Publication: 9 février 2014
Temps de lecture: ~ 48 minutes
Auteur: Parfait M'bra

Le repos en Christ

Alléluia ! Que Dieu soit béni. Alors, ce matin, je voudrais qu’on s’entretienne sur un sujet. C’est un sujet très important. Le repos en christ. C’est une inspiration que j’ai reçue pendant ma tournée en RDC. J’en ai déjà parlé là-bas. Je voudrais qu’on s’entretienne là-dessus ce matin. Et vous savez que nous avons reçu un renouvellement d’onction dans le temps prophétique où on se trouve ; ça fait que quand on aborde un sujet biblique, on est dans une évolution. Amen ! On aborde les sujets toujours dans une évolution spirituelle. Donc il faut avoir suffisamment d’hauteur spirituelle pour comprendre le fond des choses… Parce que le souci de Dieu aujourd’hui, c’est de nous ramener à Sa pensée originelle.

Dieu a une pensée originelle, et c’est par rapport à cette pensée originelle qu’Il travaille. Et le souhait de Dieu, c’est que Son peuple retrouve Sa pensée originelle, c’est-à-dire ce à quoi Il pensait en prononçant la Parole et aussi les prophéties de la fin des temps. Et c’est là qu’on parle de la révélation. La révélation, c’est le fait de connaître la pensée exacte de Dieu qui se trouve derrière la parole prononcée, la parole qui est écrite. Ça, c’est la Bible ! Et vous savez que la Bible c’est du papier. Je peux déchirer ce livre à tout moment. Je peux le jeter ; et la Bible, c’est un livre qui est utilisée par beaucoup de personnes, notamment, les magiciens, les hommes politiques, les hommes de culture, les intellectuels, chacun utilise sa bible. Mais il y a une chose qui fait la différence entre ceux qui utilisent la bible : c’est l’onction qui donne la révélation. Il y a l’onction que Dieu donne. Pour nous les croyants, pour nous les serviteurs de Dieu, pour nous qui avons été appelés à la sacrificature dans la Maison de Dieu, on utilise le livre qu’on appelle la bible avec l’onction de l’Esprit. On l’utilise dans une position divine, par un appel.

C’est pourquoi Dieu nous donne de parvenir à la connaissance et à la compréhension exacte de Sa pensée qui se trouve derrière la parole qu’Il a prononcée et qui est aujourd’hui écrite. Amen. C’est aussi pour cette raison qu’on ne peut pas avoir la même compréhension de la bible dans le monde. Il ne peut pas avoir d’unanimité sur la compréhension de la bible. Ce n’est pas possible. D’un serviteur de Dieu à un autre, d’un prédicateur à un autre, vous verrez toujours des variations. Pourquoi ? Parce qu’on n’a pas les mêmes onctions, ni les mêmes niveaux de révélation. Il y en a qui ont des onctions qui ne viennent pas de Dieu. Il y en a qui ont des onctions qu’ils sont allés chercher je ne sais où ? Mais, ce sont des ouvriers qui travaillent.

Vous rencontrez un pasteur affilié à une organisation, il a sa compréhension de la parole de Dieu. Ce n’est pas la même compréhension dans les autres églises. Donc, le plus important, c’est l’onction qui marche avec les hommes de Dieu, avec les prédicateurs… donc, on a toujours une compréhension renouvelée de la parole de Dieu. Et j’aime le dire souvent ici, la parole de Dieu, pour nous, c’est la chose la plus importante. Celui qui dit qu’il est chrétien, qui ne comprend pas la parole de Dieu, c’est un drame. C’est un drame frère, parce que la parole de Dieu, c’est la boussole ! C’est la boussole, la parole de Dieu. C’est la parole de Dieu qui nous oriente. Et plus grave est la situation de celui qui ne comprend pas la parole prophétique. C’est encore plus grave, parce que la parole prophétique, c’est elle qui nous positionne dans le temps présent. C’est différent !

Aujourd’hui on est en 2013, on est dans le mois d’octobre. Si tu devais connaître la pensée de Dieu aujourd’hui et maintenant, il te faut la compréhension de la parole prophétique. Et si on ne comprend pas la parole prophétique, c’est encore plus grave. Mais, frères, c’est de tout ça qu’il s’agit dans le monde aujourd’hui. Que Dieu soit bénit. Donc, priez Dieu pour qu’Il ouvre toute votre intelligence pour que vous compreniez la parole. Alléluia !

Et on va lire dans II Corinthiens chapitre 4. Je vais juste lire une écriture en relation avec ce que j’étais en train de vous dire et je pense qu’à mon retour, de mon voyage, je vais revenir plus largement sur II Corinthiens 4. II Corinthiens 4, verset 3 à 6. Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; 4 pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. 5 Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes ; c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus. 6 Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres  a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.

Vous voyez cette écriture de l’apôtre Paul ici. Il dit que l’évangile est voilé. L’évangile est voilé. L’évangile qui a été donné par Jésus-Christ est voilé dans le monde aujourd’hui. Et lui, l’apôtre Paul, il dit : nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, mais c’est Jésus-Christ que nous prêchons… Alléluia. Et c’est ce que tout prédicateur doit faire, il doit prêcher Jésus. Mais Paul dit que malgré qu’on ne prêche pas autre chose que Jésus-Christ, malgré cela, notre évangile est voilé. Et il détermine avec quelle catégorie de personne cet évangile est voilé. Il dit qu’il y en a qui sont incrédules, des gens qui ont été aveuglés par le dieu du siècle présent. Ceux-là, pour eux, l’évangile est voilé. Ils ne comprennent pas la parole de Dieu. Et il y en a aussi qui périssent, qui meurent ; ils meurent dans les fausses doctrines, ils meurent dans le péché, ils meurent dans la mondanité… Ils meurent dans le monde. Donc, comme ils sont en train de mourir, l’évangile est voilé pour eux. Comme ils sont incrédules, l’évangile est voilé pour eux. Et le dieu de ce siècle présent, frères, parce qu’il y a un dieu dans le monde. Il y a un dieu dans le monde. Et le dieu qui est dans le monde a aveuglé l’intelligence des hommes. Donc, ça fait que les hommes aujourd’hui n’arrivent pas à comprendre la parole de l’Eternel Dieu. Frères, c’est un problème ! C’est un problème. On prêche la parole de Dieu, on prêche la vérité, on prêche Jésus-Christ, mais il y en a qui ne comprennent pas parce que leur intelligence est obscurcie par le dieu de ce siècle. Et il n’y pas deux dieux. Il y a un seul Dieu. Le seul Dieu : c’est Jésus, mais il y a un autre dieu, un autre qui se proclame Dieu ; qui s’est positionné à côté… Et Jésus a parlé de lui.

Jésus nous a dit : vous ne pouvez pas servir deux maîtres à la fois. Les deux maîtres dont Il a parlé, c’est Lui Jésus et Mamon. Et Mamon, c’est le dieu de ce siècle. C’est le dieu de ce siècle, c’est lui qui s’appelle Mamon. Le monde entier est sous l’emprise de Mamon. Mamon, on le présente toujours comme le dieu de l’argent. Mais frères, il y a beaucoup de choses qui sont reliées à l’argent. Tous les péchés aujourd’hui sont reliés à l’argent. Il n’y a pas un seul péché qui ne soit pas relié à l’argent aujourd’hui. Tous les péchés sont reliés à l’argent. C’est le dieu de ce siècle, et Mamon est entré dans le milieu des chrétiens. Donc, les yeux des adorateurs sont voilés, l’évangile aussi est voilé, les gens ne comprennent plus la parole de Dieu. Il y a un drame frère ! Moi je béni Dieu.

