Publication: 4 juillet 2014
Temps de lecture: ~ 48 minutes
Download
La parabole des talents

Alors on remercie le Seigneur pour le rassemblement de ce matin. Je voudrais qu’on s’entretienne sur la parabole des talents. C’est un sujet que j’ai déjà évoqué ici une année, il y a longtemps. Je voudrais revenir là-dessus avec de nouvelles pensées. Amen ! Donc nous allons déjà lire dans Mathieu chapitre 24 le verset 9 :

Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom. 10 Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. 11 Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. 12 Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. 13 Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. 14 Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

Maintenant on vient dans Mathieu chapitre 25. On lit à partir du verset 14 :

14 Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. 15 Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. Aussitôt 16 celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. 17 De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. 18 Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître. 19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte.

20 Celui qui avait reçu les cinq talents s’approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m’as remis cinq talents ; voici, j’en ai gagné cinq autres. 21 Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 22 Celui qui avait reçu les deux talents s’approcha aussi, et il dit : Seigneur, tu m’as remis deux talents ; voici, j’en ai gagné deux autres.*

23 Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 24 Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné ; 25 j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre ; voici, prends ce qui est à toi. 26 Son maître lui répondit : Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, et que j’amasse où je n’ai pas vanné ;

27 il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. 28 Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. 29 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. 30 Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

C’est la parabole des talents que Jésus a donnée dans la prophétie. Amen ! Parce que Matthieu 24 est une prophétie, Matthieu 25 est aussi une prophétie. C’est un discours prophétique que le Seigneur a donné. Donc la parabole des talents est incluse dans ce discours prophétique. Je réfléchissais à ce passage…Depuis un certain moment, je réfléchis à ce passage et il y a une pensée qui m’est venue. Vous savez ce passage des talents, quand on en parle généralement, on fait référence aux dons. Amen ! C’est juste, c’est une bonne inspiration. Ce n’est pas faux. Amen ! Mais le talent, à proprement parler, c’est de l’argent, c’était une monnaie. Amen ! Et je vous ai dit que l’argent dans notre domaine c’est la foi. La foi, c’est la monnaie dans le royaume de Dieu. Amen ! Est-ce que vous comprenez ? La monnaie dans le royaume de Dieu, c’est la foi. C’est avec la foi qu’on peut acheter les biens que nous voulons dans les trésors de Dieu. Amen ! Donc la foi est capitale pour les chrétiens.

En parlant de la parabole des talents, le Seigneur parlait de la foi, parce que le talent, c’est de l’argent. C’est pour cela qu’il a dit plus loin : il fallait mettre mon argent chez les banquiers afin qu’à mon retour, je le retrouve avec des intérêts. Amen ! Un talent, c’est de l’argent. Quand vous lisez, vous verrez que dans l’histoire, le talent était une monnaie. Donc, le Seigneur a utilisé cette monnaie pour faire passer un Message. Alors ce matin, j’aborde ce message en prenant le talent comme la FOI, la monnaie du Royaume. De toutes les façons, en parlant de la foi, il est évident qu’on peut parler aussi des dons. Amen ! Mais comprenez un peu l’esprit dans lequel j’aborde le sujet. Amen !

Frères, la foi est très importante dans le domaine de l’esprit. Dans le royaume de Dieu, c’est important. Sur la terre ici pour agir, on a besoin d’un certain nombre de choses. Cela dépend du domaine dans lequel on veut agir. Mais principalement sur cette terre, pour vraiment entrer en action, on a besoin d’argent. Tu veux acheter au marché, il te faut de l’argent. Tu veux débuter un commerce, il te faut de l’argent. Tu veux être autonome, ne dépendre que de toi seul, il te faut de l’argent. Parce que tu auras besoin de louer une maison ou bien de construire une maison ; c’est de l’argent. Tu veux te marier, il te faut de l’argent. Tu veux faire des enfants, il te faut de l’argent. Parce que les enfants coûtent chers. Amen ! Leur éducation, leur habillement, leur nourriture ; cela te coûte cher. Toi-même pour t’entretenir, il te faut de l’argent. On ne peut rien faire dans ce monde sans argent. Le système est tel qu’on ne peut rien faire sans argent. Amen ! Même pour prêcher, il faut de l’argent. On a besoin d’argent, frères. Celui qui a faim, qui est couché à la maison et qui n’a rien mangé ; est-ce qu’il peut avoir le courage de prêcher ? Non ! Or pour manger, il te faut acheter et pour acheter, il te faut de l’argent. Même si ça ne sort pas de ta poche, celui qui va-t’en donner devra acheter. Donc rien n’est gratuit. On peut dire qu’on a reçu un don de tel frère, mais ce n’est pas gratuit. Le frère a pris cela quelque part. C’est de l’argent. Amen !

Dans le domaine du royaume de Dieu, c’est la même chose. C’est le même fonctionnement, seulement que là-bas, l’argent n’a pas de couleur. Ce n’est pas du C.F.A ni des dollars. Mais c’est la foi. Amen ! On ne peut pas agir dans le domaine du royaume de Dieu, qui est un domaine spirituel sans la foi. Ce n’est pas possible. Amen ! C’est pour cette raison que le premier don que Dieu nous donne dans Son royaume, c’est la foi. Amen ! Il nous donne cela pour qu’on puisse agir selon qu’on est inspiré ou conduit. Donc en partant, le Seigneur a donné la foi à Ses serviteurs. Cinq talents, deux talents, un talent ; ce sont des mesures de foi... Amen ! Maintenant qu’est-ce qu’on fait de cette foi que le Seigneur nous a donnée. C’est là que se trouve le problème, parce que la foi, c’est la capacité que nous avons à faire tout ce que nous voulons dans le royaume de Dieu. Est-ce que vous comprenez ? Vous avez saisi cette définition ?

La foi, c’est la capacité que nous avons, nous les chrétiens, à faire ce que nous voulons faire dans le royaume de Dieu et dans ce monde ici. Parce que la foi, contrairement aux autres monnaies, agit dans les deux domaines. Amen ! La foi agit dans le domaine spirituel et dans la vie de tous les jours, contrairement au dollar ou à l’Euro qui est limité. On ne peut pas travailler avec l’euro ou le dollar dans le domaine des esprits ! Amen ! Mais nous, on peut travailler avec la foi dans le domaine spirituel et dans le monde ici, on peut agir par la foi. Notre monnaie dépasse les monnaies des nations.

Donc le Seigneur a laissé cela à Ses serviteurs et Il est parti. Maintenant qu’est-ce qu’on fait de notre foi ? Ici, personne ne peut dire qu’il n’a pas reçu de talent. Personne ne peut le dire. Amen ! Tout chrétien a un minimum de foi qui équivaut au moins à un talent, à moins que tu n’aies pas cru et que tu ne sois pas né de nouveau. Sinon celui qui est né de nouveau a reçu au moins un talent. Il a reçu la foi, un certain niveau de foi qui peut lui permettre d’agir. Et fructifier le talent, qu’est-ce que ça veut dire ? Ici dans la parabole, celui qui a reçu les cinq talents a reçu un certain niveau de foi. La bible dit qu’aussitôt, il est allé le fructifier. Mais concrètement, ça veut dire quoi ? En fait, il est allé faire du commerce avec l’argent qu’il a reçu de son Maître parce qu’il sait que le Maître a donné cet argent pour le récupérer avec des intérêts…tu ne dois pas rester au même niveau de foi que tu as reçu quand tu es venu au Seigneur ! Au moment où le Seigneur vient te chercher ; tu ne dois pas être au même niveau de foi. Amen ! Il faut fructifier ta foi ! Il faut que ta foi évolue. Il faut que ta foi fasse du commerce, frères. Il faut échanger avec ta foi. Il faut acheter et vendre avec ta foi. Il faut bâtir, il faut construire avec ta foi. Amen ! Il faut investir avec ta foi dans le Royaume de Dieu et que le Maître retrouve ta foi avec un niveau élevé qui a produit.

