Publication: 22 février 2020
Temps de lecture: ~ 54 minutes
Auteur: Parfait M'bra

Les signes d’un Ministère ou d’une œuvre authentique de Dieu

Ou comment éprouver les signes - quatrième partie

Souvent, il n’y a pas de réponse à nos prières parce que lorsque nous prions, nous ne faisons pas attention à ce que l’on dit. Un enfant, on s’occupe de lui jusqu’à un certain niveau. Moi, je ne peux pas demander à ma fille de 19 ans d’aller se laver. Si elle ne veut pas se laver, ça n’engage qu’elle. Mais on ne demande pas l’avis d’un enfant de 4 ou 5 ans pour le laver. On lui verse de l’eau dessus et on le lave. Amen !

Donc le plus important c’est de voir à quel niveau tu es avec Dieu. Si tu vois que tu es à un niveau où tu peux prendre certaines décisions, il ne faut pas aller prier pour demander encore la décision de Dieu. Qu’est-ce qu’Il va faire à ce moment-là ? Tu demandes de l’aide alors qu’on t’en a déjà donnée. On prépare le repas, on te sert, et tu refuses de manger ou bien tu attends que ton père vienne te mettre la nourriture dans la bouche alors que tu es une grande personne ! Ce n’est pas comme cela que ça marche, frères et sœurs. Réfléchissons quand nous faisons les prières. On ne prie pas pour prier mais on prie avec tous ses sens spirituels, avec méditation de la parole de Dieu. Il y a des questions sur lesquelles tu as réellement besoin d’un secours de Dieu, et il y a des questions sur lesquelles tu dois prendre des résolutions, des décisions fermes : Il ne faut pas confondre les deux choses. Et il y a des prophéties qui sont sorties et qui nous ont exhortés à prendre des résolutions fermes. Je suis d’accord avec cela. Quand tu ne veux pas le faire, ne vas pas non plus chez Dieu. Car chez Dieu, ce n’est pas un marché où on rentre et on sort comme on veut. Je vous ai dit ici une année, qu’il y a des prières que moi je n’arrive plus à faire. Il y en a qui prient et qui n’ont pas de réponse. Mais c’est tout cela.

sheep-wolf.jpg

Alors on continue l’enseignement sur les signes. Je pensais avoir fini, mais il y a un dernier élément à ajouter. Quand j’étais sur la 3e partie, j’ai dit que c’était la dernière, mais l’Esprit de Dieu m’a ramené sur le véritable dernier élément. C’est l’épreuve des signes. On éprouve les signes et les esprits pour savoir s’ils viennent de Dieu. C’est ça le point 4 dont nous allons parler. Et comme il s’agit de l’épreuve, on reviendra sur les prophéties.

Nous allons lire dans Matthieu 21 à partir du verset 23 :

23Jésus se rendit dans le temple, et, pendant qu'il enseignait, les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple vinrent lui dire : Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t'a donné cette autorité ? 24Jésus leur répondit : Je vous adresserai aussi une question ; et, si vous m'y répondez, je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. 25Le baptême de Jean, d'où venait-il ? du ciel, ou des hommes ? Mais ils raisonnèrent ainsi entre eux ; Si nous répondons : Du ciel, il nous dira : Pourquoi donc n'avez-vous pas cru en lui ? 26Et si nous répondons : Des hommes, nous avons à craindre la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. 27Alors ils répondirent à Jésus : Nous ne savons. Et il leur dit à son tour : Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais ces choses.

On va ajouter à cela une écriture que nous connaissons très bien, dans 1 Jean 4 :

1Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. 2Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; 3et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde.

Amen. J’ai déjà parlé sur ce texte et je vous ai dit que ce que Jean dit, ici, était valable pour son temps. Quand il écrivait cela, à leur époque, un démon ne pouvait pas confesser Jésus venu en chair. Mais aujourd’hui, le diable évangélise ! Il est prophète, il est docteur, il est apôtre. La séduction a évolué ! Donc maintenant, les démons prient au nom de Jésus, à longueur de journée. Il faut adapter cette écriture que nous venons de lire. Au début, les apôtres ont vu certaines formes de séduction, mais aujourd’hui nous voyons la pleine séduction. Que Dieu soit béni.

Ces deux écritures servent à établir pleinement ce que je veux dire. Je rappelle pour ceux qui n’étaient pas là ou qui nous prennent en marche qu’on a parlé sur les signes authentiques d’un ministère ou d’une œuvre de Dieu. C’est-à-dire que lorsque Dieu fait une œuvre, il y a des signes qui prouvent que c’est Dieu qui est en train d’agir. Il faut qu’il y ait des signes, des manifestations spirituelles, qui démontrent que c’est vraiment Dieu qui est en train d’agir. Cela rassure le peuple de Dieu et ceux qui suivent les choses. Donc, on a commencé à dire que les premiers signes sont la nouvelle naissance et le baptême du Saint-Esprit qui sont des expériences intérieures.

Quand Dieu travaille, Il commence d’abord par se manifester à l’intérieur de nous-mêmes avant de se déployer à l’extérieur. Si on veut aller dans les détails, on parlera de repentance, de justification, et ainsi de suite. Après cela, nous avons la manifestation de Dieu à l’extérieur. Et là, j’ai dit qu’il y a deux phases. Il y a le rassemblement des croyants comme ce dimanche où l’Esprit de Dieu peut se manifester à travers des prophéties, des parlers en langues, en lisant 1 Corinthiens 14. On a aussi des manifestations au-delà du rassemblement des saints. C’est-à-dire dans la mission si un serviteur de Dieu est en train de faire l’œuvre de Dieu : on peut avoir beaucoup de manifestations. On a pris des exemples dans Actes des apôtres, où un paralytique a marché, avec des malades qui ont été guéris, tout cela, ce sont des manifestations extérieures. Et ce sont les ministères qui, dans leur déploiement, accomplissent ces choses.

On a parlé un peu de toutes ces choses, pour que chacun de nous comprenne ce que c’est qu’un signe. Et je vous ai montré que les signes ne s’arrêtent pas à un malade qui est guéri par exemple, mais qu’il y a des signes qui touchent à l’édification du peuple de Dieu. C’est très important parce que les apôtres ont mis l’accent dessus. Après nous avons parlé de l’amour. Ceux qui manifestent les signes doivent le faire dans l’amour pour ne pas être rejetés, selon 1 Corinthiens 13. Que Dieu soit béni. Il y a eu beaucoup de choses à dire. N’oubliez pas les prédications.

On a évoqué aussi les jugements, parce qu’il y a des signes qui sont des jugements. Quand Dieu est quelque part, il ne donne pas seulement des signes pour édifier, mais Il donne aussi des signes de jugement. Ça c’est la mort. Et je vous ai donné le cas d’Ananias et de Saphira, également des fils d’Aaron qui ont été consumés par le feu de l’autel. Il y a beaucoup de choses qu’il faut prendre en compte.

Maintenant ce matin, nous parlerons de comment éprouver les signes. Comment se rendre compte que les signes qu’on voit viennent de Dieu. C’est très important de le savoir, parce que le fait de discerner les signes nous met à l’abri de beaucoup de choses. En effet, Si le signe vient de Dieu et que quelqu’un dit que c’est l’œuvre du diable, il court un risque grave. Si le signe ne vient pas de Dieu et que tu dis qu’il vient de Dieu, ça te fait aussi un problème. Et ce qui est grave, c’est de commettre le péché contre le Saint-Esprit, un péché que Dieu ne pardonne pas. Donc tu seras conduit en enfer, sans t’en rendre compte. Tu seras frappé par un esprit d’égarement.

La bible dit que tu reçois un esprit d’égarement parce que tu n’as pas cru dans l’Esprit de vérité. Donc tu vas croire au mensonge, dans la séduction d’un démon et tu seras conduit à la perdition. Maintenant, si le signe ne vient pas de Dieu et que tu dis que ça vient de Dieu, tu cours toujours le risque d’être séduit par le diable. Mais celui qui est séduit peut revenir alors que celui qui a commis le péché contre le Saint-Esprit ne peut plus revenir parce que la bible a établi que c’est la mort, c’est le seul péché qui conduit à la mort. C’est le seul péché que Dieu ne pardonne pas. Tous les péchés conduisent à la mort pour celui qui ne se repent pas. Mais dès l’instant où la repentance peut te ramener à la vie, ça veut dire que tu as une grâce pour ne pas mourir. Cette grâce n’existe pas pour le péché contre le Saint-Esprit. Une fois que tu le commets, il n’y a pas de pardon, c’est la séparation d’avec Dieu.