Si tu es sûr que tu as la bonne compréhension de la parole de Dieu, il faut rendre grâce à Dieu parce que les gens ne comprennent pas la parole de Dieu. Les gens ne comprennent pas les enseignements de Jésus, frères. Mêmes ceux qui se disent chrétiens ne comprennent pas et comme il n’y a pas suffisamment d’humilité et de simplicité pour à chaque fois revenir devant le Seigneur pour ouvrir nos yeux, pour comprendre la parole, alors les gens meurent, les gens meurent. Pourquoi on retrouve des chrétiens plus ou moins sincères qui sont dans le faux évangile ? Ils ne comprennent pas ! Ils ne comprennent pas frères. Aujourd’hui quand vous parlez, les gens se disent : Mais d’où est-ce que vous tenez votre prédication, parce que tout ce que nous entendons n’a rien à voir avec ce que vous dites…Mais parce que les gens ne comprennent pas ! Alléluia. Les gens ne comprennent pas la parole de Dieu. Moi, je me rends compte au fur et à mesure que j’avance que le problème des gens aujourd’hui et même de ceux qui sont assis à l’église, c’est qu’ils ne comprennent pas bien la parole de Dieu.

Priez frères. Mêmes vous qui êtes assis ici, priez pour bien comprendre la parole de Dieu. Tu ne peux pas vivre un évangile que tu ne comprends pas, ce n’est pas possible. Une parole qui sort de la chaire que tu ne comprends pas, tu ne peux pas la vivre, ce n’est pas possible. Pour vivre la parole, il faut la comprendre. Et pour comprendre la parole, il faut être humble, il faut être simple d’esprit. Alléluia ! Il faut tout ramener à Dieu Lui-même et à Sa personne. Pour comprendre la parole de Dieu, il faut commencer par avoir du respect pour Dieu lui-même d’abord ! Alléluia. Pour mesurer l’importance de la parole de Dieu, il faut avoir du respect pour Dieu Lui-même. Si tu n’as pas de respect pour Dieu Lui-même, comment est-ce que tu peux comprendre Sa parole ? Ce n’est pas possible. Nous lisons dans Hébreux chapitre 4, à partir du verset 1.

Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. 2 Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. 3 Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit: Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres eussent été achevées depuis la création du monde. 4 Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour. 5 Et ici encore : Ils n’entreront pas dans mon repos ! 6 Or, puisqu’il est encore réservé à quelques-uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance,

7 Dieu fixe de nouveau un jour-aujourd’hui-en disant dans David si longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs. 8 Car, si Josué leur eût donné le repos, il ne parlerait pas après cela d’un autre jour. 9 Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. 10 Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. 11 Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance.

Alléluia. On lit dans Galates chapitres 5, à partir du verset 17.

17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. 18 Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi. 19 Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, 20 l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, 21 l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. 22 Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, 23 la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. 24 Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. 25 Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit.

Amen. On va lire un autre chapitre. Hébreux chapitre 12 verset 4 :

Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché.

Que Dieu soit béni. Frères, je voudrais qu’on regarde ce sujet ensemble. Par moment, en prêchant, on a évoqué ce sujet, mais ce matin, je voudrais aller en détail là-dessus. C’est l’apôtre Paul qui nous parle ici du repos. Et vous verrez que dans Hébreux, il a développé beaucoup de pensées en relation avec Israël, en relation avec le passage de l’Egypte à la terre promise, en relation avec la loi, les sacrifices, au temps d’Aaron et de ses enfants et il a fait des comparaisons avec le Nouveau Testament. Et dans Hébreux 4, il parle du repos ; il parle du repos et la pensée que Paul développe ici est en relation avec nous, mais il prend d’abord appui sur ce qui s’est passé dans les temps anciens, parce que le repos a été promis aux enfants d’Israël et par la suite à l’Eglise.

Donc, il faut parler du sujet en prenant en compte ce qui s’est passé au temps des enfants d’Israël, en relation avec les promesses que Dieu a faites à leurs pères, et aussi en relation avec nous. Vous savez qu’Israël a été dans l’esclavage en Egypte. Ils ont été en esclavage pendant longtemps et Dieu a pris la décision de les délivrer de la servitude parce qu’Il avait déjà fait des promesses à Abraham dans ce sens-là. Donc, lorsque le temps est arrivé, Il leur a envoyé un prophète, Moïse, et Il a combattu le Pharaon pour lui arracher le peuple d’Israël. Et Israël est parti du désert. L’exode a commencé en Egypte… vous connaissez très bien l’histoire. Ça commencé en Egypte et ils ont passé la mer. Quand ils ont passé la mer, ils ont entamé la marche dans le désert et la finalité, c’était la terre promise.

Israël avait quitté l’Egypte pour entrer dans la terre promise. Et c’est la terre promise qui devait être leur lieu de repos dans ce que Dieu leur avait dit. Donc l’Egypte était vraiment une terre de servitude pour eux. Vous le savez tous. Quand ils étaient là-bas, ils étaient esclaves des Egyptiens, esclaves de Pharaon et ils étaient sous la domination des démons de l’Egypte. Ils n’adoraient pas l’Eternel et dans les types, on compare toujours l’Egypte au monde. Quand un chrétien est dans le monde, c’est comme s’il était en Egypte dans la servitude du péché. Et Dieu l’appelle à Lui et Il lui donne le salut qui le délivre. C’est pour cela que l’écriture dit qu’ils ont été baptisés en Moïse. Leur passage de la mer rouge était comme le baptême d’eau au nom de Jésus pour le pardon des péchés. Et l’apôtre Paul montre que lorsqu’ils sont passés dans la mer et qu’ils ont entamé le désert, ils ont reçu la loi. La loi, c’est la parole. Ils ont reçu la manne, ils ont reçu la parole et Paul dit ici dans Hébreux qu’ils ont reçu la bonne nouvelle. Dans le désert, les enfants d’Israël ont reçu la bonne nouvelle, c’est-à-dire l’évangile. L’évangile, c’est la prédication qui nous amène à la foi dans la résurrection des morts. Est-ce que vous comprenez ? L’évangile, c’est ça, c’est la promesse de la résurrection des morts. Après la mort, tu ressuscites, si tu crois en cela, tu as l’évangile. Tu es identifié à Christ. Donc, les enfants d’Israël savaient qu’en mourant, s’ils croyaient en l’Eternel Dieu, s’ils l’adoraient, ils allaient revenir à la vie pour un monde meilleure. Abraham le croyait déjà. Après Abraham, il y a eu Isaac, il y a eu Jacob et on a progressé vers les douze tribus… Joseph et ses frères. Joseph quand il était en Egypte, il a dit à ses frères de partir de l’Egypte avec ses os…

Prenez mes os… leur avait-il dit ! Pourquoi ? Il avait la révélation de la résurrection des morts. Il savait qu’on revenait à la vie si on croyait en l’Eternel. C’est pour cela que Paul dit qu’ils avaient l’évangile. Tout a été donné en type. Donc les enfants d’Israël avaient l’évangile, ils avaient la parole de Dieu. La loi, les prescriptions, les ordonnances, c’était un arsenal de prédications. Vous voyez ! Et tous ceux qui croyaient avaient la vie. Donc, Paul dit ici que cette bonne nouvelle qui nous a été annoncée leur avait été aussi annoncée. Le problème, c’est que la parole qu’ils ont reçue… Paul dit que ça ne leur avait pas servi. Ils n’ont pas vraiment cru dans cette parole. Ceux qui ont cru n’étaient pas nombreux. Mais vous voyez frères, quand ils ont traversé la mer, arrivés à la porte de la terre promise, qui était pour eux le lieu de repos, ils devraient entrer et exterminer les nations qui occupaient les lieux pour s’installer.

