Publication: 17 août 2014
Temps de lecture: ~ 39 minutes
Auteur: Parfait M'bra
Download
Le départ du Dioscures
Exhortation de juillet 2014

Mes bien-aimés frères et sœurs, je vous salue tous dans le nom précieux de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ qui est mort et ressuscité pour nous, par cette Parole de Actes chapitre 28, le verset 11 : Après un séjour de trois mois, nous nous embarquâmes sur un navire d’Alexandrie, qui avait passé l’hiver dans l’île, et qui portait pour enseigne les Dioscures…

Comme vous le savez, la troisième étape de cette œuvre de Jésus-Christ à Minuit, c’est la révélation du Fils de l’Eglise qui est aussi la manifestation de l’Epouse de Christ. Car Laodicée doit enfanter un Fils qui doit gouverner les nations par la puissance de la prédication. Au départ, un appel a été lancé et ceux qui ont été appelés se sont engagés dans la course, mais vous le savez, tous ceux qui répondent à un appel ne sont pas élus à la fin. Et en 2011, j’ai écrit après une visitation du Seigneur que notre mouvement est prophétiquement représenté par le voyage de Paul à Rome. Ce voyage prophétique s’est déroulé en trois étapes. Il y a eu un départ, où Paul a embarqué sur un premier navire. Lorsqu’il fut décidé que nous nous embarquerions pour l’Italie, on remit Paul et quelques autres prisonniers à un centenier de la cohorte Auguste, nommé Julius. 2 Nous montâmes sur un navire d’Adramytte, qui devait côtoyer l’Asie, et nous partîmes, ayant avec nous Aristarque, Macédonien de Thessalonique. (Actes 27 :1-2) Ce navire représentait la première étape de cette œuvre – c’était l’appel au réveil et nous avons eu de la foi pour répondre à cet appel. Et l’appel était dans le but de rendre témoignage à Rome.

Le premier point de débarquement de Paul fut en Lycie. Il débarqua là pour embarquer dans un autre navire. Et nous avons montré que plusieurs qui se sont engagés dans cet appel ont dû s’arrêter à cette première évolution de l’œuvre du réveil, ils ne sont pas allés plus loin pour des raisons diverses. Certains sont parties parce qu’ils auraient voulu que ce soit le mouvement du grand nombre. Pour eux, il fallait que tout le monde y croit pour que ça soit la vérité. Ils sont descendus en Lycie par crainte des hommes.

Après avoir traversé la mer qui baigne la Cilicie et la Pamphylie, nous arrivâmes à Myra en Lycie. 6 Et là, le centenier, ayant trouvé un navire d’Alexandrie qui allait en Italie, nous y fit monter. En lycie, Paul a dû changer de navire et c’est ce second navire qui a traversé un grand péril en mer et qui a même été perdu. L’équipage a eu la vie sauve à cause de l’ange du Seigneur qui est intervenu – c’était l’étape de la foi éprouvée. Notre foi dans ce que nous avons entendu devrait être éprouvée pour arriver à Rome. En effet, lorsque Dieu nous appelle à une œuvre, il est impérieux que nous soyons éprouvés par rapport à cet appel. L’épreuve devrait s’abattre sur les appelés pour que les élus se distinguent.

Nous avons aussi dit que ce navire représentait notre vieil homme qui doit mourir dans cette épreuve ultime afin que notre nouvel homme puisse entrer dans les promesses de Dieu. Il y a toujours pour ceux qui sont appelés à être des élus, une grande épreuve à traverser, une épreuve du cœur pour purifier notre cœur des pensées charnelles et une épreuve des reins pour affermir notre force spirituelle et nous donner une grande foi dans la puissance de Dieu. La chair doit laisser la place à la nouvelle création. Celui qui s’amuse avec cette étape de notre croissance spirituelle et qui ne tire pas leçon de ce que Dieu est en train de faire sera éliminé. Et depuis le début, Dieu ne fait qu’éliminer plusieurs des appelés de la course.

Les naufragés ont trouvé refuge dans l’île de Malte auprès des barbares. C’est là qu’ils ont passé le reste de l’hiver des difficultés spirituelles. Vous savez que dans la répartition de l’année de Grâce et aussi de l’âge de Laodicée, il y a l’HIVER qui est le temps de l’épreuve. Même pour la nature, l’hiver est un temps d’épreuve. En hiver, les choses sont difficiles ; et la création manque d’épanouissement parce que les effets du soleil et du jour sont gelés. C’est ce temps que nous avons traversé et qui s’en va à son terme. Après l’hiver, nous aurons le printemps de l’Epouse parce qu’en ce moment-là, le peuple des élus aura fini de traverser l’épreuve. Mes chers amis, pour nous, l’hiver de la dualité entre la chair et l’esprit doit finir. L’hiver avec les esprits barbares doit prendre fin. Car l’île de Malte n’est pas notre destination finale. Et l’hiver n’est pas interminable.

Toutes les saisons commencent et s’achèvent un jour. Et c’est cela qui nous réjouit ; seulement, il faut être trouvé dans la volonté de Dieu au moment de la nouvelle saison. Dans Cantique des Cantiques nous est décrit le printemps de l’Epouse, au chapitre 2 :

Mon bien-aimé parle et me dit : Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens ! 11 Car voici, l’hiver est passé ; La pluie a cessé, elle s’en est allée. 12 Les fleurs paraissent sur la terre, Le temps de chanter est arrivé, Et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. 13 Le figuier embaume ses fruits, Et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens ! 14 Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher, Qui te caches dans les parois escarpées, Fais-moi voir ta figure, Fais-moi entendre ta voix ; Car ta voix est douce, et ta figure est agréable. (Cant 2 :11-14)

N’est-ce pas là une belle description ? C’est l’Epoux qui appelle son Epouse ! Lève-toi et viens ! C’est une invitation pour aller savourer le printemps, le beau temps que leur offre la nature. En effet, quand on vient de passer un hiver aussi rigoureux, enfermé sur soi-même, on ne peut qu’apprécier le printemps. Et pendant l’hiver, l’Eglise a été enfermée sur elle-même parce qu’elle n’avait pas de témoignage à rendre au monde et à la création. Mais si nous regardons ce qui est décrit dans la nature, nous comprenons la signification prophétique avec l’Eglise. Les fleurs paraissent sur la terre et le temps de chanter est arrivé ! C’est le peuple élu qui va chanter et louer Dieu pour son Amour ; ce peuple qui manque aujourd’hui d’épanouissement à cause des épreuves sera épanouis. Il va répandre l’odeur de Jésus-Christ dans les nations, car au Printemps, la vie recommence sur la terre.

