent. C’est cela qui est la Parole de Dieu.

Mes chers amis, nous jeûnons et nous prions, mais, jeûnons et prions dans la Justice de Dieu, car le Message du réveil n’est pas seulement venu pour nous dire de jeûner et prier. Notre réveil est un réveil de sainteté – un réveil de retour inconditionnel à la Parole de Dieu et à sa pratique dans notre vie de tous les jours. Il s’agit pour nous de manière ABSOLU de nous mettre en ordre avec la Parole de Dieu. Ce n’est pas de la religion :

Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. (Luc 6 :35-36)

Le temps est venu pour nous maintenant de vivre le Royaume de Dieu sur la terre. Chacun d’entre nous doit vivre dans la Justice de Dieu, en mettant en pratique chaque portion de l’Ecriture qui le concerne. C’est pourquoi nous devons définitivement sortir des querelles et des palabres, en tâchant de nous dire la vérité les uns les autres. Mes bien-aimés, comprenons par là que la vie des adorateurs est différente de la vie des autres dans le monde. La vie du chrétien spirituel est aussi différente de la vie du chrétien charnel. Est-ce que nous pouvons dire :

Pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense; et ne nous induis pas en tentation. (Luc 11:4)

Est-ce que nous pouvons le dire aujourd’hui dans notre cœur ?

Que Dieu soit remercié si on peut le dire. Le Seigneur nous demande de ne pas nous lasser de nous pardonner les uns les autres. Les disciples ont demandé combien de fois on devrait pardonner à notre prochain qui nous a offensés : Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant, Je me repens, tu lui pardonneras. (Luc 17:4) Cette Parole veut simplement dire qu’on ne doit rien garder contre un frère dans notre cœur. Nous devons être miséricordieux comme notre Père Céleste est miséricordieux.

Voilà ce que veut dire cette Parole : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui–même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. (Luc 9:23) C’est ce Message que Dieu nous a adressé en Février 2009, mais beaucoup n’ont pas compris, et je me demande si vous comprendriez le reste. Le jeune homme riche ne pouvait pas pratiquer cette Parole, parce qu’il avait en lui de l’orgueil, il ne pouvait pas se défaire de sa personnalité. Mais qu’en est-il de nous aujourd’hui ? Sommes-nous délivrés de notre propre personnalité ? Frères et sœurs, sachez que celui qui n’est pas droit dans son cœur n’est pas une outre neuve ; quand la Puissance de Dieu viendra, il la recevra pour sa propre perte.

Jésus a dit que celui qui renonce à lui-même pour Le suivre se charge chaque jour de sa croix. Savez-vous ce que c’est que la croix pour chacun ? Se charger de sa croix, c’est accomplir exactement l’œuvre de Christ, c'est-à-dire s’abandonner à Dieu. C’est accepter l’injustice et l’épreuve comme Christ l’a accepté de ses propres frères. Porter sa croix, c’est vivre seulement dans la pratique de l’Amour, de l’humilité, du pardon et de la recherche constante de la Perfection par la Paix avec tous.

En quittant Ses disciples, Jésus leur dit : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. (Jean 14:27) Mes bien-aimés, lorsque notre Seigneur partait, Il nous a laissé la Paix, Sa Paix afin que nous puissions l’adorer dans la prospérité spirituelle. Car la Paix en nous fait progresser la Parole de Dieu, mais là où il y a des disputes, des querelles et des divisions, l’Evangile ne porte pas de fruits.

Les apôtres de Jésus-Christ ont bien compris ces choses, c’est pourquoi Paul a écrit aux frères de Rome en leur disant : *Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint–Esprit*. (Romains 14:17) C’est pourquoi, mes chers amis, recherchons ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle entre nous frères. (Romains 14:19) Et autant que cela dépend de nous, soyons en paix avec tous les hommes. (Romains 12:18) Pratiquons ensemble le Ministère de la réconciliation par la recherche de la Paix en Jésus-Christ, sinon, nous ne serons pas prêts pour l’enlèvement.

En effet, le Dieu que nous adorons est le Dieu de Paix et notre Seigneur Jésus-Christ s’appelle le Prince de la Paix. (Esaïe 9:5) Pourquoi malgré cela se trouve l’inimitié dans nos églises ? Est-ce que nous avons réellement rencontré le Dieu de Paix ? Que chacun d’entre nous porte sa croix, c'est-à-dire qu’il entre dans la pratique et la culture de la miséricorde envers tous les hommes.

Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. (Esaïe 9:5)

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint–Esprit ! (Romains 15:13)

Que le Dieu de paix soit avec vous tous ! Amen ! (Romains 15:33)

On l’appellera samuel

Mes chers amis, je voudrais vous adresser le Message de Dieu que j’ai reçu en début d’année pour vous. Ce Message se trouve dans le livre de 1 Samuel le premier chapitre. Il s’agit de l’histoire de la naissance du prophète Samuel.