Il a dit que ça ne te sera pas pardonné ni dans le siècle présent ni dans le siècle à venir. Ça veut dire que même si tu parviens au jugement de Dieu, où tu pourrais avoir des grâces de pardon, ce n’est pas possible. Donc si un chrétien ne doit pas faire quelque chose, c’est pécher contre le Saint-Esprit. C’est pour cela que nous devons être prudents dans le jugement. Il y a des frères qui jugent très vite ; ils parlent de ce qu’ils ne savent pas. Si tu as confiance en Dieu, et que tu sais avec quel Dieu tu marches, si tu connais l’état de sincérité de ton cœur, tu n’as pas à t’effrayer. Moi, les manifestations d’esprits ne m’effraient pas parce que je sais avec quel Dieu je marche, et Il connaît mon niveau de sincérité vis-à-vis de sa personne.

Il faut avoir un cœur simple pour marcher dans la simplicité. Si tu commets une erreur, avec toute ta sincérité, Dieu va te ramener parce qu’Il sait que tu l’aimes, Il sait que tu veux bien marcher. Il va te ramener. C’est pour cela que souvent, je vous fais faire des prières pour demander au Seigneur de nous ramener de nos mauvaises voies. Mais si tu dois juger l’Esprit de Dieu et que tu tombes sous le coup de ce péché, ta vie s’arrête comme celles d’Ananias et Saphira. Tu es déjà jugé et tu seras d’ailleurs ôté de l’Assemblée des saints. Les scribes et les pharisiens avaient rendu nul à leur égard le dessein de Dieu, en n’écoutant pas Jean-Baptiste et en ne se faisant pas baptiser par lui. Donc ils n’ont rien perçu de tout ce que Jésus a fait par la suite. C’est Paul qui, dans sa sincérité, a eu la grâce de Dieu. Que Dieu soit béni.

Je voudrais commencer par un élément très important : l’autorité. C’est tout à fait normal, que vous cherchiez à savoir si un signe qui est manifesté vient de Dieu ou pas. Par signe, on peut parler d’un ministère. Vous pouvez avoir un prophète sur la place par exemple, un apôtre, un pasteur. C’est-à-dire quelqu’un qui a fondé une mission, qui est en train de faire une œuvre, il a une église où tu veux aller. Tu dois chercher à savoir par quelle autorité spirituelle ce signe opère. Jésus a dit « J’ai reçu tout pouvoir dans les cieux et sur la terre » ; c’est ce pouvoir qu’Il a donné à ses serviteurs avant de partir. Donc à partir de ce moment, les serviteurs de Dieu opèrent, agissent sous une autorité qui les a appelés et pour laquelle ils travaillent. Donc si moi je dis que je suis apôtre, pasteur ou évangéliste, normalement, mon ministère émane d’une autorité.

Maintenant, il faut de savoir de quelle autorité il s’agit parce qu’il y en a deux ! Il y a l’autorité du Seigneur Jésus-Christ et il y a l’autorité de son ennemi. C’est pour cette raison que les scribes et les pharisiens ont posé la question à Jésus et, dans le contexte, c’était une question juste. Tu ne peux pas venir sur la place et commencer à prêcher, à guérir les malades, à chasser les démons, alors que tu n’as pas décliné par quelle autorité tu le fais ! Eux, ils étaient sous l’autorité du ministère de Moïse. Toute la classe des serviteurs de Dieu que Jésus a trouvés en place : scribes, pharisiens, docteurs de la loi, sacrificateurs, etc. Les Caïphe, Anne, ce sont des gens qui tiraient leur autorité de la loi de Moïse. C’est pour cela qu’ils ont dit qu’ils reconnaissaient Moïse car c’est par la loi que leur avait été donnée la sacrificature. Ils étaient des lévites donc, leur source c’est la loi.

Quand Jésus vient, Il n’est pas avec eux car ce n’était pas eux qui l’avaient établi, mais Il opérait. Souvent Il allait dans le temple, Il lisait la loi, Il prêchait et tout le monde voyait qu’Il travaillait : Il faisait une œuvre. Donc ils sont inquiets et se demandent par quelle autorité Il fait ces choses ? Qui a mandaté Jésus ? Quand Jean-Baptiste a commencé à œuvrer, ils ont envoyé vers lui des émissaires pour l’interroger. Frères, ce sont des questions normales et justes. Ils ont envoyé des gens lui demander qui il était. Donc si vous voulez éprouver un serviteur de Dieu, commencez par là. D’où vient son autorité ?

Jean-Baptiste a répondu ! Il a dit d’aller leur donner l’information qu’il n’était pas le Christ mais qu’il est la voix de celui qui crie dans le désert. À partir de ce moment, ils n’avaient qu’à vérifier dans les prophètes pour voir à quoi se référait cette écriture. Et les plus spirituels ont dû comprendre que Jean venait annoncer quelqu’un. Donc qu’est-ce qu’on fait ? On attend celui qui a été annoncé. A Jésus aussi ils lui ont posé la même question quand Il est venu. Quand ils l’ont interrogé il a su qu’ils n’avaient pas cru en Jean, il leur a alors retourné la question. « D’où venait l’autorité de Jean ? ».

Vous avez demandé à savoir d’où venait Jean, il vous a ramené à des prophéties et vous n’avez pas cru en lui. Vous me demandez maintenant par quelle autorité est-ce que j’agis mais vous, dites-moi par quelle autorité Jean agissait-il ? S’ils disent que Jean tenait son baptême de Dieu, pourquoi n’avaient-ils pas cru alors ? Jean et Jésus, se trouvaient sous la même onction : c’était l’onction d’Elie. Ils étaient impliqués dans la même prophétie. Si vous lisez Esaïe 40, vous verrez qu’il est question de Jean, de Jésus et même de nous, Église de la fin des temps. La bible dit « Parlez au père de Jérusalem ». Qui est Jérusalem ? C’est vous et moi, l’Épouse de Christ. Donc Jean était issu d’un plan. Par lui, Dieu avait commencé une nouvelle œuvre en Israël. Les baptêmes qu’il faisait, la prédication qu’il donnait étaient dans ce sens et c’est lui qui a dit aux gens : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ». Il a présenté le Seigneur.

Je vous parle de manière claire, selon ce qui est établi dans la bible. Celui qui dit qu’il est un homme de Dieu ne peut pas être sorti du néant. On ne sort pas du néant. Il y a toujours une autorité de laquelle on tient son appel, son ministère. Et le ministère ou l’appel doit procéder d’un plan, d’une vision spirituelle. Vous voyez quelqu’un qui se lève dans un quartier ou une ville, qui prêche, qui dit des choses et vous ne vous sentez pas orientés, conduits. Vous ne vous sentez pas dans un plan, dans un programme spirituel, vous ne voyez pas un BUT clair poursuivi, ça pose un problème. En fait, si l’appel s’inscrit dans un plan et dans une vision, ça veut dire qu’il poursuit un objectif. Dieu n’est pas un gamin qui se lève et qui s’amuse un moment et qui s’assoit gentiment après. Dieu agit par programme et par objectif. Et depuis la Genèse où il y a eu la chute, le programme de Dieu est d’amener l’homme à être repositionné dans sa divinité. Donc aujourd’hui, il y a deux esprits sur la place. Pour les discerner, ce n’est pas difficile frères ; surtout quand on a bien compris les 7 sceaux, la vision dans laquelle nous sommes engagés. Ce n’est pas compliqué de discerner si un signe vient de Dieu ou pas. Ça ne devrait pas être difficile, ça devrait être très simple. Beaucoup de gens peuvent s’égarer, mais quand même pas vous ! Et si c’est le cas, c’est que vous n’avez rien compris depuis le début.

Donc la question de l’autorité est très importante. Quand Jésus est venu, au moment où Il s’apprêtait à partir, Il a laissé l’autorité sous laquelle Il était placé à ses serviteurs et Il leur a donné des ordres, des instructions. Depuis lors, vous voyez que l’œuvre de Dieu poursuit un plan. Et tous ceux qui sont engagés dans ce plan-là doivent être dans l’objectif de Dieu. À la fin des temps, il y a aussi un programme qui a été déroulé par le Seigneur. Parce que l’esprit d’Elie qui avait animé Jean-Baptiste a été ramené par le Seigneur dans notre génération. Vous le savez très bien, n’est-ce pas ? On a expliqué ces choses.

