Publication: 9 mai 2022
Temps de lecture: ~ 25 minutes
Auteur: Parfait M'bra

Face à face avec les réalités de la foi

Exhortation de fin Avril 2022

Mes bien-aimés frères et sœurs, que la grâce et la paix de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ soient avec vous tous dans Son précieux nom qu’Il nous a donné, par lequel nous avons la victoire sur tous nos ennemis. Je suis particulièrement heureux d’appartenir à la Maison de Dieu et d’être compté parmi ses serviteurs les plus inutiles. Je rends grâce à Jésus-Christ notre Seigneur de ce qu’Il m’a jugé digne de porter Sa Parole dans notre génération, avec toutes mes faiblesses et mes épreuves. Je compte sur Lui pour me délivrer de tous mes ennemis qui combattent contre moi et le précieux Ministère qu’Il m’a confié. Aujourd’hui, nous sommes tous confrontés comme nos anciens dans la foi, à toutes les réalités de la marche par la foi. Dans les manières de Dieu d’agir, nous avons d’abord la proclamation de Sa Parole par la prophétie et après vient l’accomplissement de ce qu’Il a dit. C’est là dans les temps d’accomplissement de Sa Parole que nous sommes confrontés à la réalité des choses. Et la réalité, c’est l’ensemble de tous les événements qui concourent à l’accomplissement de la Parole de Dieu, lesquels ont un impact réel sur le monde et l’Église.

Le Seigneur Jésus avait décrit l’environnement de la fin des temps à travers des prophéties qu’on retrouve dans Matthieu, les chapitres 24 et 25, Luc 17 et 21 et dans Marc 13. Aujourd’hui, nous pouvons dire que l’Église de la fin des temps fait face à la réalité de l’accomplissement des prophéties. Nous sommes dans la réalité des faits. Les faux christs sont une réalité. Les faux prophètes sont une réalité. La grande séduction que Jésus avait annoncée est une réalité. Les guerres sont une réalité. Sodome et Gomorrhe est une réalité à travers les lois homosexuelles. Les temps de Lot et de Noé sont une réalité maintenant, comme Jésus l’avait annoncé. Effectivement, les gens de notre génération mangent et boivent. En plus, ils aiment les plaisirs plus que Dieu. Nous ne sommes plus dans le domaine de la prophétie, mais dans la réalité de ce qui avait été annoncé. Le monde actuel s’appelle Sodome et Gomorrhe (Luc 17:28) et Babylone la grande, (Apocalypse 17:5) avec tout ce que cela comporte, surtout en matière de dépravation sexuelle et de mondanité. Jésus avait déjà annoncé le monde dans lequel nous vivons maintenant même. Nous ne sommes pas seulement des citoyens du Royaume de Dieu, mais aussi des citoyens de Sodome et de Gomorrhe, car chaque chrétien a une nationalité dans ce monde. Nous vivons comme Daniel et ses compagnons en Babylone, même si nous ne sommes pas des babyloniens – c’est cela la réalité concrète.

En priant pour nous, Jésus a été très clair avec le Père à notre sujet : « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. Comme tu m'as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. » (Jean 17:15-18) Voilà qui est clair pour nous tous. Notre Seigneur Jésus n’est pas venu pour nous ôter du monde, car c’est bien dans le monde qu’Il nous a envoyés. Le monde est notre champ d’évangélisation. C’est là que se déroule notre vie chrétienne ainsi que la guerre spirituelle entre le Royaume de Dieu et le Royaume du monde. Par conséquent, nous devons toujours nous attendre à affronter les réalités de la foi chrétienne. Et les réalités sont nombreuses. Souvent, certaines réalités auxquelles nous ne nous attendions pas nous surprennent et peuvent même nous choquer. Toutefois, comme j’ai l’habitude de le dire à ceux qui m’écoutent : Un chrétien ne rêve pas, car la foi chrétienne n’est pas un rêve, mais une réalité. Le combat spirituel est une réalité. Satan et les démons sont réels et leurs agissements sont palpables dans la vie des hommes et des chrétiens.