Il y avait un homme de Ramathaïm-Tsophim, de la montagne d’Ephraïm, nommé Elkana, fils de Jeroham, fils d’Elihu, fils de Thohu, fils de Tsuph, Ephratien. Il avait deux femmes, dont l’une s’appelait Anne, et l’autre Peninna ; Peninna avait des enfants, mais Anne n’en avait point. Chaque année, cet homme montait de sa ville à Silo, pour adorer l’Eternel des armées et pour lui offrir des sacrifices. Là se trouvaient les deux fils d’Eli, Hophni et Phinées, sacrificateurs de l’Eternel. Le jour où Elkana offrait son sacrifice, il donnait des portions à Peninna, sa femme, et à tous les fils et à toutes les filles qu’il avait d’elle. Mais il donnait à Anne une portion double ; car il aimait Anne, que l’Eternel avait rendue stérile. Sa rivale lui prodiguait des mortifications, pour la porter à s’irriter de ce que l’Eternel l’avait rendue stérile. Et toutes les années il en était ainsi. Chaque fois qu’Anne montait à la maison de l’Eternel, Peninna la mortifiait de la même manière. Alors elle pleurait et ne mangeait point.* (1 Samuel 1:1-7)

La Bible raconte ici l’histoire de la mère de Samuel appelée Anne. Cette Anne était mariée à Elkana, le père de Samuel, un homme pieux qui était très au sérieux avec l’adoration de l’Eternel Dieu. Il montait adorer régulièrement le Dieu de ses pères et offrait des sacrifices pour les péchés de sa famille. Elkana avait deux femmes : Anne et Péninna. Péninna avait des enfants, mais Anne n’en avait pas. Et Péninna suscitait des amertumes dans le cœur d’Anne parce qu’elle n’avait pas d’enfants. Elle souffrait et pleurait devant le Seigneur. Son mari la consolait et lui donnait toute l’amour nécessaire.

Elkana ne voulait pas que sa femme se morfonde sur sa stérilité. Comme il l’aimait, il lui donnait toujours une portion double lorsqu’il partageait les sacrifices dans la maison de l’Eternel. Et l’attitude de Péninna envers Anne provenait de la jalousie qu’elle avait pour elle, à cause de l’amour que lui donnait Elkana. Mais, Anne était une vraie croyante. Elle avait placé sa confiance en l’Eternel Dieu et priait constamment pour avoir un enfant. Chaque année, elle répandait son amertume devant l’autel dans la Maison de Dieu. Et un jour, elle obtint l’exaucement. Ce jour-là, Anne pria tellement le Seigneur, qu’elle fut conduite à faire un vœu – le vœu de consacrer son fils au Seigneur, au cas où elle était exaucée.

Anne se leva, après que l’on eut mangé et bu à Silo. Le sacrificateur Eli était assis sur un siège, près de l’un des poteaux du temple de l’Eternel. Et, l’amertume dans l’âme, elle pria l’Eternel et versa ses pleurs. Elle fit un vœu, en disant : Eternel des armées ! Si tu daignes regarder l’affliction de ta servante, si tu te souviens de moi et n’oublies point ta servante, et si tu donnes à ta servante un fils, je le consacrerai à l’Eternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête. Comme elle restait longtemps en prière devant l’Eternel, Eli observa sa bouche. (1 Samuel 1 :9-12)

La prière était tellement intense que le sacrificateur pensait qu’elle était ivre. Mais Anne en avait marre de la moquerie de sa coépouse. Elle voulait que Dieu la délivre de la stérilité. Elle voulait expérimenter la joie de porter une grossesse et la joie d’être mère. Anne voulait avoir un enfant pour ôter de sa vie l’opprobre de la stérilité. Pourquoi ne ferait-elle pas d’enfant ? Quelle est la règle spirituelle où divine qui lui a interdit de concevoir ? N’est-ce pas que Dieu a dit que la femme doit enfanter ? Pourquoi serait-elle stérile ? Mes bien-aimés, ce sont ces pensées qui traversaient son cœur meurtris et qui lui donnait de la force et du courage dans la prière. Anne pria dans l’espérance et Dieu écouta !

Anne parlait dans son cœur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on n’entendait point sa voix. Eli pensa qu’elle était ivre, et il lui dit : Jusqu’à quand seras-tu dans l’ivresse ? Fais passer ton vin.

Anne répondit : Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son cœur, et je n’ai bu ni vin ni boisson enivrante ; mais je répandais mon âme devant l’Eternel.

Ne prends pas ta servante pour une femme pervertie, car c’est l’excès de ma douleur et de mon chagrin qui m’a fait parler jusqu’à présent. Eli reprit la parole, et dit : Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée ! Elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux ! Et cette femme s’en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même. (1 Samuel 1:13-18)

Ce sont ici les propres paroles d’Anne. « Je suis une femme qui souffre en son cœur » Quand Dieu l’a exaucé, elle a appelé l’enfant Samuel, qui veut dire « Dieu m’a exaucé ». Samuel fut sevré et consacré à l’Eternel dans le temple à Silo. Il vécut comme un Naziréen et le rasoir ne passa pas sur sa tête.