Mes bien-aimés, au moment où nous allons au printemps, *Connaissons, cherchons à connaître l’Eternel ; Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, Comme la pluie du printemps qui arrose la terre*. (Osée 6:3) Connaissons l’Eternel, achevons l’Ecole du Saint-Esprit dans l’obéissance et la soumission. Acceptons le brisement complet de Dieu pour voir sa gloire et son règne dans notre vie. Demandez à l’Eternel la pluie, la pluie du printemps ! L’Eternel produira des éclairs, Et il vous enverra une abondante pluie, Il donnera à chacun de l’herbe dans son champ. (Zacharie 10:1) Il y a une pluie du Printemps qui va venir pour nous arroser. C’est une pluie prophétique qui viendra manifester les élus de Dieu, les vainqueurs de la chair pour faire paraître le nouvel homme qui hérite de toute chose dans la restitution. Plusieurs seront surpris parce qu’ils ne vivent que d’illusions et de mensonges dans la Maison de Dieu. Comme ils ne sont pas spirituels, ils comprennent les choses dans la chair ; alors ils peuvent penser que le réveil arrive sans préparation aucune. La pluie du printemps viendra, mais elle viendra révéler l’Epouse de Jésus-Christ, car le Printemps est pour l’Epouse et l’Epoux : c’est leur temps !

C’est pourquoi mes bien-aimés : Demandez à l’Eternel la pluie, la pluie du printemps ! Le temps est venu pour nous de réclamer à Dieu la pluie du printemps. C’est le départ du navire Les Dioscures (les fils jumeaux de Jupiter (dieu), selon la mythologie Grecque). Cette mythologie n’est pas loin de la réalité prophétique de notre génération. Car au printemps, nous entrons dans la manifestation des fils de Dieu. C’est l’image des Dioscures, ce troisième ministère qui va nous conduire à Rome, notre destination finale.

Aujourd’hui, nous sommes dans la conversation qu’il y a eu entre les disciples d’Emmaüs et le Seigneur Jésus à sa résurrection. Ces disciples-là, comme tous les autres n’avaient pas cru dans ce que les prophéties avaient dit au sujet de la marche du Messie. Et pourtant, c’était son parcours, Il ne pouvait pas y échapper. Alors que Jésus était ressuscité, ces frères passaient encore le temps à s’affliger et à se morfondre sur leur sort. Ils ne savaient pas que le jour était paru et que la gloire de la résurrection avait déjà été manifestée sur la terre. Mes chers frères et sœurs, voyez comment sont misérables ceux qui sont incrédules à la parole de Dieu. 18 L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit : Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci ? 19 *Quoi ? leur dit-il. Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, 20 et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l’ont livré pour le faire condamner à mort et l’ont crucifié. 21 Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.*

Voyez que ces deux disciples étaient incrédules et misérables. En effet, Jésus leur avait donné l’image du sort de Jonas qui avait passé trois jours dans le ventre du poisson. (Luc 11 :29-30) Il avait aussi parlé du temple qu’Il pouvait rebâtir en trois jours ; (Jean 2 :19) ajouté à cela tout ce qui avait été écrit à son sujet dans les prophéties. Les disciples n’ignoraient pas toutes ces écritures, mais ils n’y croyaient pas parce qu’ils en avaient fait une mauvaise application. En effet, ils voyaient Jésus comme un libérateur du peuple Juif face à l’oppression des romains et non un sauveur venu sauver l’humanité entière par sa mort et sa résurrection. Ils voyaient un libérateur qui devrait mener une guerre contre l’occupation romaine et non un prophète qui venait avec un Royaume spirituel en Israël. Le salut dont les prophéties parlaient était perçu par les disciples comme un salut par les armes et non par une nouvelle naissance. Alors, au moment où ils attendaient que le Messie donne l’assaut contre Rome, il mourut. Au moment où ils attendaient qu’Il déploie sa puissance pour frapper les romains, Il fut pris et on le fit battre, on l’humilia comme s’Il n’avait pas de puissance et à la fin Il fut crucifié. Quel désespoir ? Quelle honte ? Lorsque nous comprenons mal les prophéties bibliques et les prédictions du Seigneur dans notre vie, nous en arrivons à la chute, au désespoir et au relâchement.

Alors Jésus leur dit : O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !

Mes bien-aimés, sachez qu’il y a eu des prophéties dans le Message du Temps de la Fin. Dieu ne nous a pas abandonné dans ce Message, car parmi nous, il y a eu des prophéties, des visions et des songes au sujet de l’œuvre de Dieu. Il y a eu des prédications prophétiques que nous avons entendues. Mais qui a prêté attention à cela ? Le frère Branham a eu une vision sur la chute des jeunes filles qui ont cru au Message ; et nous sommes dans cette chute. Mais, au moment où nous y sommes, certains parmi nous se demandent encore quand devrait s’accomplir cette vision du prophète parce qu’ils en font une mauvaise application. Pour eux, ils ne sont pas concernés par cette chute, ce sont les autres qui peuvent tomber et qui sont toujours dans la mauvaise position.