Les chrétiens qui découvrent les réalités de la foi sont ceux qui sont réellement engagés dans le combat spirituel, car aucune prophétie ne s’accomplit sans combat spirituel réel. Nous pouvons prendre en exemple quelques faits bibliques pour essayer d’expliquer ce que nous disons. Regardons la vie du patriarche Joseph. Lorsqu’il eut ses deux songes, on a compris dans leur interprétation que sa vie serait une bénédiction et qu’il surpasserait ses frères. Joseph pouvait rêver à l’accomplissement de ses deux songes en se voyant grand parmi ses frères. Il savait que Dieu devrait l’élever. Mais quand on arrive dans le processus d’accomplissement des deux songes, il entre dans la réalité des événements. Et là, il va découvrir que ses frères le haïssent sans cause et cherchent à le faire mourir. Nous ne sommes plus dans les songes, mais dans la réalité des événements. Sa vie était vraiment menacée, mais à la fin, il sera vendu par ses propres frères – lesquels feront croire à leur père que Joseph était mort, dévoré par un animal sauvage. Imaginez-vous ce que vous auriez ressenti si vos frères vous vendaient comme un esclave à des étrangers, à l’insu de votre père encore vivant. Imaginez la souffrance de Jacob à qui il avait été dit que son fils bien-aimé était mort. Imaginez sa peine qui était réelle. Et Dieu voyait cela.

Joseph fut effectivement un esclave en Égypte. Même s’il avait eu de bons maîtres, il n’en demeure pas moins qu’il était esclave. Dieu était avec lui, mais il était esclave – ce fut une réalité. Il fut tenté par la femme de son maître. Elle lui offrit son corps à plusieurs reprises dans la même maison - ce n’était pas un rêve, mais une réalité. Joseph avait réellement la possibilité de coucher avec la femme de son maître, c’était une tentation. Ce que j’essaye de nous faire comprendre est que l’accomplissement d’une prophétie de Dieu en notre faveur est un combat réel. L’ascension au poste d’intendant du pharaon en Égypte était déjà prophétisée dans les deux songes de Joseph, mais la voie pour y arriver était un désert pour lui. Il devait se battre pour garder la fidélité à Dieu. Lorsque nous sommes confrontés à la réalité des événements, il y a ceux dont la foi défaille et il y a ceux qui tiennent ferme. En effet, ce n’est pas la prophétie en elle-même qui est la victoire, mais plutôt son accomplissement à notre égard. Lorsque Joseph a eu ses deux songes, il pouvait rêver d’être un grand, mais cela n’était pas suffisant, car il n’était pas élevé parmi ses frères dans la réalité. Nous pouvons entendre de belles prophéties, avoir de beaux songes, mais ne rêvons pas, car une prophétie n’est pas un rêve, un songe ou une vision n’est pas un rêve. Tout ce que Dieu nous a dit doit être une réalité dans notre vie, sinon nous sommes dans une religion.

Lorsque Joseph est devenu premier ministre du Pharaon, c’était une réalité. Il avait été élevé. Pharaon lui avait donné une femme, un logement et de beaux habits. Non seulement cela, mais il avait aussi reçu tous les pouvoirs du pharaon pour agir en son nom dans tout le pays. Il avait sa confiance. Là, Joseph n’était plus dans un rêve mais dans la réalité. Et il s’est souvenu de son songe qui venait maintenant de s’accomplir :

Pharaon dit à Joseph : Vois, je te donne le commandement de tout le pays d'Égypte. Pharaon ôta son anneau de la main, et le mit à la main de Joseph ; il le revêtit d'habits de fin lin, et lui mit un collier d'or au cou. Il le fit monter sur le char qui suivait le sien ; et l'on criait devant lui : À genoux ! C'est ainsi que Pharaon lui donna le commandement de tout le pays d'Égypte. Il dit encore à Joseph : Je suis Pharaon Et sans toi personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d'Égypte. Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnath-Paenéach ; et il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d'On. Et Joseph partit pour visiter le pays d'Égypte. Genèse 41:41-45

Mes bien-aimés frères et sœurs, si Dieu nous révèle des songes et des visions, ne nous arrêtons pas là, mais travaillons à mener le combat de leur accomplissement, car l’accomplissement d’un songe ou d’une vision peut nécessiter un combat réel. Ce sont là, les réalités de la foi chrétienne et du Ministère en Christ.