Mes bien-aimés, voici l’histoire d’Anne, femme d’Elkana, mère de Samuel. Dans le Message que Dieu m’a adressé, Il m’a dit que l’histoire de Laodicée ressemble à l’histoire d’Anne. Comme Anne, l’Eglise de Laodicée est stérile, elle n’a pas d’œuvres parce qu’elle n’a pas travaillé pour le Seigneur, à cause de la chute qu’elle a connu dans le sommeil et l’assoupissement. (Matthieu 25 :5) C’est une église qui a beaucoup de problèmes. Il nous suffit de lire seulement le jugement de Dieu adressé à Laodicée pour comprendre de quoi il est question. Je voudrais nous faire relire l’appréciation du Seigneur Jésus sur Laodicée :

Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis, Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu… (Apocalypse 3 :15-17)

Notre Seigneur a connu les œuvres de Laodicée. Il sait d’Elle qu’elle est séduite et embrouillée par le diable, c’est pourquoi Elle n’a pas pu honorer son Seigneur de la bonne manière. Elle est misérable, pauvre, aveugle et nue et ne le savait même pas. Oh, pauvre femme ! Cette femme est misérable à cause de sa paresse. Mes bien-aimés frères, comprenons que c’est nous l’Assemblée de Laodicée, nous qui avons cru au Ministère du Messager de l’Eglise de Laodicée. En effet, lorsque l’Ecriture dit : « Ecris à l’ange de l’Eglise de Laodicée », nous devons comprendre qu’il ne s’agit pas seulement de l’ange, mais de nous tous qui avons reçu son Message. Parce que plus loin, dans chaque âge, il est encore dit : Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux Églises ! Il n’est pas dit « Que l’ange qui a des oreilles écoute » mais « Que celui qui a des oreilles écoute ».

Certes, nous avons reçu le Message, mais nous sommes demeurés stérile, à cause de nos mauvaises œuvres. La chute dans le sommeil et l’assoupissement nous a conduits dans une pauvreté spirituelle extrême, comme l’Ecriture le dit dans Proverbes 24. *J’ai passé près du champ d’un paresseux, Et près de la vigne d’un homme dépourvu de sens. Et voici, les épines y croissaient partout, Les ronces en couvraient la surface, Et le mur de pierres était écroulé. J’ai regardé attentivement, Et j’ai tiré instruction de ce que j’ai vu. Un peu de sommeil, un peu d’assoupissement, un peu croiser les mains pour dormir ! Et la pauvreté te surprendra, comme un rôdeur, Et la disette, comme un homme en armes.* (Proverbes 24 :24-30) Nous n’avons pas entretenu le Message que nous avons reçu dans nos cœurs, pour arriver à être des hommes spirituels, c’est pourquoi les œuvres de la chair ont pris le dessus dans nos vies.

Nous avons laissé croitre les ronces, les épines et toutes sortes de mauvaises herbes dans le champ. Et la chose s’est vérifiée dans la réalité de la vie des assemblées et des frères et sœurs. Aujourd’hui, les œuvres « des frères du Message » sont manifestes. Ce sont notamment, les querelles entre serviteurs de Dieu, les sectes, les divisions, les inimitiés, l’orgueil, la haine, le mépris du prochain, l’amour de l’argent, les impudicités, les adultères, etc. Ajouter à cela, l’absence des dons et des manifestations de l’Esprit dans nos assemblées. Nous avons vécu dans la religion et le suivisme. Et aujourd’hui, le péché qui se développe de manière fulgurante en notre milieu, c’est l’idolâtrie des hommes de Dieu provenant des partis-pris. C’est l’esprit de Corinthe. Moi, je suis pour un tel. Moi, je suis pour tel autre. Moi, je ne suis ni pour l’un, ni pour l’autre, moi, je suis pour le Christ…Derrière tout cela se cache un esprit charnel. C’est pourquoi Paul a dit aux Corinthiens : Vous êtes charnel. Là où il y a des palabres, là se trouve le trône de Satan, la manifestation des démons. Sinon, notre Seigneur est le Prince de la Paix ! En Lui, il n’y a pas de querelles, il n’y a que la Paix. Et en partant, Il ne nous a pas laissé les querelles, mais la Paix.

En ce moment, le Peuple de Dieu est ravagé par les mauvais esprits. Et ses oreilles se sont fermées à la voix même de Dieu. L’esprit malin a pris le dessus et travaille à la destruction de plusieurs. L’Eglise de Laodicée est une église misérable. Mais sa situation est comme celle d’Anne. En effet, de même qu’Elkana aimait Anne, ainsi notre Seigneur est amoureux de Laodicée, à cause de sa souffrance. Le Seigneur a donné le double de Son amour à Laodicée, c’est pourquoi, Il lui a réservé aussi une double portion de Sa Puissance. *La gloire de cette dernière maison sera plus grande que celle de la première, dit l’Eternel des armées ; et c’est dans ce lieu que je donnerai la paix, dit l’Eternel des armées.* (Aggée 2:9)

Lorsqu’on considère la condition de cette Eglise, on peut penser qu’Elle est rejetée, mais, le Seigneur n’a pas rejeté Laodicée. Regardez Anne, elle n’avait pas accepté sa condition, mais elle a prié le Seigneur avec persévérance et assurance et Dieu est venu à son secours. Elle a refusé la stérilité et a réclamé à l’Eternel la fécondité. Elle l’a obtenu. Dieu a changé sa condition. Mes chers amis, je voudrais que vous compreniez cela. Dieu nous aime, Il ne nous a pas rejetés. De même qu’il a mis un terme à la stérilité d’Anne, sachez qu’Il Lui a plu d’ouvrir pour nous une ère de fécondité. Le Cri de Minuit a marqué une ère de fécondité pour l’Eglise de Laodicée. C’est pourquoi à cette heure, l’Eglise est entrée dans les prières, les jeûnes, les pleurs et les larmes pour réclamer le secours de Dieu. Ce fut l’amertume d’Anne. Car l’Eglise de Jésus-Christ est entrée maintenant dans son cycle de fécondité.

