Publication: 14 mai 2020
Temps de lecture: ~ 19 minutes
Auteur: Parfait M'bra

La guerre spirituelle actuelle - nous triompherons

Exhortation fin avril 2020

nebuchadnezzars-statue-daniel.jpg

Mes bien-aimés frères et sœurs en Christ notre Seigneur, que la grâce et la paix de notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ soient avec chacun de vous. Je voudrais vous rappeler cette Parole d’Exode 13, au sujet des enfants d’Israël. J’avais prêché le chemin le plus long, en m’appuyant sur ce passage, pour vous montrer que notre Seigneur nous a fait passer par des épreuves dans le désert pour nous former spirituellement à affronter les combats qui sont devant l’Église de la fin des temps. En effet, à la sortie des enfants d’Israël, le Seigneur était obligé de leur faire faire un détour dans le désert pour les éprouver et les préparer à la guerre, car ils allaient dans le pays de Canaan où ils devraient se battre contre leurs ennemis pour prendre possession de leur héritage. Si Dieu ne formait pas le peuple à la guerre, une fois entré en Canaan, il aurait fui la guerre, au contact de l’ennemi ; ce qui aurait été une situation dramatique.

En passant par le détour, le peuple a appris à faire la guerre, en affrontant quelques peuples dans le désert, comme Amalek (Ex 17). Voyez que malgré le détour qui fut fait, une bonne partie d’Israël pleura lorsqu’il écouta le compte rendu des espions qui fit état de la présence de géants dans la terre promise. Le peuple parlait de lapider Josué et Caleb qui l’encourageait à aller au front. (Nombres 13:14) Cette situation mit Dieu en colère, au point qu’Il décida de faire errer Israël pendant quarante ans dans le désert pour faire périr les incrédules.

17 Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne le conduisit point par le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche ; car Dieu dit : Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Égypte. Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge. Les enfants d'Israël montèrent en armes hors du pays d'Égypte. (Exode 13:17-18)

Le peuple d’Israël a fait le chemin le plus long, qui fut le chemin de la préparation à la guerre contre les géants qui étaient dans le pays de Canaan. C’est le même chemin que Dieu nous a appelés à parcourir – le chemin du désert pour être préparé à l’ultime combat, en vue de révéler le Royaume de notre Seigneur Jésus-Christ sur la terre, actuellement remplie de dieux menteurs et trompeurs. Nous représentons le royaume de Dieu vivant sur la terre, et notre mission est d’abréger la construction du royaume de Satan, appelé Babylone, tel que cela est écrit dans le livre de Daniel, au chapitre 2. En effet, le roi Nébukadnetsar a vu dans un songe, une statue représentant le royaume de Babylone dans la prophétie. La tête de cette statue était d'or pur, sa poitrine et ses bras étaient d'argent, son ventre et ses cuisses étaient d'airain, les jambes, de fer ; ses pieds, en partie de fer et en partie d'argile. (Dan 2:32-33) Dans le développement de ce songe, la statue fut frappée dans ses pieds par une pierre qui s’est détachée sans le secours d’aucune main et qui l’a complètement réduite en poussière. (Dan 2:34-35) Dans l’explication du songe, Daniel montra que cette action de la pierre qui s’est détachée est l’œuvre actuelle du royaume de Dieu contre Babylone la grande. (Apoc 17:1-5 ; Apoc 18:1-3).

Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main, et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine (Dan  2:44-45).

Dans chaque génération de l’Église, les saints ont combattu Babylone et à la fin des temps, il nous appartient d’honorer notre Roi en accomplissant sa volonté parfaite – celle de manifester son royaume sur la terre. C’est en vue de cette grande guerre que le Message du temps de la fin a été proclamé, lequel est un appel à prendre toutes les armes de Dieu contre le règne de Satan dans l’Église et dans les nations. Cette guerre est la guerre de Dieu, avant d’être la guerre de l’Église. Cette guerre a pour BUT, l’installation de Christ sur son trône dans l’Église et dans le monde. Vu l’objectif à atteindre, cette guerre n’est pas facile. C’est pour cela qu’une préparation est nécessaire et qu’un peuple a été appelé à travers le Message à se préparer. Ceux qui seront recrutés et appelés dans la bataille finale auront pour premiers ennemis, toute la classe religieuse mondiale qui se trouve présentement au service de Satan. C’est une classe religieuse envoûtée comme la classe religieuse qui était en Israël au temps de Jésus. L’histoire se répétera exactement de la même manière. Ensemble, tous les religieux se ligueront sous l’emprise de Satan, contre le petit troupeau qui aura revêtu toute la gloire de Dieu ; et ça sera un affrontement farouche. La victoire de Christ et de son petit troupeau provoquera le trouble dans le monde entier et conduira à la manifestation de Satan dans la bête qui va faire la guerre au reste de l’Église après l’enlèvement. (Apoc 13)