L’œuvre de Dieu aujourd’hui procède de ce plan. C’est un cadre général qui a été tracé par le Seigneur dans lequel on rentre. Donc, on ne se lève pas pour commencer à manifester des signes. Aujourd’hui, n’importe qui se lève pour commencer à créer une église… C’est FAUX cette manière de faire. Je vous ai parlé des signes mensongers et je vous ai dit que ce sont des signes qui n’ont pas de voix. Ça veut dire que vous pouvez trouver quelqu’un qui opère des signes, mais qui n’a aucune VOIX, aucun MESSAGE qui suit ces signes. Le signe ne conduit pas à une Parole, à une orientation spirituelle, il n’y a rien. Si le signe ne t’oriente en rien ! Si le signe n’a ni BUT ni OBJECTIF spirituel, ce n’est pas un BON signe parce que cela n’apporte rien à ton édification et au programme de Dieu.

AUJOURD’HUI, Le signe doit s’inscrire dans le programme de Dieu : celui de la restauration, de la restitution, celui qui vise à replacer le croyant dans sa divinité originelle. Le vrai signe pour nous doit se trouver dans ce cadre-là. TOUT autre signe qui ne poursuit pas cet OBJECTIF a pour BUT à ce moment-là de nous détourner de ce que Dieu est en train de faire dans le Message. Car le signe ne peut pas se trouver dans un objectif qui est différent de l’objectif de Dieu. Quand le frère Branham est venu - le premier qui a été suscité dans ce programme du Seigneur, Dieu lui avait donné deux signes. Quand l’ange est venu, il lui a dit « Je te donne deux signes comme il a été donné deux signes à Moïse ». C’étaient des signes en rapport avec la prière pour les malades. Donc, il s’est comporté comme un évangéliste pendant des années. A ce moment, le signe n’avait pas de voix.

On parlait d’un évangéliste américain qui priait pour les malades. Il y avait des miracles, des guérisons, beaucoup de choses qui se passaient. On disait qu’il était un grand serviteur de Dieu. Il n’y avait pas de voix ! Si moi je viens ici et que je vous exhorte sur la foi en disant : « Croyez à votre miracle, à votre guérison, croyez ceci, croyez cela », je donne des paroles d’exhortation, je prie pour les malades, ils sont guéris et c’est tout ! C’est fini. Il n’y a pas de message, pas d’orientation spirituelle pour le Royaume de Dieu. Or l’orientation spirituelle se trouve dans le message prophétique. Un évangéliste ne donne pas d’orientation spirituelle, un pasteur non plus. Quant au docteur, il enseigne. L’évangéliste appelle les âmes à venir à Jésus-Christ, il prie pour les malades. Le pasteur travaille à faire manifester le message biblique, la vie de Christ, dans la vie des croyants. Mais le prophète, prêche pour donner une orientation spirituelle au peuple de Dieu. C’est lui qui déroule le plan de Dieu, qui trace le cadre. Donc, quand le frère Branham était évangéliste, il n’y avait pas tout cela. Et au début des années 60, Dieu a commencé à donner de la voix aux signes. C’est-à-dire qu’Il a commencé à donner des enseignements vraiment prophétiques qui devaient nous ramener au fondement originel de la foi.

Il a commencé par la Genèse, quand il y a eu la chute d’Adam et Eve. Un ange a parlé au frère Branham à ce sujet. Il lui a dit à quel moment le serpent a rencontré Eve et à quel moment Eve a parlé avec son mari Adam. Aucun homme de Dieu n’était dans le jardin, mais c’est Moïse qui a écrit la Genèse : comment est-ce qu’il a pu savoir tout ça ? C’est Dieu qui lui a parlé sur la montagne. Il a fait 40 jours sur la montagne ! C’était pour tout cela. Les gens ont commencé à se demander ce qu’il faisait mais Dieu était en train de lui montrer ce qui s’est passé avant qu’il ne soit là. Il lui a tout montré et il a écrit cela pour nous.

Les prophètes peuvent être ramenés dans ce qui s’est passé avant. Souvent frère Branham avait des visions sur des gens adultes, quand ils étaient petits. C’est Dieu qui le fait. Donc lorsqu’il a commencé à expliquer les écritures prophétiques pour donner le Message, les gens ont commencé à se retirer. Et c’était juste car, quand la Parole de Dieu sort elle sépare, sinon ce n’est pas la Parole de Dieu !

Vous êtes dans un groupe et il y a une parole qui sort et qui met tout le monde d’accord, c’est que ce n’est pas la Parole de Dieu. Il y a quelque chose qui ne va pas. Si c’est vraiment la Parole de Dieu, quand elle va sortir, elle va toujours séparer ! Aussi quand ils ont commencé à déserter, c’était une preuve que Dieu avait donné une voix aux signes. C’est de cette manière que le prophète s’est distingué parce qu’avant il était confondu à tous les autres évangélistes. Quand il est entré dans son ministère prophétique, il est d’abord devenu un signe parce qu’il s’est distingué des autres par la Parole. Ils ont commencé à voir en lui quelqu’un qui n’était pas normal.

Mais c’est un message d’appel à sortir des dénominations, donc ça ne pouvait pas avoir l’adhésion de tout le monde. D’où sortons-nous ? On sort de Babylone, des églises organisées par les hommes pour entrer dans la plénitude du Saint-Esprit. Vous voyez frères. Si tu veux juger un signe, il faut prendre en compte tout cela. Le prophète a déposé une vision prophétique et plusieurs serviteurs de Dieu ont été suscités dans cette vision prophétique. Donc un ministère est toujours fondé sur une autorité, sur une vision prophétique, sur un appel. Un Ministère s’inscrit toujours dans un plan de Dieu. Tu ne peux pas être serviteur de Dieu sans être inscrit dans un plan de Dieu. Ce n’est pas possible ! Non frères !

Moi, j’ai compris ces choses après. Et j’ai compris pourquoi il y a beaucoup de gens qui sont dans des œuvres qui ne conduisent nulle part ; Il n’y a pas de BUT. Un ministre de Dieu est toujours suscité dans une Mission divine, dans un plan ou un programme de Dieu. Abraham, Isaac et Jacob étaient dans un programme de Dieu. Je les appelle « les prophètes de la promesse » parce que Dieu, par eux, a fait des promesses à l’humanité. Après vous avez Moïse et Josué comme « prophètes de l’accomplissement de la promesse ». Ils étaient dans un programme qui datait du temps d’Abraham ! Quand Dieu a appelé Moïse, Il lui a rappelé une promesse qu’Il avait faite à Abraham et qu’Il a rappelée à Isaac et à Jacob et Dieu s’appelle le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob parce que par eux, Il a réitéré Ses promesses aux enfants d’Israël et à toute l’humanité ! C’est pour cela qu’Il a dit à Abraham : « ta postérité sera comme le sable de la mer ». Il ne s’agit pas uniquement des juifs dans la chair.

Quand Moïse fut appelé, sa mission était d’envoyer les enfants d’Israël dans la terre promise. Il a fait ce travail avec Josué mais Dieu lui a donné la loi pour le peuple d’Israël. Et dans la même loi de Moïse, Dieu dit : « Je susciterai du milieu de vous un prophète », parlant de Jésus qui allait accomplir le volet spirituel des promesses qui ont été faites à Abraham, Isaac et Jacob : Il s’agit du rachat de l’humanité. Donc tout est dans un plan.

Et après Jésus, par la prédication des douze apôtres qui avaient été choisis, d’autres sont venus à la foi et ont été conduits dans le même plan. Donc tu ne peux pas être serviteur de Dieu et ne pas être dans un plan. Le plan est d’abord un plan général de salut et, à l’intérieur de ce plan, il y a un programme spécifique. Ce que j’appelle programme spécifique, c’est le programme lié à la sélection de l’Épouse dans notre génération. C’est un programme spécifique dans un grand plan. Le message a été adressé à un groupe d’individus comme on l’a vu au temps d’Esther : Les jeunes filles sont venues au palais où il devait y avoir la sélection d’une épouse pour le roi Assuérus. Le travail que nous faisons est inscrit dans ce programme spécifique. À partir de ce moment, quand des prophéties sortent, quand des ministères sont appelés, observez. Si un frère dit qu’il est engagé dans l’œuvre qu’on est en train de faire, qu’il a été suscité comme serviteur de Dieu dans le message du temps de la fin et par la suite dans le Cri de Minuit, observez son ministère. Écoutez les paroles qui sortent de sa bouche et cadrez-les. Alors vous verrez si ça tient ou pas ! Il faut d’abord amener le signe dans la vision spirituelle qui a été donnée au départ ; c’est par-là que ça commence. Amen !