Dans le Psaumes 113, la Bible parle des relations de Dieu avec la stérile qui a trouvé grâce à Ses yeux : Il donne une maison à celle qui était stérile, Il en fait une mère joyeuse au milieu de ses enfants. Louez l’Eternel ! (Psaumes 113:9)

Dans la Bible, plusieurs femmes stériles ont trouvé grâce aux yeux de Dieu. Notre mère Sara était stérile et ne faisait pas d’enfants jusqu’à ce qu’elle reçoive une promesse de Dieu. Saraï était stérile : elle n’avait point d’enfants. (Genèse 11:30) Après la visitation de Dieu, elle conçut et enfanta Isaac. La femme d’Isaac, Rebecca ne faisait pas d’enfants parce qu’elle était stérile : Isaac implora l’Eternel pour sa femme, car elle était stérile, et l’Eternel l’exauça : Rebecca, sa femme, devint enceinte. (Genèse 25:21) Après la visitation de Dieu, Rebecca conçut et enfanta Jacob et Ésaü. Rachel, la femme élue de Jacob était stérile, mais après la visitation de Dieu, elle conçut et enfanta des enfants. Rachel dit : Dieu m’a rendu justice, il a entendu ma voix, et il m’a donné un fils. C’est pourquoi elle l’appela du nom de Dan. (Genèse 30:6)

La mère de Samson était stérile, elle n’enfantait pas. Mais après la visitation de l’ange de l’Eternel, elle conçut et enfanta un fils, du nom de Samson.

Il y avait un homme de Tsorea, de la famille des Danites, et qui s’appelait Manoach. Sa femme était stérile, et n’enfantait pas. L’ange de l’Eternel apparut à la femme, et lui dit : Voici, tu es stérile, et tu n’as point d’enfants ; tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils. (Juges 13:2-3)

Comme Anne, la mère de Samson enfanta aussi un naziréen.

La mère de Jean-Baptiste était stérile elle aussi, mais après la visitation de Dieu, elle conçut et enfanta le grand prophète, précurseur du Messie.

Il n’avait point d’enfants, parce qu’Elisabeth était stérile ; et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge. (Luc 1:7) Voici, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. (Luc 1:36)

Mes bien-aimés, nous voyons que plusieurs femmes stériles dans la Bible furent visitées par le Seigneur. Dieu se souvint d’elles parce qu’elles crièrent à Lui dans leur stérilité. Elles en rendent le témoignage. C’est toujours après des prières et des supplications que la visitation de Dieu intervient. Abraham en tant que prophète pria certainement pour avoir des enfants avec Sara, sa femme. Isaac pria pour sa femme Rebecca. *Rachel dit : Dieu m’a rendu justice, il a entendu ma voix, et il m’a donné un fils.* Et certaines de ces femmes stériles ont enfanté des hommes particuliers dans la Bible. C’est curieux ! Sara enfanta Isaac, le fils qui a reçu les promesses. Rebecca enfanta Jacob qui eut les douze tribus. Anne enfanta le prophète Samuel, juge en Israël. La femme de Manoah enfanta Samson, juge en Israël, homme dont la force n’a jamais existé en Israël. La mère de Jean-Baptiste enfanta le précurseur du Messie. Des femmes stériles, sortent toujours de grands hommes de Dieu.

Il en sera de même pour nous aussi. Dieu a entendu nos supplications et nos prières. Désormais, comme Anne, nous avons conçu, Laodicée a conçu et va enfanter un fils. Certes, beaucoup se sont moqués et se moquent encore de la stérilité de Laodicée. Mais ils ne savent pas que nous avons conçu et que nous attendons un enfant, un fils. Aujourd’hui, nous nous trouvons dans la position d’Anne. C’est pourquoi nous ressentons les douleurs de l’enfantement. Nous devons ressentir les vraies douleurs de l’enfantement. Le prophète a prêché « les douleurs de l’enfantement » Mais qui en tant qu’Eglise ou membre de l’Eglise a ressenti les douleurs de l’enfantement ? Comment pouvions-nous ressentir les douleurs de l’enfantement dans le sommeil ? Quelle est cette femme qui, sur le point d’accoucher peut encore dormir ? Cela n’est pas possible ! Pour l’heure, c’est l’épreuve, c’est la souffrance, ce sont les douleurs dans les prières, les jeûnes, les supplications…C’est maintenant que nous avons conçu, que nous pouvons ressentir les douleurs de l’enfantement.