C’est ce que Dieu leur avait dit. Donc dans le désert, beaucoup sont tombés à cause de l’incrédulité, à cause de la désobéissance que l’apôtre Paul montre ici. Donc, ils ne sont pas entrés dans la terre promise. Paul dit qu’ils ne sont pas arrivés dans le repos à cause de la désobéissance. Et mêmes ceux qui sont entrés dans la terre promise ont été paresseux, parce qu’ils n’ont pas libéré toute la terre promise. Ils n’ont pas combattu tous les ennemis. Ils n’ont pas dévoué par interdit tous ceux que Dieu a dit qu’ils devraient dévouer par interdit. Ils ont mené des combats, mais ils ont laissé des ennemis en subsistance. Ils sont restés là…Donc, quand ils se sont installés, les ennemis qu’ils ont laissés sur place dans les environs sont devenus pour eux des problèmes. A chaque fois c’était la guerre… et par moment, ces ennemis contrôlaient même Israël ! Ils leur imposaient des dieux, ils leur imposaient des cultes…

Quand on lit le livre des Juges, on voit tout cela. Israël a souffert jusqu’à ce que le Messie vienne et quand le Messie est venu, Dieu a suspendu le temps qu’Il avait donné à Israël. Dieu a suspendu le temps et s’est tourné vers le reste du monde pour leur salut, en vue de leur accorder le repos en Christ, parce qu’Israël n’est pas entré dans le repos. Il a dit : puisque, vous n’avez pas pu entrer pleinement dans le repos que je vous ai donné, maintenant je me tourne vers les nations pour leur donner le repos... Donc le temps d’Israël a été suspendu et Jésus a dit dans les prophéties, dans Luc 21 : Jérusalem sera foulé au pied jusqu’à ce que le temps des nations soit accomplis…Donc le temps d’Israël a été suspendu. Aujourd’hui, Israël est là ! Mais est-ce qu’ils ont le repos ? Ils n’ont pas le repos. Ils n’ont pas le repos. Ils ont des problèmes. Ils sont tous éduqués à la guerre, éduqués à la surveillance, éduqués à faire attention, à être vigilant parce qu’à tout moment, une roquette peut tomber là-bas, à tout moment, une bombe peut être larguée, à tout moment on peut évacuer les lieux à cause d’un attentat, ils sont toujours sur le qui-vive, ils n’ont pas le repos frères.

Mais si leur ancêtres avaient libéré entièrement le territoire et s’ils étaient les seuls à vivre là, ils seraient tranquilles, ils seraient en paix. Ils n’ont pas eu de repos. Donc en Christ, Dieu nous a donné le repos. Quand le Seigneur nous a appelés en Jésus-Christ, c’est pour nous donner le repos frères. Alléluia. C’est le même processus. Dieu nous a appelés pour nous donner le repos. Mais frères, celui à qui on donne le repos, ou bien, disons que celui qui se repose, c’est celui qui a travaillé auparavant. Est-ce vous pouvez vous reposer sans avoir travaillé ? Est-ce que vous pouvez mériter un repos sans avoir travaillé ? On ne peut pas conjuguer le verbe « se reposer » sans travailler ! D’abord travailler et puis ensuite se reposer. Le travail d’abord, ensuite le repos. On ne peut pas se reposer sans avoir travaillé. L’écriture est formelle. Dieu a travaillé six jours, Il s’est reposé le septième jour. Et Paul dit ici : car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres comme Dieu s’est reposé des siennes… Il faut être dans le repos de Dieu.

Maintenant quand vous regardez ce processus, ici, en Egypte, nous avons le vieil homme. Je pense que vous allez commencer à voir ce que je veux dire. Ici, en Canaan, nous avons le nouvel homme. Est-ce que vous comprenez ? Parce que lorsqu’il y a eu l’œuvre de la croix, nous avons expérimenté, en tout cas, pour ceux qui croient à ce que Jésus a fait à la croix, vous verrez maintenant la nouvelle naissance, le baptême de l’Esprit… Et à ce moment, vous devenez une nouvelle personne, une nouvelle création. Celui qui a cru en Jésus-Christ devient une nouvelle personne et en lui désormais subsiste un nouvel homme et un vieil homme. Le repos, c’est lorsque le nouvel homme vit pleinement sa vie en nous, après avoir vaincu le vieil homme. Alléluia, le nouvel homme qui a été créé à l’image de Christ, quand on devient chrétien, lorsqu’il commence à vivre pleinement sa vie en nous, alors vous entrez dans le repos de Dieu parce le repos chez Dieu se trouve avec le nouvel homme. On lit ici dans Ephésiens 4, au verset 20.

Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, 21 si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits 22 à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, 23 à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, 24 et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

Le repos dont je parle, je ne vous parle pas de la nouvelle Jérusalem, je ne vous parle pas du Millénium… On n’est pas encore arrivé là-bas. Je vous parle du nouvel homme ; et je vous parle aussi du vieil homme. En Christ, Dieu t’a donné du repos. Le repos, qu’est-ce que c’est ? Le repos, c’est lorsque tu es parvenu à détruire, à anéantir ton vieil homme, ta vie passé pour laisser vivre pleinement ta nouvelle vie en Christ. Parce que le problème que l’homme a sur la terre, qu’il soit chrétien ou non chrétien, c’est le vieil homme. La vieille nature, la nature adamique. C’est cette nature qui est le centre du péché et tant que l’homme est dans le péché, il n’a pas de repos, il est tourmenté. Vous voyez, les enfants d’Israël, quand ils étaient en Egypte, ils n’avaient pas de repos. Ils étaient tourmentés, ils étaient esclaves, réduits à la soumission au Pharaon. Pharaon faisait ce qu’il voulait, il pouvait accroître leur boulot, il pouvait leur faire tout ce qu’il voulait. Un moment, il a commencé à tuer les enfants mâles…

Ils n’avaient aucun droit en Egypte, c’était la servitude. C’est le symbole du païen, qui ne connait pas Dieu. Celui qui n’a pas conscience de Dieu, de la parole de Dieu, qui n’a pas l’Esprit, qui n’a pas la vie de Christ ; il est esclave du péché, esclave de la mondanité, le diable l’entraîne partout. Il fait de lui ce qu’il veut. Pendant qu’il pense qu’il est en train de vivre sa vie, dans la réalité, il est dans la servitude parce que sa vie est contrôlée par des personnes extérieures à lui, c’est-à-dire les démons. Il n’arrive pas à faire ce qu’il veut faire, il est contrôlé. Vous prenez un ivrogne par exemple, c’est la boisson qui le contrôle, sa vie est reliée par la boisson. Un impudique, un débauché, sa vie est reliée à la débauche, aux démons du sexe. Il fait ce qu’il veut. Il est dans les liens frères. Il n’a aucun repos, c’est la servitude.

