Publication: 3 avril 2020
Temps de lecture: ~ 25 minutes
Auteur: Parfait M'bra

Le sermon sur la montagne [audio] (3)

Troisième Partie

the-sermon-on-the-mount1.jpg

Suite de l'étude sur le sermon sur la montagne (Matthieu 5:17-24). Qu'en est-il de la loi et des chrétiens.

Mes bien-aimés frères et sœurs, que Dieu nous bénisse. Que la paix et la grâce du Seigneur soient sur nous. Nous allons continuer notre étude biblique que nous avons entamée il y a quelques jours. Ce matin nous allons lire à partir du verset 17 de Matthieu 5, concernant le sermon sur la montagne :

17Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. 19Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. 21Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; celui qui tuera mérite d'être puni par les juges. 22Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d'être puni par les juges ; que celui qui dira à son frère : Raca ! mérite d'être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira : Insensé ! mérite d'être puni par le feu de la géhenne. 23Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande.

On va s’arrêter là, mais on ajoutera quelques versets dans d’autres passages de l’Écriture. Nous lisons dans Jean 1 à partir du verset 14 :

14Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. 15Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié : C'est celui dont j'ai dit : Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi. 16Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ; 17car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. 

Le sujet de ce matin est très important, parce qu’il y a une notion qui apparaît et qui aujourd’hui fait polémique. Il s’agit de la loi. Jésus, en prêchant sur la montagne, s’adressait à ses disciples parce que ce sont eux qui étaient en face de Lui. Mais ses disciples en question étaient des hébreux, c’est-à-dire un peuple qui était déjà sous la loi de Moïse au moment où le Seigneur Jésus-Christ entamait son ministère. Donc c’est un peuple qui a déjà une Parole à laquelle il obéit. Et Jésus a mis les choses au clair dès le départ, parce qu’il se racontait dans le peuple que Jésus parlait contre Moïse, qu’il ne prêchait pas la loi. Donc dans le sermon sur la montagne, il a été très clair. Il a dit : ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir mais pour accomplir. Ça c’est déjà suffisant pour comprendre les choses.

Jésus a été très clair, Il n’est pas venu abolir la loi de Moïse et nul ne peut abolir la loi, parce que la loi c’est la Parole de Dieu. Jésus a dit que les cieux et la terre passeront mais mes paroles ne passeront pas. Donc la Parole de Dieu ne passe pas, et la loi c’est la Parole de Dieu ; ce n’est pas celle d’un individu, ce n’est même pas la parole d’un prophète. C’est la Parole de Dieu. Souvent, quand on aborde ce sujet, on ne met pas les choses à leur place or pour le comprendre, il faut mettre les choses à leur place dès le commencement.

Ce qu’il faut dire et qui est établi dans l’Écriture, c’est que la loi a été donnée au peuple d’Israël. Quand Dieu les a fait sortir du pays d’Égypte, Il leur a donné la loi. C’est-à-dire qu’Il leur a donné des commandements, des ordonnances, des prescriptions, pour que le peuple sache dans un premier temps, comment L’adorer et comment L’approcher. Après, il y a des prescriptions pour la vie en société ; il y en a même qui concernent les animaux, les relations des hommes avec les animaux, les fêtes, le sacrifice, le pardon des péchés. Il y a beaucoup de prescriptions dans la loi de Moïse. Et tout ce que le Seigneur a donné comme prescription au peuple d’Israël était destiné exclusivement au peuple d’Israël, parce que c’est ce peuple qui adorait Dieu en ce temps-là. Les autres peuples ne connaissaient pas Dieu, ils adoraient les idoles.