Regardez dans Apocalypse 12 où la femme que nous sommes est enceinte. Regardez le dragon positionné en face d’Elle :

Un grand signe apparut dans le ciel : une femme revêtue du soleil, la lune sous les pieds, et une couronne de douze étoiles sur la tête. Elle était enceinte et elle criait dans le travail et les douleurs de l’enfantement. Un autre signe apparut dans le ciel : et voici, un grand dragon rouge feu qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel et les jetait sur la terre. Le dragon se tint debout devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, dès qu’elle l’aurait enfanté. Elle enfanta un fils, un mâle qui doit faire paître toutes les nations avec un sceptre de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône. (Apocalypse 12:1-5)

C’est ici l’Eglise de Laodicée, cette Eglise dont il est dit qu’Elle était pauvre, misérable, aveugle et nue. C’est Elle ici qui a fini par concevoir, cette Eglise stérile. Dieu l’a visité ! Il s’agit de l’Eglise vivante maintenant, pas de l’Eglise qui se repose, qui est dans le Paradis. Mais de l’Eglise vivante. C’est Elle qui souffre dans le chapitre 12, des douleurs de l’enfantement. Quand le Seigneur lui a montré sa misère, Il lui a dit « Aie du zèle et repens-toi ! » Elle a écouté et a pratiqué cette exhortation dans le réveil, c’est pourquoi elle a conçu. Elle a conçu un fils, un mâle qui va entreprendre l’œuvre de Dieu. Elle était enceinte et elle criait dans le travail et les douleurs de l’enfantement. Aujourd’hui, nous devons accepter les privations, les épreuves, les calomnies, les mensonges et tous les mauvais traitements que nous subissons à cause de cette œuvre. Cela ne sera pas vain. Se priver de la nourriture et de l’eau par moment ne sera pas vain. Passer des nuits à prier n’est pas facile, mais il faut l’accepter.

Mes chers amis, nos prières, nos jeûnes et nos épreuves dans le combat ne seront pas vains ! Sachez-le. Notre fils naîtra et on l’appellera SAMUEL, c'est-à-dire « Dieu nous a exaucés » Le fils de Laodicée s’appellera SAMUEL, parce qu’il naîtra à la suite des prières, des intercessions, des jeûnes et des combats spirituels de Laodicée, comme le prophète Samuel naquit des prières et des pleurs d’Anne sa mère.

Samuel est né parce que sa mère pria et elle pria parce que sa coépouse se moquait d’elle. Il fallait aussi que notre réveil ne soit pas applaudi pour que nous réalisions cet exploit avec Dieu. Si le Cri de Minuit avait été salué et accepté de tous, nous aurions eu un faux réveil. Samuel ne serait pas né. Mais il fallait que la chose soit rejetée et qu’on se moque de ceux qui y croient. Il fallait que la rivale se moque de nous, il fallait qu’elle se moque de nos jeûnes, de nos prières et de notre foi. Nous avions cru que les moqueurs viendraient du milieu des païens, nous ne savions pas qu’ils sortiraient même du milieu de nous. Mais que Dieu soit béni ! Que Dieu soit loué pour Son plan parfait !

Voici la réalité du combat aujourd’hui. Comme Anne, nous avons conçu, mais la grossesse doit être préservée parce que le dragon est là, prêt à dévorer ce que nous avons dans le ventre, mais il faut être vigilent. Parce que l’enfant que nous portons est très précieux. C’est lui le fils, le mâle qui aura la supériorité sur les nations. Cet enfant sera différent de sa mère, il sera consacré à l’Eternel, le rasoir ne passera pas sur sa tête et sera revêtu de la Puissance et de l’Autorité de Dieu pour venger Son Peuple. Mes chers amis, comme Anne, nos prières donneront des apôtres, des prophètes comme Samuel, des évangélistes, des pasteurs et des docteurs pour le témoignage final de l’Eglise. Comme le Seigneur l’a prédit dans Matthieu 24 :14. Nos prières donneront des disciples accomplis en Jésus-Christ.

Nos prières donneront un fils élu comme Isaac, un fils fécond qui a donné la Nation d’Israël, comme Jacob. Nos prières donneront un mâle, un vaillant comme Samson, qui avait une force terrible. Aucun homme sur la terre n’a eu la force de Samson – c’était un type de l’Eglise. Nos prières donneront naissance au Ministère précurseur de l’apparition de Christ, comme Jean Baptiste, s’agissant du Ministère de l’Epouse. Nos prières enfanteront l’Epouse de Jésus-Christ, la grande Armée qui va faire tomber l’esprit babylonien dans l’Eglise. Nos prières révéleront le Corps de Christ glorifié.

C’est pourquoi considérez le face à face qui se trouve dans la vision de l’Apocalypse 12. Il faut préserver la grossesse – il faut préserver les acquis et chercher à aller de l’avant. Mes chers amis, ne regardez pas en arrière, car il y a encore des hommes charnels parmi nous qui ne voient pas le travail spirituel que Dieu est en train de faire, parce qu’ils ne connaissent pas d’évolution spirituelle. Mais nous, nous avons une évolution spirituelle vivante. Nous sentons en nous-mêmes que Dieu est en train de nous édifier comme une grande Maison. Nous sommes en train d’être bâtis à l’intérieur de nous-mêmes. Nous le voyons et nous le savons.