Nous devons savoir que notre Seigneur accorde une importance toute particulière à cette guerre de libération de son Corps dans notre génération. En effet, ce n’est pas en vain que notre Dieu s’appelle l’Éternel des Armées. Lorsque nous lisons dans toute la bible, nous pouvons voir que les ennemis du Seigneur se sont toujours dressés sur son chemin et sur le chemin de son peuple. Par conséquent, le peuple de Dieu s’est toujours battu jusqu’à maintenant. Depuis la sortie de l’Égypte jusqu’à la fin de la conquête de Canaan, le récit des différentes guerres des enfants d’Israël était consigné dans le livre des guerres de l’Éternel. Au temps des rois d’Israël, les livres des chroniques des rois d’Israël s’appelait aussi le livre des guerres de l’Éternel. C’est dans ces mémoires qu’étaient écrits tous les exploits de guerre des héros d’Israël. C’est là-bas qu’on trouvait les exploits des rois d’Israël, de David et de ses vaillants hommes. (1 Chroniques 11 ; 2 Samuel 23). L’Éternel Dieu est le Roi d’Israël, en conséquence, toutes les guerres d’Israël étaient considérées comme des guerres de l’Éternel. Il était devant les troupes et dirigeait lui-même les combats, de telle manière que tous les rois qui étaient fidèles à l’Éternel ne perdaient jamais de guerre. En cela, tous les exploits des rois d’Israël étaient les exploits de l’Éternel des Armées, comme cela est écrit dans le Psaumes 62:12 : « Avec Dieu, nous ferons des exploits ; Il écrasera nos ennemis. »

De là, ils partirent, et ils campèrent de l'autre côté de l'Arnon, qui coule dans le désert en sortant du territoire des Amoréens; car l'Arnon est la frontière de Moab, entre Moab et les Amoréens. C'est pourquoi il est dit dans le livre des Guerres de l’Éternel : ...Vaheb en Supha, et les torrents de l'Arnon, et le cours des torrents, qui s'étend du côté d'Ar et touche à la frontière de Moab. (Nombres 21:13-15)

L’Éternel notre Dieu aime la guerre et Il nous appelle à la grande guerre de la fin des temps. Son livre de guerre est ouvert et il s’y trouve consignés tous ses plans et stratégies de guerre ainsi que les noms des hommes appelés à prendre part à ce grand combat. Le royaume des ténèbres qui sait lire les signes dans le ciel a déjà repéré l’armée en préparation sur la terre. C’est donc en vue d’étouffer cette armée qu’il y a la pression spirituelle actuelle. Toutefois, cette pression qui demeure une fournaise fait partie de la préparation en elle-même et procède également d’une stratégie de Dieu. L’ennemi croit pouvoir nous empêcher d’éclore, mais il ne sait pas que sa pression et son opposition contribuent énormément à forger en nous, le caractère du bon soldat que Christ recherche actuellement pour ce grand combat.

Je me souviens avoir reçu la visite de deux démons descendus directement du ciel le 13 Août 2013, pour s’opposer au travail que nous faisons. Voilà ce que j’ai écrit ce jour-là dans mon cahier de songes et visions :