Donc il faut déjà dire que pour comprendre ce sujet, il est très important de dire que la loi a été donnée au peuple d’Israël. Dieu a donné la loi au peuple d’Israël. Ce sont les hébreux qui depuis toujours ont obéi à la loi de Moïse. Jésus est né dans une société qui déjà obéissait à la loi de Moïse. Du coup, Il dit qu’Il n’est pas venu pour abolir cette loi, pourquoi ? Parce que la loi parlait de Jésus. On ne l’a pas lu ici, mais cela se trouve dans Deutéronome 18 le verset 15. Dieu avait dit à Moïse qu’Il susciterait dans le peuple, un prophète semblable à Moïse et auquel le peuple devrait obéir. Et lorsque Pierre prêchait dans Actes 3 verset 22, il a évoqué ce passage parlant de ce que Dieu susciterait un autre prophète du milieu du peuple après Moïse et que les enfants d’Israël devraient écouter ce prophète. Quand Jésus est venu, par deux fois, le Seigneur lui a parlé des cieux et a dit à ceux qui étaient là : écoutez-le ! Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai placé toute mon affection, écoutez-le. Le peuple devait écouter Jésus parce qu’il était venu en tant que prophète.

Jean rappelle aussi que Moïse est venu avec la loi, mais que Jésus est venu avec la grâce et la vérité. Mes frères et sœurs, pour comprendre ce sujet, il faut mettre les choses à leur place, je le répète parce que c’est très important. Dieu a donné la loi à Moïse pour le peuple d’Israël et quand Jésus est venu, Il est venu avec la grâce et la vérité. Donc on parle de la loi et de la grâce, mais nous devons comprendre que la grâce n’exclut pas la loi. La grâce n’a jamais exclu la loi, elle ne l’a jamais abolie et Jésus Lui-même n’est pas venu pour abolir la loi mais pour l’accomplir. Par Moïse, Dieu a donné la loi, et Jésus est venu avec la grâce et la vérité, mais aussi avec le Royaume de Dieu.

Donc on parle de la loi en relation avec le peuple d’Israël et on parle de la grâce et de la vérité en relation avec Jésus, cet autre prophète que Dieu a suscité et aussi en relation avec le Royaume de Dieu. Dans l’Ancienne Alliance, pour se retrouver sous la loi, il fallait être hébreu, il fallait faire partie des douze tribus d’Israël parce que c’est d’eux qu’il s’agit. Donc tous les juifs pratiquaient la loi de Moïse parce que c’est à eux que cela avait été adressé.

Par contre, Dans le Royaume de Dieu, la grâce est venue avec un enseignement, et pour pratiquer cet enseignement de la vérité, l’Évangile de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ, il fallait expérimenter la nouvelle naissance ; Il fallait expérimenter l’Esprit de Dieu. À partir de ce moment-là, cela devient facile de comprendre les choses. Aujourd’hui, ce sujet est rendu difficile à cause des prédicateurs qu’on appelle « juifs messianiques » qui sont aussi chrétiens, mais qui sont en train de ramener les chrétiens sous la loi de Moïse. Je pense qu’il faut faire la part des choses. Ici, Jésus a clairement expliqué ce qu’il y a. Il dit : je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

Donc il est clair que Jésus n’est pas venu pour abolir la loi, mais pour l’accomplir. Il est également clair qu’aucun prédicateur n’a le droit de supprimer une seule lettre dans la loi, car la loi c’est la Parole de Dieu. Tant que la loi demeure la Parole de Dieu, personne n’a le droit de la supprimer. Celui qui le fait, encourt des sanctions selon ce que Jésus a dit. Souvent, il y a des prédicateurs qui disent que la loi est abolie, nous ne sommes plus sous la loi, nous sommes sous la grâce. Et quand les gens parlent, on a l’impression qu’il y a un Dieu qui a fait la loi et qu’il y en a un autre qui a fait la grâce. C’est l’impression que ça donne, comme si nous étions dans des époques différentes. Mais nous devons savoir que le Dieu qui a donné la loi, est le même qui est venu en Jésus-Christ avec la grâce et la vérité. Le même Dieu qui a conduit les enfants d’Israël dans le désert et qui les a établis dans leur terre promise, est le même qui est venu en Jésus-Christ et c’est le même Dieu qui conduit aujourd’hui l’Église.