N’écoutez pas ceux qui veulent vous ramener en arrière – ceux qui veulent à nouveau poser le fondement de la véracité du Cri de Minuit, sachez que depuis le début, ceux-là n’ont jamais cru et n’ont jamais rien compris. Ils vivent encore dans la chair. Il n’y a pas d’avenir pour eux, sinon les ténèbres et les grincements de dents qui les attendent dans les regrets. Comme Jean, je peux dire que nous sommes de Dieu et que ceux qui connaissent Dieu nous écoutent. C’est seulement ceux qui ne connaissent pas Dieu qui ne nous écoutent pas.

Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : c’est par là que nous reconnaissons l’Esprit de la vérité et l’esprit de l’erreur. (1 Jean 4 :6)

Beaucoup marchent avec Dieu, mais ne connaissent pas Dieu ; ils n’ont jamais expérimenté le brisement. Alors ils ignorent la manifestation de Dieu, c’est pourquoi ils confondent la Lumière et les Ténèbres ; ce qui ne devait jamais se faire. Mais c’est pourtant ce qui se passe avec ceux qui ne connaissent pas Dieu.

Pour vous hommes de Dieu, marchez par la foi dans ce que vous avez entendu et dans ce que vous entendez encore. Lisez et méditez cette Parole d’Hébreux 11 pour vous encourager :

Et que dirais-je encore ? Car le temps me manquerait si je passais en revue Gédéon, Barak, Samson, Jephté, David, Samuel et les prophètes qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, reprirent des forces après avoir été malades, furent vaillants à la guerre et mirent en fuite des armées étrangères. Des femmes retrouvèrent leurs morts par la résurrection. D’autres furent torturés et n’acceptèrent pas de délivrance, afin d’obtenir une résurrection meilleure.

D’autres éprouvèrent les moqueries et le fouet, bien plus, les chaînes et la prison. Ils furent lapidés, mis à l’épreuve, sciés, ils furent tués par l’épée, ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, opprimés, maltraités ––  eux dont le monde n’était pas digne ! Errant dans les déserts, les montagnes, les cavernes et les antres de la terre. Et tous ceux–là, qui avaient reçu par leur foi un bon témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur avait été promis. Car Dieu avait en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parviennent pas sans nous à la perfection. (Hébreux 11 :32-40)

Ces grands hommes de foi ne parviendront pas à la Perfection sans nous qui sommes arrivés à l’achèvement de toutes choses. C’est pourquoi je vous invite mes frères et sœurs à accepter et à supporter les moqueries de la rivale. Je vous parle en esprit, car cette rivale agit ainsi pour nous pousser même dans la prière et l’intercession. Cette rivale a eu des enfants, mais la Bible ne parle pas d’eux. Et pourtant, la bible parle de Samuel, parce qu’il fut un grand prophète et un grand Juge en Israël. Sa mère malheureuse et méprisée fut rayonnante. Dieu a relevé son visage abattu parce qu’elle a prié. Elle ne s’est pas tu, mais elle a prié avec foi et détermination. Comme elle était déterminée, Dieu l’écouta. Et nous voyons la joie et la consolation d’Anne dans son cantique :

Anne pria, et dit : Mon cœur se réjouit en l’Eternel, Ma force a été relevée par l’Eternel ; Ma bouche s’est ouverte contre mes ennemis, Car je me réjouis de ton secours.

Nul n’est saint comme l’Eternel ; Il n’y a point d’autre Dieu que toi ; Il n’y a point de rocher comme notre Dieu. Ne parlez plus avec tant de hauteur ; Que l’arrogance ne sorte plus de votre bouche ; Car l’Eternel est un Dieu qui sait tout, Et par lui sont pesées toutes les actions.

L’arc des puissants est brisé, Et les faibles ont la force pour ceinture.

Ceux qui étaient rassasiés se louent pour du pain, Et ceux qui étaient affamés se reposent ; Même la stérile enfante sept fois, Et celle qui avait beaucoup d’enfants est flétrie.

L’Eternel fait mourir et il fait vivre. Il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter. L’Eternel appauvrit et il enrichit, Il abaisse et il élève. De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l’indigent, Pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire ; Car à l’Eternel sont les colonnes de la terre, Et c’est sur elles qu’il a posé le monde. Il gardera les pas de ses bien–aimés. Mais les méchants seront anéantis dans les ténèbres ; Car l’homme ne triomphera point par la force.

Les ennemis de l’Eternel trembleront ; Du haut des cieux il lancera sur eux son tonnerre ; L’Eternel jugera les extrémités de la terre. Il donnera la puissance à son roi, Et il relèvera la force de son oint. (1Samuel 2:1-10)

Ce cantique d’Anne est le cantique de toutes les femmes stériles que Dieu a visitées. Ça sera aussi le cantique de l’Eglise, à la naissance de notre Samuel. Nous prierons dans la reconnaissance au Seigneur. Cette prière qui est comme un Cantique magnifie le Seigneur Dieu dans Ses bienfaits à l’endroit de Sa servante et montre combien de fois Dieu est bon. Il est bon en ce qu’Il peut changer toute situation défavorable, favorable. Il est bon parce qu’Il vient toujours au secours des faibles. Il renverse l’orgueil des orgueilleux, tourne en dérision la moquerie des moqueurs. Ce Dieu annule la moquerie des moqueurs en faisant grâce à ceux qui espèrent en Lui.