Mais si Jésus est venu, c’est pour que nous puissions nous reposer de la servitude des démons. Mais les enfants d’Israël n’ont pas pu se reposer parce qu’ils ont refusé de libérer la terre promise. Cette terre dont nous parlons, il ne faut pas réfléchir loin, c’est ton cœur régénéré par la parole de Dieu ; ton cœur né de nouveau. C’est ton cœur qui est ici. Est-ce que vous comprenez ? C’est ton cœur qui est ici ! Il faut le libérer si tu veux te reposer. S’il n’est pas libéré, tu n’as pas de repos. La promesse de la délivrance, la promesse du repos est pour notre cœur frères. Le cœur, c’est là-bas le centre de tout. C’est le centre de tout. Lorsqu’on dit aux frères priez, jeûnez, criez au Seigneur, humiliez-vous, menez les combats spirituels pour vous délivrer, il y en a qui ne veulent pas le faire. Mais c’est votre propre problème ! Vous ne pouvez pas vous reposer ! Non ! Celui qui ne veut pas travailler n’aura pas de repos, frères. Pour avoir du repos en Christ, il faut travailler ! Et le repos, c’est la pleine vie de l’Esprit, la pleine vie de l’Esprit… La pleine révélation de ta divinité ; la pleine révélation de la nouvelle création, le nouvel homme qui a été sauvé, le nouvel homme qui a la victoire sur le péché, sur le monde, sur les démons. Oui, frères, l’homme intérieur, le nouvel homme, lui, il a la victoire ! Lui, il peut s’opposer au péché, mais la chair ne peut pas le faire. Le vieil homme ne peut pas le faire parce qu’il est le centre même du péché. Tout le péché est relié à sa personne.

C’est pour cela que Paul parle de notre vie passé…nous dépouiller par rapport à notre vie passé, du vieil homme et à être renouvelé dans notre intelligence pour revêtir l’homme nouveau. Celui qui se repose, c’est celui qui a revêtu l’homme nouveau après avoir travaillé. Et le travail qu’il fait, c’est le travail pour libérer le territoire de son cœur, le libérer des Philistins, de tous ces dieux étrangers, des démons qui sont venus l’assiéger.

Le péché d’Israël est aujourd’hui le péché de l’Eglise. Oui, ils sont venus, beaucoup sont venus au Seigneur, mais ils n’ont pas la révélation du repos. Oui, ils luttent. Il y a des frères qui n’ont pas la paix. Socialement, ils n’ont pas la paix, spirituellement ils n’ont pas la paix. Ils sont troublés, ils sont perturbés, ils n’ont pas le repos ! Mais tant que tu ne veux pas travailler… parce que lorsque le Seigneur a envoyé les enfants d’Israël, Il leur a donné le pouvoir d’anéantir les Philistins et les autres voisins. Et Jésus a fait la même chose lorsqu’Il a envoyé Ses disciples, Il a dit à Ses disciples : tout pouvoir m’a été donné dans les cieux et sur la terre, je vous donne le pouvoir de marcher sur les serpents, sur les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi et rien ne pourra vous nuire…

Jésus a dit : *j’ai vaincu le monde, j’ai vaincu les démons, j’ai vaincu le péché…*Donc, entrer dans le repos de Dieu, c’est prendre toutes les armes de Dieu et libérer la terre promise. La terre promise, c’est ce nouvel homme qui a été créé en Jésus. S’il prend toute la place dans ton cœur, tu es au repos. Tu te reposes frère. Tu es en paix. Parce que le nouvel homme, c’est la divinité retrouvée. Quand il vit, tu es tranquille. Paul a dit dans Romains: Quand je veux faire le bien, c’est le mal que je fais. En ce moment, il était dans les luttes, entre le vieil homme et la nouvelle création, l’homme nouveau… Cette position ici, ce n’est pas la position d’un païen, mais c’est la position d’un chrétien qui est tiraillé entre le vieil homme et le nouvel homme, entre la chair et l’Esprit. Là, il n’y a pas de repos.

Dans le monde, il n’y pas de tiraillement. Parce qu’il y a un seul qui gouverne, qui règne, c’est le vieil homme. Donc, il n’y pas de tiraillement ! Tu te lèves, tu fais ce qu’il te commande de faire. Vas à gauche, tu vas à gauche, vas à droite, tu vas à droite. Entres là, tu entres là, tu ne peux pas refuser, mais en Christ, c’est possible de refuser. Paul dit : Ce que je veux faire qui est dans mon cœur qui est bien, je n’arrive pas à le faire ! C’est le mal qui s’attache à moi. Il dit : oh ! Qui va me délivrer ? Mais plus tard Paul dit : Ceux qui sont à Christ ont crucifié la chair. Il dit : si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi… Vous voyez ! Il est dans le repos ! Il est dans le repos ! Paul a réussi à faire la différence entre les fruits de l’Esprit et les œuvres de la chair. Au départ, il ne pouvait pas le faire…Il a fait la part des choses. Au départ, il ne pouvait pas le faire !

Dans quelle prophétie de l’Ancien Testament avez-vous vu la différence entre le fruit de l’Esprit et les œuvres de la chair ? C’est écrit dans quelle écriture ? Dans quelle prophétie ? Mais si Paul est parvenu à écrire la différence entre les fruits de la chair et les fruits de l’Esprit, c’est parce qu’il a expérimenté les deux types de fruits. Ce sont deux arbres qui ont des fruits différents. Et il a vaincu cette dualité. Il a vaincu la dualité de la chair et de l’Esprit pour être un homme pleinement dans l’Esprit. Pour parvenir à dire : si je vis, ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi…il faut avoir vécu l’expérience frères, c’est une expérience. Ce n’est pas une histoire de doctrine. Quand on quitte l’Egypte, c’est pour entrer dans la terre promise. Et on ne doit pas cohabiter là-bas avec l’adversaire, non frères. Il faut travailler. Et je vous le dis, je vous le dis : ça c’est l’évangile ! C’est ça qu’on appelle l’Evangile. Vous comprenez ? Ça c’est l’Evangile. C’est le vrai Evangile, parce que son aboutissement, c’est la mort effective du vieil homme et la résurrection effective du nouvel homme.

Quand les gens parlent du repos, ils pensent que c’est le fait de quitter le monde et d’être venu à Christ. Ce n’est pas cela, ça ne suffit pas. Tu as fait une partie du chemin. Non frères. Ceux qui sont arrivés ici, dans le désert avaient effectivement quitté l’Egypte ! Mais est-ce qu’ils sont entrés dans la terre promise ? Ils ne sont pas entrés. Mais mêmes ceux qui sont entrés, mêmes ceux qui sont entrés, est-ce qu’ils ont obtenu le repos ? Non ! Paul dit : si Josué leur avait donné le repos, on n’aurait pas parlé encore d’un autre repos. Donc, frères, celui qui vient au Seigneur, toutes choses se trouvent entre ses propres mains. Oui, frères, tout est entre ses propres mains. Personne ne viendra travailler à ta place ! Non, il faut travailler ! Tu veux te reposer, travailles ! Il faut travailler. Ta vie t’appartient, c’est ton champ personnel. Amen.

Tu veux te reposer, travailles. Il y a un repos en Christ pour tout homme. Personne n’est exclu. C’est un repos pour tout le monde. Personne n’est exclu. Il n’y pas un frère qui est exclu, il n’y a pas une sœur qui est exclue. Tout le monde a la promesse du repos. Quand on vient au Seigneur, c’est pour se reposer ! Ce n’est pas pour demeurer dans les tiraillements, dans les pleurs, dans les craintes, dans les tremblements. On mène des actions qui n’aboutissent pas, il y en a dont les actions ne vont jamais au bout, elles s’arrêtent en chemin. Oui, il y en a qui sont restés dans le désert ici, ils ne sont pas entrés. Vous trouvez des gens vingt ans après, trente ans après, quarante ans après, quand vous examinez leur vie chrétienne, vous voyez qu’ils ne sont pas dans le repos. Ils ne sont pas dans le repos ! Mais pourquoi ? Parce que tout ce temps, ils n’ont pas travaillé !