Il faut savoir faire le pont entre la loi et la grâce. Il ne faut pas supprimer la loi. Il faut savoir expliquer et comprendre ce que cela veut dire quand Jésus dit qu’Il est venu pour accomplir la loi. Dès l’instant où nous ne sommes plus dans le domaine d’Israël, et que nous sommes entrés dans le Royaume de Dieu, qui est un Royaume spirituel et qui ne vient pas à frapper les regards, mais qui se trouve au-dedans de nous ; dès l’instant où nous avons été régénérés par la Parole de Dieu et que nous avons reçu le baptême du Saint-Esprit, nous devons accomplir la loi, comme Jésus l’a fait. Chaque chrétien doit accomplir la loi.

Mais il doit accomplir la loi étant inspiré par le Saint-Esprit. Et on doit l’accomplir par l’homme spirituel, le nouvel homme qui est issu de la nouvelle création en Jésus-Christ. C’est celui-là qui obéit à la loi désormais et il pratique la loi selon que Jésus l’a enseigné. On le voit clairement au verset 20 : Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. Voici la clé pour comprendre le sujet. Nous les disciples de Christ, qui avons expérimenté la nouvelle naissance, notre justice doit dépasser celle des scribes et des pharisiens qui à ce moment-là, étaient les garants de la loi de Moïse. Donc, Jésus les a pris en exemple pour dire que normalement celui qui est devenu chrétien, qui est citoyen du Royaume de Dieu, doit avoir une justice qui surpasse celle de ceux qui sont sous la loi de Moïse. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Cela veut dire que nous avons en face de nous, une nouvelle définition de la loi. La loi n’est pas supprimée mais elle a été redite en Jésus-Christ, elle a été exprimée d’une autre manière, elle a été placée d’une autre manière devant les chrétiens. Pourquoi ? Parce que les chrétiens ont expérimenté la nouvelle naissance, ils ont reçu l’Esprit de Dieu, l’Esprit qui a écrit la loi. Et ils marchent désormais par la foi. Dans la loi, on ne vivait pas par la foi. Pour pratiquer la loi, il fallait être hébreu tout simplement. On ne parlait pas d’être un homme de foi pour pratiquer la loi. Si tu es né hébreu, tu es soumis à la loi de Moïse de manière systématique. C’était comme une culture, la culture de Dieu et de ses commandements. C’était ça la loi.

Aujourd’hui celui qui obéit à la loi en Christ ne doit pas le faire parce qu’il est hébreu ou juif, mais le chrétien, obéit à la loi par la foi parce que la loi de Moïse est devenue la loi du Royaume de Dieu. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Jésus qui le dit. Le verset 21 est clair : Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point ; celui qui tuera mérite d'être puni par les juges. Ça c’est la loi de Moïse, maintenant vient la loi du Royaume de Dieu : Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d'être puni par les juges ; que celui qui dira à son frère : Raca ! mérite d'être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira : Insensé ! mérite d'être puni par le feu de la géhenne. Voilà ! ça c’est la loi du Royaume de Dieu. Le crime aujourd’hui a été redéfini. En Christ, est criminel celui qui a de la haine pour son frère, sans l’éliminer physiquement, pourvu que tu ais de la haine, Dieu dit que tu l’as tué déjà.

Nous voyons ici, qu’il y a une redéfinition du crime. Ce n’est plus d’ôter physiquement la vie à quelqu’un comme c’était défini dans la loi de Moïse, mais maintenant, le fait d’avoir de la haine et du mépris pour ton frère, tu as commis un crime. Les injures également : Raca ! mérite d'être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira : Insensé ! mérite d'être puni par le feu de la géhenne. Donc la loi dans le Royaume de Dieu, est devenue plus sévère. Autrement dit, la loi de Moïse devient plus sévère dans le royaume de Dieu. Il y en a qui se trompent, Ils disent que nous sommes sous la grâce et que c’est plus difficile de pratiquer la loi. Mais je pense que c’est le contraire. Il faut bien lire la bible pour comprendre que c’est le contraire. C’est plus difficile de pratiquer la loi dans le Royaume de Dieu que ça ne l’était sous Moïse.