Si un frère me dit aujourd’hui qu’il est un prédicateur du message du temps de la fin, je n’ai aucun souci. Mais quand je vais l’écouter, je vais amener ce qu’il prêche dans la vision spirituelle du message pour voir si ça vient de Dieu ou pas, parce que je connais la vision spirituelle du message. Quand un monsieur comme Kacou Philippe dit qu’il est le Cri de Minuit, mais ce n’est pas compliqué ! Il faut amener ce qu’il prêche et les révélations qu’il a reçues dans le cadre du Message du temps de la fin, dont la MATRICE a été déposée par le ministère du frère Branham. Il faut voir dans la matrice si cela tient ou pas parce que le Cri de Minuit s’inscrit dans la Vision du Message du temps de la fin. Si cela ne tient pas, c’est que c’est faux. Aujourd’hui, il y a d’autres groupes qui prêchent : on les appelle « la voix de la révolution chrétienne ». Ils se réclamant d’un certain Agodio. En 2006, je suis allé avec Kadjany dans leur église. On nous avait invités à une veillée de prière. Ils m’ont donné la chaire, j’ai prêché et, connaissant leur esprit, je sais ce que j’ai dit. Mais il y a une matrice qui est là où il faut amener les signes. Quand nous y étions, je n’ai rien vu de chrétien du début à la fin. Je ne parle même pas du message, d’abord je parle de la foi chrétienne. Je n’ai rien vu de chrétien ! L’atmosphère spirituelle n’avait rien du Saint-Esprit, rien de chrétien. On ne comprenait même pas les termes utilisés dans la parole, les prières aussi, les cantiques… Nous étions étrangers ! Nous ne savions pas de quoi ils parlaient, ni ce qu’ils faisaient.

Avant même qu’on parle du message, il faut d’abord cadrer cela avec l’évangile de façon générale pour voir. Et aujourd’hui, ils sont en train de prêcher qu’avant de prendre une femme il faut d’abord la « goûter », qu’un chrétien doit boire, se marier à plusieurs femmes, ainsi de suite… Le diable se dévoile frères et sœurs. Ils occupent les rues, ils parlent beaucoup. Et ne pensez pas que c’est une attaque dirigée ailleurs ! C’est contre l’œuvre de Dieu que c’est dirigé, c’est contre vous et moi. C’est une profanation de la foi chrétienne. Mais ne vous en faites pas, nous allons répondre. Amen. C’est le combat de Jannès, Jambrès et Moïse. Il y a une prophétie qui l’a dit : Paul a dit qu’à la fin des temps, de la même manière que Jannès et Jambrès se sont opposés à Moïse et à la vérité, il y aura des Jannès et Jambrès qui vont s’opposer encore à la vérité aujourd’hui. Et ils lancent des défis : que quelqu’un vienne démontrer que ce qu’ils sont en train de dire est faux. Ils mentent du début à la fin et ils pensent qu’il n’y a pas d’autorité pour leur démontrer que ce qu’ils sont en train de dire est faux ! Mais chaque chose en son temps frères et sœurs. Ce sont des mensonges ! Et il y en a plusieurs qui prêchent le mensonge.

Vous devez savoir que lorsqu’il s’agit d’éprouver un ministère, il faut le mettre dans le cadre général du plan de Dieu. On commence par-là d’abord. Si quelqu’un dit « Je suis prophète », il n’y a pas de problème : Gloire à Dieu si tu es un prophète. Maintenant qu’est-ce qu’il dit en tant que prophète ? Car un prophète, je vous le rappelle, a un message de la part de Dieu. Quand il prêche, on doit percevoir clairement un message dans ce qu’il dit ; un message adressé au peuple de Dieu. Pas un message confus, qu’on ne comprend pas, mais un message qui est clair ! Si ce n’est pas le cas, c’est que ce n’est pas un prophète. Un prophète qui vend des huiles d’onction, qui lave les gens au bord de la mer, ou qu’on consulte comme un marabout n’en est pas vraiment un… Est-ce que vous avez vu cela dans la bible ? Non, ça n’existe pas ! Ce sont des faux prophètes. Un prophète qui ne prophétise que sur les voyages à l’étranger, sur les mariages, sur tout ce qui est lié à la vie sociale dans ce monde… l’argent, les voitures, les maisons, la prospérité matérielle, est faux ! Parce que tu ne peux pas prendre tout cela et le cadrer sur le ministère d’Ézéchiel, de Jérémie ou d’Esaïe ! Ils ne faisaient pas ces choses ! Tu ne peux pas faire cela ! Aucun prophète dans la bible n’avait de tels agissement !

La foi c’est l’adhésion. Un prophète qui dit que Dieu l’a envoyé et qui te force à croire dans son message est un faux prophète. C’est un faux prophète ! On ne prend pas des fusils ou l’épée pour amener les gens à croire dans un message prophétique. Le djihad ne vient pas de Dieu. Quand un prophète prêche, l’esprit qui s’est révélé à lui devrait pouvoir convaincre ceux qui l’écoutent. S’ils ne peuvent pas croire de cette manière-là et que c’est par les fusils, alors c’est faux ! C’est un faux prophète, il ne vient pas de Dieu. Au nord de la Côte d’Ivoire, comment l’Islam est entré ? C’est Samory Touré qui a obligé nos parents à croire à l’islam. Il n’y a pas eu d’adhésion selon le principe de la foi et de la révélation ! Ils sont devenus musulmans par la force. Ce sont les colons qui l’ont pris et qui l’ont amené au Gabon en prison.

Si tu es en train de tuer l’enfant d’une femme sous ses yeux, elle va devenir musulmane ! Je deviens musulman pour épargner mes enfants ! Frères et sœurs, on a beaucoup de choses à dire. Mon cœur est devant Dieu, je le prie seulement de m’aider. Nous allons renverser le monde avec le vrai Évangile. Ça ne sera pas facile, parce qu’il n’y a que deux adversaires : il y a Jésus et les autres. Si tu es de Jésus, ça va se savoir et si tu es des autres, ça va se savoir aussi.

Quand Martin Luther a reçu la vérité, l’Allemagne avait des problèmes. Toute l’Europe avait des problèmes. Le pape avait des problèmes. Ah oui ! Si vous rencontrez un musulman, qui vous parle et qui veut vous convaincre de sa foi, posez-lui cette question : Pourquoi c’est par les armes que votre prophète a amené les gens à croire dans sa révélation ? Posez-lui la question et vous allez entendre la réponse qu’il va vous donner. La foi, c’est l’adhésion. Tu as expliqué, on a compris et on a cru. On a accepté alors on marche. Et c’est comme cela que l’Esprit de Dieu se comporte parce que c’est un Esprit de liberté. Donc un prophète qui va t’obliger, t’effrayer, te soumettre par les armes n’est pas de Dieu.

La bible dit de ne pas ajouter foi à tout esprit. Ce n’est pas parce qu’un signe s’est manifesté qu’automatiquement on va dire que ça vient de Dieu. Il faut éprouver les signes ! Et l’épreuve commence quand le doute entre dans notre cœur. Sinon quand il n’y a pas de doute, il n’y a pas besoin d’éprouver. Si une prophétie sort et que cela trouble l’église, on doit l’éprouver. Sinon tant que cela nous édifie, que nous savons que ce sont des paroles qui sont venues pour nous exhorter, nous encourager, nous reprendre sur des comportements qui ne sont pas bien, il n’y a pas de problème. Mais si une prophétie vient troubler la quiétude de l’église, nous sommes obligés de l’éprouver. On commence à éprouver quand il y a un problème, pour savoir si c’est l’Esprit de Dieu qui a parlé ou pas.