Les intérêts, c’est quoi ? C’est ce que ta foi t’a permis de faire pour le Seigneur Jésus et Son Royaume. C’est cela les intérêts ; ce que tu as réalisé avec ta foi dans l’Assemblée des saints, parmi tes frères et sœurs…Si tu as gagné des âmes avec ta foi, c’est bien! Si tu as manifesté des bonnes œuvres avec ta foi, c’est bien. Ce sont les intérêts, les fruits... Si tu as prêché avec ta foi, tu as prié pour les malades, tu as volé au secours des saints…C’est ça qui revient au Seigneur. Quand Il viendra, Il dira : Bon et fidèle serviteur, entre la joie de ton maître…La foi nous met en action dans le Royaume de Dieu. On ne peut pas être des hommes ou des femmes d’action dans le domaine spirituel sans la foi. Donc c’est la foi qui nous met en action. Si tu as reçu la foi, il faut la fructifier.

Fructifier la foi, c’est faire du commerce avec cela. C’est la même chose qu’on a avec les monnaies dans le monde. Si tu es allé voir un homme riche qui t’a donné de l’argent pour faire des affaires…Au lieu de fructifier cet argent, tu le mets dans un compte courant en Banque et tu es assis à la maison, tu ne bouges pas. Mais tu vas payer les frais d’entretiens du compte et ton solde ne fera que diminuer…Mais à la fin, tu vas te retrouver avec des dettes, et tu ne pourras même pas rembourser celui qui t’a prêté ; si c’est un prêt. Ou bien tu réalises un investissement et tu ne prends pas soin de cela. Mais ça va se volatiliser et ton argent va disparaitre. Parce que quand on fait du commerce, il y a des lois, des règles qu’il faut respecter pour entrer en possession de son argent. Amen !

Donc parmi nous, il y en a qui ne savent pas faire du commerce avec leur foi. Je parle dans le domaine spirituel. Amen ! On ne sait pas faire du commerce avec notre foi. On ne sait pas échanger avec notre foi. On ne sait pas utiliser cette monnaie précieuse et puissante que Dieu nous a donnée pour acheter, pour vendre, pour bâtir, et pour faire beaucoup d’autres réalisations dans le Royaume de Dieu et dans le monde. Il y en a qui savent manipuler les monnaies de ce monde plus que la foi. Mais oui ! Il y a un frère qui est au Nigéria, un de mes amis qui est aussi un homme d’affaire. Quand on se rencontre et qu’il veut me faire rire ; il me dit : Pastor, I am the one who can turn money to money ! Ça veut dire qu’il est celui qui peut changer l’argent en argent. Est-ce que vous comprenez ? Parce que c’est un homme d’affaire. Il fait des affaires. Il va un peu partout, à Doubaï, en Chine... C’est un homme d’affaire, il fructifie son argent. Il change l’argent en argent. C’est cela le commerce. Tu as de l’argent, tu travailles à faire en sorte que ça rapporte des bénéfices…C’est le principe du commerce.

Et la foi, c’est le même principe. Dieu nous a donné la foi pour qu’on la fructifie, pour qu’on la mette en action. Et notre foi fait beaucoup de chose. La foi peut faire beaucoup de chose. La foi peut faire plus qu’on ne l’imagine, frères. C’est parce que nous ne sommes pas conscient de cette monnaie que Dieu nous a donné. Et c’est là où le Seigneur a parlé ici. Le premier, dès qu’il a reçu ses talents, il est allé les fructifier. Mais frères, quand on fait du commerce, on prend des risques. Vous ne trouverez pas un commerçant qui ne prend pas de risques. Ce n’est pas possible. Un commerçant est un homme qui prend des risques. Alléluia ! Et un homme de foi est semblable à un bon commerçant dans ce monde. Un bon chrétien est un bon commerçant. Il prend des risques. Quand tu vas investir ton argent, c’est un risque que tu prends…Donc il faut t’attendre à ce que souvent ça ne produise pas le succès…

Dans la parabole, le dernier qui a reçu les un talent n’a pas voulu prendre de risques. Dès qu’il a reçu l’argent, il a dit : la meilleure manière de préserver cet argent, c’est de l’enterrer. Je l’enterre, au moins c’est sûr que quand il va venir le réclamer, il va reprendre son argent tel qu’il me l’a donné. Même s’il n’y a pas d’intérêts, je lui aurais rendu son argent. Pourquoi a-t-il agit ainsi ? C’est parce qu’il avait peur de perdre l’argent que le Maitre lui avait donné. Il ne voulait pas perdre l’argent de son Maitre. Amen ! Est-ce que vous comprenez ? Donc il ne voulait pas prendre de risque. Et il y a des chrétiens comme cela. Ils n’aiment pas prendre de risques. Qu’est-ce que j’appelle les risques. Le risque dans la foi, c’est cette capacité à s’avancer dans la foi en étant convaincu que Dieu peut faire quelque chose dans la situation qu’on traverse ou dans le projet…

Prendre un risque, c’est s’avancer en comptant sur le Seigneur. C’est vrai qu’au départ tu ne vois rien, mais comme tu sais que Dieu est avec toi, alors tu es sûr. Mais il y en a qui ne peuvent pas avoir cette confiance dans le Seigneur. Donc ils ne prennent pas de risques parce qu’ils ne sont pas sûrs que le Seigneur peut intervenir dans la situation. Vous voyez ! Quand on réfléchit, on peut voir que celui qui avait les un talent représente un chrétien charnel, parce que ce sont les chrétiens charnels qui ne prennent pas de risques dans la foi parce qu’ils voient les choses dans la chair et non dans l’esprit. Ils sont incapables de produire des œuvres de l’Esprit.

Mais la foi, ce sont les risques ! Celui qui avait les cinq talents, qui représente un chrétien spirituel s’est dit qu’il pouvait perdre deux talents en voulant fructifier les cinq…Et quand il est allé travailler, le Maitre étant avec lui, il a réussi... Avec ce Maître, on ne perd jamais, on gagne toujours. Et même quand on perd, on rattrape ce qu’on a perdu. Oui, frères. Avec Lui, on rattrape toujours ce qu’on a perdu. Parce que même quand Il te laisse perdre quelque chose, c’est pour te tester. C’est pour voir ta capacité à résister, à persévérer dans ton travail. En effet, dans la foi, le risque n’est pas sans persévérance. Le risque se prend dans la persévérance. Aujourd’hui tu investis, tu perds, demain tu peux gagner. Amen ! C’est comme cela. Donc celui qui avait les cinq talents a persévéré et il a obtenu cinq talents de bénéfices.