Lorsque nous avons été appelés au Cri de Minuit, Dieu nous a dit que nous sommes les fils du désert et qu’on doit faire le désert. Dieu nous a aussi parlé du tri de Gédéon parce que l’armée de libération ne sera pas constituée du grand nombre, mais d’hommes et de femmes affranchis des œuvres de la chair. C’est pourquoi devraient-être chassés du milieu de nous, les orgueilleux et les cupides. Et aussi ceux qui aiment et pratiquent le mensonge. Ces prophéties étaient très claires pour nous et nous avons suivi leur accomplissement à la lettre. Mais qui y a cru ? Nous avons entendu le voyage de Paul à Rome – c’était une prophétie. Nous avons entendu l’Ultime épreuve – c’était encore une autre prophétie. Nous avons entendu On l’appellera Samuel. Tout au début, nous avons entendu : Préparez la guerre ! Mais qui a cru toutes ces paroles prophétiques ? O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !

Quand les épreuves ont commencé à menacer, plusieurs sont partis et il y a eu des séparations çà et là. Plusieurs se sont comportés comme les disciples d’Emmaüs qui étaient troublés et qui n’ont pas cru dans la résurrection du Christ. Mais le Message ne devrait pas seulement mourir, il devrait aussi ressusciter. Le Message est comme une graine qui fut jeté en terre, elle devrait pourrir et donner une nouvelle vie à ceux qui le portent. Le Cri de Minuit ne pouvait pas échapper à cela. Nous avons entendu : C’est ici votre heure et la puissance des ténèbres – c’était une prophétie, parlant des trois étapes de cette œuvre. Il fallait avoir des oreilles spirituelles pour comprendre. Vous pouvez relire ces paroles pour voir votre chemin. Car nous ne naviguons pas à vue, mais nous suivons une route déjà tracée dès le départ. Nous allons de Jérusalem à Rome. Et Jésus ne voulant pas laisser les disciples dans l’ignorance leur rappela les prophéties pour ouvrir leur intelligence obscurcie par les événements. *26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ? 27 Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait.* C’est alors que les disciples témoignèrent plus tard que leur cœur brûlait au dedans d’eux quand Il leur parlait.

Aujourd’hui, je vous exhorte à ne pas oublier ce qui vous a été dit dès le départ et pendant la marche dans cette œuvre, car Dieu ne regarde qu’à sa Parole et à ses prédictions. C’est cela qui fait qu’Il est Dieu. Tenez-vous en à CE QUE DIEU VOUS A DIT. Restez sur les VISIONS et les SONGES que Dieu vous a donnés au sujet de votre avenir spirituel. Tenez-vous en à la parole qui vous a convaincue. En effet, pour être Dieu, il faut avoir cette capacité à dire à l’avance, ce qui doit arriver. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de prophétie dans les autres livres soi-disant «saint». C’est seulement dans la Bible que sont prévus depuis des millénaires et des siècles, tous les événements qui doivent avoir lieu sur la terre. Ainsi dit le Seigneur : *J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, Et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli ; Je dis : Mes arrêts subsisteront, Et j’exécuterai toute ma volonté*. (Esaïe 46:10)

Dieu agira toujours par rapport à ce qu’Il a dit. Il ne procédera pas autrement, et Il le fait afin que ceux qui croient en Lui se réjouissent en voyant s’accomplir ce que Dieu avait dit. Pour les disciples, ils ne devraient pas du tout s’affliger à cause de la mort du Seigneur, mais ce fut eux qui furent les plus troublés, au point que Pierre avait renié le Seigneur trois fois, en faisant même des imprécations. C’était le fruit de leur incrédulité. Que Dieu soit béni pour son œuvre et aussi pour l’exactitude de sa parole.

10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée. 11 Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, 12 tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront ! 13 Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. (2 Pier 3 :11-13) Pour nous, lorsque nous voyons s’accomplir sous nos yeux et dans notre vie, ce que le Seigneur nous a dit dans les visions, dans les songes et par sa parole dans la prédication, nous aspirons à la piété et à la sainteté parce que nous savons que seuls les saints et les pieux ont part à l’œuvre de l’Epouse.

Nous sommes dans un grand mystère que plusieurs veulent ignorer, mais qu’on ne peut pas ignorer. Nous sommes dans le mystère de la piété, comme cela fut annoncé par Paul dans ses épitres. « *Il faut avouer que le mystère de la piété est grand : Dieu a été manifesté en chair, justifié en esprit, est apparu aux anges, a été prêché parmi les nations, a été cru dans le monde, a été élevé dans la gloire* » 1 Timothée 3 :16.

Mes bien-aimés, le mystère de la piété est opposé au mystère de l’iniquité. La piété est un état d’esprit qui est pur. L’iniquité est un état d’esprit qui est impur. La piété aspire à davantage de sainteté. L’iniquité aspire à davantage de souillures et de débauche. « Car le temps est proche ...que celui qui est souillé, se souille encore...et celui qui est saint se sanctifie davantage... » (Apoc : 22 v 10-11). Incontestablement, le Seigneur Jésus-Christ incarne le mystère de la piété. C’est Lui le Dieu Tout-puissant qui est venu dans la chair « Tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu » (1Jean 4 :2).

C’est également Lui qui a été justifié en esprit : « Au moment où, Il sortait de l’eau, Il vit les cieux s’ouvrirent et l’Esprit descendre sur Lui comme une colombe. Et une voix se fit entendre des cieux : ‘’Tu es mon fils bien-aimé, objet de mon affection ‘’. (Marc 1 :10, 11). Christ a été également vu des anges : « Il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’Il a hérité d’un nom bien différent du leur ». Christ est également prêché parmi les nations parce que : « Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, c’est le Christ-Jésus, le Seigneur que nous prêchons ». (2 Cor 4 :5). Christ a été élevé dans la gloire : « C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé et Lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le père ». (Phil 2 : 9-11).