Donc pour les critères, il y a cela. Maintenant vous allez voir que dans 1 Corinthiens 14, Paul a mis l’accent sur les dons de prophétie et du parler en langues. Pourquoi a-t-il fait ainsi ? Parce que ce sont ces deux dons qui se manifestaient régulièrement dans les rassemblements. Ces dons sont destinés à l’édification de l’église de manière régulière. Ils se manifestent publiquement et édifient l’église. Ce sont les plus fréquents et les plus importants en termes d’édification. Par exemple, un don de connaissance peut venir de manière ponctuelle pour quelqu’un et c’est tout. Le discernement c’est la même chose. Mais les prophéties ont plusieurs vocations et je l’ai déjà expliqué ici.

Les prophéties ont vocation d’édifier, c’est-à-dire prendre part à la construction de l’esprit. Notre cœur est une maison spirituelle qu’on bâtit au fur et à mesure. Donc la prophétie vient pour participer à la construction et j’ai dit que la prophétie telle qu’elle a été décrite dans 1 Corinthiens 14 est un soutien au ministère pastoral. Vous devez comprendre cela frères et sœurs. N’ayons pas des pensées religieuses, nous n’en avons pas besoin. Le don de prophétie, tel que Paul l’a décrit, c’est un don qui vient pour participer à l’œuvre pastorale. Car les prophéties en question exhortent, reprennent, encouragent, consolent, instruisent le peuple de Dieu.

Vous devez le comprendre. On appelle cela prophétie tout simplement parce que ça sort de la bouche d’un frère ou d’une sœur qui a un don de prophétie : c’est tout. Actuellement, je suis en train de prêcher. Vous n’allez pas dire que je suis en train de prophétiser. Pourquoi ? Est-ce que les paroles qui sortent ne sont pas des paroles inspirées ? N’est-ce pas le même Saint-Esprit ? Mais vous ne direz pas que je suis en train de prophétiser. Je suis en train de prêcher. L’Esprit de Dieu travaille de plusieurs manières. Quand Il utilise des prédicateurs, ils prêchent et même en prêchant ils peuvent prophétiser. Mais ils prêchent ! Quand c’est le temps de chanter, n’y a-t-il pas des paroles inspirées dans les cantiques qu’on chante ? Ce sont des prédications ! Le chantre est un prédicateur. Et quand nous sommes en train de chanter, le chantre et l’église ensemble, nous sommes en train de prêcher. Et nous nous prêchons à nous-mêmes.

Quand tu te laisses vraiment instruire par les paroles de la chanson, tu es édifié. Et regardez les cantiques de notre frère Christophe. Vous ne voyez pas que ce sont des cantiques qui sont inspirés de la vision du Message ? Pour dire que c’est le même Esprit ! Maintenant, si des frères et sœurs reçoivent des dons de prophéties au milieu de nous, comment vont-ils prophétiser ? Ça ira dans la même orientation ! Ça ne donnera pas un autre cadre ni un autre son. Je me souviens quand notre sœur Victoire a reçu le don de prophétie, ses prophéties étaient des prophéties de combat spirituel. Ça a été le cas jusqu’à aujourd’hui. Les plus anciens sont là, ils peuvent témoigner. C’est devant nous que son don a commencé. Ses prophéties sont toujours dans un cadre, dans une orientation jusqu’à aujourd’hui, depuis 2007.

C’est cela qui prouve que ça vient de Dieu. Lorsqu’on vient à l’Assemblée et que vous entendez les prophéties, écoutez bien. Il ne faut pas les banaliser mais prenez les dons de prophéties simplement. Il y a des frères qui ne comprennent pas cela. Ils ne prennent pas les choses simplement, ils veulent les mettre dans un cadre à eux. Moi je ne vois pas les choses de cette manière. Paul dit dans 1 Corinthiens 14 verset 26 :

26 Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification.

Quand le culte est en train de se dérouler, un frère peut être inspiré et avoir sur le cœur de chanter un cantique. Paul dit : qu’il apporte le cantique. Et quand ce frère entonne son cantique, tout le monde chante avec lui si on connait le chant. Et c’est normal, c’est spirituel. Dans la première église, c’est comme cela que les choses se passaient, car le cantique que le frère est en train de chanter a une place dans le culte qui se déroule. Et souvent, ce sont des cantiques qui suscitent l’onction, parce que celui qui chante est sous l’onction, donc le cantique se répand et ça suscite l’onction. Ou bien il est train de chanter pour se libérer, pour être reconnaissant à Dieu.

Un frère peut aussi avoir une instruction. Qu’est-ce que c’est qu’une instruction ? ça veut dire que ce frère a reçu de Dieu quelque chose, une parole. Il peut l’apporter, on ne peut pas le retenir, il a le droit de l’apporter. Il est inspiré, il a une parole, il doit l’apporter à l’église ! Ensuite on a la révélation. Un frère qui a un don de prophétie peut recevoir des paroles et quand il les libère, ça participe au culte, à ce qui est en train de se faire. C’est sa manière à lui de prendre part au culte selon le don qui lui a été donné. C’est ce qu’il manifeste. Pendant que je prêche, j’exerce mon ministère. Là, je suis en train de faire ce pourquoi Dieu m’a placé ici.

Si un frère a des inspirations pour chanter, qu’il chante ! Il est en train de faire sa part. Chacun de nous a sa part à faire. Donc il ne faut pas banaliser les choses. Seulement, tout doit se faire dans l’ordre. Et il faut sortir de l’esprit du jugement. Quand on fait le culte on ne doit pas se stresser, frères. Soyez libres ! Quand le culte se passe, suivez la ligne, suivez le développement par l’Esprit. Écoutez tout. C’est très important d’écouter ! Amen.

Souvent, nous avons d’autres pensées. On pense que quand une prophétie est donnée, c’est Dieu qui a parlé et pour les autres services, ce n’est pas Dieu. Ce n’est pas comme cela que les choses se présentent. C’est un don qui s’exprime. Il faut prendre ça comme faisant partie de la prédication. Donc ici, Paul est en train d’énumérer ce qui se passe. Quelqu’un peut parler en langues parmi nous et quelqu’un d’autre donne l’interprétation. On l’a déjà vécu ici. C’est le culte qui se déroule de cette manière. En leur temps, c’est comme ça que le culte se déroulait. Quand l’Esprit de Dieu est là, Il inspire les uns et les autres et les différents dons sont mis à contribution. C’est ainsi qu’est le culte chrétien normal.

Un frère peut recevoir un cantique, il chante, un autre peut avoir une prophétie ou un message, il le donne, un autre a l’inspiration pour la Parole, il prêche, ceux qui jouent avec les instruments aussi, jouent avec les instruments. Le culte se déroule comme ça. C’est simple, il faut prendre les choses simplement. Ce matin nous sommes venus, il y a des paroles qui ont été dites. J’ai noté « vous êtes des dieux » ; ça c’est une prédication qu’on a entendue à Arrah, mais ce n’est pas du passé ! Quand la Parole dit que vous êtes des dieux c’est par rapport à l’avenir ! Parce qu’au moment où on écoutait cette parole il y a plus de cinq ans, nous n’étions pas encore à ce stade.

Un dieu, c’est un homme spirituel, un homme qui a atteint la maturité spirituelle, ou bien il est destiné à cela à cause de la parole qu’il a reçue et à cause de sa position. Jésus l’a dit ! Votre livre a appelé dieux, ceux qui ont reçu la Parole. Nous sommes des fils de Dieu ! Nous sommes des dieux. Et ce sont les fils qui doivent grandir pour arriver à la maturité. Il y a une autre prophétie qui a donné un message sur le fils. Jésus était le fils de Dieu et pris dans un ensemble, nous sommes fils. Quand l’écriture a dit « J’ai appelé mon fils hors d’Égypte », je vous ai dit qu’il y avait trois accomplissements de cette parole. Le dernier accomplissement, c’est vous et moi, notre génération. Amen.

Donc il faut écouter les prophéties, il faut faire attention à tous les dons dans l’église. Il a été question des fardeaux dans une prophétie. Si toi tu portes tes propres fardeaux, tu vas t’écraser ! Tu vas mourir ! Donne tes fardeaux à Jésus et prends Son fardeau qui est léger. Son fardeau est léger : c’est le souci de son œuvre, le souci de ta propre foi, de ta vie intérieure. C’est cela qui doit être ton souci. Et ça, ce sont des fardeaux légitimes. C’est ce qu’il faut porter. Je me souviens, il y a quelques années, j’ai parlé de cela ici : « le fardeau légitime ». C’est un fardeau juste. Nous sommes venus au Seigneur pour porter son fardeau, ses préoccupations. Maintenant lui en retour, Il s’occupe de nos affaires ! Il s’occupe de ce qui nous concerne.