Prenez la vie naturelle frères, prenez la vie naturelle. Quand vous voyez les vieux qui sont à la retraite, des gens qui ont travaillé pendant longtemps, ils ont travaillé, ils ont livré leur jeunesse, leur vigueur au travail, ils ont fait des enfants, ils ont travaillé à les éduquer, à prendre soin d’eux, ils ont investis leur argent… ils ont travaillé frères. Et puis, ils sont devenus vieux, ils sont à la retraite. Les enfants ont réussis, les affaires prospèrent…Qu’est-ce qui attend de telles personnes ? C’est le repos ! Ils ont bâti des maisons, ils sont assis là tranquillement, ils se reposent de leurs travaux…Ils profitent de la vie comme on le dit.

Dans la société, celui qui est dans cette position a réussi sa vie parce qu’il a travaillé. Frères, comprenez qu’on ne peut pas parler de repos sans travail. Dans la loi de Dieu, ça n’existe pas frère, parce que Dieu Lui-même a travaillé avant de se reposer. Pourquoi toi l’enfant de Dieu, tu ne veux pas travailler ? Tu veux sauter et descendre dans le repos de Dieu, sans passer par le travail, par la guerre de libération. Ça ne marche pas frères. Tout ce que vous entendez sur ce sujet et qui est contraire à ce que je suis en train de vous dire n’est pas l’Evangile de Christ…

Et, il y en a qui poussent la chose plus loin pour dire que Jésus a tout fait, Jésus a tout fait, Il nous appelle seulement à nous reposer. Quand il dit cela, dans son esprit, les efforts spirituels ne doivent plus exister…Non, tu es venu à Christ, restes tranquille ! Est-ce que tu crois tout ce qu’il a fait à la croix ? Oui, je crois tout cela. Alors attends. Ce qu’il a fait à la croix va venir à toi, il faut croire. Si tu crois, tu vas voir ce que Jésus a fait pour toi. En disant ça, dans son esprit, il ne parle pas de travail, ni d’efforts spirituels, parce que pour lui, Jésus a travaillé à notre place. Ils comprennent mal l’écriture qui dit que celui qui vient dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres. Mais quelles sont tes œuvres ?

Quelles sont tes œuvres pour lesquelles tu te reposes ? Quel travail as-tu fait ? Qu’est-ce que tu as fait ? Quel combat as-tu mené ? Quel ennemi as-tu chassé du territoire ? Oui frères ! Parce qu’avant que Jésus ne vienne, il y avait des occupants dans ton cœur ; tu avais des partenaires, par rapport à ta vie passée ! Paul parle de nous dépouiller par rapport à notre vie passée du vieil homme. Tu as eu une vie passée avant d’avoir ta vie nouvelle en Christ. Alors tes anciens compagnons, où sont-ils aujourd’hui ? Pour que tu te reposes, il faut qu’ils ne soient plus là ! Le Seigneur a donné le pouvoir, Il a donné tous les éléments qu’il faut pour nous dépouiller. Donc, ceux qui sont encore avec toi, si tu as réussi à trouver des accords avec eux par ton comportement, ils ne bougeront pas, ils sont là. Mais saches que tu n’auras pas de repos ! Par moment, ils vont marcher sur toi, ils vont te dominer, ils vont t’assujettir, comme ils ont fait à Israël au temps de Gédéon, avant que Gédéon ne soit élevé. Quand Israël faisait la récolte de ses cultures, leurs ennemis venaient se servir et ils n’avaient plus rien…

C’était comme ça avant que Samson ne vienne ; et ils imploraient le secours de Dieu. Seigneur délivre-nous, Seigneur délivre-nous ! Mais Dieu les avait délivrés ! C’est eux-mêmes qui avaient refusé de détruire l’ennemi ; du moins leurs ancêtres. Ils les avaient laissés là, autour d’eux ! Et aujourd’hui, ils sont sur vous. Mais pour donner le repos à Israël, qu’est-ce que Dieu va faire ? Après l’enlèvement de l’Eglise, Dieu devra encore retourner en Israël pour achever le combat de Josué. Parce que la finalité depuis le début, l’ordre de Dieu depuis le début, c’était que les voisins d’Israël soient exterminés pour qu’ils aient le repos. Comme ils ne l’ont pas fait, Dieu est obligé de retourner en Israël. (Apocalypse chapitre 11). Il enverra deux témoins pour aller encore rappeler l’évangile pour avoir le repos.

Donc frères, venir à Christ et ne pas travailler à se défaire des liens de mondanité, des liens de péché, ce n’est pas encore le repos. Non ! C’est pour cela qu’on insiste tous les jours, travaillez, travaillez pour votre vie, pour votre salut ; jeûnez, priez, combattez vos ennemis et Paul le dit : vous n’avez pas encore lutté jusqu’au sang en combattant contre le péché. J’ai rappelé encore ce passage que nous connaissons dans cette église. Ici, on connait bien ce passage d’Hébreux 12 :4. Vous n’avez pas encore lutté jusqu’au sang en combattant contre le péché. Il faut lutter contre le péché. Si Jésus l’a fait, toi aussi, tu dois le faire. Tu veux avoir le repos ? Il faut travailler. Quand on travaille, on se repose et le repos, c’est vraiment l’image de la maturité spirituelle. C’est la révélation du nouvel homme, sa pleine manifestation dans notre vie et dans notre foi. Le chrétien qui est parvenu à ce stade a grandi, il est arrivé à la maturité, il connait les choses spirituelles, il les comprend, alors il se repose, parce qu’il n’est plus charnel, il est en paix, il a de l’assurance.

Quand je dis qu’il se repose, ce n’est pas qu’il ne prie plus, ce n’est pas qu’il ne jeûne plus, ce n’est pas qu’il ne travaille plus pour le Seigneur...Non ! Au contraire ! Mais celui qui est dans le repos n’a plus cette dualité, ce tiraillement entre la chair et l’esprit en lui. Il travaille et il le fait par le Saint-Esprit. Son esprit est entièrement libéré et il collabore étroitement avec le Saint-Esprit. Dans le repos, il n’y plus la chair ; le repos, c’est la vie de l’Esprit. Là se manifestent les fruits de l’Esprit, les qualités et les vertus que nous avons acquis en combattant dans la foi. Toute la vie spirituelle est en nous et devant nous. Et nous la vivons avec plaisir et satisfaction.