La foi, c’est toujours plusieurs tentatives. Amen ! La foi, c’est cela. La foi, c’est toujours plusieurs tentatives. Il ne faut pas t’engager une seule fois et dire : frères, ça ne marche pas... Il n’y a pas ça dans la foi. Amen ! Il n’y a pas cela dans la foi. On doit faire du commerce avec notre foi, avec les talents qu’on a reçus du Seigneur. Amen ! On doit les fructifier et emmagasiner des intérêts pour le Maitre quand Il va revenir. Quand Il va revenir, Il va demander des comptes à chacun d’entre nous. Personne ne sera à l’abri des comptes rendus. Ne pensez pas que ce sont les frères qui prêchent qui vont rendre compte au Seigneur et puis vous, vous allez entrer tranquillement dans le royaume de Dieu sans rendre compte. Frères, ôtez ce genre de pensées de votre esprit…Ce n’est pas chrétien.

Il ne faut pas penser que tu vas aller tranquillement t’asseoir et regarder les autres rendre compte. Non, tu es responsable comme moi. Amen ! On a reçu les mêmes talents, on doit les fructifier. Et chacun doit les rendre à Dieu avec des intérêts. Il ne faut pas penser qu’on ne te connaît pas au ciel parce que tu n’es pas renommé. Tu es caché à Koumassi donc tranquillement tu es sauvé, tu vas t’asseoir au ciel. Ne vous y trompez pas frères ! Sachez que s’il y a un lieu où on contrôle tout le monde, c’est au ciel. Sur la terre, on ne contrôle personne ! S’il y a un lieu où on contrôle les gens, c’est au ciel. Quand il y avait les noces, les anges ont jeté un homme dehors, un monsieur qui n’avait pas d’habits de noces…S’il y a un lieu où on contrôle tout le monde, c’est là-bas. On n’entre pas au ciel incognito! Il ne faut pas penser que tu vas aller t’asseoir et te cacher tranquillement. Non ! Nos noms sont écrits là-bas. Alléluia !

L’identification qu’on fait sur la terre n’est rien ! Là-bas, nos noms sont écrits noirs sur blancs. On te connaît par ton nom, sache-le ! Le ciel te connait. Il ne faut pas penser qu’on ne te connaît pas, on te connaît. Alléluia ! Et tous tes mouvements sont suivis. Oui, frères. Tout ce que tu fais est vu au ciel. Dieu voit tout ce que tu fais. Ton nom est écrit là-bas. Il ne faut pas penser que tu peux te cacher et puis faire ce que tu veux ; t’éclipser parce qu’on ne te voit pas. Non ! Et il y en a qui ont des pensées comme ça. Ils pensent que devant nous, ils sont cachés on ne les voit pas, c’est faux. Frères, c’est faux. Il faut sortir de cette illusion. Et si le Diable te fait croire qu’on ne te connaît pas au ciel et que tu peux faire ce que tu veux, il faut savoir que le Diable est en train de te mentir. On te connait au ciel. Amen ! Ton nom est là-bas. On entend ton nom chaque jour.

Et les anges qui te suivent font des rapports sur toi tous les jours à Dieu. Est-ce que vous comprenez ? Les anges qui te suivent font des rapports sur toi tous les jours. Ils sont au courant de toi. Donc ne pensez pas qu’on peut se cacher. C’est un lieu où on ne se cache pas. Amen ! Vous pouvez vous cacher des frères. Nous, dès qu’on quitte ici, on est à la maison. On ne voit rien. Amen ! A moins que parfois on ait des visions et des songes. Mais là encore, c’est le ciel qui nous le dit. Oui, frères. Qui donne les visions ? C’est Dieu. Qui donne les songes, c’est Dieu. Réveille-toi, toi tu dors. Regarde ce qu’un tel est en train de faire. Tout cela, ce sont des renseignements qui viennent du ciel. Nous-mêmes, on ne peut pas avoir cela. Amen ! Le ciel nous connait, ton nom est écrit là-bas. On te connaît, frères. Donc on ne peut pas se cacher. Les talents que nous avons reçus, on doit faire du commerce avec pour les fructifier. Amen !

Si on peut sauver des hommes pour le royaume de Dieu, faisons-le. Tout ce qu’on peut faire pour avoir des bénéfices pour le Maître, faisons-le. Alors quand Il viendra, on lui dira : Seigneur tu m’as donné la foi, voilà ce que j’ai fait avec. Jacques dit qu’une foi sans les œuvres est une foi morte. Amen ! C’est la foi de celui qui est allé enterrer son talent qui est morte. Il attend le retour du Maitre pour lui dire : je sais que tu es difficile. Quand tu viens, tu moissonnes là où tu n’as pas semé. Mais justement ! La foi qu’Il a donnée, le talent qu’Il a donné ; c’est pour moissonner là où Il n’a pas semé. Jésus a semé en Israël. Quand Il est venu, son ministère s’est arrêté à Jérusalem. C’est là-bas qu’Il a semé. Mais quand Il revient, Il va récolter en Afrique, en Côte d’Ivoire, en France, aux États-Unis ; en Asie et dans le monde entier. Amen ! Là où Il n’est pas allé semer ; Il va aller moissonner là-bas. Donc Ses serviteurs doivent aller dans ces lieux pour répandre la parole. Amen !

Donc c’est Son principe, Il moissonne là où Il n’a pas semé. Et si tu as reçu le talent, c’est pour semer là où Il n’a pas semé, afin qu’à son retour, Il moissonne là-bas. C’est là Son intérêt. Donc si tu n’es pas allé le faire, il ne faut pas Lui dire qu’Il moissonne là où Il n’a pas semé. Tu es en train de provoquer son courroux parce que justement, c’est pour cela qu’Il t’a donné le talent. C’est pour que tu ailles semer là où Il n’a pas semé et qu’à son retour, Il moissonne là-bas.

Il ne faut pas enterrer ton talent et te justifier après. Tu es un méchant serviteur. Tu es méchant ! Tu ne veux pas le bien du Maître ! Tu ne veux pas les biens du Royaume de Dieu. C’est pour cela que tu tiens des raisonnements de ce genre.

Et il y en comme cela parmi nous qui ne seront pas félicité. Le ciel ne pourra pas les féliciter parce qu’ils auront enterré leur talent. C’est pour cela que je dis que dans cette église, on n’a encore rien fait. Amen ! On n’a rien fait encore. Le travail de Dieu est devant nous. Amen ! Il faut travailler pour le Seigneur. On doit fructifier tous les talents que Dieu nous a donnés. On doit fructifier la foi qu’on a reçue.

Et puis la foi, frères, il faut savoir quelle foi tu as reçu ? Amen ! Quelle foi tu as reçu ? Parce qu’on reçoit la foi en fonction du Message qu’on entend ; en fonction de la parole qui nous a été donnée, en fonction de la mission que Dieu nous confie. Alléluia ! C’est tout cela. Donc soyons des hommes responsables. Faisons du commerce avec ce qu’on a reçu, avec la foi qu’on a reçu. Il faut échanger. Il ne faut pas dormir sur tes lauriers, sur tes performances pour dire que j’ai déjà trop gagné. Amen ! J’ai eu beaucoup de terrain. Celui qui a reçu les cinq talents ne s’est pas arrêté au premier talent d’intérêt parce qu’il a eu cinq talents d’intérêts. Il ne sait pas arrêter au premier talent d’intérêts pour dire : dans tous les cas, cela me fait six talents… Il a continué à travailler pour avoir deux talents d’intérêts, après trois talents d’intérêts, jusqu’à cinq talents d’intérêts. Amen ! Et cela faisait dix talents au total.