Mais quand tu laisses son fardeau pour porter le tien, ça va t’écraser. Tu ne peux pas porter ! « Qu’est-ce que je vais manger, qu’est-ce que je vais boire, qu’est-ce que je vais vêtir, quel sera mon avenir, celui de mes enfants, etc. », et ainsi de suite. Ça, ce sont des soucis qui écrasent. Ça tue ! Tu ne peux pas gérer cela. Et l’écriture dit dans Matthieu 13 que celui qui veut gérer ce genre de soucis n’aura pas de progrès dans sa foi. La Parole qu’il a reçue ne portera pas de fruits en lui parce qu’il y a beaucoup de mauvaises herbes autour. C’est la Parole de Dieu !

La vocation de la prophétie c’est l’édification de la vie intérieure, de l’homme spirituel. Et dans les détails, elle exhorte le peuple de Dieu, encourage et console. C’est ce que Paul a dit ! La prophétie dévoile les problèmes, les secrets des cœurs, elle peut également prédire des événements. Il y a beaucoup de choses, frères et sœurs. Donc ça participe à l’œuvre pastorale, c’est-à-dire qu’il fait paître le troupeau de Dieu. C’est ce que la bible dit. Quand vous recevez des prophéties, comme ce sont des signes que nous devons éprouver pour voir s’ils viennent de Dieu, Il faut voir si ces prophéties entrent dans ce cadre dont nous parlons : celui de l’édification, de la consolation, de l’exhortation, etc.

Il y a des églises où aucune prophétie ne reproche quoi que ce soit au peuple de Dieu. Des églises où vous n’entendrez pas de reproches aux gens. Ils sont assis là, tranquillement, en paix ! Du coup, qu’est-ce que ça veut dire ? C’est une église où il n’y a pas de problème ! Oui, ils sont parfaits, ils sont arrivés à la perfection. Mais c’est faux ! Ce sont des églises suspectes. Sinon, un endroit où Dieu se trouve, Il te fera toujours des reproches sur vos relations. Amen !

C’est ce que Dieu fait. Quand nous sommes à la maison avec nos enfants, n’est-ce pas ce que nous faisons ? A la maison, on observe le comportement de nos enfants et on les corrige ! Un père qui ne reprend pas ses enfants est un mauvais père. Et c’est ce que Dieu fait, c’est normal. La prédication reprend ! Et la prophétie a pour vocation de reprendre le peuple de Dieu, de le ramener toujours dans la bonne voie, de taper là où ça ne va pas.

Donc mes chers amis, si vous entendez des prophéties, que ce soit ici ou ailleurs, cherchez à vérifier si elles remplissent ces différentes fonctions dont on parle : édifier, encourager, consoler, reprendre, dénoncer, dévoiler, prédire, instruire ! Et pour la dénonciation, la prophétie doit être claire. Quand on parle de dénonciation, c’est dire ou dévoiler quelque chose qui est caché. Dieu n’est pas un homme pour venir balbutier et aucun esprit ne se trouve au-dessus de l’Esprit de Dieu. Donc si quelqu’un a fait quelque chose et que Dieu veut le dévoiler, Il va le lui dire clairement. Amen.

Quand Acan a volé, qui l’a vu ? Personne, c’est Dieu qui l’a vu ! Quand Il voulait le dévoiler, ils ont appelé toutes les tribus d’Israël, Dieu a désigné une tribu et ils ont mis les 11 autres de côté. Dans la tribu, Il a désigné une famille et les autres familles ont été mises de côté. Dans la famille aussi, Dieu a désigné une maison. Après la maison, Acan a été désigné. Vous voyez ? Et Acan ne se dévoilait pas. Il ne disait rien. Si tu ne dis rien, Dieu continue. Il vient vers toi. Mais est-ce que Dieu avait commencé par dévoiler Acan ? Non ! Quand Il a désigné la tribu, et après la famille, Acan aurait déjà dû se dire qu’apparemment le doigt de Dieu était en train d’aller vers lui. Mais il n’a rien dit jusqu’à ce qu’on arrive sur sa maison.

Voilà un exemple biblique qui est clair. Donc dans cette église, si jamais une prophétie sort pour dénoncer quelque chose, si elle dit « il y a des gens qui font ceci ou cela », il n’y a pas de problème tant que ce sont « des gens ». Il n’y a pas de problème parce que ces gens se connaissent donc c’est à eux de mettre de l’ordre. Si la prophétie désigne un individu, cela doit être clair et incontestable. Si cela créer des contestations c’est que c’est faux : cela devient la parole du prophète contre celle de celui qui a été dénoncé. Et dans un conflit comme cela, Dieu ne reste pas sans réagir ! Il va agir. S’Il n’agit pas, c’est que la prophétie est fausse. Donc, quand Dieu dénonce un problème, un péché, c’est précis, car Dieu peut désigner nommément les fautifs. Dans un premier temps, ça commence de manière générale, mais après, on en vient à des noms précis.

Donc dans les cas de dénonciations, il y a des exemples dans la bible. Vous allez voir que, concernant Acan, quand Josué est allé parler à Dieu, Il ne lui a pas dit que c’est Acan qui a péché, mais Dieu lui a dit : Israël a péché. Peut-être que Josué a été effrayé, mais Dieu a fini par désigner Acan. Ce qui m’a quand même choqué dans cette histoire c’est qu’Acan et sa famille ont été tués. Vous voyez ? Ils ont été tous tués. Dieu n’a pas dit de l’extirper lui seul, non ! Lui, sa femme et ses enfants ont été tués. Ça m’a troublé. Mais vu que l’interdit était enterré dans la maison, certainement qu’ils ont vu quand le père a ramené cela. C’est comme Ananias et Saphira, les deux se sont entendus pour tromper les frères et le Saint-Esprit. La complicité dans le mal, ce n’est pas bon. Et il y a des sœurs comme cela qui couvrent leurs maris. Il fait des choses qui ne sont pas bien et on le cache. Vous voulez que ça reste entre vous, d’accord mais vous allez mourir avec ça ! Si tu aimes ton mari ou ta femme, il faut dénoncer le mal à un moment donné ! Il ne faut pas toujours te rendre complice des mauvaises choses. Que Dieu soit béni.

Il a aussi été question du temps dans une prophétie : « Le temps est court ». C’est une exhortation. Le temps est court, ça veut dire beaucoup de choses. Si c’est par rapport à l’année, le temps est court, si c’est par rapport à une œuvre que Dieu veut faire, le temps est court. Et il ne faut pas se séduire soi-même, se tromper soi-même par de faux raisonnements, par des choses qui n’existent pas, qui sont dans le vent. Un chrétien n’est pas comme cela. Un chrétien est un homme responsable. Amen.

Il faut qu’on soit responsables frères et sœurs. Tout à l’heure j’ai fait venir les deux enfants à cause de cela. Un petit à qui on peut imposer des choses est différent de quelqu’un qui est grand, à qui on ne peut rien imposer. Et Dieu n’impose pas les choses à ses enfants. Dieu est quelqu’un qui aime l’adhésion. Il aime qu’on accepte de faire parce qu’on croit. C’est comme ça que Dieu fonctionne avec nous. Quand tu as de l’âge dans la foi, il ne faut pas penser que Dieu va venir t’obliger à faire quelque chose. Il ne va pas t’obliger. C’est ta décision qui va te sauver ou te délivrer ! Quand on atteint un certain niveau de foi, n’attendez pas que Dieu vienne nous imposer quoi que ce soit. Il ne faut pas prier dans le sens de dire à Dieu de venir faire quelque chose sans ton consentement ou bien sans ton avis. Ça n’existe pas ! Où est-ce que vous avez vu cela ? Depuis que vous êtes chrétiens, ou bien quand vous lisez la bible, vous avez déjà vu Dieu délivrer quelqu’un sans son consentement ? Ça n’existe pas ! Quand quelque chose n’existe pas, il ne faut pas vouloir l’amener. Et quand tu pries, ne fais pas de prière sans issue. Parce qu’il y a des prières sans issue. « Seigneur, ne tiens pas compte de ma volonté ». Pourquoi tu ne veux pas que Dieu regarde à ta volonté ? Ce sont des prières qui n’ont pas de sens. Justement c’est ta volonté que Dieu regarde ! Tu veux qu’Il regarde à quelle volonté ?