Par exemple, il est écrit au verset 27 : Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras point d'adultère. C’est écrit dans la loi. Mais Jésus ajoute : Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. Dans la loi de Moïse, tu étais adultère si on te prenait en flagrant délit avec la femme d’autrui. Mais dans le Royaume de Dieu, cette loi est devenue plus dure, parce que le regard suffit pour être appelé adultère. Donc vous voyez qu’en Christ, il y a un renforcement de la loi de Moïse. Pourquoi ? parce que notre justice doit dépasser celle des scribes et des pharisiens. C’est la pensée que Jésus a exprimée. Il est venu accomplir la loi, Il n’est pas venu l’abolir parce que la loi est spirituelle, comme l’a dit Paul. Donc maintenant, avec le Saint-Esprit, on devrait mieux comprendre la loi de Moïse. En cela, notre approche sur ce sujet, en tant que chrétien doit être plutôt une approche de compréhension, et non dire que la loi est abolie.

« On ne fait plus ceci, on ne fait plus cela ». Si on part sur cette base, on va contre ce que Jésus Lui-même a dit. Il a dit qu’il ne faut pas enseigner les gens à désobéir ou à mépriser la loi parce que si tu le fais, tu encours des sanctions. Il est encore dit :

31Il a été dit : Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce.32Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère.

Dans la loi de Moïse, on donnait des lettres de divorce aux femmes pour les répudier, mais Jésus est revenu sur cette loi pour dire que les choses n’étaient pas ainsi au commencement. En Christ, on ne divorce pas, on ne donne pas de lettre de divorce. Il est plutôt dit que celui qui peut répudier sa femme, c’est celui qui a été trompé par sa femme, c’est pour cela qu’il y a la mention : « sauf pour cause d’infidélité ». Mais, quand il dit cela, vous allez trouver d’autres écritures qui parlent de pardon. Celui qui ne pardonne pas, ne sera pas pardonné.

Autrement dit, même si ta femme t’a trompé, tu es obligé de lui pardonner son péché sinon toi-même tu ne seras pas pardonné par le Seigneur. Quand la femme adultère a péché, les gens voulaient la lapider et ils ont dit à Jésus que Moïse leur avait prescrit de lapider une telle femme. Jésus avait reconnu que la loi avait raison, car la femme méritait d’être lapidée, mais en même temps, Il leur a dit : Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. Ils ont déposé les pierres et ils se sont retirés. Ils n’ont pas accompli la loi de Moïse parce qu’ils ont été freinés par la loi du Royaume de Dieu qui prend en compte la miséricorde et le pardon, le fait de ramener la Parole de Dieu à soi-même et de ne pas juger les autres. Et dans le Royaume de Dieu, c’est Dieu qui fait justice, ce n’est pas la foule qui lapide et qui tue. C’est Dieu qui juge chacun selon ses péchés, selon ses fautes, ses transgressions.

Donc Jésus n’est pas venu pour abolir la loi, mais Il est venu pour renforcer la loi et la clé de la vie dans le Royaume de Dieu, c’est la miséricorde, le pardon, l’amour. Mais tout cela n’a jamais exclu le jugement et les punitions de Dieu. La punition de Dieu a toujours existé, que ce soit dans la loi de Moïse comme dans la loi du Royaume de Dieu. Donc en lisant ces exemples que Jésus donne, nous devons comprendre par-là que la loi n’a jamais été abolie mais elle a été renforcée dans le Royaume de Dieu. Il dit au verset 38 :

38Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. 39Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre. 40Si quelqu'un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. 41Si quelqu'un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui.