David avait été oint roi sur Israël dans sa jeunesse, mais lorsqu’il est entré dans le processus d’accomplissement de ce que Dieu lui avait dit, cela fut très difficile pour lui. À la fin, David ne croyait plus dans cette élévation et dans la prophétie de Samuel. Regardez ce qui est écrit dans 1 Samuel 27 :

David dit en lui-même : Je périrai un jour par la main de Saül ; il n'y a rien de mieux pour moi que de me réfugier au pays des Philistins, afin que Saül renonce à me chercher encore dans tout le territoire d'Israël ; ainsi j'échapperai à sa main. Et David se leva, lui et les six cents hommes qui étaient avec lui, et ils passèrent chez Akisch, fils de Maoc, roi de Gath. David et ses gens restèrent à Gath auprès d'Akisch ; ils avaient chacun leur famille, et David avait ses deux femmes, Achinoam de Jizreel, et Abigaïl de Carmel, femme de Nabal. 1 Samuel 27 :1-3

David était tellement poursuivi par Saül qu’il était désespéré. Et pourtant, il avait reçu l’onction royale. Alors, il prit la décision d’aller se rendre chez les ennemis d’Israël. C’est ainsi qu’il alla se placer sous la protection du roi des philistins qu’il avait décidé de servir, au détriment d’Israël. David n’en pouvait plus d’être dans une fuite perpétuelle. N’est-ce pas ce qui arrive aujourd’hui dans l’Église ? Plusieurs parmi nous sont victimes de la traque des démons, car ils ne veulent pas que nous soyons là où Dieu nous veut. Nous sommes poursuivis et attaqués à cause de notre position devant Dieu. Mais nous ne devons pas être désespérés comme David. Il faut seulement comprendre que nous sommes dans la réalité de l’accomplissement de la Parole de Dieu. David a mené de grandes guerres avec Dieu et les a gagnées. Dieu était avec lui, mais il n’était pas encore roi.

Lorsque Jésus est venu, il est dit qu’il était le Messie, mais il fallait que cette Parole s’accomplisse dans la réalité. Car jouer le rôle de sauveur devait être une réalité. À ce sujet, Paul nous renseigne :

Et Christ ne s'est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit : Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd’hui ! Comme il dit encore ailleurs : Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l'ordre de Melchisédek. C'est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu'il fût Fils, l'obéissance par les choses qu'il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel, Dieu l'ayant déclaré souverain sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek (Hébreux 5: 5-10).

Qu’est-ce que nous pouvons voir dans cette déclaration de Paul ? Il nous décrit la réalité du Ministère de Jésus, dans les jours de sa chair, c’est-à-dire au moment où Il était encore semblable aux hommes. Cela est très important, car les choses furent réelles pour le Seigneur. Toutes les prophéties qui parlaient de Lui furent accomplies dans la réalité. Rien ne fut fait en rêve. Jésus avait parcouru Israël en prêchant le royaume de Dieu. Les malades étaient guéris, les démons étaient chassés et les morts ressuscitaient. Les cœurs étaient touchés par la prédication de la Parole de Dieu. Je me souviens de la réponse que Jésus donna aux disciples que Jean avait envoyés vers Lui. Il leur dit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. » (Matthieu 11:4-5)

Lorsque Jésus-Christ opère, nous sommes dans la réalité des faits, car Jésus est une réalité. Il était venu comme un sacrificateur, et son sacrifice à la croix fut réel. Ses prières et ses supplications furent réelles. Cette nuit-là dans le Jardin de Getsémané, il pria jusqu’à avoir de la sueur comme des grumeaux de sang. Son combat contre la mort fut une réalité, car Il avait dit à ses disciples : Mon âme est triste jusqu’à la mort.

Pendant les jours de sa chair, Jésus a appris l’obéissance, comme cela nous est demandé aujourd’hui par notre Père. Dieu veut qu’on emprunte le même chemin de l’obéissance, mais nous refusons. Ce n’est pas en vain que Paul a précisé « Dans les jours de sa chair ». En effet, nous séjournons nous aussi dans la chair, avant d’aller auprès du père pour devenir des esprits. Dans cette condition, ne pensons jamais que les choses seront faciles pour nous. Non ! Au contraire, pendant notre séjour dans la chair, nous faisons face aux réalités de la foi chrétienne, comme Jésus et tous les patriarches. Nous ne pouvons pas ignorer ces réalités et faire comme si elles n’existaient pas. À cause de la Parole de Dieu, nos parents peuvent nous haïr et nous mépriser. Il peut y avoir séparation entre nous et ceux que nous aimons. Cela est arrivé avec le Seigneur et sa famille. Joseph en a fait les frais avant de retrouver ses frères plus tard. On peut être persécuté par les hommes et par les démons. Paul l’a dit : Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Christ seront persécutés. (2 Timothée 3:12) À cause de notre foi, on ne comprend pas toujours ce qui nous arrive.