Le 13 Août 2013, je viens d’avoir une vision. Au commencement, j’étais dans un lieu, comme un village avec ma femme. Je regardais l’horizon et je voyais des signes dans les nuages. J’ai d’abord vu à côté d’un nuage noir un nombre : 156 ; et les chiffres s’effaçaient l’un après l’autre. Alors j’ai crié à ma femme : Regarde ! Vois-tu ? Et elle me dit : le nombre veut dire MECONTENTEMENT. Puis je vis encore comme la majuscule de la lettre « I » qui se dessinait, mais je me rendis compte que c’était un cours d’eau qui se formait. Puis le cours d’eau est devenu réel et d’une couleur rouge. Alors je dis à ma femme : Mais j’ai des visions. Puis la vision changea et je vis comme un plan d’eau dans le village. Je voyais descendre du ciel sur le plan d’eau, deux hommes. Lorsque les gens les virent, ils fuyaient en disant : Ils sont apparus, ils sont apparus. Au moment où les gens fuyaient, j’allai à la rencontre des deux hommes, pensant que le Seigneur Dieu les avait envoyés vers moi. Je me suis approché du plus important et j’ai pris ses deux mains pour le saluer. C’est alors que je me suis rendu compte que j’étais un homme très important sur la terre et que ces deux hommes sont deux esprits venus s’opposer à ma personne. Ils m’ont informé qu’ils détenaient mon programme jusqu’en 2025 et que j’avais des prétentions. Et pendant qu’ils parlaient, je me suis élevé au-dessus d’eux et je leur ai dit qu’aucun de leurs projets ne serait accompli. J’ai proféré contre eux des menaces. Puis la vision a changé et s’est poursuivi. J’ai rencontré dans le village les deux hommes qui cherchaient à s’en prendre à moi. Je cherchais à me défendre. Ils disaient qu’ils avaient eu beaucoup de difficultés à descendre jusqu’à moi à cause des prières. Ils disaient qu’il n’y avait plus de réveil et que c’était la guerre entre nous.

Depuis que nous sommes engagés dans cette œuvre de Dieu, j’ai vu beaucoup d’opposants, qui sont soit descendu du ciel ou venus de certains continents comme l’Asie ou l’Amérique, pour combattre. Nous avons mené beaucoup de combats contre des chefs démoniaques, tous envoyés par le diable pour étouffer l’Armée du Seigneur en préparation, car si elle réussit à être révélée en Christ, ça sera le compte à rebours dans le camp de l’ennemi. Il y eut un moment où le diable avait presque réussi à éteindre l’œuvre du Cri de Minuit. Nous étions presqu’éteint, mais nous nous sommes accrochés à ce que Dieu nous avait déjà dit dès le départ. Notre foi est restée attachée à la Parole de Dieu et la prière nous a secouru. Le diable, notre adversaire, nous a lancé beaucoup de flèches empoisonnées dans le cœur pour nous détruire, mais Dieu a été notre bouclier pour éteindre les traits enflammés du malin. Chacun de nous a reçu la visite de Satan, d’une manière ou d’une autre, pour être attaqué, désarmé et jeté en prison, mais Dieu a gardé les siens – que son nom soit béni !

Souvent, il nous arrive de nous poser des questions, que vous vous posez certainement : Pourquoi moi ? Pourquoi Dieu m’a-t-il engagé dans cette vision spirituelle ? Et pourquoi toute l’Église ne comprend telle pas ce qui se passe ? Mes bien-aimés frères et sœurs, toutes ces questions n’ont pas de réponses humaines. Dieu fait ce qu’Il veut et Il choisit qui Il veut pour accomplir sa volonté. Si nous avons été recrutés par le Seigneur dans son Armée de la fin des temps, on devrait le remercier et prendre l’engagement de tenir notre poste. C’est le temps pour nous de chercher à être de bons soldats de Christ. En effet, Déjà au premier âge de l’Église, Paul avait compris que son équipe missionnaire était une armée spirituelle dans laquelle travaillait des soldats recrutés, tel que Timothée :

Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ. Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres. Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus-Christ. Il n'est pas de soldat qui s'embarrasse des affaires de la vie, s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé ; et l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a combattu suivant les règles. (2 Timothée 2:2-5)

Timothée, comme tous les autres frères qui travaillaient avec Paul avait été appelé à la souffrance parce que l’œuvre dans laquelle ils étaient engagés était difficile. C’était une œuvre d’évangélisation dans un monde religieux et idolâtre. À cause de cela, leur vie était toujours exposée à la mort et à la violence spirituelle et humaine. Ils devraient se battre contre les puissances des ténèbres pour conquérir tous les territoires spirituels avant d’implanter les Assemblées de croyants. C’est dans cette œuvre que Paul et son équipe avaient affronté Diane d’Éphèse (Act 19) et beaucoup d’autres dieux à Corinthe, (Act 18) à Athènes (Act 17) où il y avait beaucoup de figures à l’image de plusieurs dieux et dans beaucoup d’autres endroits. Ces frères n’avaient pas échappé à la règle : Ce qui est arrivé au bois vert arrivera pareillement au bois sec. (Luc 23 :31) Dans ce grand combat, les frères n’avaient que des armes et des arguments spirituels, comme Paul le disait aux Corinthiens :

Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ. (2 Cor 10:3-5)

Connaissant l’adversaire qui a embrigadé les hommes dans le culte des idoles, il était hors de question que les frères se battent contre lui avec des armes humaines et charnelles. Un bon soldat de Christ devrait connaître avec quelle arme il est appelé à se battre, en attaquant et en se défendant. C’est dans cette réalité spirituelle que Paul a affirmé qu’on n’a pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les puissances des ténèbres, car ce sont elles qui tiennent les âmes dans l’esclavage et la perdition. Vis-à-vis des violences spirituelles, les frères avaient les armes nécessaires pour faire face à l’adversité, mais vis-à-vis des attaques humaines, ils devraient s’armer de souffrance et de patience, attendant que Dieu les délivre de la main de leurs bourreaux : pas question d’employer l’épée ou le couteau. Pas question de se plaindre ou de se résigner, mais seulement louer le Seigneur comme Paul et Silas le firent dans la prison à Philippes. (Act 16)

Mes bien-aimés, être soldat de Christ est d’abord une révélation, avant d’être un engagement. Car il s’agit dans un premier temps d’appréhender la guerre spirituelle actuelle dans laquelle l’Église est engagée. Et c’est l’homme spirituel qui a été bien enseigné qui comprend ce qui se passe dans le Royaume de Dieu actuellement. Celui qui n’a pas la révélation des desseins de Dieu ne peut pas comprendre que Jésus-Christ cherche actuellement de bons soldats spirituels pour combattre son adversaire et ramener sa gloire dans l’Église. Beaucoup parmi nous vont dans les rassemblements pour satisfaire à un rite religieux. Mais le soldat chrétien que Christ recherche actuellement est différent dans sa manière de voir les choses spirituelles. Comme vous le savez, c’est Christ qui recrute ses hommes, car le soldat ne s’engage pas lui-même dans l’Armée, mais il est recruté par une autorité, quand il a donné de bons résultats pendant sa formation.

Notre engagement doit procéder d’une bonne révélation que nous avons eue de la situation spirituelle actuelle, sinon nous finirons par abandonner le combat. Comment peut-on se battre pour une cause qu’on ne comprend pas ? Est-ce possible ? Peut-on prendre les armes pour une cause qu’on n’épouse pas ? Peut-on se battre pour un roi auquel on n’est pas soumis ? Peut-on faire la guerre pour un royaume qui n’existe pas ? Mes bien-aimés, sommes-nous spirituels ou charnels ? Si nous sommes sûrs d’appartenir à Christ, alors finissons-s ’en avec les œuvres de la chair qui retardent notre marche vers le Seigneur. Nous devons faire vite, car notre Seigneur est pressé d’entrer dans son règne dans notre cœur, dans toute l’Église et dans les nations. Aujourd’hui, le Seigneur reproche à plusieurs d’être de mauvais soldats parce que nous refusons de prendre toutes les armes de Dieu. Or, que vaut un soldat chrétien qui n’a pas pris les armes spirituelles ? RIEN !

« Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Éph 6 :10-12)

Mes bien-aimés, lisons très bien ce qui est écrit : Pourquoi n’arrivons-nous pas à tenir ferme ? Mais c’est parce que nous ne prenons pas toutes les armes de Dieu. Il faut prendre toutes les armes de Dieu dans le combat spirituel. Comme on peut le constater, les armes de Dieu sont spirituelles parce que le combat aussi est spirituel. Ce qu’on voit dans le peuple de Dieu est que Satan arrive encore à manipule beaucoup de soldats qui persistent à combattre dans le domaine spirituel avec des armes humaines et charnelles. Paul disait qu’il n’avait pas combattu les bêtes d’Éphèse dans des vues humaines. (1 Cor 15 :32)

 Chaque jour je suis exposé à la mort, je l'atteste, frères, par la gloire dont vous êtes pour moi le sujet, en Jésus-Christ notre Seigneur. Si c'est dans des vues humaines que j'ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel avantage m'en revient-il ? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons.

