Publication: 8 avril 2020
Temps de lecture: ~ 36 minutes
Auteur: Parfait M'bra

Les liens spirituels [audio] (2)

Deuxième partie

bound-with-chains-of-the-spirit-and-of-men11.jpg

Mes frères et sœurs, que Dieu vous bénisse. Que la grâce et la paix de notre Seigneur soient avec chacun d’entre vous. Nous allons continuer le sujet que nous avons commencé hier, concernant les liens spirituels. Je pense qu’il est important qu’on puisse continuer sur ce sujet parce que j’ai encore quelques paroles à partager avec vous. Donc nous allons lire à nouveau dans Luc 13 à partir du verset 10, notre texte de base :

10Jésus enseignait dans une des synagogues, le jour du sabbat. 11Et voici, il y avait là une femme possédée d'un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. 12Lorsqu'il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit : Femme, tu es délivrée de ton infirmité. 13Et il lui imposa les mains. A l'instant elle se redressa, et glorifia Dieu. 14Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. 15Hypocrites ! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire ? 16Et cette femme, qui est une fille d'Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ? 17Tandis qu'il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu'il faisait.

Amen, que Dieu soit béni. Que le Seigneur bénisse sa Parole.

Nous allons donc revenir sur ce sujet concernant les liens spirituels. Pour cette séance, je voudrais prendre des exemples spécifiques pour expliquer cette notion parce que nous en avons beaucoup dans les Écritures. Mais comprenez d’entrée de jeu que le lien spirituel est la porte d’entrée de notre vie spirituelle. Le lien spirituel est une faiblesse ; c’est le maillon le plus faible dans notre foi. C’est la porte ouverte à l’ennemi, à l’adversaire. C’est la voie par laquelle le diable peut passer pour cribler notre marche spirituelle, pour nous tenter, pour nous affaiblir. Le lien spirituel, c’est vraiment une porte ouverte.

Souvent, quand on est engagé dans le combat spirituel, on cherche des portes ouvertes, on cherche les portes par lesquelles le diable passe pour avoir accès à nous. Parce que dans l’Écriture, l’apôtre Paul a donné des conseils et il nous a dit : ne donnez pas accès au diable. Paul nous a conseillé de ne pas donner accès au diable. Et les conseils de Dieu dans ces choses sont nombreux. Un chrétien ne doit jamais donner accès au diable parce qu’il est engagé dans un combat spirituel. Et dans un combat contre l’ennemi, on ne lui fait pas de passe. Donc nous devons toujours garder nos portes pour ne pas laisser le diable entrer dans notre vie. Un lien spirituel constitue une porte ouverte par laquelle le diable peut passer à chaque fois pour nous cribler, pour nous affaiblir, pour nous faire tomber. C’est aussi une porte par laquelle, le diable peut passer, pour nous faire commettre l’irréparable. En effet, dans la marche de la foi, il arrive qu’on commette l’irréparable. C’est-à-dire, une faute lourde de conséquences. Une faute qui peut détruire notre vie, détruire notre foi, détruire même une église.

Une faute peut venir d’un frère, d’une sœur, ou d’un serviteur de Dieu qui n’a pas fait attention à ses liens spirituels. Il n’a pas cherché à s’en débarrasser et il est demeuré dans cette faiblesse. Et comme je l’ai dit, c’est une porte ouverte. Le diable peut l’utiliser pour détruire une église, pour détruire une famille, un couple, un mariage. Il y a beaucoup de choses qui peuvent arriver. Donc on va s’intéresser à ce sujet en regardant dans ce sens-là. Également dans le texte de base, je souhaiterais aussi qu’on s’intéresse au comportement du chef de la synagogue, qui a été indigné parce que Jésus a opéré une guérison un jour du sabbat. Mais cette indignation du chef de la synagogue n’est pas simple. C’est une indignation qui est fondée sur quelque chose.

Quand on analyse son comportement, et le comportement des scribes et des pharisiens dans les synagogues, ils avaient toujours des commentaires à faire vis-à-vis des guérisons du Seigneur, les jours de sabbat. Et en analysant cela, on voit que ces gens étaient liés. Ils étaient eux-mêmes liés. Ils avaient d’autres liens que j’appelle « lien doctrinal », ou « lien religieux ». Une religion est un lien. Quand notre marche avec le Seigneur devient une marche religieuse, cette marche devient un lien. Un lien qui nous empêche désormais de voir la gloire de Dieu, un lien qui nous amène à faire la promotion charnelle des choses spirituelles. Et c’était cela, la vie des scribes et des pharisiens. C’était cela la vie de ce chef de synagogue. Il faisait la promotion du jour du sabbat, mais dans la chair. Il n’était pas dans l’Esprit, il ne voyait pas ce qui se passait.

Donc je disais hier qu’il y a plusieurs sortes de liens spirituels : des liens de péché, des liens liés au caractère, des liens de sorcellerie, des liens d’envoûtement. Ce sont des choses qui sont liées aux pratiques occultes. Nous allons également nous intéresser à la vie de Juda, un serviteur de Dieu qui est tombé et qui n’est pas arrivé au bout de sa marche. Je voudrais qu’on parle un peu de Judas. On parlera aussi de Salomon, de Samson et de Balaam. On prendra quelques exemples pour essayer d’expliquer ces choses-là. Nous allons lire dans Luc 22 à partir du premier verset, avant de revenir à la question concernant le chef de la synagogue :

1La fête des pains sans levain, appelée la Pâque, approchait. 2Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient les moyens de faire mourir Jésus ; car ils craignaient le peuple. 3Or, Satan entra dans Judas, surnommé Iscariot, qui était du nombre des douze. 4Et Judas alla s'entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer. 5Ils furent dans la joie, et ils convinrent de lui donner de l'argent. 6Après s'être engagé, il cherchait une occasion favorable pour leur livrer Jésus à l'insu de la foule. 7Le jour des pains sans levain, où l'on devait immoler la Pâque, arriva, 8et Jésus envoya Pierre et Jean, en disant : Allez nous préparer la Pâque, afin que nous la mangions.