Anne par l’Esprit dit que Dieu est Tout suffisant et Tout Puissant. En Lui est la vie, en Lui est aussi la mort. En lui est la Richesse et en Lui est aussi la Pauvreté. C’est Lui qui peut prendre l’indigent et le faire asseoir à la table des rois, des nantis. C’est Lui qui peut rendre riche le pauvre et c’est Lui qui peut aussi appauvrir le riche. Qui est comme ce Dieu là, à qui appartiennent toutes choses ? Pourquoi ne craindrions-nous pas un tel Dieu ? Pourquoi n’espérerions-nous pas dans un tel Dieu ?

Mes bien-aimés, à notre Dieu est la Force, la Gloire, l’Amour et la Puissance. A Lui est toute la Terre. C’est Lui l’Eternel des Armées et c’est à Lui qu’obéissent toutes les créatures dans les cieux et sur la terre. Alors nous n’avons pas raison d’avoir peur, ni de trembler. C’est pourquoi dans tous les âges, Ses serviteurs ne tremblent pas. Ce qui est notre partage, c’est la déclaration d’Elisabeth à l’endroit de Marie :

Dès qu’Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son ventre. Elisabeth fut remplie d’Esprit saint et cria : Bénie sois-tu entre les femmes, et béni soit le fruit de ton ventre ! Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne me voir ? Car dès que ta salutation a retenti à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon ventre. Heureuse celle qui a cru, car ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira !

Bénie sois-tu entre les femmes, et béni soit le fruit de ton ventre ! C’est ce qui est maintenant dit à Laodicée ! Que le fruit de tes entrailles soit béni et protégé ! Et : Heureuse celle qui a cru, car ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira ! Nous avons reçu un Message, c'est-à-dire que quelque chose nous a été dit par le Seigneur. C’est ce qui nous a été dit, ce en quoi nous avons cru qui s’accomplira certainement pour nous. Heureux ceux qui attendent la manifestation du fils. Heureux ceux qui attendent la manifestation de l’Epouse de Christ. Ils le verront s’accomplir.

Marie, la mère du Seigneur en grossesse chanta presque le même cantique qu’Anne : (v 45) *Et Marie dit :

Je magnifie le Seigneur, je suis transportée d’allégresse en Dieu, mon Sauveur, parce qu’il a porté les regards sur l’abaissement de son esclave. Désormais, en effet, chaque génération me dira heureuse, parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est sacré, et sa compassion s’étend de génération en génération sur ceux qui le craignent. Il a déployé le pouvoir de son bras ; il a dispersé ceux qui avaient des pensées orgueilleuses, il a fait descendre les puissants de leurs trônes, élevé les humbles, rassasié de biens les affamés, renvoyé les riches les mains vides. Il a secouru Israël, son serviteur, et il s’est souvenu de sa compassion comme il l’avait dit à nos pères envers Abraham et sa descendance, pour toujours. (Luc 1 :41-55)

Mes chers amis, que notre Seigneur soit béni pour Son œuvre glorieuse qu’Il est en train d’accomplir en chacun d’entre nous. Il est Souverain notre Dieu. Ce que Sa bouche déclare, Sa main Puissante l’exécute par Sa force suprême. Dieu nous adresse encore la Parole. Il ne nous a pas abandonnés. Alors allons toujours à Lui et remettons Lui nos épreuves et nos douleurs, car Il prend soin de nous. Certes, nous essuyons des tempêtes et des vents impétueux, mais il faut cela pour que nous soyons affermis. Nous avons des difficultés et même des échecs, mais il faut cela pour que nous soyons affermis. C’est la guerre contre le dragon qui est face à nous et qui veut dévorer notre Samuel, mais il ne le pourra pas. Notre fils naîtra et on l’appellera Samuel, parce que Dieu a exaucé nos prières et nos supplications. A Lui la gloire et les honneurs aux siècles des siècles. Amen !

Remarquez qu’après la naissance du fils dans Apocalypse 12, il y eut guerre dans le ciel et Satan fut précipité avec son armée sur la terre parce qu’il ne fut plus trouvé de place pour eux dans le ciel. Notre Samuel fera tomber Satan du ciel, c’est dans cette guerre finale que le ciel et la terre seront à nouveau ébranlés.