Mes frères et sœurs, le problème pour nous est de ne pas accepter la réalité de la vie chrétienne que nous avons choisie. Si nous prenons la décision de suivre une voie ou un chemin dans lequel Dieu nous engage, nous devons faire face à toutes les réalités du chemin. Jésus a dit que c’est un chemin resserré, avec une porte étroite (Matthieu 7:13-14) et qu’il n’y a pas beaucoup de personnes qui le connaissent. Comme nous sommes encore dans les jours de notre chair et que nous sommes à la fin des temps, marchons dans les voies que Dieu a tracées pour nous dans notre génération, en vivant dans la réalité de la foi. Ne rêvons pas, mais faisons face à la réalité, qui est implacable, laquelle est clairement décrite dans les prophéties. Jésus est réellement mort (Matthieu 27:50). Il a réellement été humilié par les soldats. Il fut réellement lapidé à plusieurs reprises par les juifs (Jean 10:31). Il avait connu la solitude et l’angoisse dans les jours de sa chair. Il pouvait réclamer le soutien de Pierre, Jean et Jacques dans la prière :

Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu'à la mort ; restez ici, et veillez avec moi. Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Matthieu 26:37-39

Par ailleurs, Jésus avait souffert les moqueries et le rejet à cause des conditions de sa naissance qui n’ont jamais été comprises par l’entourage. Certes les prophéties avaient parlé de Jésus, mais quand Il entama son Ministère, il fut confronté à la réalité du terrain. Il fut confronté aux injures, aux provocations, aux pièges et à l’hypocrisie des pharisiens. Les réalités sont à plusieurs niveaux, notamment au sein de la famille, du couple, et des relations avec les autres. Les réalités sont celles de la séduction de Sodome et de Gomorrhe, notamment la débauche, la pornographie, l’homosexualité, le manger et le boire, la course à l’argent et à la prospérité matérielle, les plaisirs de la vie et les choses semblables. La tentation est grande dans notre génération.

La réalité, c’est aussi la condition sociale du croyant. Paul parle du dénuement et de la pauvreté. Un chrétien ne peut pas attendre d’être riche avant d’adorer Dieu et être fidèle. Lazarre est mort dans la misère, mais le royaume de Dieu et la félicité éternelle l’attendaient. La réalité est que le chrétien peut être restreint comme Paul le reconnaît si bien. « Ce n'est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j'ai appris à être content de l'état où je me trouve. Je sais vivre dans l'humiliation, et je sais vivre dans l'abondance. En tout et partout j'ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l'abondance et à être dans la disette. » (Philippiens 4:11-12) Notre mentalité devrait pouvoir comprendre ces choses. Le prophète Élie s’est retrouvé à la charge d’une pauvre veuve qui n’avait plus rien à manger avec son fils, mais c’est Dieu qui l’avait conduit là-bas. Dieu prend soin de ses serviteurs d’une manière ou d’une autre. Vivre dans le dénuement est une réalité spirituelle. Être dans le manque, alors que notre Dieu veut qu’on vive dans l’abondance est aussi une réalité spirituelle. Ce n’est pas toute la volonté de Dieu exprimée dans Sa Parole qui s’accomplit pour chaque croyant. Mais en fonction de notre foi et de notre position, nous sommes confrontés aux réalités de la marche et Dieu dispose les choses en notre faveur, selon son plan pour nous.

Paul fut confronté à plusieurs réalités spirituelles dans l’œuvre de Dieu, car celui qui est sur le terrain vit les réalités du terrain. La prophétie avait dit : Mettez-moi à part Paul et Barnabas pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. Alors les deux hommes furent envoyés par l’Esprit dans le champ missionnaire. Là dans cette œuvre, Paul et Barnabas seront confrontés aux réalités du combat spirituel. L’opposition fut très vive dans toutes les villes et dans toutes les régions où ils sont passés. Malgré cela, des églises sont nées. Ils ont souffert la violence corporelle, l’emprisonnement, le dénuement, la faim et les rejets. (2 Corinthiens 6) Paul, particulièrement fut confronté à des réalités choquantes telles que l’abandon des frères. Plusieurs de ses compagnons l’ont abandonné, des gens en qui il avait confiance. « Tu sais que tous ceux qui sont en Asie m'ont abandonné, entre autres Phygelle et Hermogène. » (2 Timothée 1:15) Démas aussi l’avait abandonné par amour pour le monde (2 Timothée 4:10).