Et quand le maitre a vu cela, Il était content. Il a dit : voici un bon serviteur. Avec lui, je ne gaspille pas mon argent, je le fructifie. Il dit : tu as été fidèle dans peu de chose, je vais te confier de grandes choses. Ceux qui travaillent dans la foi, leur foi augmente, leur foi évolue, donc après on peut le voir dans un Ministère plus puissant, si c’est un prédicateur ou même un chantre. Quel que soit son Ministère…Souvent on est assis là à prier: Seigneur augmente ma foi ! Vous pensez que la foi s’augmente automatiquement ? C’est faux ! On te donne de l’argent pour faire du commerce et puis tu es assis et tu te réveilles le matin, tu as eu dix mille francs de bénéfice. Tu te réveilles le lendemain, vingt mille francs de bénéfice. C’est comme cela ? Non ! Seigneur augmente ma foi… Ce sont des prières d’ignorance.

On a fait des prières d’ignorance parfois. Seigneur augmente ma foi et on prie comme cela à chaque foi et la foi n’augmente jamais. Ce n’est pas le bon mécanisme pour augmenter la foi ! Le vrai mécanisme, c’est le travail. Amen ! En travaillant, en faisant le commerce avec ta foi, ça va augmenter. Ce sont les intérêts, ça va augmenter. Amen ! Et cela je peux vous attester que c’est la vérité. Parce que la foi a plusieurs domaines d’exploration. Celui qui exploite sa foi dans le combat spirituel verra sa foi augmenter face aux démons. Si tu exerces ta foi dans la prière pour les malades, dans ce domaine de la guérison divine, tu vas t’approfondir. Si tu exerces ta foi dans un domaine quelconque, ça va s’approfondir. C’est comme cela. Amen ! Si c’est dans le domaine des dons, tu vas voir que davantage tu vas donner. C’est comme cela. Seigneur augmente ma foi. On est couché là. Seigneur donne-moi de la foi pour terrasser ce démon. Mais commence par le cogner, par l’attaquer dans le jeûne et la prière…Commence déjà le combat et ta foi va monter. Commence les prières et les jeûnes ; commence par l’attaquer. Au fur et à mesure que tu vas le faire, ta foi va augmenter. Et un jour, il sera terrassé.

Mais tu es assis là : Seigneur augmente ma foi,  je vais le terrasser. Frères, David ne s’est pas lever un jour pour aller attaquer Goliath. Déjà derrière les troupeaux de son père, il combattait les géants. Il a eu affaire à l’ours et au lion. Amen ! Sa foi était déjà haute ! Il a dit : il en sera de cet incirconcis comme il en a été de ces animaux. Il y avait déjà des références. Amen ! Donc il avait la foi, frères. Ses frères qui étaient des militaires aguerris ne pouvaient pas. Ils avaient peur. Pourtant ils avaient fait des guerres avant. Amen ! Ils ne pouvaient pas s’avancer.

Donc la foi augmente dans le travail. C’est pareil pour le commerce. Quand on dit qu’un commerce évolue, c’est qu’on a commencé avec peu et le capital a évolué. Amen ! C’est en faisant le commerce que le capital a augmenté. C’est comme cela, frères. Les entreprises, quand ça bouge, c’est qu’on a commencé avec dix millions de capital et après on se retrouve avec cent cinquante millions de capital. Mais vous allez voir que chaque année sur les bénéfices, les actionnaires ont mis quelque chose de côté pour accroitre le capital. C’est quand on travaille que l’entreprise évolue.

C’est la même chose pour la foi. On ne peut pas être couché là, inactif, passif... La dernière fois, j’ai parlé de la passivité. On est passif sur les questions qui concernent notre vie chrétienne, on est assis là, on ne dit rien, on ne bouge pas… et tu dis : Seigneur augmente ma foi ! Comment Dieu va augmenter ta foi ? La foi s’augmente dans l’action. La foi s’augmente dans l’action. La foi évolue dans l’action. Les intérêts sur les talents augmentent dans l’action, dans le commerce, dans les transactions. Amen ! Et puis frères, les transactions ne sont pas sans les risques. Il y a des risques à prendre. Il y a des résolutions à prendre.

Dans toute œuvre spirituelle, il y a des risques et des résolutions à prendre. Amen ! Vous ne voulez pas prendre de risques et vous voulez que votre foi augmente. Ce n’est pas possible et pour cela on est tous concerné frères. Amen ! Alors, les talents dont le Seigneur parle ici, c’est de cela qu’il s’agit. C’est la monnaie dans le royaume de Dieu. Cette monnaie doit être fructifiée. On doit faire du commerce avec ça. De la même manière qu’on utilise nos CFA ici pour faire du commerce et beaucoup d’autres choses ; c’est ainsi dans le Royaume de Dieu. Il faut que notre foi soit exercée à tous les niveaux. Si on veut exercer la foi à tous les niveaux, c’est possible. C’est possible, frères. C’est une question de vouloir le faire.

Celui qui a eu deux talents, c’est la même chose. Il a fait fructifier les deux talents. Quand il a fructifié, il a eu un talent de bénéfice, cela faisait trois. Il a continué encore, il a eu un autre talent de bénéfice. Ça faisait quatre. Il a dit : ça fait les cents pour cent d’intérêt. Bon et fidèle serviteur. Tu as été fidèle en peu de choses, moi je vais te donner de plus grandes. Et quand vous étudiez la vie des serviteurs de Dieu, vous verrez que c’est comme cela. La vie de tous les chrétiens, c’est comme cela. Un chrétien qui évolue, c’est un chrétien qui met sa foi en action en sachant que notre foi est capable de tout faire. Amen ! La foi, c’est cette capacité que nous avons de tout faire dans le Royaume de Dieu et dans le monde. Oui, frères, comprenons cela. La foi est une capacité. C’est la capacité qu’on a à tout faire. On peut tout faire avec la foi. Le Seigneur a dit : *tout est possible à celui qui croit**.* Amen ! C’est une capacité que Dieu nous a donnée. Il n’y a pas quelque chose dans ce monde qu’on ne puisse pas faire avec la foi. On peut tout faire avec la foi, à part certainement le péché. Quand la chose n’est pas possible pour nous, c’est que nous ne voulons pas. J’ai parlé de la volonté. On ne veut pas prendre d’initiative, on a peur… on ne veut pas prendre de risques. C’est tout.

C’est comme un milliardaire qui a peur d’investir son argent. Il a reçu beaucoup d’argent, beaucoup d’héritage et il dit : je vais m’asseoir tranquillement et puis je vais dépenser petit à petit mon argent. Amen ! Je ne veux pas prendre le risque de faire des affaires de peur de perdre cet argent. C’est comme cela. Mais le niveau de ta foi va baisser, ça va régresser et à la fin, il n’y aura plus rien. Tu es éteint, tu n’as plus rien, tu es mort quoique vivant. Amen ! Et c’est ce qui est arrivé à l’église de Laodicée. Elle a refusé de fructifier sa foi, ses talents que Dieu lui a donnés. Elle a refusé et elle est restée là. Elle a été gagnée par le sommeil et l’assoupissement, la pauvreté. Donc nous avons une opportunité si nos esprits ont été réveillés pour fructifier la foi que Dieu nous a donnée. C’est important, frères.