C’est la vie de l’Esprit. Celui qui est dans le repos n’a plus de pression charnelle, il est délivré de la chair ; parce que c’est la chair qui nous fatigue. La chair n’aime pas la prière, la chaire n’aime pas le jeûne, la chair n’aime pas le combat spirituel, la chair n’aime pas la sainteté, la chair n’aime pas la piété. La chair aime le monde, la chair aime la mode, la mondanité, le désordre, les impuretés, les souillures… la chair aime la nourriture, le manger et le boire, la chair aime dormir, la chair est ami de la paresse, de la négligence, de la nonchalance. La chair est ami du sommeil, de l’assoupissement, de la tiédeur, la chair n’aime pas les choses de l’esprit. Donc, tant que ta chair est là, tu n’as pas de repos, ton esprit souffre, tu te morfonds. Il y a une dualité. Tu es partagé, tu ne sais plus où aller et quoi faire. Et il y a la pression, surtout de ton côté, parce que c’est lui qui a un problème ! Quand tu es païen, la chair n’a pas de problème, mais dès que tu deviens chrétien, il a un problème, parce qu’il n’est plus seul dans la maison, il y a un autre, un nouvel homme créé à l’image de Christ…

Alors, la chair veut tout faire pour renverser la marche de l’esprit. Il veut tout faire pour renverser les choses et dominer l’esprit. Alléluia. On doit être ami de l’Esprit de Dieu. Allons au repos frères. Amen ! Celui qui travaille se repose de ses œuvres ; il se repose de ses combats contre la chair ! Il faut travailler. Un chrétien est un homme qui travaille, je le dis toujours dans cette église. C’est un homme qui travaille, son esprit est occupé, il travaille, il n’a pas le temps. C’est une vision spirituelle. Le travail spirituel est une vision, c’est une révélation, une orientation spirituelle. Quand tu as cette vision de te reposer un jour, tu travailles ! Et le travail n’est pas vain, celui qui travaille doit se reposer ! Les efforts ne sont pas vains ! Oui frères, tu travailles, tu dois te reposer, tu ne travailles pas, tu n’as pas de repos ! Oui, celui qui travaille devient spirituel.

Si tu travailles, tu vas devenir spirituel ; tu travailles, tu vas mûrir, tu vas grandir en esprit. Tu vas devenir riche, tu seras fondé, inébranlable. Tu travailles, tu vas comprendre Dieu, tu vas connaître Dieu davantage. Dieu sera ton ami, tu vas Lui parler avec assurance. Tu vas lui parler sans problème, sans histoire. Quand tu travailles, Dieu aime tes affaires, vous êtes d’accord et Il te chérit. Quand tu travailles, Satan a peur de toi, parce qu’il sait que tu n’as pas de temps pour lui. Et celui qui travaille ne se fatigue pas. La bible dit que Dieu ne se fatigue pas. Quand on est dans le repos, on ne se fatigue pas, c’est la chair qui se fatigue. Dans le repos, on ne se fatigue pas ; le repos, c’est une vision spirituelle. C’est une orientation, c’est un objectif de la foi. Et quand on vient en Christ, c’est pour se reposer, ce ne sont pas des discours. Les discours ne nous amènent pas au repos. L’incrédulité ne nous amène pas au repos. Non ! Le surréalisme ne nous amène pas au repos. Ce qui nous amène au repos, c’est le travail…celui qui travaille se repose. C’est comme quelqu’un qui cherche quelque chose… quand tu as trouvé, tu te reposes. Oui, frères, tu te reposes ! Tu creuses le champ, tu creuses, tu creuses, ce que tu cherches, quand tu l’as, tu te reposes. Et se reposer ça veut dire que l’homme nouveau est en lien étroit avec Dieu. Entre eux, il n’y a plus d’obstacles, il y a un lien étroit, une communion parfaite.

C’est pour cette raison qu’il y a le Jourdain. Le Jourdain, c’est le symbole de la mort. Le baptême d’eau, Paul dit que c’est le symbole de la mort. Quand on te plonge dans l’eau du baptême, tu es mort, on te ramène, tu es ressuscité. Ça, c’est dans les symboles. Mais la réalité de la mort n’est pas dans la mer rouge, mais dans le Jourdain, dans le dépouillement effectif des œuvres de la chair…quand le vieil homme est mort, tu te reposes. Quand tu parviens à faire mourir le vieil homme, tu te reposes ! Parce qu’en réalité, c’est lui le problème. C’est lui qui est le problème de l’homme. Que tu sois chrétien ou païen, ton problème, c’est ton vieil homme. C’est lui qui te fatigue, c’est l’emmerdeur numéro un. C’est l’associé des démons. Le vieil homme est l’associé des démons. C’est l’associé du monde, c’est l’associé des ténèbres.

Le nouvel homme est lié au ciel…vous voyez. Donc, poursuivons le repos. Poursuivons le repos, travaillons pour nous reposer. Empressons-nous d’entrer dans le repos afin que personne ne tombe. Quand le vieil homme est mort, enterré, de façon pratique dans ta vie, tu ne peux plus tomber, le nouvel homme ne tombe plus. Le nouvel homme ne connait pas la chute. Qu’est-ce qui peut le faire chuter ? C’est la chair qui est tombée ! Quand tu as vaincu la chair, c’est fini, tu es un homme inébranlable. Et tu vis ta vie chrétienne dans la tranquillité et l’assurance…Tu te reposes. Pour toi, c’est le repos, c’est la joie, c’est la paix, c’est la force, c’est la tranquillité, c’est le calme, tu te reposes dans la manifestation du fruit de l’Esprit. Tu es riche dans la foi.

Tu ne réagis plus, parce que la chair n’est plus. Tu réagis en esprit, mais dans la chair, tu ne réagis plus, tu es dans le repos. Quand Jésus est venu, il s’est reposé. Jésus a travaillé et le comble du travail a été sa mise à mort. Il est revenu à la vie. Quand Il est revenu à la vie, c’était le repos. Il a rencontré les disciples pendant quarante jours. Il leur apparaissait…C’est la vie de Dieu. La chair n’est plus dans ces choses. Il apparaissait et réapparaissait. Pourquoi ? Parce qu’Il avait crucifié le vieil homme, Il avait crucifié la chair. C’est un symbole. La vie de Christ, c’est un parcours, c’est un symbole. Nous, également, une fois qu’on a crucifié le vieil homme et qu’on est revenu à la vie, dans la nouvelle création, on est dans le repos. Mais tu ne peux pas dire que tu es dans le repos alors que ta chair te tiraille. Et même la chair est plus forte que toi, elle te domine. La chair t’assujetti et les démons t’influencent sur ce que tu dois faire ; tu n’es pas dans le repos. Tu as la promesse du repos, certes, mais tu n’es pas encore dans le repos. Il faut te battre jusqu’à ce que tu sois dans le repos. C’est ça le travail et c’est un travail qui se fait tous les jours.

Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui va te dire de le faire…Non ! Sinon, tu n’as pas conscience que tu dois te reposer. C’est que la souffrance aussi n’est pas pour toi un problème ! Oui, parce qu’il y en a qui se sont habitués à cette vie de tiraillement, à cette vie où les démons les dominent, le péché les domine. Ils se sont habitués à cela et ils n’en font plus un problème. Mais un chrétien qui aspire au repos, qui veut aller loin, pour lui, c’est un problème ! Alléluia ! Parce que Christ est mort pour qu’on soit libre. Christ est mort pour nous affranchir. Alléluia ! Et pour ce travail, personne ne peut déterminer la durée, mais il faut travailler jusqu’à ce que ton vieil homme meure. Frères, qu’il meure ! Il doit mourir ! Dans les églises, ce qui se passe, il y a des témoignages terribles.