Il y eut une guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent le dragon. Le dragon combattit, lui et ses anges, mais il ne fut pas le plus fort, et il ne se trouva plus de place pour eux dans le ciel. Il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre habitée ; il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant est arrivé le salut, ainsi que la puissance et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ. Car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez les cieux ! Malheur à la terre et à la mer ! Car le diable est descendu vers vous, plein de fureur, sachant qu’il a peu de temps. Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait mis au monde l’enfant mâle. (Apocalypse 12:7-13)

Mes chers amis, avez-vous bien lu ce texte ? La chute de Satan aura lieu pendant le témoignage de l’Epouse qui est aussi le fils qui naîtra. La prophétie dit que nous l’avons vaincu à cause du sang de Jésus et aussi par la Parole de notre témoignage. Ceux qui ont vaincu à la fin n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort, mais ils se sont battus à mort contre le diable et ont triomphé de lui et de son armée. Le dévoilement du mensonge sera l’arme fatale contre Satan. C’est l’œuvre du fils mâle qui va donner la force à Michel et à son armée pour dégager le diable du ciel. Car l’Epouse sera une puissante Armée et son action sur la terre sera directement reliée au ciel.

Mes bien-aimés frères et sœurs, je vous ai déjà dit que notre objectif est militaire, n’oubliez jamais cela. Restez dans la Pensée de Dieu. Nous sommes dans l’Armée pour une grande guerre finale. La chose la plus difficile qu’on ne doit pas vivre, c’est la fureur de Satan après son échec dans le combat contre l’Epouse. La prophétie dit que : Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait mis au monde l’enfant mâle…Au moment où Satan poursuit la femme ici qui est l’Eglise des vierges folles, le fils qui l’a fait tomber est déjà enlevé au ciel. Satan sera très irrité contre la femme à cause de la défaite qu’il va essuyer pendant le Ministère de l’Epouse. En ce moment, la terre sera en ébullition. Que personne ne cherche à vivre cet événement.

Dans le livre de Daniel, l’Esprit a déjà dit que ces temps seraient difficiles – ça sera la grande tribulation : En ce temps-là se lèvera Micaël, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés. (Daniel 12 :1) Dans cette grande tribulation, c’est encore Michel qui viendra défendre les frères et sœurs pour qu’ils tiennent bon dans les douleurs et les persécutions. En effet, nous allons ensemble vers des temps décisifs pour le monde et pour l’Eglise, et c’est la naissance de ce fils, ce mâle qui va tout précipiter. Si nous sommes conscients en tant qu’Eglise que nous portons ensemble dans notre sein spirituel, le libérateur du monde, alors faisons attention. Ne donnons pas notre perle aux pourceaux et ne nous amusons plus. Soyons au sérieux avec nous-mêmes, avec le Seigneur et avec les frères.

Inspirons-nous de la question de Manoah, le père de Samson, à l’ange de l’Eternel : *Manoah dit : Maintenant, quand ta parole s’accomplira, quelles seront la règle et la conduite à tenir à l’égard de l’enfant ? L’Ange de l’Éternel répondit à Manoah : La femme s’abstiendra de tout ce que je lui ai dit. Elle ne mangera d’aucun produit de la vigne, elle ne boira ni vin ni liqueur et ne mangera rien d’impur ; elle observera tout ce que je lui ai prescrit.* (Juges 13 :12-14) Maintenant que nous portons ce fils, ce mâle, que doit être notre conduite à l’égard de cet enfant ? Comment entretenir cette grossesse ? L’ange lui dit : La femme s’abstiendra de tout ce que je lui ai dit. Il y a une prédication qui entretient aujourd’hui la grossesse que nous portons, il faut l’écouter et la pratiquer. Il ne faut pas manger et boire autre chose. Il faut prendre la nourriture au temps convenable et la manger.

Voyez que Manoah ayant vu les conditions de conception de l’enfant a su qu’il y aurait certainement des règles et une conduite particulière à tenir vis-à-vis de cet enfant. Parce qu’il s’agissait d’un enfant particulier, c’était un naziréen, donc, il y avait des interdits sur lui. C’est pourquoi il a posé cette question. Pareillement, le fils mâle sera un naziréen, un fils consacré à Dieu comme Samson, comme Samuel. C’est pourquoi il y a des interdits qui touchent la Mère-porteuse de la grossesse. Mais dans notre milieu, beaucoup ne sont pas spirituels pour comprendre le fond de ce que Dieu est en train de faire avec nous, alors ils se laissent aller dans des légèretés et les futilités. Ils n’écoutent pas les conseils qu’on leur donne pour tenir ferme dans ce temps. Mais c’est pour leur propre perte ! Si Manoah et sa femme n’avaient pas respecté les conseils de l’ange, Samson ne serait pas né naziréen. Que Dieu vous bénisse tous et vous aide dans la compréhension de ces choses.

A vous tous qui êtes près et au loin, je dis Maranatha ! Jésus-Christ revient bientôt pour nous chercher ! Béni soit-Il ! Priez pour moi afin que Dieu m’aide et me soutienne. J’ai été beaucoup attaqué ces derniers temps, mais je tiens bon par la grâce de Dieu. Soyez bénis et remplis du Saint-Esprit pour les combats à venir. En Côte d’Ivoire, nous croyons que nous verrons le bout du tunnel cette année 2010 et l’œuvre de Dieu ira de l’avant. Nous nous attendons au Seigneur. Que Sa grâce et Sa Paix soient avec nous tous ! C’est en Christ notre Seigneur que je vous ai écrit !

Frère M’BRA Parfait