Donc ne restons pas là à dire : Seigneur augmente ma foi. Si tu fais cette prière au moment où tu es en train de travailler, c’est juste. Là il peut augmenter ta foi sinon si tu es couché, Il ne sait pas comment s’arranger pour augmenter la foi de celui qui est couché et qui ne veut rien faire. Ce n’est pas possible. Amen ! Dans la loi de Dieu, ça n’existe pas. Moi je ne connais pas quelqu’un qui est resté couché et dont la foi a bondi un matin avec des muscles et puis il a commencé à remuer le ciel et la terre. Non ! Ça n’existe pas. Tu es en train de travailler avec la petite force que tu as et Dieu te vient en aide. Dieu vient à ton secours.

Si tu es couché, Dieu te dit : paresseux lève-toi. Comment va-t-il augmenter ta foi ? Ce n’est pas possible. Amen ! Ce n’est pas possible. C’est celui qui est en action qui retrouve la force. Vous lisez le ministère des apôtres, vous allez voir. Leur ministère est allé en évoluant. Le frère Branham a commencé avec deux signes. Après il est allé dans une autre dimension où nous ne sommes pas encore arrivé. Il est entré dans une autre dimension où il pouvait discerner les pensées des cœurs. Après, il a commencé à faire apparaître les choses par la parole. Et tout cela, c’est pour nous. Amen ! C’est pour nous, c’est pour l’Epouse ! C’est pour l’Epouse de Christ. C’est pour nous. Mais si on ne met pas en action notre foi ; frères, je ne sais pas si on pourra présenter des prémices au Seigneur. Amen !

Regardez tel qu’on utilise l’argent dans ce monde, c’est comme cela qu’on utilise la foi. C’est la même chose, ce sont les mêmes principes. Parce que c’est de la monnaie, c’est de l’argent. Et celui qui est riche spirituellement, c’est celui qui a beaucoup de foi. Et souvent…j’ai commencé à comprendre certaines choses. Souvent tu fais des songes et tu as beaucoup d’argent. Et tu penses qu’on va te donner de l’argent dans la réalité. Mais au fait non. C’est la foi. Est-ce que vous comprenez ? Souvent c’est la foi. Dieu te montre que tu as de l’argent à ta disposition, tu as de la foi pour faire ce que tu veux faire.

Et souvent vous faites des songes et vous trouvez des gens, des voleurs, des brigands qui viennent voler votre argent. C’est un dépouillement de la foi. Est-ce que vous comprenez ? Et puis on tombe dans l’incrédulité. Oui ! Le Diable nous dépouille de la foi quand on ne travaille pas, quand on ne la met pas en action. Le Diable nous dépouille de la foi et à la fin, on manque de foi. C’est comme si on n’est plus dans la volonté de Dieu…On devient nonchalant et c’est comme si on n’a plus d’espérance. La foi a disparu et puis le goût de la vie devient tiède. Parce que le sel de la vie, c’est la foi.

Quand on perd la foi, la vie devient tiède, on ne sait plus où on se trouve. Mais quand on a de la foi, on a la joie de vivre. Oui ! On a de l’espérance, on a la joie de vivre parce qu’on sait qu’on est dans une position où on peut tout faire avec la foi qu’on a reçue. Vous imaginez un homme qui se sent misérable alors qu’il a des millions dans son compte bancaire ? Nous qui sommes assis ici, si on a des millions en banque, est-ce qu’on peut se sentir misérable ? On va faire le tour des magasins. Moi, je vais commencer par une belle voiture. Oui ! Je vais regarder sur internet et je choisis une belle voiture parce que j’aime les voitures. J’achète une. Amen ! Je commence par là. Je ne veux pas être malheureux. Amen !

Frères, si on a beaucoup d’argent, beaucoup de biens, de talents, et puis on est malheureux ; ce n’est pas normal. Parce qu’on ne veut pas utiliser la monnaie que Dieu nous a donnée. Oui ! Frères, c’est une monnaie qui achète à tous les niveaux. Et on peut tout acheter avec. Oui ! La santé, la paix, la joie, l’assurance. Même ce que ce monde donne, on peut l’acheter par la foi. Une voiture, une maison, un emploi, la délivrance des esprits méchants. Tout est possible à celui qui croit. Tout est possible à celui qui croit. Amen ! Tout est possible à celui qui a dans sa main des talents. Tout est possible, c’est de l’argent ; n’est-ce pas ?

Mais Jésus a dit dans les prophéties qu’à la fin des temps, à cause du progrès de l’iniquité, l’amour du plus grand nombre va se refroidir. Les gens dans leur cœur n’aimeront plus Dieu. C’est ça le problème, ils ne vont plus aimer Dieu. Ils ne vont plus aimer ce qui concerne Dieu et Sa parole. Ce qui concerne Dieu et Ses affaires…les gens dans leur cœur ne vont plus aimer cela. Parce qu’il y a beaucoup d’iniquité. Il y a beaucoup de mauvaises choses dans le monde. Les gens ont tout ce qu’il faut pour se distraire, pour s’amuser, pour faire le mal. Les gens ont tout ce qu’il faut pour se réjouir dans ce monde. Donc ils ne peuvent plus avoir dans leur cœur de l’amour pour Dieu et pour Son œuvre…

Mais est-ce que celui qui n’aime pas Dieu peut mettre en action sa foi ? Ce n’est pas possible. La bible dit que la foi est agissante par l’amour. Oui ! C’est ce que Paul a dit. La foi est agissante par l’amour. (Galates 5:6) *Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par l’amour.* Amen ! C’est l’amour de Dieu qui fait que notre foi est agissante. Mais si dans notre cœur, l’amour de Dieu est refroidi. Cela veut dire que c’est un amour congelé... Ça ne coule pas. Vous comprenez ? L’amour de Dieu qui est en nous ne coule pas, c’est congelé, c’est froid. Celui qui a reçu les cinq talents, dès qu’il les a reçus ; il est allé les fructifier. C’est par amour pour le Maître qu’il est allé le faire et aussi par respect. Il aimait son Maître, il le respectait. Amen ! Et il le craignait aussi parce qu’il savait que son Maître moissonnait là où il n’avait pas semé. Il avait aussi cette connaissance, mais il n’a pas enterré son talent comme son compagnon. Mais par crainte pour son Maître, par amour pour Lui, par respect de Son autorité, il a fructifié son argent avec des intérêts.

Aussi frères, ils ont travaillé en sachant que ce Maître récompense Ses gens. C’est un Maître qui n’est pas méchant, Il récompense ceux qui travaillent pour Lui. C’est un Maître qui loue Ses travailleurs. Il récompense ceux qui le servent. Amen ! Donc ils sont allés fructifier leur talent. Quand Il est venu, Il les a loués : bon et fidèle serviteur... Ce n’est pas un Maître qui est méchant ; qui ne s’occupe pas de Ses serviteurs. Non ! Tu as été fidèle dans peu de choses, moi je vais te donner de grandes choses. Donc c’est un bon Maître. Amen ! Donc c’est important de connaitre aussi le Maître. C’est important de connaitre Celui qui nous a donné les talents. Oui, frères. Parce que tu ne peux pas aller fructifier l’argent de quelqu’un que tu n’aimes pas. Avoir la force de fructifier les talents dépend des rapports qu’on a avec Celui qui nous les a donné. Est-ce que nous l’aimons ? Est-ce qu’on est d’accord avec Lui ? Est-ce qu’on veut qu’Il ait beaucoup d’intérêts. Les intérêts, ce sont les œuvres de la foi.