Ceux qui ont la bible aujourd’hui, quand vous regardez ce qu’ils font, c’est la vie charnelle ! Oui, les chrétiens se divisent…c’est écrit dans 1 Corinthiens 1. C’est une manifestation de la chair. Les pasteurs se battent entre eux, ils se battent, ils se combattent. Ça, c’est la chair, ils n’ont pas de repos. Une église tourmentée par querelles n’est pas dans le repos. Ça se voit à l’œil nu. Ce n’est pas le repos ! Et dans les couples, Monsieur et Madame se battent à tout moment, vous n’êtes pas dans le repos ! On se marie pour se reposer, dans un foyer, on doit se reposer. Les querelles doivent finir, les palabres doivent finir ! Frères, ça doit finir, mais quand ça y est là, on n’est pas au repos. Mais c’est que Monsieur et Madame ne travaillent pas. Ils doivent travailler ! Monsieur et madame doivent se mettre d’accord pour travailler pour le foyer. Quand le foyer est libéré, c’est le repos. Oui, frères, même s’il n’y a rien ; même s’il n’y a pas beaucoup d’argent, la paix et la joie suffisent. On doit travailler pour se reposer. Mais si dans le foyer, Monsieur et Madame ne travaillent pas, comment est-ce que vous allez vous reposer ? Ce n’est pas possible !

C’est pareil ! Même nous les prédicateurs, les hommes de Dieu, c’est la même chose. Un serviteur de Dieu qui ne travaille pas dans sa vie personnelle pour se dépouiller ne peut pas avoir de repos. C’est-à-dire que la chair va toujours agir dans sa vie et dans son Ministère. Et l’église sera charnelle. On va fabriquer des chrétiens charnels, qui écoutent la parole, mais à qui ça ne dit rien du tout. C’est comme des canards, l’eau ne les mouille pas. Oui, on va fabriquer des canards, parce que l’Esprit n’agit pas. Il faut travailler. On doit travailler, frères. Et dans l’Eglise, on doit tous se mettre d’accord pour travailler. Si on travaille, on sera au repos. L’église va se reposer.

Et comme Laodicée n’a pas travaillé au départ, elle est dans les œuvres de la chair. On assiste à la multiplication des églises, la multiplication des adorateurs de Mamon. Plusieurs sont devenus des disciples de Mamon. Oui, aujourd’hui, quand on construit des églises, c’est pour chercher de l’argent. Disciples de mamon, parce que celui qui ne travaille pas dans l’esprit devient esclave de la chair, esclave de ses convoitises, de ses désirs, il en devient esclave ; esclave de ses ambitions personnelles et il va ramener toute l’œuvre de Dieu là.

Quand on parle des apôtres, les premiers disciples de Christ, ils avaient travaillé. Paul a dit à la fin, j’ai combattu le bon combat de la foi, j’ai couru, j’ai achevé la course…Il avait travaillé. Quand vous regardez le livre de Jean, 1 Jean, 2 Jean, regardez, vous allez voir... C’est l’image d’un vieux Papa qui a travaillé et qui se reposait. Il était devenu trop spirituel ! C’était un homme mûr, rempli de l’Esprit et ils donnaient des conseils aux jeunes gens. Il a dit ! Petits enfants… Pourquoi il dit petits enfants ? Parce qu’ils avaient fait des enfants en Christ et ses enfants avaient encore fait des enfants en Christ. Donc c’était un vieux papa en Christ. Petits enfants... Quand Il parle de l’amour, c’est avec assurance. Oui, frères ! Quand Jean parle de l’amour, de la vie chrétienne, de la foi, de la sainteté, c’est avec beaucoup de sagesse. Parce que frères, celui qui a travaillé est plein de sagesse. Il a la sagesse d’en haut. Quand tu travailles, tu deviens spirituel. C’est indéniable frères. Tu travailles, tu deviens spirituel. Donc Jean était vraiment le symbole de l’achèvement. Il était arrivé au sommet. Il dit : Ce que nous savons, c’est que Dieu est lumière, et qu’en Lui, il n’y a pas de ténèbres.

C’est ce que nous savons en tant que Ses disciples. En Lui, il n’y a pas de ténèbres. C’est clair frères. Donc, celui qui dit qu’il est en Jésus-Christ, et qui marche dans les ténèbres est un menteur. Il ment. Amen ! C’est un menteur. Ne le suivez pas. Il dit qu’il est en Christ, mais il est assis dans les ténèbres, il ment, qui qu’il soit. Même si c’est un pasteur, il ment, parce qu’en Dieu, il n’y pas de ténèbres. Jean dit : Si toi, tu n’aimes pas ton frère que tu vois tous les jours, ta femme que tu vois tous les jours, comment peux-tu aimer Dieu que tu ne vois pas ? Tu mens ! Et celui qui hait son frère est un meurtrier. Celui qui hait son frère… vous savez, la haine, c’est la haine. Il n’y pas de petite haine. Celui qui hait son frère est un meurtrier.

Jean dit : Mes petits enfants, nous avons connu Jésus, on a marché avec Lui, on a bu avec Lui, on a dormi avec lui…Je vous assure que celui qui hait son frère est un meurtrier, parce que Jésus nous a dit que c’est en nous aimant les uns les autres que le monde va reconnaître que nous sommes Ses disciples. Donc celui qui dit qu’il est de Dieu et qui hait son frère, ou sa sœur, ou sa femme est un menteur. Il ne connait pas Dieu, il n’a jamais vu Dieu. Quand Jean parle, c’est clair, c’est clair, parce que ce sont des gens qui ont travaillé. Ils étaient avec le Seigneur. Ils ont travaillé frères, et laissez-moi vous dire. On évolue, on évolue frères. Là où nous allons, on évolue frères.

Frères, travaillons. Vous savez, quand vous travaillez et que vous vous reposez en paix, vous êtes contents, vous êtes fières de vous-mêmes. Parce que vous avez travaillé. Prenez un homme qui a économisé dans la misère, dans les problèmes et qui a fait des réalisations. Quand il présente ses réalisations à ses amis, il est heureux et fière…Il dira : j’ai souffert, mais j’ai réussi à construire quand même quelque chose…Il a réussi quand même. Ça été dur, mais il a réussi quand même. Et les parents sont fiers de toi. Alléluia ! Oui, parce que tu as fait quelque chose.

Nos aînés ont travaillé, ils nous ont laissé quelque chose. Regardez, on en train de lire Hébreux. Toutes ces épîtres, et cette vie, c’est l’héritage du monde entier. Ils ont travaillé, nos ancêtres dans la foi. Quand Paul dit qu’il a combattu le bon combat, qu’il a fait des jeûnes multipliés…C’était pour nous laisser cet héritage ! Il y a un héritage. Paul a passé des nuits blanches à écrire des lettres au peuple de Dieu. Ces lettres nous sont en bénédiction aujourd’hui. Jésus a passé des années a prêché en Israël, à aller de ville en ville…Aujourd’hui, nous pouvons lire les témoignages des Evangiles qui rapportent ce que Jésus a fait.

Ces anciens ont travaillé, et ils nous ont laissé un héritage. L’Eglise a une histoire parce que des hommes et des femmes ont travaillé. Ils se sont consacrés à Dieu, ils ont fait l’œuvre de Dieu, c’est un héritage frères. Mais nous, qu’est-ce que nous allons laisser ? Qu’est-ce que nous faisons de cet héritage ? Et travailler, ce n’est pas seulement le fait d’aller à l’église et revenir…. C’est plus que cela ! Parce que frère, il y a des écrits dans la bible, quand vous les lisez, c’est vraiment le domaine de l’expérience. Si tu n’as pas vécu les choses, tu ne peux pas en parler dans les écrits. Donc, ils ont pratiqué la parole de Dieu, les frères ont pratiqué la parole de Dieu. Reposons-nous frères. Alléluia ! On doit se reposer. Même dans la vie sociale, on doit se reposer. Il faut qu’on se repose. Quand tu travailles, tu parviens un jour au repos. Le repos à ce niveau, c’est quand tu peux quand même profiter des fruits de ton travail. Mais si tu travailles, qu’on te paye, que tu n’en profites pas, est-ce que vraiment on peut dire que tu te reposes ? Tu ne te reposes pas. Tu es toujours tiraillé dans ton travail.