Vous connaissez tous la suite de cette histoire. Ils se sont mis à table et pendant qu’ils mangeaient la pâque, au verset 31 voilà ce qui est écrit :

31Le Seigneur dit : Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. 32Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères.

En fait ici, le mot « converti » veut dire « quand tu seras revenu ». Parce que Pierre a renié le Seigneur et il est tombé, donc Jésus est en train de lui dire que lorsqu’il va revenir de cette chute, qu’il affermisse ses frères. Ce n’est pas converti dans le sens d’expérimenter la nouvelle naissance. C’est dans le sens de revenir de sa chute que nous connaissons.

33Seigneur, lui dit Pierre, je suis prêt à aller avec toi et en prison et à la mort. 34Et Jésus dit : Pierre, je te le dis, le coq ne chantera pas aujourd'hui que tu n'aies nié trois fois de me connaître.

Nous savons tous que c’est ce qui s’est passé effectivement. On va compléter cette lecture avec une écriture dans Matthieu 27 à partir du verset 3 :

3Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens, 4en disant : J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent : Que nous importe ? Cela te regarde. 5Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre. 6Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent : Il n'est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c'est le prix du sang. 7Et, après en avoir délibéré, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers.

Que Dieu soit béni. Je disais que nous allions nous intéresser dans cette séance, à des exemples pratiques concernant la question des liens spirituels. Frères et sœurs, nous sommes proches de l’enlèvement, nous sommes très proches de l’enlèvement. Et nous avons déjà beaucoup de révélations qui montrent que le Seigneur va passer à une autre étape avec l’Église qui a cru dans le message du temps de la fin ; l’Église qui s’est engagée résolument dans la guerre spirituelle, pour ramener la gloire du Seigneur Jésus-Christ dans les nations. C’est un combat, c’est une guerre spirituelle. Aujourd’hui, le diable a pris la place. Il fait beaucoup de choses avec les faux prophètes et les faux christs, dans le mensonge et dans le faux évangile de prospérité qu’il répand. Aujourd’hui le diable présente un autre jésus que celui que nous connaissons, donc le vrai Jésus, à l’humanité.

Je peux vous dire qu’aujourd’hui, l’humanité tout entière croit dans un jésus qui n’est pas vraiment celui que nous connaissons, nous qui avons reçu cette vision spirituelle du message du temps de la fin. Donc notre combat aujourd’hui est de nous battre corps, âme et esprit pour ramener la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ dans les nations. Et le retour du Seigneur dans les nations, commence par notre cœur. Comme cela est écrit dans Esaïe 40 :2 : parlez au cœur de Jérusalem. Jérusalem ici en tant qu’Église-épouse doit ouvrir son cœur à la Parole de Dieu. Elle doit entendre le message de l’Époux, cet appel à la préparation, à la sanctification, au retour à la justice, à l’intégrité de cœur, à la véritable adoration. L’adoration dans la puissance du Saint-Esprit, dans la puissance de la foi, dans un esprit réveillé ! Un esprit réveillé qui comprend les choses de Dieu, qui nous conduit dans une vraie maturité spirituelle afin qu’en nous soit manifesté pleinement et puissamment le caractère de Jésus-Christ. Ce caractère qui nous a été transmis depuis l’œuvre de la croix.

C’est là-bas que nous avons donné notre vie au Seigneur qui l’a crucifiée, et qui en retour, nous a donné Sa vie de résurrection, Sa vie de sainteté, de justice et d’intégrité. On a reçu cette vie du Seigneur par la foi, et cette vie est une semence qui doit être manifestée dans notre génération parce que nous avons reçu justement une parole, qui nous ramène à cette vie de Christ. Le message ne nous ramène pas à un prophète, le message ne nous ramène pas à un serviteur fidèle et prudent, ni à un ministère quelconque particulier sur la terre aujourd’hui. Le message est prêché justement, par des serviteurs de Dieu, dont le messager, le serviteur fidèle et prudent et par tous les ministères que nous connaissons aujourd’hui, pour nous ramener à la personne de Jésus-Christ et à la foi véritable. Donc il s’agit de nous et de Jésus-Christ. Il n’y a personne au milieu, frères et sœurs. C’est pour cela que chacun de nous doit travailler à découvrir le visage glorieux du Seigneur Jésus-Christ dans une vraie communion.

Avant l’enlèvement, l’Église entière, celle qui a reçu la promesse de l’enlèvement qu’on appelle Épouse, doit se retrouver sous le règne de Jésus-Christ. C’est de cela qu’il s’agit. C’est le Seigneur qui doit gouverner l’Église, c’est Lui qui doit influencer l’Église. Et selon les révélations que nous avons en notre possession, avant l’enlèvement, mes frères et sœurs, si nous sommes membres de l’Épouse de Christ, on doit être entièrement placé non sous l’influence d’un ministère quelconque, mais sous l’influence totale de la personne de Jésus-Christ. C’est de cela qu’il s’agit. Mon frère, si tu as cru à ce message, et qu’à cette heure, tu ne connais pas le Seigneur Jésus-Christ - et pourtant tu vas dans les lieux de prière, tu écoutes la Parole de Dieu ; tu marches avec les serviteurs de Dieu, mais tu n’es pas sûr de ta communion avec le Seigneur - tu n’as pas de Lui des révélations, Il ne te parle pas, Il n’ouvre pas tes yeux et ton intelligence pour t’amener à comprendre la Parole… Si ta condition est ainsi, il faut te poser des questions. Est-ce que tu as vraiment compris le message du temps de la fin ? Est-ce que tu es réellement entré dans l’onction qui nous a été donnée dans notre génération ? L’onction d’Elie !