Premièremement: Christ manifesté en chair

Comme nous l’avons déjà dit, celui qui incarne le mystère de la piété, c’est Christ lui-même, le mystère de Dieu. Christ a été manifesté dans un corps de chair et a habité avec les hommes. Cette pleine manifestation de Dieu est au centre d’une grande polémique dans toute la chrétienté, en ce sens que plusieurs d’entre nous ne peuvent concevoir que Dieu se soit pleinement manifesté dans un corps de chair. Cependant, les écritures en témoignent éloquemment : « Car en Lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité ». Le Dieu tout puissant dont la bible dit qu’Il était inaccessible s’est créé un corps dans lequel Il a habité pleinement pour accomplir un sacrifice, lequel sacrifice nous a donné le salut de nos âmes. Le Dieu que nul homme ne peut voir, s’est montré aux hommes en Jésus-Christ : « Personne n’a jamais vu Dieu, le fils unique qui est dans le sein du père, Lui l’a fait connaître » (Jn 1 :18). Si la bible dit que le fils a fait connaître Dieu aux hommes, c’est que nous ne devons plus chercher Dieu ailleurs que dans le fils. En plus, le fils lui-même dit avoir fait connaître le nom de Dieu aux hommes. Et nous connaissons le nom de Dieu : c’est Jésus-Christ: « J’ai manifesté Ton nom aux hommes que Tu m’as donnés du milieu du monde » (Jn 17 :6).

Le père dont le fils a parlé et qu’on n’a jamais vu était dans le fils. En clair, c’était le fils Lui-même : « Philippe lui dit : Seigneur, montre nous le père et cela nous suffit ! Jésus lui dit : Il y a si longtemps que Je suis avec vous, et tu ne m’as point connu, Philippe ! Celui qui m’a vu, a vu le père. Comment dis-tu, montre-nous le père ? ». (Jn 14 :8-9). Il est clair que la pleine manifestation de Dieu dans un corps de chair est un grand mystère. Dieu, l’Esprit vivant qui est inaccessible, omniprésent, omniscient, omnipotent s’est pleinement déversé dans un corps de chair. C’est spirituellement qu’on comprend, c’est pourquoi, « Tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus-Christ venu en chair n’est pas de Dieu, c’est l’esprit de l’antichrist, dont vous avez appris qu’il vient » (Jn 4/2-3).

Plusieurs confessent que Jésus est venu en chair, mais cela ne suffit pas. Il faut pouvoir confesser que ce Jésus qui est venu en chair est le Dieu Tout Puissant et qu’en dehors de Lui, il n’y a pas d’autre Dieu : « C’est pourquoi, Je vous dis que vous mourrez dans vos péchés, car si vous ne croyez pas que Moi Je suis, vous mourrez dans vos péchés »Jn 8 v 24, (version Segond révisée). Celui qui a déclaré le premier s’appeler ’’Je suis’’, c’est Dieu lui-même. Il répondait ainsi à une question de Moïse : « Dieu dit à Moïse : Je suis Celui qui Suis… c’est ainsi que tu répondras aux israélites : Celui qui s’appelle ‘’ Je suis ‘’ m’a envoyé vers vous ‘’. Il n’y a que l’esprit de l’antichrist qui ne confesse pas Jésus venu en chair.

Ceux qui sont animés par cet esprit antichrist confessent Jésus-Christ, mais pas Jésus-Christ venu en chair. Ils confessent Jésus comme faisant partie d’une certaine trinité de personnes établies au ciel. Mais ceux qui sont issus de la révélation ont vaincu le malin et les faux prophètes parce que manifestant pleinement la vie de Jésus-Christ venu en chair. Tel est le mystère de la piété : Jésus Christ venu en chair est le rayonnement de la gloire et l’expression de l’être du Dieu vivant, lequel n’a jamais été vu. Celui-ci s’est pleinement manifesté en Christ par ses vertus et son pouvoir. En retour, Christ qui a souffert la mort pour nous, afin que nous vivions, désire aussi se manifester pleinement en nous qui sommes élus et amener à son achèvement, son plan de la Rédemption.

Cette volonté de Dieu fait de nous des privilégiés et explique le mystère de la piété. Ce glorieux mystère a été manifesté à cause de nous et notre désir est de lui ressembler : « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que lorsqu’il sera manifesté, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est ». 1Jn 3/2. Les chrétiens qui ont cru et espéré en Jésus le verront tel qu’Il est à son avènement.

### Jésus-Christ seul

Jésus-Christ est le Seul qui existant en forme de Dieu est venu en chair, avec de l’eau et du sang pour expier le péché de l’humanité. En dehors de Lui, personne d’autre n’est venue avec de l’eau et du sang. En dehors de lui, personne qui est venue sur cette terre ne peut se prévaloir d’avoir existé en forme de Dieu. Mahomet n’a jamais existé en forme de Dieu avant de naître. Il ne s’est jamais avancé avec de l’eau et du sang dans le sanctuaire divin pour le pardon des péchés. Bouddha ne l’a jamais fait. La vierge Marie non plus. Aucun maître, ni aucun gourou ne peut se prévaloir d’avoir existé en forme de Dieu avant de venir sur terre pour offrir son propre sang pour une certaine humanité dont il ne s’est jamais préoccupé. Christ s’est senti concerné par l’humanité parce qu’Il est lui-même à l’origine de la création de l’homme.

Aucun homme qui a existé sur cette terre ne peut prétendre à une quelconque œuvre d’intercession entre Dieu et les hommes, si ce n’est Jésus Christ. C’est pourquoi aussi, nul ne peut prétendre être monté au ciel, si ce n’est Jésus-Christ qui y est descendu. Mahomet n’est jamais monté au ciel parce que son ascension ou sa résurrection dépend de Celui qui a vaincu la mort : Jésus-Christ. C’est Lui qui est descendu, dans le séjour des morts et qui a secoué la mort qui aujourd’hui n’a plus de pouvoir sur le chrétien. Bouddha non plus n’est jamais monté au ciel. Sa place est avec le démon qui l’a séduit pour l’égarer avec ceux qui sont devenus ses disciples. La vierge Marie n’est pas non plus montée au ciel. La sœur Marie qui a enfanté notre Seigneur se repose dans le paradis. Ceux, qui inspirés par le diable ont fait de la vierge Marie une co-rédemptrice avec le Seigneur Jésus doivent savoir qu’elle n’a jamais existé en forme de Dieu et n’est jamais venue en chair par une quelconque vertu du Saint Esprit. La venue de Marie sur la terre n’a jamais été prédite par une quelconque prophétie. C’est plutôt l’annonce de la naissance du messie qui fut prédit.