Mes frères et sœurs, « œil pour œil, dent pour dent » c’est dans la loi de Moïse, mais en Christ, il n’y a pas cela. En Christ, il existe le pardon, la miséricorde, le renoncement à soi-même, il existe toutes ces choses qui concourent à ramener la Parole de Dieu à notre propre personne et à laisser Dieu s’occuper de ceux qui nous font du mal. Jésus a une approche de ce sujet qui doit être l’approche de chacun d’entre nous. On peut lire encore dans Marc 12 le verset 28 :

28Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s'approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? 29Jésus répondit : Voici le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur ; 30et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. 31Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là. 32Le scribe lui dit : Bien, maître ; tu as dit avec vérité que Dieu est unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui, 33et que l'aimer de tout son cœur, de toute sa pensée, de toute son âme et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices. 34Jésus, voyant qu'il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osa plus lui proposer des questions.

Vous voyez, ici Jésus a résumé la loi dans le commandement sur l’amour de Dieu et sur l’amour du prochain. C’est très important mes frères et sœurs : L’amour de Dieu et l’amour du prochain. Nous disons toujours que nous sommes sous la grâce, et que nous ne sommes plus sous la loi, mais si Dieu nous a fait grâce en Jésus-Christ, est-ce que nous aussi nous faisons grâce aux autres ? Parce qu’il y en a qui vivent la loi sans s’en rendre compte, je parle de la loi de Moïse. Ils vivent dans la loi de Moïse, car, ils vivent dans le Royaume de Dieu comme les hébreux qui vivaient sous la loi au temps de Jésus. C’est cela le problème aujourd’hui. Beaucoup veulent être dans le Royaume de Dieu et vivre la loi comme les hébreux vivaient la loi dans l’ancien temps.

Il y a des chrétiens aujourd’hui qui veulent pratiquer le sabbat comme cela se pratiquait au temps des enfants d’Israël. Eux-mêmes voient que ce n’est pas possible, mais ils veulent le faire quand même. Ce n’est pas possible ! Parce que nous sommes dans le Royaume de Dieu, nous ne sommes pas dans l’Ancienne Alliance avec les hébreux. Nous ne sommes pas dans le désert, ni au temps des rois David, Salomon, ni même au temps où Jésus est venu. Nous ne sommes plus dans ces temps-là, nous sommes dans le Royaume de Dieu, car Jésus est venu avec le Royaume de Dieu. Dès l’instant où Christ est apparu avec le Royaume de Dieu, qui est un Royaume spirituel, toute la loi a été convertie dans le Royaume de Dieu. Toute la loi de Moïse a été déversée dans le Royaume de Dieu. Toute la loi de Moïse a été accomplie dans le Royaume de Dieu. C’est clair, tout est dans le Royaume de Dieu. Maintenant, il est question du Royaume de Dieu. Et même, quand le Seigneur viendra visiter Israël, il ne s’agira plus de l’Israël naturelle, il s’agira du Royaume de Dieu, de la conversion, de la nouvelle naissance, du baptême du Saint-Esprit. C’est écrit dans les prophéties que le Seigneur viendra les visiter et qu’ils vont pleurer sur leurs péchés. Ils vont reconnaître le Messie, donc ils vont entrer dans le Royaume de Dieu. Et c’est ce Royaume qui viendra s’établir sur la terre ; il s’agit du Corps de Christ glorifié.