Mes frères et sœurs, il faut que nous comprenions les choses. Et justement, aujourd’hui il y a tous ces problèmes à cause des liens spirituels. Parce que celui qui garde ses liens, ne peut pas voir la gloire de Dieu ! Comment est-ce qu’un ivrogne peut voir la gloire de Dieu ? Ce n’est pas possible ! Un frère qui passe son temps à boire, qui s’assemble avec les païens, qui boit. Quand on a bu le vin, la bière, l’alcool, on ne peut pas voir la gloire de Jésus-Christ, ce n’est pas possible ! Lisez dans Matthieu 24. Si le serviteur se met à boire avec des ivrognes, qu’est-ce qu’il devient ? Lisez les prophéties pour comprendre la pensée de Dieu mes frères et sœurs. Lisez dans Matthieu 24, le méchant serviteur, qu’est-ce qu’il lui est arrivé ? A un moment donné, au moment où son maître tardait à venir, il s’est mis à boire avec des ivrognes. Et aujourd’hui dans le message, il y a beaucoup d’ivrognes. Ils pensent qu’ils peuvent maîtriser l’alcool, ils commencent et après ils voient qu’ils ne maîtrisent plus. Ce sont des liens spirituels, des liens démoniaques, des liens charnels qui nous empêchent de voir la gloire de Dieu.

Comment est-ce qu’un polygame peut voir la gloire de Dieu ? Quelqu’un qui est occupé à deux, trois, quatre et cinq femmes. Il y en a même qui ont dix femmes. Et ils prêchent ces choses dans les assemblées du message du temps de la fin en disant que le frère Branham a prêché la polygamie : ce qui est archi-faux ! De quelle polygamie parle-t-on ? Ce sont des liens spirituels et les gens ne sont pas délivrés de leurs liens de péché ; c’est de cela qu’il s’agit. Mais tout cela est consigné dans la Parole de Dieu. On va y revenir.

Alors Judas, mes frères et sœurs. Il y a beaucoup de choses qui ont été dites sur la personne de Judas. Mais faisons attention quand on parle de Judas, parce que tout ce qui est dans les Écritures est là pour nous enseigner, pour nous ouvrir l’intelligence, pour nous amener à comprendre. Tout ce qui s’est passé avec Jésus-Christ, ce sont des messages. Suivons très bien. Jésus a choisi douze apôtres quand Il est venu. Le chiffre douze ici n’est pas simple ; Il a choisi douze apôtres à l’image des douze tribus d’Israël. Donc Judas faisait partie des apôtres, il avait été choisi comme apôtre au même titre que Pierre, Jean, Thomas, Jacques et ainsi de suite. Et les douze ont eu part au même ministère. Dans l’équipe missionnaire du Seigneur, Judas avait un poste, il avait une responsabilité. Il gardait les offrandes qui étaient récoltées. C’est lui qui donnait l’argent aux pauvres sur instruction du Seigneur, c’est lui qui achetait de quoi vivre, c’est lui qui organisait la mission.

Quand ils devaient aller quelque part, c’est Judas qui était chargé de l’organisation de la mission. Je pense qu’on pourrait l’appeler le diacre de l’assemblée de Jésus, si on considère leur équipe missionnaire comme une assemblée. Il jouait un peu ce rôle-là. Au-delà de cela, Judas exerçait le ministère comme tous les apôtres : il prêchait, il chassait les démons, il guérissait les malades, il était impliqué dans toute la mission du Seigneur. Il y a des gens qui disent que Judas était un démon. Judas n’a jamais été un démon ! Judas était juif, car son père et sa mère étaient Israélites. C’était un Israélite et il était dans l’équipe au nom d’une tribu d’Israël, si on s’en tient aux douze tribus. En effet, parlant des récompenses des apôtres, le Seigneur a dit qu’à son retour, les douze apôtres seraient assis sur douze trônes en train de juger les douze tribus d’Israël. Donc Judas était là, à ce poste en tant que le représentant d’une tribu d’Israël. C’était cela.

Judas n’était pas un démon. Comment est-ce que vous pouvez penser que le Seigneur Jésus-Christ choisisse un démon dans son équipe missionnaire ? Comment est-ce qu’on peut penser comme cela frères et sœurs ? Les démons sont nos ennemis ! Et Jésus-Christ a pour ennemi les démons ! Le diable est notre ennemi, les démons sont nos ennemis, ce sont des anges déchus. Christ ne peut pas choisir un démon dans son équipe missionnaire. Christ ne peut pas choisir un démon et l’envoyer en mission pour aller prêcher la Parole de Dieu et gérer les dons perçus pour la mission. Un démon qui prépare les voyages de Jésus-Christ, où est-ce que vous avez vu cela ? Frères et sœurs, Judas n’était pas un démon. Judas était un homme, un être humain en bonne et due forme. Et Jésus l’avait choisi, il était apôtre ! Il avait reçu un mandat du Seigneur pour faire Son œuvre ! Ce n’était pas un démon ! Et quand vous lisez dans Actes 1, au moment de le remplacer, l’apôtre Pierre a confirmé ce que je suis en train de dire. Il a dit que Judas avait part au même ministère qu’eux. Ils ont fait le travail du Seigneur ensemble. Vous voyez frères. Judas n’était pas un démon.