L’invocation de la vierge Marie en tant que femme conçue sans péché et intercesseur auprès de Jésus-Christ est satanique. Ceux des soi-disant chrétiens qui invoquent la vierge Marie sont égarés et rendent un culte à un démon venu directement de l’abîme. Ceux des hommes en quête de spiritualité qui invoquent Bouddha ou sont disciples de Krishna ou d’un quelconque Maître ou Gourou apparu en Asie sont séduits et égarés par les démons qui se sont accaparés cette région de la terre pour en faire leur lieu de domination. A l’heure du rétablissement, les murs de la séduction et de l’embrigadement spirituel doivent être brisés par la prédication de la vérité. Car selon que les prophéties le prévoient : « le jour où l’on rebâtira Jérusalem, ce jour-là, ses limites seront reculées ». (Michée 7/11). Les limites du royaume de Dieu doivent s’étendre. C’est pourquoi, les esprits de séduction qui ont retenus les enfants de Dieu captifs doivent les rendre au propriétaire de leurs âmes : Jésus-Christ, qui est venu en chair et qui s’est avancé avec de l’eau et du sang pour expier les péchés. Ceci est notre combat, pour nous qui sommes parvenus à la fin des temps.

Deuxièmement: Christ justifié en esprit

Le mystère de la piété est grand. Celui qui est venu en chair « a été justifié par l’Esprit». Le Seigneur Jésus-Christ qui existait en forme de Dieu s’est dépouillé lui-même et est venu en chair pour accomplir le sacrifice qu’il fallait pour racheter l’humanité. En tant que fils de Dieu, il lui fallait recevoir le témoignage du père. La justification de l’Esprit est le témoignage du père. Il donne l’onction au fils en tant que Messie, car l’homme Jésus n’était pas Oint tant qu’il n’avait pas encore reçu le témoignage de l’Esprit. Ce témoignage, Il l’a reçu premièrement lors de son baptême, lorsqu’IL sortit de l’eau : « Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection». Christ a été justifié en tant que Messie. Désormais, Il incarne la grâce et la justice de Dieu : « *C’est Lui Jésus-Christ, qui est venu avec de l’eau et du sang ; non avec l’eau seulement, mais avec l’eau et avec le sang. Et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est la vérité. Car il y en a trois qui rendent témoignage : l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord*». (1 Jn 5/6).

Jésus-Christ manifesté en chair avait en Lui l’eau et le sang pour expier la faute des hommes. Cependant le témoignage de celui qui a pourvu au sacrifice et qui l’agrée est primordial. C’est pourquoi Christ venu en chair devrait être justifié par l’Esprit, car « *Le témoignage de Dieu (le père) est plus grand, car son témoignage consiste en ce qu’il a rendu témoignage à son fils*». 1Jn 5/9. Désormais, Celui qui croit au fils a la vie, car en lui Dieu a rendu justice aux hommes : « C’est Lui Jésus que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice» « Or, c’est par Lui que vous êtes en Jésus-Christ, de par Dieu, a été fait pour nous... Justice, sanctification et Rédemption…» (1Cor 1 v 30). Il est clair que le Ministère du Seigneur et son sacrifice expiatoire ont été validés par le témoignage de l’Esprit. Quoique nous fassions pour Dieu, le témoignage de son Esprit est plus grand. Toute œuvre réalisée en dehors de l’Esprit est vaine. Car tout homme est chair et ne peut être agréable à Dieu en dehors de son Esprit.

### Troisièmement: Christ apparu aux anges

Christ après avoir été rendu semblable au fils de Dieu par le témoignage est apparu supérieur aux anges : « devenu (le fils) d’autant plus supérieur aux anges qu’Il a hérité d’un nom bien différent du leur. Auquel des anges en effet Dieu a-t-il jamais dit : Tu es mon fils, c’est Moi qui t’es engendré aujourd’hui ? Et encore, Moi Je serai pour Lui un père, et Lui sera pour Moi un fils ? » Ensuite, lorsque le Seigneur a été manifesté en tant que fils, premier-né dans le monde, Dieu dit : « Que les anges l’adorent » (Héb 1/6). Jésus n’a jamais été un ange. Jésus-Christ n’a jamais été non plus une créature supérieure de Dieu. La doctrine qui conçoit le Seigneur comme un ange de Dieu est satanique. Christ incarnant la plénitude de la divinité est supérieur aux anges qui ne sont que des serviteurs de Dieu. Car « ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons » mais bien au Seigneur Jésus-Christ. (Héb 2/5). Le Seigneur a été manifesté en chair, justifié en Esprit et apparu aux anges en tant que fils de Dieu pour inaugurer la nouvelle race des fils de Dieu qui naissent par l’Esprit : « Il (Christ) est le commencement, le premier né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier ». (Col 1v 18).

Jésus-Christ est le premier né de la nouvelle création. En effet, ayant racheté toute la création au prix de son sang, il procède à une nouvelle création, à un nouveau commencement. Cette nouvelle œuvre du Seigneur se fait par l’Esprit dans la foi au sacrifice expiatoire des péchés. Ceci est l’objet de notre foi et de notre prédication.

Quatrièmement: Christ prêche parmi les nations

Nous prêchons Jésus-Christ crucifié et ressuscité des morts pour le salut du plus grand nombre. Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes. Nous ne prêchons pas la trinité de l’Eglise catholique, ce refuge de toutes sortes de démons venus du deuxième ciel et des lieux inférieurs de la terre pour séduire les hommes dans toutes les régions de la terre. Nous ne prêchons pas la réincarnation des âmes ou des esprits comme le croient les religions hindoues. Nous ne prêchons pas Allah, ni bouddha ou Krishna ou un quelconque autre démon. Mais nous nous opposons à tous les prophètes qui se réclament d’une certaine force divine. Nous nous opposons vigoureusement aux doctrines de démons qui séduisent les hommes en qui Dieu a mis le désir naturel de le rechercher par la prière qui est une disposition naturelle pour tout homme. Nous prêchons que les hommes du siècle présent trouveront la colère de Dieu sur leur chemin. Et qu’en conséquence, ils doivent s’adonner à la prière et à la recherche de Jésus-Christ, le seul médiateur qui a livré en spectacle et à notre plus grande satisfaction, le diable et toute sa cohorte d’anges déchus qui s’est rendu rebelle dès le commencement.