Donc, on ne peut plus pratiquer la loi comme c’était le cas au temps de Moïse et des prophètes. Jésus a dit que les prophètes ont prophétisé jusqu’à Jean-Baptiste. Et depuis Jean-Baptiste, il est question du Royaume de Dieu. Dès l’instant où le Royaume de Dieu est apparu, il n’est plus possible de pratiquer la loi comme c’était fait dans les temps anciens. C’est pour cela que Jésus a passé son temps à enseigner ses disciples, en disant à nouveau la loi. C’est Lui qui avait le droit et même le devoir de redire la loi et il l’a redite aux enfants d’Israël. Il ne l’a pas abolie, mais Il l’a redéfinie, Il l’a accomplie. Nous savons comment Jésus s’est comporté vis-à-vis du sabbat. Il a même dit que le Fils de l’homme est maître du sabbat, et que l’homme n’a pas été fait pour le sabbat, mais le sabbat a été fait pour l’homme. Donc Il a placé le fils de Dieu au-dessus du sabbat. Le sabbat ne s’impose pas au fils de Dieu, mais c’est le fils de Dieu qui pratique le sabbat selon l’Esprit. Donc, désormais, les choses sont claires.

Mais, malheureusement dans la chrétienté aujourd’hui, nous avons une montée en puissance du judaïsme. Parce qu’il y a plusieurs qui se disent juifs et qui sont devenus prédicateurs et comme ils sont devenus prédicateurs, ils veulent ramener l’église dans le judaïsme, dans les anciens temps. Au point que beaucoup de frères et sœurs sont en train de judaïser. Jésus-Christ est devenu « Yeshoua Amashia ». Il y en a qui parlent de faire le sabbat, de réécrire la bible en hébreu. Il y a beaucoup de choses que les gens sont en train de faire.

Mes bien-aimés frères et sœurs, moi je pense que c’est Jésus-Christ qui a raison. Il faut suivre l’enseignement de Jésus et celui qui suit l’enseignement de Jésus, va comprendre les choses. Christ n’est pas venu abolir la loi, mais Il a présenté la loi d’une certaine manière qui est assez claire pour nous tous. Il est venu et Il a rendu l’obéissance à la loi, spirituelle, et Il a parlé de la miséricorde. L’apôtre Paul dans Romains 3 fait un développement sur ce sujet, et au verset 31 il dit ceci :

31Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi.

Voilà ! C’est l’apôtre Paul qui le dit. Il pose la question, est-ce que nous anéantissons la loi par la foi ? Il dit : loin de là, au contraire, nous confirmons la loi. C’est ce je disais tout à l’heure : Dans le Royaume de Dieu a été déversée la loi de Moïse. Nous ne pouvons pas dire que la loi n’existe plus ou que la loi a été supprimée parce que c’est Dieu qui est l’auteur de la loi. Elle est la Parole de Dieu, ce n’est pas la parole d’un homme, donc la loi ne peut ni être supprimée ni être abolie. Et on ne peut pas dire en tant que chrétiens que nous ne marchons plus sous la loi. On ne peut pas le dire. Nous sommes dans la loi, nous vivons la loi. La loi de Moïse est devenue la loi du Royaume de Dieu. C’est toujours la même loi, il n’y a pas de loi différente, parce que c’est le même Dieu. Le « Jéhovah » de l’ancien testament est devenu le « Jésus » du nouveau testament, donc c’est la même loi. Elle a été confirmée dans le Royaume de Dieu, elle a été accomplie par Jésus.

Nous sommes dans cet esprit-là, il faut bien comprendre les choses. La loi est devenue spirituelle, elle a été redite et redéfinie. Donc désormais, il faut pratiquer la loi selon l’esprit dans lequel Jésus l’a présentée. Il ne faut pas aller au-delà ; celui qui va au-delà sort de la Parole de Dieu. Celui qui dit que la loi a été abolie et que nous ne sommes plus sous la loi, sort de la Parole de Dieu. Il faut comprendre. Quand je dis que nous sommes sous la loi, je veux dire que la loi de Moïse a été confirmée dans le Royaume de Dieu, donc elle est devenue la loi du Royaume de Dieu. Nous sommes sous la loi dans le sens qu’elle est devenue spirituelle et qu’on la pratique désormais par l’Esprit de Dieu dans le royaume de Dieu. Nous pratiquons la loi par la nouvelle naissance, ce que le juif n’avait pas non plus. Au point que Nicodème est venu à Jésus et vu qu’il ne comprenait pas le sujet, Il lui a dit qu’il devrait naître de nouveau. Mais il ne comprenait pas ce que cela voulait dire.