Hommes frères, il fallait que s'accomplît ce que le Saint-Esprit, dans l'Écriture, a annoncé d'avance, par la bouche de David, au sujet de Judas, qui a été le guide de ceux qui ont saisi Jésus. Il était compté parmi nous, et il avait part au même ministère. Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s'est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues. (Actes 1 :16-18)

Souvent dans la bible, il y a de petits problèmes de traduction. Mais avec l’Esprit, on comprend. (Jean 6 :70) Judas avait un problème. Il avait un lien spirituel, et le lien qu’il avait, c’était l’amour de l’argent. C’était cela le lien qu’il avait. Et dans la bible, ce lien est une idolâtrie parce que derrière l’argent, il y a un esprit. La cupidité est une idolâtrie. Celui qui est cupide, qui aime l’argent, adore un autre dieu.

Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés. (Colossiens 3 :5-7)

Donc Judas avait un lien. Et Satan cherchait Jésus, pendant tout son ministère, le diable le cherchait pour le cribler. Il le cherchait pour lui faire du mal ; mais le Seigneur a travaillé. Et au moment où on est arrivé au point culminant de son Ministère, au moment où Il devait glorifier Dieu par sa mort et sa résurrection, le diable a trouvé dans l’environnement de Jésus, la personne qu’il pouvait utiliser pour faire cela. C’est pour cela que je disais tout à l’heure que le lien spirituel est une porte ouverte.

Si Jésus devait mourir, est-ce que c’était forcément Judas qui devait le livrer ? Non ! Ce n’était pas forcément Judas qui devait livrer Jésus ! N’importe qui pouvait le faire ! Les souverains sacrificateurs pouvaient se lever, aller prendre Jésus de force et le tuer ! Et les douze allaient se disperser ! On pouvait tuer Jésus de plusieurs manières. Christ aurait pu être livré de plusieurs manières, mes frères et sœurs. La manière qui s’est passée avec Juda, n’était pas la seule voie obligatoire pour que Christ soit livré ! Mais si Dieu a permis cela aussi, c’est pour un enseignement mes frères et sœurs. Donc il faut que nous comprenions cela.

Dans l’équipe du Seigneur, il y avait une porte ouverte et la porte ouverte, c’était le lien de Judas. C’était cela la porte ouverte que le diable a exploitée pour se saisir de Jésus. Donc un lien spirituel pose un problème. Pendant le ministère de Jésus-Christ, Il a prêché certaines prédications qui pour moi, s’adressaient aussi à la personne de Judas, car Il connaissait les disciples. Il savait que Judas avait un problème avec l’argent. Il aimait l’argent. Mais Judas pouvait être délivré de ce problème. Jésus a prêché qu’on ne peut pas servir deux maîtres à la fois. Judas était là quand Il prêchait cela. Nul ne peut servir deux maîtres à la fois.

Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l’autre ; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. (Matthieu 6 :24)

Ce sont des paroles qui s’adressaient aussi à Judas, pour lui dire qu’il ne pouvait pas être à la fois avec Jésus et avec Mammon. Ce sont des paroles qui s’adressaient à Judas et qui aujourd’hui s’adressent aussi à nous tous : nul ne peut servir deux maîtres à la fois. On ne peut pas servir Mammon et servir Dieu en même temps. On ne peut pas avoir un amour pour les deux maîtres : forcément, on va mépriser l’un et aimer l’autre, c’est sûr. Et c’est ce qui est arrivé. Quand Dieu nous appelle, Il nous appelle avec nos problèmes spirituels. L’appel au ministère n’est pas lié à la perfection. Ce n’est pas quand on atteint la perfection que Dieu nous appelle au ministère. Dieu nous appelle tels que nous sommes et quand nous venons, nous naissons dans la foi, nous sommes des enfants et nous grandissons, nous croissons spirituellement. Donc, nous venons avec nos liens, nos difficultés, nos problèmes spirituels ; mais progressivement, on doit s’en défaire, on doit s’en séparer ! C’est de cela qu’il s’agit.

Dès l’instant où on a la grâce d’écouter la Parole de Dieu, où on a un Maître comme Jésus-Christ avec nous, frères, on peut travailler à se séparer de nos liens. On n’a pas le droit de les garder, parce que si nous les gardons, et que nous les chérissons, nous devons savoir que ces liens sont des portes ouvertes dans notre vie et qu’à tout moment, le diable peut frapper par-là pour nous faire tomber ou nous faire manquer ce que nous cherchons. Et c’est à tous les points de vue. On peut manquer le grand but qui est l’enlèvement, on peut manquer d’entrer dans la gloire de notre ministère, on peut manquer beaucoup de choses à cause des liens spirituels. Donc quand Dieu nous appelle, Il nous appelle avec nos liens spirituels. Il n’attend pas que ce soit réglé avant de nous appeler, Il nous appelle justement pour que ce soit réglé ! Et quand Dieu nous confie une charge, une mission dans Sa maison, nous devons savoir que pour être plus efficace dans l’œuvre qu’on est en train de faire, on doit se débarrasser des liens spirituels.