Si son intérêt ne représente rien pour nous, on ne peut pas faire son travail. Donc tout dépend aussi des rapports qu’on a avec Celui qui nous a donné les talents. Quand vous trouvez quelqu’un en train de travailler avec zèle et dévotion, ou avec engouement pour quelqu’un d’autre, c’est que quelque part, il a un intérêt. Mais oui ! Il a un intérêt ; il gagne quelque chose. On ne peut pas être zélé pour un individu en vain. Et ça, on le voit dans la vie de tous les jours. Quand on a un patron qui après chaque compte rendu nous donne quelque chose, on est toujours pressé d’aller le voir pour lui rendre compte de ce qu’on a fait parce qu’on sait qu’on ne sortira pas de son bureau les mains vides. Oui, frères. C’est comme cela. Donc quand il donne le travail, tout le monde est pressé de le faire…

Avec le Seigneur, c’est une révélation. Il faut avoir la révélation que le Dieu qu’on sert n’abandonne pas les Siens ; Il honore toujours ceux qui l’honorent…Il prend au sérieux ceux qui le prennent au sérieux. Dieu est tellement reconnaissant ! C’est une révélation qu’il faut avoir. Oui, frères. C’est une révélation. Moi, j’avais un patron comme cela qui était très bien. Il me confiait les boulots pressés. Quand il m’appelait et qu’il me tendait le dossier, je savais que c’était pressé, il n’avait pas besoin de me le dire. Parce que je travaillais rapidement. Quand je finissais et que je lui envoyais, j’avais une récompense. Donc la chose dépend aussi de celui qui nous a donné les talents.

Quelle relation on a avec Lui ? Quel amour, quelle dévotion, quelle respect on a pour lui et quel avantage nous tirons à fructifier les talents que Dieu nous a donnés ? Est-ce qu’on peut tirer un avantage des talents qu’Il nous a donné ? Parce que frères, on tire un avantage des talents qu’Il nous a donné. Le travail de la foi, quand on le fait, on en tire toujours un avantage. Oui ! Toujours un avantage. On en tire toujours un avantage. Et le premier a gagné cinq talents en plus et le Maître lui a donné de grandes choses. C’est Lui-même qui l’a dit. C’est un avantage ! Il veut te donner de grandes choses, de grands biens. Il veut t’établir sur de grands biens parce que le peu qu’Il t’a donné a été rentabilisé.

Si tu travailles bien, tu ne perdras pas ta place. Au contraire, Dieu va te bénir, Il va consolider tes racines, Il va t’affermir dans ta position. Tu vas te lever contre tes ennemis pour te battre ; tu en auras la force. Au fur et à mesure que tu vas avancer, Dieu va t’affermir. Oui, frères. Il va t’affermir dans ta position. Et tu auras raison de tes ennemis. Oui ! C’est une question de résolution, de fermeté, d’engagement. Et dans ce combat, il n’y a pas de relâche. Et on ne s’engage pas une seule fois. Non ! C’est la guerre pour toujours. Quand tu t’engages dans un combat contre les mauvais esprits, c’est pour toujours ! Il faut persévérer. Au fur et à mesure que tu vas persévérer, l’esprit va perdre des forces. S’il te dominait par le passé, il ne te dominera plus. Il va perdre des forces jusqu’à s’écrouler.

Il va s’écrouler progressivement et tu auras la paix. Il faut persévérer, frères. Les démons les plus costauds tombent après plusieurs assauts. Amen ! C’est comme cela le combat spirituel. C’est la loi de la guerre. Amen ! Est-ce que vous comprenez ? C’est la loi de la guerre. Dieu ne changera pas les choses. C’est Lui-même qui a établi les choses ainsi. Et Dieu est l’Eternel des armées. Amen ! C’est le chef de toutes les guerres.

Quand Il te prend de son côté, il faut savoir que les choses sont disposées ainsi ! Il y a des ennemis tombent après plusieurs assauts. Ça dépend de celui qu’on a en face. Il y en a qui tombent après le premier assaut. Un seul assaut suffit pour les faire écrouler. Mais il y en a d’autres qui tombent après plusieurs assauts. Et un jour arrive le coup de grâce. Amen ! C’est comme cela. Maintenant si toi tu es couché en train de dire : Seigneur fortifie ma foi. Donne-moi la force pour écraser ce démon. Mais si tu es couché, comment Dieu fera-t-il ?

Donc il est important pour nous de savoir si nous aimons Celui qui nous a donné les talents. Car nous sommes dans un temps où l’amour du plus grand nombre s’est refroidi. Beaucoup de frères et sœurs, de chrétiens n’aiment plus Dieu. Leur cœur est refroidi face à l’amour de Dieu. Leur cœur n’est plus chaud à l’égard de l’œuvre de Dieu. Pourquoi ce n’est plus chaud ? Mais c’est l’influence du monde, L’influence de la mondanité, du péché, l’influence des plaisirs de la vie. L’influence des démons, des esprits méchants et puis aussi l’influence de l’opposition. Parce qu’il y a des frères qui pensent qu’ils peuvent progresser dans la foi sans rencontrer l’opposition et l’adversité. Mais vous vous trompez. Sortez de vos illusions. Amen !

Dans le domaine de la foi, il y a de l’opposition. Et ceux qui ont fructifié leurs talents ; pensez-vous qu’ils l’ont fait dans le calme et la facilité ? Moi je ne crois pas. Au contraire, ça n’a pas été facile pour eux, mais ils l’ont fait quand même. Ça été dans l’opposition et dans l’adversité. Cet homme a fructifié ses cinq talents dans les difficultés et les épreuves. Comme je l’ai dit, ce sont des risques qu’on prend quand on veut faire du commerce. Selon le terrain sur lequel on va fructifier ses talents on rencontre l’adversité.

Si c’est dans un champ, vous pensez que par moment, il n’a pas rencontré des serpents en coupant les herbes. Ou bien si c’est dans le commerce, vous pensez que par moment, il n’a pas perdu de l’argent ? Mais si ! Mais il ne s’est pas découragé. Le soleil l’a frappé, la pluie, la chaleur, la faim... Tout cela. Dans les affaires, vous savez, il y a des escrocs. Oui ! Les escrocs il y en a beaucoup dans les affaires. Oui, frères. Mais c’est tout cela les risques du métier. Quand on fait du commerce, c’est tout cela qu’on rencontre. Il y a des ravageurs, des menteurs, des trompeurs.

Pour les commerçants, les articles sont exposés. Quand les gens passent, ils font comme s’ils ne les voient pas. Et à côté de toi, ça marche chez le voisin. Tu interpelles les gens et ils te répondent : Monsieur ! Il n’y a pas l’argent…Et puis c’est exposé là. Le soir venu, tu rentres tout et le lendemain, tu remets encore les choses en place…C’est cela le commerce. Il faut persévérer. Un jour quelqu’un va passer et il va acheter. C’est comme cela le commerce et c’est la même chose dans la foi.