La nouvelle naissance avait déjà été prédite dans Ézéchiel 36, et nous l’avons expérimentée. Alors, celui qui a expérimenté la nouvelle naissance comprend le livre d’Exode, de Lévitique, de Deutéronome et de Nombre. Et nous prêchons ces livres-là, parce que nous avons reçu le Saint-Esprit et nous comprenons très bien la loi de Moïse. Nous savons l’appliquer aux réalités spirituelles du Royaume de Dieu. Donc la loi n’a jamais été abolie. Ce sont les juifs messianiques qui sont en train de semer le désordre dans la chrétienté parce qu’ils veulent se montrer plus spirituels que les prédicateurs des nations, de ceux qui ne sont pas hébreux comme eux. Donc ils veulent ramener la chrétienté dans des pratiques qui ne sont pas bibliques. Mais nous disons non à cela parce que Christ n’a jamais enseigné de cette manière ; les apôtres non plus.

Que la paix et la grâce du Seigneur soient sur chacun d’entre nous. C’est un sujet très difficile parce que lorsque les apôtres ont commencé à faire l’œuvre après qu’ils aient reçu le baptême du Saint-Esprit, le problème s’est posé à eux. Même les douze avaient des difficultés avec le sujet parce qu’ils ne savaient pas faire le pont entre l’ancien et le nouveau testament, entre la loi de Moïse et les enseignements du Royaume de Dieu, ce n’était pas facile pour eux. C’est l’apôtre Paul qui a eu l’intelligence ouverte par le Seigneur sur ce sujet et qui en a beaucoup parlé. Au point même qu’il avait eu à reprendre Pierre parce qu’il avait une attitude qui était un peu déplacée vis-à-vis des frères qui n’étaient pas juifs comme eux. Cela a posé beaucoup de problèmes en leur milieu et c’était même le problème qu’il y avait dans la première Église : le pont entre la loi de Moïse et la loi dans le Royaume de Dieu. Mais ce que nous devons comprendre tout simplement, c’est que la loi de Moïse a été confirmée et accomplie dans le Royaume de Dieu. Il n’existe plus de Torah pour les juifs. Ça n’existe plus mes frères et sœurs, mais il existe une Torah du Royaume de Dieu et chacun de nous avec l’Esprit de Dieu, doit pouvoir pratiquer cette loi étant conduit par l’Esprit.

Que Dieu nous bénisse et que sa grâce et sa paix soient sur nous. Je sais que tous ne seront peut-être pas d’accord avec ce que je dis dans cette étude parce que c’est un sujet qui est ouvert, qui est débattu présentement dans la chrétienté, avec l’invasion des juifs messianiques, des prédicateurs hébreux ; mais chacun pourra quand même se laisser conduire par l’Esprit pour comprendre ce que je suis en train de dire. Il faudrait que nous comprenions, nous qui avons cru au message du temps de la fin. Pour nous, ce sujet n’a pas lieu d’être parce que celui qui a compris le message du temps de la fin et qui a mûri dans la foi, je pense qu’il a très bien compris la Parole de Dieu. Et étant positionnés dans la vision spirituelle où nous sommes engagés, notre justice doit dépasser celle de tout le monde. Si on a reçu le message du temps de la fin, notre justice doit dépasser celle de tous les autres chrétiens. Parce que nous sommes appelés à une position plus honorable, celle d’Épouse de Christ.

Que Dieu nous bénisse, que sa paix et sa grâce soient sur nous et qu’il nous donne de demeurer fermes dans notre confinement. C’est le diable qui est en train de nous confiner ; nous devons travailler et prier pour sortir de ce confinement et pour continuer à servir le Seigneur dans la liberté du Saint-Esprit.