Si on ne s’en débarrasse pas, ça va jouer sur notre service. Donc, le problème que Juda avait jouait sur lui et, pendant son ministère, on l’a vu ! Il a eu souvent des réactions. Par exemple, un jour, une femme avait eu une inspiration et elle a oint la tête du Seigneur avec un parfum de grand prix. Ce jour-là, les disciples ont parlé de cette femme. Judas a dit qu’on aurait pu vendre ce parfum à un grand prix pour subvenir aux besoins des pauvres. Mais il est dit que Judas avait dit cela, pas parce qu’il se mettait en peine des pauvres, mais parce qu’il mettait la main dans l’argent qui était en sa possession pour la mission. Donc il utilisait souvent cet argent pour ses besoins personnels. Jésus voyait cela, et les autres apôtres aussi. Judas avait un problème avec l’argent, mais il n’était pas un démon. C’était un être humain, c’était un apôtre de Jésus-Christ, le Seigneur l’avait appelé comme les autres. Mais il n’a pas laissé son cœur être touché par la Parole de Dieu. C’est ce qu’il n’avait pas fait.

Il est venu, il était dans l’équipe, mais il voyait autre chose que la mission spirituelle que le Seigneur était en train d’accomplir. C’est un enseignement ! Des frères comme Judas, on en voit beaucoup dans l’église aujourd’hui ! Des gens qui sont dans l’œuvre de Dieu, qui ont la possibilité de faire l’œuvre de Dieu, d’aller loin avec Dieu, mais qui s’amusent à faire autre chose. On en voit beaucoup dans l’église aujourd’hui. Des serviteurs de Dieu qui s’égarent dans les questions d’argent, qui ne s’en sortent plus, ils abandonnent la mission pour courir après l’argent. On en voit dans l’œuvre de Dieu, ce n’est pas une affaire de Judas seulement, mes frères et sœurs.

Donc le diable cherchait le Seigneur, il rôdait autour du groupe et quand l’occasion s’est présentée, au moment où Il allait vers la fin de son ministère, comme les prophéties l’avaient prévu, le scandale est arrivé. Jésus avait dit : le scandale doit arriver, mais malheur par qui le scandale arrive. Ce que je voudrais qu’on comprenne, c’est que ce scandale n’était pas destiné à arriver seulement par Judas. Ce scandale aurait pu arriver par d’autres voies. C’est ce que je veux qu’on comprenne. C’est très important. Parce qu’il y a des frères qui vont parler ici de prédestination, disant que Juda était un démon, un fils de Caïn. Mais qui vous a dit que Judas était un fils de Caïn ? Souvent les frères du message oublient que nous sommes dans un deuxième monde. Réveillez-vous ! Nous sommes dans un deuxième monde, et le deuxième monde a été peuplé par Noé et ses trois enfants ! Donc tous ceux qui sont venus dans le deuxième monde, sont des fils de Noé. Nous sommes tous des fils de Noé.

Il n’existe pas dans la race humaine aujourd’hui, des enfants de Caïn, ça n’existe pas. Ça n’a jamais existé frères et sœurs. La postérité de Caïn a été noyée dans le déluge, lisez la bible ! Judas n’était pas un fils de Caïn, non je suis désolé. La postérité naturelle de Caïn a été noyée dans le déluge, donc le monde a été repeuplé par les trois enfants de Noé. Il n’existe pas de postérité de Caïn actuellement dans le monde. Nous tous, appartenons à la race de Noé. Il faut que cela soit clair. Dieu a déjà jugé les méchants du premier monde. Et dans la généalogie de Jésus-Christ, se trouve Noé. Je peux dire que toute l’humanité est une race pure, d’un point de vue charnel. Donc, le problème est spirituel. Et quand on va dans le domaine spirituel, nous devons savoir que nous sommes tous de la postérité du serpent. Même les juifs avaient été traités de postérité du serpent ! C’est Jésus qui les a appelés : races de vipères (Matthieu 12 :34 / Matthieu 23 : 33) et c’est encore lui qui leur a dit : Vous avez pour père le diable, parlant aux enfants d’Israël, aux scribes et aux pharisiens. Il leur a dit : Vous avez pour père le diable, car vous voulez accomplir ses desseins.

Quand on parle de la postérité du diable, de gens qui sont influencés par le diable, ce n’est pas une affaire de Judas ! Il faut qu’on arrête de dire les choses de cette manière. Jean-Baptiste a vu ces gens venir à son baptême, il leur a dit : races de vipères, race de serpent, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? (Matthieu 3 :7) Jésus leur a dit la même chose : vous avez pour père le diable. Ils ont dit non, nous notre père c’est Abraham. Jésus a dit : Non, si vous étiez fils d’Abraham, vous me connaîtriez, vous auriez reconnu mes voies et ce que je prêche. Donc ce n’est pas une affaire de Judas. Mais comprenez mon discours, Judas avait un lien spirituel et le diable a profité de ce lien. On l’a lu, Satan est entré dans Judas à un moment précis de l’histoire de l’équipe de Jésus. Satan est entré en Judas. Pourquoi est-il entré ? C’est parce qu’il avait trouvé une porte ! Et la porte ouverte, c’était l’amour de l’argent. Judas était allé faire des transactions avec les sacrificateurs sur le compte de Jésus.

Il leur a dit : Moi je peux vous livrer Jésus. Ils lui ont donc promis de l’argent et il a livré le Seigneur. Mais avant qu’il ait la force et le courage de le livrer, Satan est d’abord entré en lui : il y avait une porte ouverte. Et quand le diable est entré, il a exécuté ses desseins. Judas n’était pas un démon. Vous avez déjà vu un démon regretter son acte ? Quand il a livré Jésus, et qu’ils l’ont pris, et qu’ils ont commencé à le maltraiter, Juda a dit : J’ai livré le sang innocent. Il a regretté l’acte qu’il avait posé. Et il est allé jeter l’argent devant les sacrificateurs qui ont dit : que nous importe ! Mais il venait d’être utilisé par le diable pour faire un scandale. Jésus a dit : malheur à celui par qui le scandale arrive.