Tu ne peux pas raisonner comme si la vie chrétienne n’a pas d’opposition. Hébreux nous a demandé de considérer l’opposition qu’il y a eu dans la vie de Jésus. Oui ! Le Seigneur Lui-même, quand Il est venu fructifier les talents que Son père Lui a donné, la bible dit de considérer l’opposition qu’il y a eu contre Lui. Quand le Seigneur sortait pour aller prêcher, mais c’était de l’opposition jusqu’au soir. Par moment, les gens ramassaient les pierres pour Le lapider, on le chassait de certains lieux. Quand les gens ramassaient les pierres, Il ne restait pas là, Il fuyait. Mais quand Il fuyait, Il ne se taisait pas. Il allait prêcher ailleurs.

Quand les gens ne voulaient pas entendre dans un lieu, Il se rendait dans un autre lieu, parce que Jésus savait que Son père aussi moissonnait là où Il n’avait pas semé ! Il a parcouru tout Israël pour prêcher la parole… Et comme Il était seul, Il a pris des serviteurs pour l’aider dans Sa tâche. Il les envoyait prêcher. Parce qu’Il savait que Celui qui l’avait envoyé moissonne là où Il n’a pas semé. Il fallait que la parole soit répandue partout. Amen ! Donc Il a fructifié le talent que son père dans l’opposition. Il a fructifié les talents dans l’opposition contre sa personne. L’opposition était dirigée contre sa personne. Les gens ne voulaient pas le voir parce qu’ils n’aimaient pas sa tête. Ils se sont opposés à Lui. On lui faisait des histoires.

Et il y avait toujours des confrontations. Et les opposants, c’était des gens de plusieurs couches sociales. Les sacrificateurs, les scribes, les pharisiens… la classe religieuse ; les démoniaques ; ceux qui étaient animés de démons…Il y avait tout le monde y compris sa famille, les gens de sa région natale, tous étaient dans l’opposition. Malgré cela, il y en avait d’autres qui l’écoutaient. Jésus n’avait pas reculé face à l’opposition. Non ! Celui qui t’a donné le talent moissonne là où Il n’a pas semé. Amen ! Donc il ne faut pas enterrer ton talent. Si tu l’enterres, quand Il va revenir, Il va demander des comptes. Qu’est-ce que tu as fait avec le talent que je t’ai donné. Tu vas répondre. Amen ! Tu ne vas pas dire : Seigneur, j’ai enterré mon talent.

Et puis frères, quand on a une volonté exercée, et qu’on connait conformément à la parole de Dieu ce qui est bien qu’on doit faire, ce n’est pas un ange qui va te dire ce qu’il y a à faire. Tu as la volonté exercée, tu sais ce qui est bien. Amen ! Tu as les moyens, tu as les capacités de faire ce qui est bien… Et tu veux attendre qu’un ange vienne te parler.  Non ! Je suis désolé. C’est ça, fructifier les talents. La foi, c’est cette capacité que nous avons à tout faire. Par exemple, tu as un parent malade, tu sais très bien qu’on doit prier pour les malades, n’est-ce pas ? Est-ce que c’est un ange qui va te dire de prier, sachant que toi-même tu peux te lever d’autorité pour agir…

Nous avons la capacité. Celui qui a la foi, a la capacité de faire ce qu’il veut faire dans le domaine des esprits et dans ce monde présent. Amen ! Nous avons la volonté exercée pour cela. Nous avons les moyens pour cela. La foi est une puissance. C’est la monnaie sûre qui peut permettre d’acheter ce que nous voulons. C’est cela la foi. Maintenant si on ne l’emploie pas, ça nous regarde. Amen ! Mais il ne faut pas rester coucher et dire : Seigneur, augmente ma foi. Ce sont des prières d’ignorance que nous faisons tous les jours. Si on ne travaille pas avec la foi, ça n’augmente pas.

Prenez ceux qui exercent des ministères, vous trouvez des gens qui ne font que prier pour les malades. Mais ils ont la foi pour la guérison divine parce qu’ils sont exercés. C’est leur travail, ils ne font que cela. Ils ont la foi pour cela, ils ne font que cela. Il y a des faux prédicateurs qui sont spécialistes de la prospérité matérielle. Ils ne prêchent que cela. C’est là qu’ils exercent leur foi. C’est leur travail. Ils ne font que cela, ils ont la foi pour cela. Il va prier pour toi, tu vas gagner de l’argent. Est-ce que vous comprenez ? Quand il te dit : viens semer avec une offrande. Tu viens semer, tu auras de l’argent. Oui ! Il a la foi pour cela. Frères, ils ont la foi pour cela. Est-ce que vous comprenez ? Ils ont la foi pour cela. Parce que c’est leur travail, ils ne font que cela.

C’est pour vous dire que la foi, c’est cette capacité que nous avons à tout faire. Avec cela, on peut faire beaucoup de choses. Et ces gens ont multiplié leurs talents parce qu’ils aimaient leur maitre, ils le respectaient, ils le considéraient et ils savaient que leur maitre moissonnait là où Il n’avait pas semé. Ils savaient aussi qu’en multipliant les talents, ils auraient une part avec Lui parce qu’il y a une autre parabole qui dit que ce Maître était allé chercher la royauté. Et quand Il était revenu, Il avait établis Ses serviteurs fidèles sur des provinces…C’est la même chose. Amen !

Donc frères, comprenons ces choses. C’est très important. Alors je vais m’arrêter. Il dit ceci : ôtez lui donc le talent et donnez à celui qui a les dix talents. Celui qui est allé enterrer son talent, son Maître l’a dépossédé de son talent et l’a donné à celui qui avait travaillé et multiplié ses cinq talents…C’est comme cela dans l’Eglise. Il y en a qui ont une grande foi et il y en a d’autres qui sont incrédules, qui ont perdu la foi parce que la foi ne leur sert à rien. Ils sont restés les mêmes avec leurs problèmes spirituels. Amen ! La foi ne leur sert à rien. Comme ça ne leur sert pas, Dieu en donne aux autres. Celui qui travaille, sa foi augmente. Souvent aussi on a ramené cette pensée au champ de mission, au travail qu’on fait dans la maison de Dieu.

Si Dieu te donne un champ de Mission et que tu travailles Il va augmenter ta portion. C'est-à-dire qu’Il va augmenter ta sphère de compétence. On voit cela dans les entreprises. Celui qu’on a nommé directeur, si on voit qu’il travaille bien, il fait de bons résultats, c’est normal qu’on le nomme directeur général adjoint. Et puis s’il continue, c’est normal qu’on le nomme directeur général. Amen ! Parce qu’il prouve qu’il est compétent. Amen ! C’est comme cela. Tu travailles bien, on augmente tes compétences. Si tu es chef de bureau, tu deviens chef de service. Après tu deviens directeur, directeur général adjoint.  

Si c’est dans l’armée, c’est la même chose. On va t’augmenter en grade. Si tu es lieutenant, tu vas devenir capitaine. Tu diriges bien les troupes, tu es meneur, tu deviens Commandant. Tu vas commander un camp militaire où une compagnie. Après tu deviens lieutenant-colonel, ensuite colonel, Général, ainsi de suite…Plus on travaille, plus on évolue, plus nos capacités s’améliorent, plus on s’affermit. On s’enracine et mieux on peut aider les autres. Mieux on peut être une source de bénédiction, une source de conseil, de sagesse. Amen ! C’est comme cela au fur et à mesure qu’on travaille. Si tu persévères dans ton domaine, tu peux devenir un conseiller. Donc ne dormons pas sur les dons que Dieu nous a donnés, sur la foi qu’on a reçue. La foi nous a été transmise pour être fructifiée. Alléluia ! Faisons du commerce avec notre foi. Amen ! Faisons du commerce et ne nous trompons pas. Les commerçants de cette église savent de quoi je parle. Si vous observez les commerçants dehors, vous allez comprendre.