J’espère que je me fais comprendre. Il ne faut pas prier de cette manière. C’est ta volonté que Dieu regarde. Ce que tu veux, c’est ce que Dieu fait. Ne demande pas à Dieu de ne pas regarder à ta volonté. Dieu va te juger par rapport à ta volonté ! Si ta volonté disparaît et qu’elle n’existe plus, Dieu ne peut plus te juger ni te condamner. Est-ce qu’au Tribunal on peut condamner un fou ? Non ! C’est pour cela qu’on fait des analyses psychiatriques aux détenus pour voir s’ils sont raisonnables, s’ils sont responsables des actes qu’ils posent. Dieu ne peut pas faire quelque chose avec toi sans tenir compte de ta volonté. Un chrétien est un homme responsable.

Les actes que nous posons, nous les posons de manière responsable. Tu as un enfant de 20 ans ou 25 ans et parce qu’il est encore sous ton toit, tu vas lui imposer ta volonté ? Non ! Pas à cet âge, parce qu’il est grand ! Et il y a des frères qui veulent imposer la question de la foi à leurs enfants. C’est quand ton enfant est petit que tu peux lui faire cela. C’est dès l’enfance qu’il faut l’amener à l’église. La bible dit qu’il faut l’amener pour qu’il écoute la Parole de Dieu, afin qu’au moment où il sera en âge de prendre une décision, il prenne la bonne décision. Mais souvent, il y a des parents qui attendent le moment où l’enfant est en mesure de prendre une décision pour vouloir lui imposer la foi. C’est déjà trop tard. En ce moment, il est dans une phase de récolte, c’est-à-dire que c’est le moment de récolter ce qui a été semé en lui quand il était petit. Donc ce n’est pas maintenant que tu vas semer ! Non.

Donc vous qui laissez vos enfants à la maison, il ne faut pas attendre 12, 13 ou 14 ans pour l’obliger à venir à l’église. C’est quand il était petit que tu devais le faire venir, pas maintenant. Un enfant qui grandit dans l’église, normalement il devient chrétien. Quelqu’un qui depuis sa naissance entend la Parole de Dieu devient chrétien ! Même s’il s’égare par moment, il va revenir parce que la semence de Dieu est en lui depuis le début. C’est comme ça. Un enfant est un terrain fertile où tu peux semer beaucoup de choses. Mais il y a un âge où ce n’est plus possible. Souvent on entend des prophéties qui disent « soyez des enfants ». Il y a des frères qui ne comprennent pas. Jésus a dit cela dans la bible, « soyez comme ces petits enfants ». Il faut que votre cœur soit dans une situation où on peut semer quelque chose qui va pousser demain. Avec Dieu, on ne joue pas aux durs ! Ce sont des paroles d’exhortation et d’édification. Mais il y en a qui ne comprennent pas.

J’ai fait transcrire les prophéties qui ont été données pendant la Convention de Lakota. C’est toute une brochure. Il y a des frères qui mettent en doute les prophéties au lieu de les lire avec attention pour voir si ça exhorte, encourage, reprend, console ou instruit : mais il faut lire… Est-ce qu’un démon peut te dire de te repentir, de revenir au Seigneur ? Quand vous lisez la bible, avez-vous déjà vu ça ? Même si on suppose que Satan s’est égaré, vous pensez qu’il va vous exhorter à la repentance ? Satan va vous demander de prendre soin de vos enfants ? De ne pas les abandonner dans les mains de la télévision où se trouvent assez de monstres pour les posséder ?

Toutes les stars sont à la télévision. C’est un moyen de possession des enfants ! Et le diable viendra vous dire de ne pas laisser vos enfants être enseignés par la télévision ! Même si le diable s’est égaré, il ne fera jamais quelque chose pour vous édifier, pour vous mettre en garde, pour vous encourager dans la foi. Jamais ! Pourquoi va-t-il le faire ? Quel avantage a-t-il à nous exhorter quand on se réunit ? Frères, il faut qu’on se pose les vraies questions. Il y a des gens qui ont dit que Jésus chassait les démons par Belzébul. Jésus leur a demandé s’il était possible que Satan chasse Satan. Pourquoi Satan va-t-il chasser Satan ? Il faut trouver une bonne raison d’abord ! Il leur a posé la question et ils ne savaient plus que répondre.

Quand on se rassemble, si un frère ou une sœur reçoit une parole et que c’est libéré, il faut te poser les bonnes questions : Est-ce une parole de consolation ou d’exhortation ?  Ou est-ce une parole qui nous reprend ou qui dénonce le péché ? Est-ce que ça édifie, encourage ou instruit le peuple de Dieu ? Est-ce une mise en garde ? Ou une parole qui nous prévient ou nous avertit, etc. S’il n’y a rien de tout cela, il faut faire attention.

Il y a des frères qui aiment entendre des prophéties concernant les affaires de cette vie : « Ainsi dit le Seigneur, tu auras du travail dans une semaine. » « Tu as passé un concours, tu vas l’avoir ». Il y a des frères qui veulent entendre ce genre de chose. En quoi le peuple de Dieu est-il édifié ici ? Toutefois, ça peut arriver. Est-ce que Dieu a besoin de te dire que tu vas avoir ton concours devant tous les frères rassemblés ? Les songes et les visions sont là aussi pour cela. Tu peux, à la rigueur recevoir un songe ou une vision. Mais ça peut arriver. Par contre, une prophétie qui dit « vous êtes des dieux, qu’est-ce que vous faites dans les affaires des hommes ? », il y a de quoi réfléchir ! Toi un homme aussi spirituel, avec tout ce que tu as reçu comme connaissance, tu es encore dans les enfantillages, tu es en train de t’amuser, ton esprit est dans la fête, alors que notre cœur doit mourir à la mondanité. Ce sont des prophéties qui nous font réfléchir et c’est de cela qu’il s’agit. Donc les dons de prophétie participent au ministère pastoral dans l’église locale. Retenez cela. Je parle des vrais dons de prophétie, comme c’est décrit dans 1 Corinthiens 12 et 14. Ce sont des soutiens au ministère pastoral, parce que dans le rassemblement de l’église, il est question de nous édifier spirituellement pour avancer.

Je me souviens, à l’époque, quand on était plus jeunes, les frères disaient que les prophéties ne devraient pas reprendre les choses qui étaient dites dans les prédications. On avait cru à cela, mais aujourd’hui, je me rends compte que c’était faux ! Paul dit que la prophétie doit édifier, donc exhorter, instruire, consoler ou reprendre… Mais c’est justement ce que fait la prédication. Les fonctions de la prophétie sont les mêmes qu’on retrouve dans la prédication, donc ça va ensemble. Qu’est-ce que vous voulez entendre d’autres ? Dans les cantiques, on entend des prédications, dans les prophéties également. Et quand on vient à la chaire ici, c’est la même chose. Je ne sais pas si en dehors de la prédication, il y a autre chose qu’on fait ici ! Tout tourne autour de la parole de Dieu frères et sœurs. Comprenons ces choses.

Maintenant, une prophétie, quel que soit ce qu’elle dit, si elle trouble ou envoie la confusion dans l’Assemblée, il faut s’en méfier. Il faut même la mettre de côté jusqu’à ce que vous voyiez plus clair. Si une prophétie donne des instructions à la chaire, il ne faut pas l’exécuter tout de suite mais il faut prier pour s’assurer de la volonté de Dieu d’abord car la prophétie, normalement, n’a pas vocation à donner des instructions à la chaire. Est-ce que vous vous souvenez qu’une année, dans cette salle, une prophétie a été donnée disant qu’un frère dans mon entourage était sorcier. Si on entend une prophétie comme cela, est-ce qu’on sera tranquille ? La première chose qu’on va chercher à faire c’est de savoir de qui il s’agit. On va regarder dans l’entourage immédiat du frère M’BRA pour voir… Après on ira au-delà pour fouiller à l’intérieur du pays. Ce genre de prophétie divise. Dieu ne procède pas de cette manière parce qu’Il est sage.