Puisque le scandale est arrivé par lui parce qu’il a livré le Fils de Dieu, il est allé se pendre car pour lui, il n’y avait plus d’issues. C’est pour cela que j’ai dit au début que le lien spirituel peut nous faire commettre l’irréparable, la faute irréparable. Celle qu’on ne peut plus réparer. Quand on entretient une faiblesse spirituelle qu’on ne veut pas corriger, quand on ne veut pas mettre de l’ordre, quand on ne veut pas se séparer d’un lien, mes frères et sœurs, c’est une porte ouverte, et le diable va nous persécuter par-là. Il va nous faire souffrir par-là, nous fatiguer par-là. Il va nous tenir par-là. Et si on ne fait pas attention, un jour on va commettre la faute irréparable, la faute qui va nous barrer le chemin de l’enlèvement, nous barrer même le chemin du salut si on n’y prend garde ! C’est ce qui est arrivé à Judas, sinon il était un apôtre de Jésus-Christ et il devait entrer dans la promesse du baptême du Saint-Esprit. Mais à cause de ce lien, il n’est pas entré. Jésus a dit que son cœur n’était pas pur parce que son cœur était lié par l’amour de l’argent. Il a entendu toutes les prédications fortes de Jésus, il a tout entendu. Car c’est à eux tous que Jésus a appris à prier, c’est à eux que Jésus a donné autorité et pouvoir sur les démons, ils allaient en mission, ils revenaient avec succès. Ils ont fait beaucoup de choses ensemble. Mais Judas a été recalé à cause de son lien.

Mes frères et sœurs, n’oublions jamais cela. Ne disons pas que Judas a eu des problèmes, parce qu’il était un démon ou bien un fils du diable : Non, je suis désolé. Il y en a plusieurs dans la bible qui ont été qualifiés de fils du diable, tous les Israélites l’ont été. Donc n’allons pas sur ce terrain-là. Il faut comprendre les enseignements du Seigneur Jésus-Christ. Un lien est une porte ouverte dans notre vie chrétienne, dans notre marche. C’est une porte ouverte qu’on doit fermer pour ménager notre monture par rapport à l’avenir. Si aujourd’hui nous avons des liens spirituels dans nos vies, il est important pour nous de travailler à nous en séparer, parce qu’on ne pourra pas aller plus loin avec les liens spirituels. J’insiste là-dessus parce que c’est très important.

Judas, c’est ce qui l’a recalé, il n’a pas pu avancer, mais le jour de la tentation, tous les apôtres ont été criblés. Satan n’a pas seulement utilisé Judas, il a aussi criblé les autres apôtres. Pierre a été criblé. Jésus a dit à Pierre qu’Il a prié pour lui, mais Pierre a quand même renié le Seigneur. Cependant il s’en est sorti parce que ce n’était pas un scandale à la dimension de ce que Judas avait fait.

On peut regarder aussi la vie de Salomon. Salomon avait un lien. Vous savez, le frère Branham a dit qu’il y a trois choses qui peuvent créer des problèmes aux serviteurs de Dieu et aux chrétiens de manière générale : il a parlé de la popularité, de la femme et de l’argent. Pour Judas, on a parlé de l’argent, mais regardez un peu la vie de Salomon. Salomon, dès le départ, a reçu de Dieu une grâce. Et c’est ce que nous disions : la grâce de Dieu ne nous autorise pas à faire ce que nous voulons. Salomon a reçu une grâce, il a reçu un don particulier de Dieu qu’on appelle la sagesse. Cette sagesse a ouvert la porte à Salomon sur beaucoup de choses, mais il n’a pas pris garde. Il s’est laissé aller, il n’a pas pu faire comme son père David, il s’est laissé aller à la mondanité, il s’est laissé aller à la chair. Et pour finir, Salomon était lié par les femmes, par la gloire, et ça provoqué sa chute ! L’amour des femmes a perdu Salomon.

Il avait la sagesse, il était renommé, et tout le monde voulait l’avoir pour gendre, pour ami, beaucoup de princesses voulaient l’avoir pour mari, pour concubin. Le don de Dieu ouvre des portes, mais ça ne veut pas dire qu’on doit faire ce qu’on veut, mes frères et sœurs. Une grâce de Dieu nous expose, nous devons être prudents et faire attention pour ne pas cultiver des liens spirituels qui nous détruisent par la suite. Et les liens sont une grande porte ouverte. Salomon a laissé la porte ouverte aux dieux étrangers et ils sont venus en Israël parce que Salomon s’est allié à plusieurs princesses, il a marié des femmes sidoniennes, des femmes de tous les territoires autour d’Israël. Il a eu des concubines dans des nations étrangères, qui avaient des adorations étrangères à l’Éternel Dieu.

Tout cela a grandement ouvert la porte aux dieux étrangers, les baals, les astartés, les kémosh etc, c’est par Salomon qu’ils sont entrés en Israël, parce qu’il s’est laissé aller. Il était lié par l’amour des femmes, lié par la popularité, il voulait tellement être grand qu’il s’est allié à plusieurs rois sur la terre. Ça l’a perdu, car à la fin, Salomon brûlait des parfums pour les dieux étrangers de ses femmes et de ses concubines. Les dieux étrangers sont entrés en Israël par les liens du mariage de Salomon. Il avait 700 femmes et 300 concubines : Est-ce que c’était nécessaire ? mais c’était un lien. À un moment donné, il était lié par les dieux de ses femmes ; il ne pouvait plus se défaire, et pourtant il connaissait bien la loi. Salomon a prié dans le temple, la gloire de Dieu a rempli le temple jusque dans les parvis. Dieu lui a aussi parlé en songe. Salomon a vu la gloire de Dieu ! Il a vu Dieu !