Nous prêchons que pour le nouveau monde de Dieu dont Jésus christ est le premier né, les hommes y naissent par l’Esprit et non par la chair, car la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu. Tous ceux qui naissent dans le nouveau monde de Dieu reçoivent la justification par l’Esprit comme le Seigneur lui-même l’a reçu. Ni le diable, ni aucun autre démon ne peut corrompre un tel monde parce que l’Esprit qui justifie n’est pas le diable. Les disciples de Mahomet ne peuvent naître dans un tel monde parce que Mahomet lui-même n’y est jamais né. Ni les disciples de Bouddha, ni ceux de Krishna, ni ceux d’aucun esprit séducteur ne peuvent naître dans ce monde nouveau que Dieu a décidé de donner à ses enfants. Seuls ceux qui naissent dans ce monde en ont la connaissance.

Ceux qui se réclament des ordres mystiques croient être spirituels, mais n’ont pas connaissance des choses spirituelles. Ils sont trompés par des esprits démoniaques ; des anges déchus de la gloire célestes ; qui s’adonnent maintenant par jalousie à la séduction des fils de Dieu. Nous prêchons que les hommes ont plus que jamais besoin de Jésus-Christ. Nous prêchons que les hommes doivent se débarrasser des religions pour s’attacher à Jésus-Christ. Nous prêchons que le 21eme siècle verra l’établissement du royaume de Dieu. C’est pourquoi le mystère de la piété, savoir Christ, doit être révélé dans la vie des fils de Dieu. Aussi, importe-t-il de recevoir la justification de l’Esprit comme témoignage de Dieu à notre égard.

Nous ne nous écartons pas de l’œuvre de nos pères, les apôtres, c’est pourquoi : « nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, c’est le Christ Jésus que nous prêchons». Nous prêchons Jésus-Christ, le Dieu Tout Puissant qui est venu en chair pour racheter l’humanité qui fut donnée au diable à cause du péché. Nous prêchons que les hommes parvenus au 21éme siècle verront l’établissement du règne de Dieu. C’est pourquoi nous les appelons ainsi à la repentance. Nous prêchons parce qu’il est venu un temps où les hommes ne supportent plus la saine doctrine. Ils se sont donné des Gourous et des maîtres. Ils se sont donné des papes et des faux prophètes déguisés en serviteurs de Dieu pour tromper les hommes et les femmes mal affermis.

Les fidèles catholiques se sont donné des prêtres, des archevêques, des mariologues et des christologues. Des docteurs qui sont prêts à leur parler des reliques du Seigneur et des Saints. Aucun d’eux n’a accès au Conseil de Dieu pour recevoir une quelconque révélation. C’est pourquoi ils enseignent l’hérésie depuis plusieurs siècles. Quant aux Témoins de Jéhovah, ils se sont donnés des docteurs enfermés dans les Tours de Garde qui ont explication à tous les versets bibliques parce qu’ils seraient des oints de Dieu. Ce sont ces soi-disant oints qui prétendent que le Seigneur de Gloire est un ange de Dieu. Ils enseignent que Jésus-Christ est une créature de Dieu. Or celui qui enseigne que Jésus-Christ n’est pas Dieu n’a pas accès au Conseil de Dieu. Ils sont docteurs pour leur propre perte et pour l’égarement de beaucoup. Ils enseignent que l’Enfer n’existe pas et que l’enlèvement a déjà eu lieu. Ces doctrines de démon existaient déjà au temps de l’apôtre Paul : « De ce nombre sont Hyménée et Philète qui se sont écartés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent la foi de quelques-uns ». Aujourd’hui encore ce démon est revenu au milieu des croyants avec ces prédicateurs pour renverser la foi de beaucoup. La résurrection des morts en Christ est l’enlèvement, et l’enlèvement ne peut passer inaperçu. Ceux qui enseignent que l’enlèvement a déjà eu lieu ou que la résurrection des morts a déjà eu lieu ne savent même pas de quoi ils parlent. Les esprits séducteurs ne meurent pas. Ils reviennent toujours au galop comme le naturel. Si nous nous confions aux docteurs des siècles présents, sans chercher à examiner les écritures nous-mêmes, nous serons égarés.

Le temps est venu d’examiner les écritures. Le temps est venu pour nous de faire tomber les murs des Tours de Garde, ces autres murs de Jéricho. Ces murs de la tromperie et de l’hérésie qui maintiennent captifs les enfants de Dieu. Le maître arrive, il faut alors que ceux qui lui appartiennent soient restitués à ses serviteurs pour qu’il les trouve dans la bergerie. Chers frères, le temps est venu pour nous de combattre à visage découvert et sans complexe, les religions sataniques et les églises suscitées par le diable que nous connaissons.

Le temps est venu pour nous de prouver aux antichrists que c’est nous qui avons l’esprit-supérieur et le mandat divin. Les apôtres et le Saint-Esprit n’ont pas d’autres collaborateurs que ceux qui ont reçu leurs enseignements. Le temps est venu pour nous de briser les murs de l’intégrisme musulman qui maintiennent captifs plusieurs qui appartiennent au Maître qui les aime et qui les attend les bras ouverts afin que le salut ne leur soit pas privé. C’est là notre Ministère à tous. Le temps est venu pour nous de nous associer pleinement à l’Esprit de Dieu pour soutenir le combat spirituel qui s’est intensifié ces derniers temps. Nous devons le faire sans jamais baisser les bras.