C’était une attaque de Satan et cela a failli diviser notre Assemblée. Quand une telle prophétie sort, des songes l’accompagnent parce que chacun se fait une idée de la personne dont la prophétie parle. C’est ce qui s’est passé. Les songes ont été focalisés sur un frère. Toute l’église avait des songes sur lui. Dans un tel contexte, si quelqu’un fait un songe sur le sorcier et te le raconte, il est évident que tu feras le même songe si tu crois à l’histoire qu’on t’a racontée. L’église était troublée, la paix avait été ôtée ! Donc nous avons déjà expérimenté la séduction des démons ici. Ne vous en faites pas frères et sœurs, si le diable rentre dans ce que nous sommes en train de faire il sera dévoilé ! Puisque nous ne sommes pas à notre première expérience dans ce domaine. Face à cette situation, une nuit, je n’ai pas dormi parce que je priais pour voir clair dans cette affaire. Je vous l’ai dit, quand la chose commence à troubler le peuple de Dieu, il faut chercher à voir ce qui se passe. J’ai prié jusque vers le matin, j’ai vu un esprit, sous la forme d’une femme. Quand nos regards se sont croisés, elle a été terrassée. Elle a essayé de se relever, elle est encore tombée. Puis elle a quitté l’Assemblée en courant. J’ai compris que ce démon venait d’être vaincu.

C’est un esprit qui était venu s’emparer d’un don de prophétie. Le don n’était pas faux, puisqu’on connaissait déjà leur utilité, mais un esprit était venu pour troubler l’Assemblée. On a compris qu’une prophétie n’a pas pour vocation de troubler ou bien de jeter la confusion dans l’église. Quand Dieu fait une œuvre, ça ne trouble pas son peuple. Ça les édifie et les amène à être stables, à avoir la crainte de Dieu dans le cœur, c’est tout.

Donc quand il s’agit de juger un signe dans l’église, il faut regarder à ces choses-là ; il ne faut pas parler dans le vide. On ne juge pas un signe en regardant la tête de l’individu. Si vous regardez à sa tête vous allez vous tromper ! Pour les ministères qui sont dans l’église, c’est la même chose. Il y a des frères qui ont déjà jugé les prédicateurs. À partir de ce moment, ils ne peuvent pas bénéficier de la grâce que Dieu lui a donnée. Il faut regarder les choses selon ce qui est écrit noir sur blanc. Quand l’Esprit de Dieu se manifeste, cela donne la paix et non le trouble ou la confusion. Donc c’est de ça qu’il s’agit. Mais il y a des églises où vous voyez d’autres choses. Cela ne devrait pas être trop difficile pour nous de reconnaître les différents signes que Dieu a placés parmi nous. Que son Nom soit béni. Je pense avoir dit l’essentiel.

Pour le reste, si nous sommes dans un milieu, on doit toujours prier pour que tous les dons et les ministères que Dieu a donnés nous édifient et nous encouragent. Mais j’insiste sur ce point précis frères et sœurs : vous devez savoir que les dons de prophéties sont des compléments au ministère pastoral. N’oubliez jamais ça. Parce qu’on a souvent des pensées religieuses. C’est ce qui est dans la bible qui est vrai. Paul a vu comment l’Esprit de Dieu s’est manifesté en leur temps et il a écrit cela. C’est ce qui s’est passé à l’origine, donc ce n’est pas nous qui allons changer quoi que ce soit.

J’oubliais un élément très important. Comme je l’ai dit, le ministère provient d’une autorité. Et l’autorité de la chaire déploie, par l’onction, des dons dans l’église qui se manifestent. Maintenant quand j’ai parlé des différentes vocations des prophéties, vous n’y avez pas vu une notion qui concerne la direction. C’est-à-dire que, dans l’église locale, la direction est déjà établie. Il y a l’autorité de la Parole qui est détenue par les prédicateurs. Il y a les anciens de l’église locale qui partagent la direction. Donc les dons qui viennent soutenir l’œuvre pastorale se manifestent pour l’édification du peuple et non dans la direction. Les dons n’expriment pas d’AUTORITE dans l’Assemblée locale. Si un don veut s’IMPOSER à la direction d’une Assemblée locale, c’est la preuve que Satan est à l’œuvre. Un don ne peut pas prendre le contrôle d’une église pour la diriger. Ce n’est pas possible. On a vécu un cas dans une église, où un frère a commencé à manifester un don vraiment puissant. Quand j’en ai été informé, je me suis rendu dans l’église en question.

Dans la nuit, le Seigneur m’a montré clairement que ce frère avait un vrai don, mais Il m’a dit que le frère faisait quelque chose qui ne lui plaisait pas mais je ne savais pas quel était le reproche en question. Je l’ai su au cours de la réunion. Quand nous sommes allés à l’église, j’ai vu comment les choses se passaient. Il prenait le contrôle de l’Assemblée pour expliquer à l’église ses expériences dans la nuit, notamment les songes et les visions qu’il avait, etc... Et c’était un moment particulier dans le culte que lui accordait le pasteur de l’Assemblée. Donc il a commencé à influencer l’église de cette manière. Le don avait pris l’autorité sur la direction de l’église de cette manière-là. Le Seigneur n’était pas d’accord avec cela.

Quand j’ai observé cela, j’ai interpelé les responsables de l’Assemblée pour leur demander d’arrêter de faire la place au don de cette manière. Je leur ai dit de faire attention pour ne pas corrompre le don. Malheureusement, les frères ne m’ont pas compris donc, ils ont continué. Pour finir, le don de prophétie avait commencé à donner des instructions à la chaire. Le séducteur avait trouvé un moment pour gouverner l’Assemblée. Un jour, l’église a reçu une instruction par prophétie au sujet d’un moment de jeûne et de prière suivi d’une promesse. L’église s’est exécutée mais les frères n’ont pas eu le bénéfice promis. C’est à ce moment-là qu’ils ont commencé à se rendre compte qu’il y a quelque chose qui n’allait pas. Et le don a été détruit parce qu’il s’est corrompu. Aujourd’hui où je vous parle, le frère qui portait ce don s’est séparé de l’Assemblée. Quand ils ont découvert que ce qu’on avait dit était vrai, ils voulaient le ramener à l’ordre mais lui-même ne voulait plus se faire ramener. Du coup ils se sont séparés. Mais à l’origine, je vous assure que le Seigneur m’a dit que le don est authentique, seulement que le frère avait une pratique qui ne Lui plaisait pas. Sinon ce frère avait un don merveilleux. Devant moi, il a parlé en langues, une langue vraiment de l’Esprit. Et Dieu lui donnait des visions sur les gens, c’était clair. Il allait dans les familles, il voyait des révélations et il priait pour les malades. Beaucoup de choses avaient commencé à se faire avec lui dans le village.

Malheureusement, le diable est entré là-dedans. On a vu cela, on le leur a dit mais ils ne pouvaient pas suivre. Vous savez, le manque d’expérience n’est pas bon. Et le fait aussi de ne pas écouter les avertissements des autres n’est pas juste. Quand j’ai averti le pasteur, il m’a dit : « Frère, j’ai compris ce que tu as dit mais pour le moment, on fera comme on est train de faire. » J’ai dit ok ! Mais ça détruit un don. Donc en ce qui concerne l’épreuve, quand un esprit qui manifeste des signes dans l’église commence à prendre l’ascendance sur la direction de l’église, c’est qu’une séduction a commencé car le don participe à l’œuvre pastorale, pas à la direction. Tout comme nous tous, nous participons à l’œuvre d’édification. Que ce soient ceux qui chantent, qui jouent des instruments, qui font diverses sortes de tâches, même les diacres… Tous ceux qui travaillent dans l’église prennent part à l’œuvre d’édification. Mais si nous devons tous prendre la direction, ça ne va plus.

Il y a des frères du message qui ne l’ont pas encore compris. Ils se disent que si le don est vrai, il ne peut pas être corrompu. C’est faux. J’ai voulu ajouter cela parce que ça fait partie des pensées qu’on avait reçues quand on était plus jeunes dans la foi. On pensait qu’un don ne pouvait pas se corrompre ; que quelqu’un qui avait prophétisé juste ne pouvait pas prophétiser faux après. C’est très important. Tout ce que nous disons ne concerne pas seulement notre rassemblement ! Demain vous pouvez être amenés à aller quelque part, à être membre d’une autre église, où il y a des signes qui se manifestent. Il faudrait que vous soyez capables de discerner entre le Vrai et le Faux. Amen. Que Dieu soit béni ! Nous allons nous remettre entre les mains du Seigneur.