Mais cette gloire de Dieu, ces visions spirituelles de Dieu, ces dons que Dieu lui avait donnés pouvaient quand même lui parler pour l’amener à être équilibré dans la loi de Dieu. Mais il s’est laissé emporter, il s’est laissé aller et il a été lié. Comment Salomon a-t-il fini ? Salomon a fini malheureux, car à la fin, il brûlait des parfums pour des dieux étrangers et l’Éternel Dieu était fâché contre lui. C’est cela qui a fait que l’État d’Israël a été divisé en deux. C’est aussi de cette manière que les baals, les astartés et toutes ces divinités étrangères sont entrées en Israël. Le lien de Salomon fut la grande porte ouverte. Donc un lien, c’est une grande porte ouverte. Quand on ne s’en débarrasse pas, ça peut nous nuire, nous détruire et les conséquences sont graves.

Samson aussi avait un lien. Son lien, c’était les femmes. Vous connaissez l’appel de Samson. Dieu lui a donné une puissance pour libérer Israël de la domination de ses ennemis. Nous connaissons tous qu’il est né dans des conditions particulières. Samson à lui seul constituait une armée entière ! mais les liens des femmes l’ont perdu. Ce sont des histoires qui sont là pour nous faire réfléchir. D’abord, il allait chez les prostituées. Après, il s’est marié à une première femme chez les philistins, ses ennemis, mais il n’a jamais pu tenir un secret parce qu’il ne pouvait pas rester ferme devant une femme. Son premier mariage a mal tourné parce qu’il avait dévoilé un secret à sa femme. Après il a rencontré Dalila, à qui il a dévoilé le secret de sa puissance. On l’a lié, on a crevé ses yeux et il a mal fini. Il n’a pas fini comme Dieu voulait qu’il finisse. Si Samson n’avait pas eu ce problème, je pense que son histoire aurait été une glorieuse histoire, quand on considère le début de son histoire avec Dieu. Il devait finir de manière glorieuse. Mes frères et sœurs, ce sont des histoires qui sont écrites dans la bible pour nous enseigner. Il y a beaucoup de liens spirituels.

Aujourd’hui, l’église est misérable, pauvre, aveugle, parce que l’église de Laodicée a beaucoup de liens spirituels, des liens dont on ne veut pas se séparer, qu’on garde, des faiblesses qu’on entretient. On voit et on sait que ce n’est pas bon, mais on ne fait rien pour s’en débarrasser. Et devant ces faiblesses, on ne tient pas. Quand le diable joue sur ce terrain, on ne tient pas et à chaque fois on cède, on tombe, on se relève, mais pendant combien de temps est-ce que ça va durer ? Il faut qu’un jour, on accepte de nous débarrasser de ces liens en priant, en jeûnant, en menant les combats spirituels mes frères et sœurs.

Il y en a dans l’église qui ont des liens de sorcellerie. Ils font des songes, ils ont des visions, ils voient des démons, mais quand ils se réveillent, ils disent : Merci Seigneur ! et ça s’arrête là. Mais quand Dieu te montre des songes où tu vois tes liens, ça devrait t’appeler à un engagement dans le jeûne et la prière ! Pas une prière de remerciement, mais engager un réel combat spirituel pour nous délivrer, pour nous libérer. Il y en a qui disent qu’en Christ, les liens spirituels ne peuvent rien faire, que par la foi les liens sont vaincus. Mes frères et sœurs, ne soyez pas des théoriciens de la Parole de Dieu. Soyons concrets avec le Seigneur.

Aujourd’hui, il y a un lien plus grave, plus subtil et plus dangereux. C’est celui que j’ai évoqué au commencement : le lien doctrinal ou religieux. Je voudrais y revenir pendant quelques minutes avant de m’arrêter. Mes frères et sœurs, aujourd’hui, je dirai que peut-être les 80% des frères du message du temps de la fin, sont dans des liens de doctrine. Il y en a qui sont liés dans les citations de William Branham. Les déclarations du prophète sont devenues pour eux, des liens spirituels qui les ont poussés à fabriquer des doctrines, à fabriquer une manière de marcher, de vivre, comme si la foi chrétienne n’était pas établie dans la bible. C’est malheureux ! Mais c’est la réalité. Le lien doctrinal est plus grave et plus dangereux, il est mortel. Ce chef de la synagogue, qu’est-ce qu’il a dit à la femme ? Venez-vous faire guérir les autres jours, pas le jour du sabbat. Une femme misérable, liée par un démon, qui fréquente la synagogue depuis de longues années et qui expérimente une guérison un jour de sabbat, ça devrait être une source de joie et de remerciement. Il aurait dû être le premier à dire : on va remercier le Seigneur, Le bénir, Le louer, L’exalter, car aujourd’hui, Il a envoyé quelqu’un pour prier pour cette femme et la délivrer. Il aurait même dû s’humilier devant Jésus, parce qu’il ne fut pas capable de libérer cette femme par la prière ! Mais il a été animé par la jalousie, parce qu’il était lié dans une religion ! Il ne pouvait pas accepter une révélation ou une intervention divine qui vienne d’ailleurs et non des sacrificateurs qu’il considérait comme les seuls serviteurs de Dieu.