Dans le domaine spirituel, Quand ta propre vie peut profiter des fruits de l’Esprit, tu te reposes. Quand les autres peuvent aussi profiter de tes qualités spirituelles, des vertus et des dons que tu as acquis par ton travail, tu es heureux…Travaillons pour entrer dans le repos de Dieu. Celui qui travaille, son travail ne sera pas vain, Dieu va le récompenser, il va se reposer. Ce que je vous dis, c’est la vérité. Travaillons ! Dans nos foyers, travaillons ! On va se reposer.

Et je me rends compte de plus en plus que le peuple de Dieu est envoûté, les gens sont envoûtés, frères. Il y a des témoignages de faits qui se passent dans les églises, si vous entendez, vous êtes malades, mais les gens sont assis. Ils sont envoûtés, ils ne savent pas faire la différence entre le bien et le mal. Paul a cité d’un côté les œuvres de la chair et il a dit : celui qui vit dans ces choses n’héritera pas le royaume de Dieu. C’est la chair. Et puis, il mentionne maintenant le fruit de l’Esprit. C’est l’amour, c’est la patience, c’est la joie, c’est la paix… Oui, frères, la joie, la paix, la patience, la douceur…

Le repos, c’est vraiment la maturité. C’est la pleine révélation du nouvel homme. Et c’est ça le réveil, le réveil nous appelle au repos. Nous prêchons le réveil, mais le réveil nous appelle à être des hommes spirituels. Tout le travail que nous faisons, tous les efforts de prière, tous les efforts de jeûne, tous les efforts des veilles, des combats spirituels, c’est pour quelle finalité ? C’est en vue de la mort effective du vieil homme et de la résurrection effective du nouvel homme. Que Dieu soit béni. Donc, je voudrais nous apporter des paroles d’exhortation pour nous encourager et pour nous mobiliser encore plus dans la prière. Je vous l’ai dit avant de voyager que dans cette église, on n’a pas encore prié. Vous vous en souvenez ? On n’a pas encore prié ! Ce qu’on a fait jusque-là, c’était de l’amusement ! Depuis quelques mois, c’est ce que mon cœur me dit. Ce qu’on a fait jusque maintenant n’est pas encore ce qui devrait être. On n’a pas encore prié. La prière est à venir. Aspirons à la prière, à une vie pleine de prière. Parce que vous savez, la prière, c’est l’âme du réveil. Amen ! La prière, c’est l’âme du réveil. La prière, c’est encore l’arme du réveil.

C’est deux choses importantes : l’âme et l’arme. L’âme est dans le corps, le corps vit à cause de l’âme. Donc c’est quelque chose d’indispensable. Et moi, j’ai la foi que l’homme spirituel prie. L’homme spirituel prie frères, il prie. Donc, ça veut dire que normalement, au fur et à mesure que tu avances, que le spirituel prend de la place, davantage tu dois prier ! Et l’homme spirituel ne prie pas n’importe comment.

Vous savez, l’esprit religieux à des fruits ! Vous comprenez ? L’esprit religieux à des fruits. Et ce sont des fruits trompeurs ! Nous, on ne se laissera pas tromper par cela. Parce que Dieu a ouvert nos yeux…Job était bien. Mais, dans la première étape de sa vie, il était un croyant religieux. La bible dit qu’il adorait Dieu, il faisait des sacrifices pour ses enfants. Ses enfants représentaient ses fruits religieux. Il avait des enfants, c’était le fruit de sa foi religieuse…Et quand l’épreuve est tombée sur lui… le but de Dieu était de l’amener à la perfection. Dieu voulait le rendre plus spirituel, mais il ne le savait pas. Il pensait qu’il était arrivé, parce qu’il était intègre.

Jésus avait dit de Nathanaël qu’il était un homme en qui il n’y avait pas de fraudes. Mais ce Nathanaël n’avait pas la vie éternelle. Il était dans la vie religieuse comme tous les juifs. Vous voyez cela. Job pensait qu’il était arrivé. Donc, il se plaignait à Dieu au sujet de ses bonnes œuvres. Job a dit que sa conscience ne lui faisait pas de reproches sur ses jours. Dans l’épreuve, il a dit tout cela. Il se plaignait à Dieu et Dieu a reconnu que Job était un homme intègre. C’est vrai, il était intègre. Dans sa religion, il était intègre. Avec le niveau de connaissance qu’il avait de Dieu, il était intègre, frères. Mais, il y avait un autre aspect de la vie avec Dieu que Job ignorait. Alors, Dieu l’a mis à l’épreuve. Il a traversé le désert. Et dans cette épreuve, Dieu a mis à mort tous ses fruits religieux. Dieu voulait le fruit de l’Esprit. Le fruit d’une vie consacrée. Dieu voulait les fruits du nouvel homme, fondés sur la révélation.

Alors, Il a mis Job dans l’épreuve ; ses enfants sont morts, ses biens ont disparu. Et son corps s’est dégradé. Et je vous ai souvent dit que c’était le symbole du vieil homme qui mourrait. Et après, Dieu l’a renouvelé. Il lui a donné une peau nouvelle comme celle des bébés. C’est le symbole du nouvel homme. Et le nouvel homme a des fruits. Job a fait encore des enfants. Amen ! Leurs noms sont dans la bible. Dieu lui a donné encore des biens. Vous voyez ! Ce sont les fruits du nouvel homme, le nouveau Job. Et Dieu lui a rendu au double ce qu’il avait perdu. Dieu lui a restitué toute chose. Alors Job était dans le repos. Oui ! Et il a témoigné ! Il a dit à Dieu : Mes oreilles avaient entendu parler de Toi, mais maintenant, mon œil t’a vu. C’est un témoignage surprenant ! Un homme intègre, mais qui n’avait seulement qu’entendu parler de Dieu ! Amen. Un homme intègre! Donc, il y a eu une évolution des choses.

Donc frères, travaillons dans l’esprit de nous reposer. Celui qui travaille se repose. Celui qui ne travaille pas n’a pas de repos. Et même, avant d’aller dans le millénium, avant d’aller dans la nouvelle Jérusalem, qui est vraiment l’étape finale du repos, il faut d’abord avoir du repos dans ce corps en faisant mourir notre chair. Il faut pleinement entrer dans ton nouvel homme. Car c’est à lui qu’appartient le corps nouveau dans lequel on sera dans le millénium. Que Dieu soit béni ! Donc, je voudrais partager avec vous cette exhortation et demander au Seigneur de nous aider à travailler, à ne pas négliger le travail spirituel. Travaillons, frères. Et ma prière, c’est que cette église soit une église ouvrière, qui n’a pas peur de travailler pour les choses spirituelles. Le diable veut nous alourdir pour nous empêcher de travailler, mais aspirons à travailler pour nous-mêmes, pour notre maison, et pour la vie de l’église, parce que l’œuvre de Dieu doit évoluer. Et en travaillant, nous aurons du repos. Alléluia. Que Dieu soit béni.