### Cinquièmement: Christ dans le monde

Jésus-Christ, le Dieu tout-puissant que nous prêchons est cru dans le monde. Il n’est pas d’hommes censés qui ne reconnaissent l’existence de Jésus-Christ dans l’histoire. L’histoire du Seigneur est liée à celle du monde. C’est d’ailleurs à partir de la naissance de cet homme que débuta le calendrier universel. On a commencé à compter les années à partir de la naissance du Seigneur. Aujourd’hui, le Christ est une parfaite référence historique. C’est lui qui a apporté l’espoir aux hommes en ce qui concerne l’angoisse qu’ils affichaient vis-à-vis de la mort. C’est pourquoi les hommes sensés croient en Jésus-Christ. C’est pourquoi aussi ils ont vaincu la mort. Désormais, elle n’a plus de hantise sur la vie d’aucun frère. Ceux qui sont toujours angoissés vis-à-vis de la mort n’ont aucune foi. Ils transcendent l’étape de la vie pour s’enfoncer dans un abîme sans fond. Leurs pensées reposent sur le néant. Pour nous les chrétiens, la foi en Jésus-Christ est notre vie et notre source de piété.

La foi qui produit la piété et la vie est celle qui émane de la parole de Dieu par Jésus-Christ. En dehors de l’Evangile, aucune autre parole ne produit une ferme assurance. Les livres que produisent les ordres mystiques ou l’Islam ne peuvent donner la vie et ne préconisent aucune solution vis-à-vis de la mort. La réincarnation n’est pas une solution. Attendre la résurrection pour connaître son sort n’est pas non plus une solution. « Quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ». (Jn 11/26). Il dit encore : « Moi Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en Moi vivra, quand bien même il serait mort» (Jn 11/25). Que cela soit su de tous les hommes. Nous croyons en Jésus-Christ parce qu’Il a trouvé la solution à la mort qui était le problème de tous les hommes, de générations en générations.

Désormais, à la place de la mort, Christ nous a donné la vie, mieux une vie éternelle. A la place de notre corps mortel et corruptible, Il nous promet un glorieux corps à la résurrection des morts ou à la transmutation des vivants en Christ : « Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Semé corruptible, on ressuscite incorruptible, semé corps naturel, on ressuscite corps spirituel ». (1 Cor 15/42). Jésus-Christ est notre vie, et la mort est pour nous un gain. C’est ainsi que l’apôtre Paul s’exprimait en son temps. Un véritable chrétien qui a expérimenté la nouvelle naissance estime la mort comme un événement heureux qui le rapproche de son Sauveur. Si Jésus-Christ est cru dans le monde, c’est parce qu’Il a vaincu la mort pour nous donner la vie éternelle.

C’est pour cette raison que nous avons une grande considération pour la mémoire du Seigneur et de tous les saints qui ont lutté durant des âges afin que notre espérance soit préservée pour toutes les générations. C’est également pour cette raison que nous nous opposons à toutes sortes de mauvaises doctrines venues pour altérer la foi des enfants de Dieu. Nous combattons pour cette foi qui nous a été transmise une fois pour toute. De tous les temps, c’est au prix de leur sang que les chrétiens ont transmis la foi aux générations suivantes. Nous qui avons le privilège d’être de la dernière génération ne devons pas baisser les bras d’aucune manière. Au contraire, nous devons combattre pour conserver cette foi jusqu'à ce que le Seigneur vienne nous prendre. Christ est mort ! Soit que nous vivions, soit que nous mourrions, soit que nous soyons exposés à la faim, ou au dénuement, ou au jeûne et à la prière, notre désir le plus ardent doit être de marcher avec Lui, derrière cette grande lumière que nous avons reçue en ces temps de la fin.

Sixèmement: Christ enlevé dans la gloire

Sans contredit, le mystère de la piété est grand : Dieu a été manifesté en chair, justifié en esprit, est apparu aux anges, a été prêché parmi les nations, a été cru dans le monde, a été élevé dans la gloire. Le couronnement de l’œuvre de Dieu en Christ est son élévation dans la gloire. Souvenons-nous que le Seigneur existait en forme de Dieu, mais n’avait pas regardé cela comme une proie à arracher d’être l’égale de Dieu « Mais Il s’est dépouillé lui-même en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes...». (Phil 2/7). Ce dépouillement du Seigneur est une grande leçon d’humilité que les croyants doivent rechercher et conserver. Pour s’être dépouillé, Christ a été élevé dans la gloire. Déjà avant sa mort, Il priait le père pour le glorifier : « ...père, l’heure est venue, glorifie Ton fils afin que le Fils te glorifie ». (Jn17). Il dit encore dans la même prière : « ...Toi père, glorifie-Moi auprès de Toi-même, de la gloire que j’avais auprès de Toi, avant la fondation du monde » (Jn 17/5).

Le passage à la gloire pour le Seigneur était la mort, ensuite la résurrection des morts. Ceci est pareil pour le chrétien qui doit mourir à lui-même avant d’hériter de la gloire du Seigneur. Car la mort nous introduit dans la gloire de Dieu. Si nous voulons voir la gloire de Dieu, nous devons nous atteler à mourir en Christ. C’est pourquoi Jésus n’a pas manqué de le dire aux juifs : « Quand J’aurai été élevé de la terre, J’attirerai les hommes à Moi, Il disait cela pour indiquer de quelle mort Il devait mourir ». (Jn12/32) .Christ a été élevé de la terre puis dans la gloire de Dieu. Et il en a été jugé digne par les adorateurs du trône divin : « Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance ». (Apoc 4/11). Pour toujours lier la gloire du Seigneur à sa mort, il importe de relever les paroles de Jésus lorsqu’Il fut trahi par Judas : « Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit : Maintenant, le fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en Lui ». La trahison de Judas a scellé la mort et la gloire du Seigneur, lequel a prié pour que les chrétiens soient glorifiés avec Lui à son avènement, afin que nous contemplions sa gloire dans le royaume des cieux : « Père, Je veux que là où Je suis, ceux que Tu m’as donnés soient aussi avec Moi, afin qu’ils contemplent ma gloire, celle que Tu m’as donné... » Jn 17 :24 .