C’est cela les liens religieux : Ça fabrique des chrétiens comme ce chef de la synagogue ; Des chrétiens jaloux qui ne peuvent se réjouir d’un ministère qui n’est pas sorti de leur dénomination. Ils ne peuvent pas bénir Dieu pour un ministère qui travaille pour l’édification du peuple de Dieu. Frères et sœurs, je vais vous dire ceci : Un vrai serviteur de Dieu, celui que Dieu envoie, qui est oint et mandaté par le Seigneur ; quand il prêche, ce qu’il apporte touche le cœur. Ça édifie, ça encourage, ça fait du bien à l’âme et à l’esprit, ça fait du bien au corps. Ce n’est pas difficile de reconnaître l’onction de Dieu. Mais une onction religieuse n’apporte plus rien. Et dans cette synagogue, il n’y avait pas la vie. C’est le Seigneur qui est venu apporter la vie par la guérison de cette femme. S’il avait eu l’Esprit de Christ, il aurait dû se réjouir, ce chef de la synagogue ; mais il ne pouvait pas se réjouir, parce qu’il était lié plus que cette femme. Il était dans les liens de la religion des scribes et des pharisiens, lié dans les liens de la doctrine de la tradition des scribes et des pharisiens. Il était lié.

C’est ce que le Seigneur a dénoncé dans Matthieu 23 en disant : scribes et pharisiens hypocrites. C’est de cela qu’il s’agit, il était dans les liens de leur religion, et de leurs enseignements. Il ne pouvait pas reconnaître la main de Dieu, car les liens religieux l’empêchaient de voir la gloire de Jésus-Christ, de voir la puissance de Dieu qui se manifestait devant lui, parce qu’il était lié. Et dans le message, il y a beaucoup de liens comme cela. Certains sont liés dans les citations de William Branham. Ils ne peuvent pas voir la gloire de Dieu, les ministères qui s’exercent aujourd’hui pour l’édification du peuple de Dieu, ils ne peuvent pas les voir parce qu’ils sont dans les liens de la religion du message. Ils sont dans les liens d’une religion qu’ils ont bâtie ; mais le message n’est pas une religion.

Le message, c’est la vision prophétique de la fin des temps, c’est la juste explication, la juste compréhension des prophéties bibliques. Le message c’est le retour à la personne de Jésus-Christ, le retour à la vie de Christ, le retour au combat spirituel, à la guerre spirituelle pour ramener la gloire du Seigneur dans l’église. Le message c’est le retour à la piété, à la sanctification, à la justice, à l’intégrité de cœur. Le message c’est le retour à la sainteté, à une vraie vie spirituelle, une vie « vivante », si je puis dire comme cela. C’est cela le message du temps de la fin, ce n’est pas une religion ! Ce ne sont pas les citations d’un prophète, c’est plus que ça. Et le message ne nous ramène pas à un ministère ou à un serviteur de Dieu, il nous ramène à Jésus-Christ, le Seigneur, l’Époux qui vient nous chercher. C’est à Lui, que le message nous ramène.

Mes frères et sœurs, sortons des liens de la religion et attachons-nous avec la Parole de Dieu révélée, la lumière, la clarté, pour nous unir au Seigneur Jésus-Christ, au moment où Il est vraiment proche. Car, effectivement, nous sommes tout près du retour de notre Seigneur Jésus-Christ.

Je voudrais m’arrêter là. Je pense que c’était nécessaire que j’ajoute ces quelques paroles à ce que nous avons déjà reçu hier, pour voir plus clair et pour mieux comprendre ce que je voulais dire par les liens spirituels. Donc en plus des liens qu’on connaît, les liens de sorcellerie, de péché, liés au caractère, nous avons les liens religieux, les liens de doctrine. Ce sont des liens vraiment difficiles à comprendre, difficiles à gérer, et on se sépare difficilement de ces liens. Moi qui vous parle, j’étais dans ces liens aussi. J’avais sur moi des liens religieux ; je me suis enfermé dans des liens que je me suis moi-même conçus dans mon esprit par rapport au ministère du frère Branham et du frère Frank. Car souvent, on oublie le Seigneur Jésus-Christ et on s’attache aux hommes, aux individus, à ce qu’ils ont dit sur tel ou tel sujet et on oublie de voir la gloire de Dieu. On oublie d’avoir communion avec Dieu pour le connaître, pour recevoir de Lui, la lumière. Quand c’est ainsi, on finit par confier sa vie spirituelle à des guides religieux.

Quand le pasteur de votre église devient un guide religieux pour vous, ça veut dire que vous êtes dans des liens. Quand vous ne pouvez pas trouver la maison de Dieu, vous ne savez pas où Dieu habite, il faut le pasteur pour vous dire ce que Dieu veut, ce qu’Il attend de vous, ce n’est pas bon. Les pasteurs donnent des conseils, les serviteurs de Dieu donnent des conseils. Mais le chrétien, celui qui a une alliance avec Dieu, à un moment donné doit pouvoir comprendre les choses en parlant avec le Seigneur, recevoir des révélations. Quand ce n’est pas le cas, mes frères et sœurs, nous devons chercher à comprendre ce qui ne va pas.

Que Dieu nous bénisse. J’ai été un peu long, mais je voulais quand même être un peu plus explicite sur ce sujet pour nous amener à aller en profondeur, en étudiant ce sujet des liens spirituels. Je n’ai fait que dire quelques petites choses, mais il y a beaucoup à dire sur les liens spirituels. Et je pense que chacun de nous pourrait aller un peu plus loin dans les études personnelles, pour voir que nous avons beaucoup de choses dont on doit se séparer pour voir la gloire de Dieu. Que Dieu nous bénisse, et que Sa grâce et Sa paix soient sur nous. Qu’Il nous assiste dans ces temps difficiles, dans ces temps de confinement, qu’Il nous aide à beaucoup prier parce que les jours qui sont devant nous, sont certainement des jours mauvais. Que Dieu nous bénisse.