Dans cette déclaration, Paul était en train de dire aux frères de Corinthe qu’il avait exposé sa vie pour un BUT : la résurrection des morts, en vue de la vie éternelle. Quand il combattait contre diane d’Éphèse, c’était dans ce but, car il croyait qu’il fallait sauver le plus grand nombre de la perdition. Comment pouvait-il exposer sa vie s’il ne croyait pas dans la résurrection des morts ? Mes bien-aimés, on ne peut pas combattre pour Jésus si nous ne connaissons pas son avenir dans ce monde. Nous ne pouvons pas exposer notre vie si nous ne croyons pas dans la résurrection des morts et à l’enlèvement des saints. Nous ne pouvons pas nous consacrer à l’œuvre du Seigneur, à la prière et au combat spirituel, si nous n’avons pas la foi que les premiers avaient. Mes chers frères et sœurs, tout dépend de ce que nous voulons. Qu’est-ce que nous avons compris dans l’appel au combat contre Babylone ? Quelle vision spirituelle avons-nous aujourd’hui de l’œuvre de Dieu ? Si nous avons bien compris l’intérêt de notre Seigneur Jésus-Christ, nous devons accepter de renoncer à nous-mêmes pour le laisser vivre en nous et prospérer dans son œuvre.

Nous insistons sur la révélation parce que c’est de là que provient la foi dans le combat spirituel. En effet, nous sommes dans un temps où on doit avoir la foi du combat spirituel, car c’est par la foi que nous triompherons dans ce combat. Les attaques de Satan sont incessantes parce qu’il est dans une position offensive. Il combat dans le but de faire cesser le travail de perfectionnement en cours parmi les recrues. À ce stade, la foi demeure l’arme défensive la plus importante puisque c’est le bouclier qui nous permet de nous protéger contre les attaques de l’ennemi. « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin. » V 16. La foi n’est pas seulement une arme défensive, mais elle est aussi offensive, car on l’utilise aussi pour attaquer l’ennemi. Lors de l’attaque, le bouclier est en première ligne, ensuite vient l’épée. La foi nous est donc très utile dans l’assaut de la prière contre l’ennemi, comme cela est écrit : Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. (Éph 6 :18)

Si nous voulons être de bons soldats de Christ, nous devons prendre toutes les armes de Dieu, car l’armure du soldat doit être complète : les armes offensives et défensives pour détruire toutes les attaques du diable. « C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix ; » (Éph 6 :13-15)

Je voudrais nous rappeler ce que l’Éternel Dieu avait dit à Abraham notre père, après la bataille de libération de Loth qui avait été fait prisonnier par des envahisseurs qui avaient vaincu le roi de Sodome dans une guerre. Abraham avait combattu contre l’ennemi et l’avait vaincu avec l’aide de l’Éternel. Il est écrit : « Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit : Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande ». (Gen 15 :1)

Cette parole que le Seigneur avait adressée à Abraham est très particulière et révèle ce que Dieu est pour le croyant en cas d’attaque de l’ennemi. Dieu dit à Abraham : Je suis ton bouclier. Effectivement, Il venait de protéger Abraham dans un combat contre ses ennemis. En effet, si notre Dieu est notre Bouclier, qui peut nous atteindre ? Si Dieu est notre Bouclier, nous est-il possible de tomber sur le champ de bataille ? Notre foi en Christ est notre Bouclier et Christ Lui-même est notre Bouclier. Ce que nous avons à faire, c’est de croire que le même Dieu qui a marché avec notre père Abraham est le même qui marche avec nous aujourd’hui ; il n’a pas changé. Il est notre BOUCLIER aujourd’hui comme Il fut le Bouclier d’Abraham notre père. Si nous sommes engagés dans la guerre de Dieu et qu’Il est notre bouclier, nous n’avons rien à craindre.

Mes bien-aimés, quel combat mena Abraham ? Il alla libérer son neveu Lot qui avait été fait prisonnier par des envahisseurs, et Dieu fut avec lui. Si le Seigneur fut avec Abraham qui alla à la guerre pour libérer son neveu, combien de fois ne sera-t-il pas avec nous dans la guerre de libération de son propre Corps ? L’enjeu du combat est tel que nous pouvons compter sur le Seigneur parce qu’il s’agit de son propre combat. Il ne nous abandonnera pas, parce qu’Il est plus pressé que nous actuellement pour entrer dans toute sa gloire. Nous pouvons dire avec Paul dans Romains : « Or le DIEU de paix brisera bientôt Satan sous vos pieds. (Rom 16 :20) Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous ! » A Lui la gloire au siècle des siècles. AMEN !

En Christ notre Seigneur

Fr M’BRA Parfait

Missionnaire