Septièmement: Rendu semblables au Christ

Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que lorsqu’il sera manifesté, nous serons semblables à Lui parce que nous le verrons tel qu’Il est. (1 Jn 3/2)

La vie des enfants de Dieu doit être un mystère, celui de la piété. Christ est venu en chair pour nous racheter et nous amener à la perfection selon son dessein bienveillant. Comme le dit le prophète : « Après s’être livré en sacrifice de culpabilité, Il verra une descendance et prolongera ses jours et la volonté de Dieu s’effectuera par lui ». (Es 53/10). Il est clair qu’un groupe de croyants parfaitement identifiés au Seigneur Jésus-Christ prolongera ses jours en manifestant pleinement ses vertus, sa vie et sa nature. Car Christ est venu dans un corps de chair pour nous donner sa nature divine. Et nous ne pouvons acquérir cette nature que par notre nouvelle naissance en sa mort et en sa résurrection : « *Car ceux qu’IL a connus d’avance, Il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son fils, afin qu’il soit le premier-né d’un grand nombre de frères, et ceux qu’Il a prédestinés, Il les a aussi appelés ; et ceux qu’Il a appelés, Il les a aussi justifiés, et ceux qu’Il a justifiés, Il les a aussi glorifiés* ». (Rom 8/29-30)

Ainsi est tracé le chemin de ceux que le Seigneur s’est acquis par son propre sang pour célébrer sa gloire. En héritant sa nature, nous faisons partie d’un nouveau monde : celui des esprits. En effet, Christ venant dans ce monde est venu en chair, a été justifié par l’esprit, et a été glorifié. De même, les enfants de Dieu qui sont appelés, sont connus d’avance comme Christ qui a premièrement existé en forme de Dieu, sont prédestinés à avoir la nature du fils, et sont justifiés par l’esprit, et sont aussi glorifiés par le Seigneur Lui-même. Désormais, ils sont assieds dans les lieux célestes en Jésus-Christ ; en attendant d’être manifestés comme tels : Car en Christ, Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et sans défauts devant Lui. (Eph ¼)

C’est vraiment déplorable que les docteurs des siècles présents n’arrivent pas à enseigner l’assurance à leurs fidèles parce qu’eux-mêmes n’ayant aucune assurance en ce qui concerne leur salut. Les fidèles catholiques finissent toujours leur vie par une messe de requiem pour le repos de leur âme qui se trouverait dans un certain purgatoire. En réalité, ni le pape, ni les évêques, ni les curés n’ont la foi dans la mort et dans la résurrection. Celui qui a la foi a la vie éternelle de son vivant et non après sa mort. Un tel homme n’a pas besoin de messe de requiem après la mort. Il entre directement dans le paradis. C’est inadmissible que des soi-disant chrétiens pratiquent les chemins de la paroisse toute leur vie et que jusqu'à leur mort, ils ne soient pas sûrs de leur salut. Or Jésus-Christ est venu pour nous libérer de l’angoisse de la mort. Si vous êtes un chrétien, vous n’avez pas encore la vie tant que vous êtes toujours angoissés par l’idée de la mort.

Les philosophes, traitant de ce sujet de la mort ont préconisé que l’homme se départisse de l’idée de la mort, car lorsque la mort est là, la vie n’y est pas ; et vice versa. La mort n’existe pas pour nous tant que nous sommes en vie. Mais en réalité, ce qui angoisse l’homme, ce n’est pas la mort elle-même, mais bien ce qui se passe après la mort. Les philosophes de tous les temps n’ont jamais réussi à dire ce qui se passe après la mort. Ils n’ont pas non plus réussi à dire ce qu’est la mort elle-même. Quant au chrétien qui a reçu et compris la doctrine, il sait que la mort est le résultat de la vie de péché. Le péché : c’est la désobéissance à la loi de Dieu.

Si vous péchez, vous êtes un homme mort et un homme mort vit dans le péché. Seul le vivant a renoncé au péché et seul celui qui a renoncé au péché est vivant. Le philosophe qui pèche est un homme mort quoique vivant. La mort est donc liée au péché et au pécheur ; c’est pourquoi Christ est venu crucifier ce corps afin de vaincre la mort par la résurrection : « Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, lui aussi, d’une manière semblable y a participé, afin d’écraser par sa mort celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est à dire le diable, et de délivrer tous ceux qui par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans l’esclavage ». (Héb 2 /14).

Les penseurs et tous ceux qui se croient intelligents doivent savoir que celui qui détenait le pouvoir de la mort : c’est Satan, le diable, parce que c’est lui qui avait introduit le péché et la mort dans le monde. Dieu n’a introduit ni le péché, ni la mort dans le monde, mais c’est le diable qui l’a fait. Ainsi, la seule manière de se libérer de l’angoisse de la mort, c’est de rencontrer la vie ; or Jésus-Christ est la vie. Désormais, pour avoir dépouillé la mort, Christ détient la vie et la mort. Il a pouvoir sur tout homme : « Tout pouvoir m’a été donné dans les cieux et sur la terre ». C’est pourquoi : « Celui qui écoute sa parole et qui croit en celui qui l’a envoyé a la vie éternelle et ne vient point en jugement ». (Jn 5 / 24)

Alors mes bien-aimés, qu’en est-il de notre piété ? Qu’en est-il de notre séparation d’avec le monde et d’avec le péché ? Qu’en est-il de notre délivrance du vieil homme et de ses œuvres ? Au moment où nous allons au Printemps, Dieu attend de nous que nous en finissions avec la chair et ses œuvres. Dieu attend de nous que nous en finissions avec les inimitiés, l’arrogance et les enfantillages. Notre vie spirituelle doit être la vie des adultes qui en ont fini avec la vie des enfants qui en sont encore au lait et non à la nourriture solide. Notre vie doit être la vie des vainqueurs et non la vie de gens défaits à tout moment par l’ennemi. Que la grâce et la paix de notre Seigneur soient avec nous tous !

En Christ notre Seigneur

Fr M’BRA Parfait