Ils vont vous dire que ce n’est pas toujours que ça marche. Il y a des moments où c’est difficile. Là, on vient de finir les fêtes. C’était une bonne période. Ceux qui se sont mis sur la route de la fête ont empoché beaucoup d’argent. Là tout le monde était content. Les vendeurs de boissons, les tenanciers de maquis, les grands restaurants, les vendeurs d’habits, de jouets ; ils ont eu beaucoup d’argent. Amen ! Il y a des pasteurs aussi qui ont eu beaucoup d’argent. Les pasteurs commerçants ont eu beaucoup d’argent. C’était leur traite aussi parce qu’ils ont fait des cultes de fin d’année. On ne vous a rien imposé ici. Sinon les cultes de fin d’année, ils les appellent les cultes d’actions de grâce. Donc chacun vient avec une enveloppe pour dire merci à Dieu…Ici, on ne fait pas cela, mais ça existe ! Donc les pasteurs commerçants ont eu beaucoup d’argent. Dieu vous a bénis depuis le premier janvier jusqu’au 31 décembre ; vous avez eu beaucoup d’argent ; beaucoup d’affaires ; il faut dire merci à Dieu avec une enveloppe... mais pourquoi le merci doit se trouver dans l’enveloppe ?

Donc frères, mettons en action notre foi. Mon souhait pour cette année, c’est cela. Que vraiment Dieu nous donne d’être des hommes d’action. Il faut que nous mettions en action notre foi. Et ne pensez pas qu’un problème que nous avons peut se régler en dehors de la foi. Un chrétien qui a la foi, c’est celui qui appréhende tous ses problèmes dans la foi. Et appréhender ses problèmes dans la foi veut dire que le problème ne peut pas être sans solution. C’est cela. Dès l’instant où le problème est appréhendé sous l’angle de la foi, en ce moment ça ne peut plus être un problème sans solution. Parce que dans la foi, tout problème a une solution. Tout combat dans la foi conduit à la victoire. Donc en ce moment, frères ; on a de l’espérance.

Mais si tu appréhendes tes problèmes en dehors de la foi, tu ne peux pas avoir de l’espérance. Et tu vas t’essouffler vite. Tu vas te fatiguer vite. Or nous sommes appelés à ne pas nous fatiguer. Celui qui vit dans le domaine de la foi ne se fatigue pas parce que la foi est pleine d’espérance. La foi est pleine d’espérance. On ne se fatigue pas. Un homme de foi, c’est un homme qui est plein d’espérance. On doit être plein d’espérance. Oui, frères. Donc appréhendons nos problèmes sous l’angle de la foi. Appréhendons nos combats spirituels sous l’angle de la foi. Il n’existe pas un esprit qui est plus fort que Jésus et qui est plus fort que nous. C’est faux. Aucun démon n’est plus fort qu’un fils de Dieu. Ça n’existe pas. Ce qui existe par contre, ce sont des fils de Dieu qui ne veulent pas se lever dans le jeûne et la prière pour en finir avec leurs ennemis. Ce qui est vrai et qui existe, ce sont des fils de Dieu paresseux comme ce serviteur qui est allé enterrer son talent, sa foi et qui l’a rendu sans fruits. C’est contre ces choses que nous prêchons frères!

Soyons patients. Un militaire est un homme patient. Un combattant est un homme patient. Alléluia ! On ne se presse pas. Je dis toujours cela ici. On ne se presse pas avec les démons. Si tu te presses, tu vas te fatiguer. Inscrit ton action dans la foi et dans la durée. Même s’ils sont nombreux, même si c’est une armée de démons ; frères, il n’y a pas de problème. Allons ! Oui ! La marche est devant. Allons, battons-nous. Allons, progressons. En allant on verra celui qui est fort. Je marche, je vais à la rencontre du Seigneur, si un esprit veut me suivre, mais allons ! On va marcher jusqu’à ce qu’un moment, il recule. Parce qu’il ne pourra pas rencontrer le Seigneur avec moi. Il va commencer à reculer. C’est comme cela.

On n’a pas à avoir peur des démons, de l’opposition, des oppressions, des épreuves, des souffrances ; tout cela, frères, au fur et à mesure qu’on avance, il y en a qui perdent des forces, ils restent en arrière. Oui ! Parce qu’ils doivent rester derrière. On avance. C’est nous qui sommes appelés à marcher avec la foi jusqu’au bout. Les démons ne sont pas concernés, ils vont perdre des forces, ils vont reculer. Je le crois à cent pour cent. Et Dieu a planté cela dans mon cœur comme un arbre avec beaucoup de racines. On ne peut pas m’enlever cela. Jamais. Aucun esprit qui va se placer devant moi ne peut me convaincre que je ne peux pas le terrasser, il ment. Je sais qu’il ment. Je vais le terrasser. Amen ! Après plusieurs assauts, même si c’est le chef de tous les démons, il va tomber. Si c’est Satan lui-même, il va tomber. Alléluia !

Christ nous a donné le pouvoir de les faire tomber. Il a dit : Je vous donne le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions. Si tu es un serpent, je te marche dessus. Tu es un scorpion, je te marche dessus. Et tu vas te broyer. Vous connaissez les scorpions avec leur carapace ? Quand tu mets le pied, ça craque. Si c’est un serpent, on met le pied et on écrase sa tête. Et la bible dit : bientôt le Seigneur va écraser Satan sous vos pieds. Amen ! Josué a fait cela pendant la conquête de Canaan à des rois qui se sont coalisés pour attaquer Israël. Il a dit : mettez vos pieds sur leur cou. Ils se sont coalisés, ils sont venus pour attaquer. Ils ne savaient pas qu’Israël veut dire vainqueur. Amen ! Israël veut dire vainqueur. Pour nous, Chrétien veut dire aussi vainqueur. Ils sont venus. Ils se sont battus contre Israël, ils ont fait tout ce qu’ils avaient à faire. A la fin, ils ont commencé à courir dans le désordre. Josué a dit : attrapez-les. Ils ne pouvaient pas aller plus loin… Ils les ont attrapés et ils ont mis leurs pieds sur leur cou et il a dit : coupez leur tête.

Donc frères, notre marche est ainsi. Les démons qui s’opposent, qui attaquent…Vous connaissez ce qu’ils font. Quand le Diable fait cela pour essayer de t’effrayer, dis-lui : Satan, avançons ! Allons-y ! Tu veux ma peau ! Allons-y ! Jésus a dit : *Si quelqu’un veut faire un mille, propose toi d’en faire deux milles avec lui…*Avec le diable, on doit se préparer à faire plusieurs milles parce qu’il est très persévérant. Un soldat fort, c’est un soldat qui a combattu et qui a vaincu. Que Dieu soit béni ! Alors notre foi doit être en action. Prions Dieu pour qu’Il nous aide à nous affermir, à avancer et à ne pas nous relâcher. Amen ! C’est très important. Que Dieu soit béni ! Je vais m’arrêter là. Cantique d’adoration.