Certains parmi eux sont allés propager de fausses doctrines pour détruire les églises, parlant d’Hyménée, de Philète et d’Alexandre. (2 Timothée 2:17-18) ; (1Timothée 1:20). Le comportement de ces frères est une autre réalité de la foi et de l’œuvre de Dieu. En effet, Certains frères en Christ peuvent marcher avec d’authentiques serviteurs de la parole, envoyés par Dieu comme Paul et Barnabas et se retrouver plus tard en train de servir les démons, en prêchant de fausses doctrines. N’est-ce pas ce qui est arrivé à Judas ? Dans le combat spirituel, le diable peut parvenir à se saisir de certains frères qui marchent avec nous et les entraîner dans les ténèbres du mensonge et des fausses doctrines. C’est avec beaucoup de douleurs dans le cœur que Paul a livré ces frères à Satan afin qu’ils apprennent à ne pas blasphémer.

La position de la femme de Lot est aussi une réalité spirituelle. Elle avait préparé à manger aux deux anges qui sont venus chez elle. Mais quand la famille est sortie de la ville, elle n’a pas achevé la marche. Elle est restée en chemin parce qu’elle avait regardé en arrière alors que les anges leur avait dit de ne pas regarder en arrière. Jésus nous a demandé à la fin des temps de nous souvenir de la femme de lot : « Souvenez-vous de la femme de Lot. Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera. Je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l'une sera prise et l'autre laissée » (Luc 17:32-34)

Les enfants d’Israël sont sortis de l’Égypte, mais plusieurs sont morts dans le désert. Les réalités de la marche dans le désert ont eu raison d’eux. De même aujourd’hui, on peut voir que plusieurs avec lesquels nous avons entamé la marche l’ont abandonné en cours de route, alors que l’objectif n’est pas encore atteint. Par-là, on comprend que ces personnes n’avaient rien compris dès le départ :

Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu'ils ont tous passé au travers de la mer, qu'ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, qu'ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et qu'ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. Mais la plupart d'entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu'ils périrent dans le désert. Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d'exemples, afin que nous n'ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. 1 Corinthiens 10: 1-6

Paul évoque ici, les réalités de la marche dans le désert qui sont aussi les nôtres. En effet, ces frères avaient franchi plusieurs étapes vers la terre promise, mais ils n’y arrivèrent pas, à cause de leur comportement. Ils avaient été sous la nuée, comme tous les autres enfants d’Israël, car ils voyaient tous la gloire de Dieu. Ils avaient été baptisés dans la Mer et mangeaient la manne qui était un aliment spirituel. Ils burent tous à un Rocher qui représentait Christ. Ce sont des images qui sont très claires pour nous aujourd’hui, car nous pouvons vivre toutes ces expériences et ne pas atteindre le BUT qui est notre installation effective en Canaan. C’est-à-dire la possession effective des promesses de Dieu pour nous. Comment atteindre le BUT ? Pour atteindre le But, il faut accepter de mener le combat nécessaire – ce que refusèrent de faire ces frères qui sont morts.

Mes bien-aimés, les liens spirituels sont des réalités de la foi chrétienne. Samson fut appelé par le Seigneur à délivrer les enfants d’Israël de la main de leurs ennemis. Il avait une grande force, au point qu’aucune armée humaine ne pouvait lui résister. Mais Samson faisait face à une réalité spirituelle : son cœur était attaché à Dalila. Il aimait les filles des philistins. C’est comme le chrétien qui aime le monde ou les filles dans le monde. Samson était conscient du danger qu’il courait en vivant avec Dalila, mais il ne pouvait rien faire pour en sortir – c’était un lien spirituel. Plusieurs fois, elle avait tenté de le tuer, mais il ne pouvait pas se séparer d’elle. Quand vous connaissez le danger auquel vous êtes exposé en suivant une voie et que vous continuez quand même, c’est la preuve que vous êtes dans un lien spirituel. Les liens spirituels font partie des réalités de la foi chrétienne. C’est une grande porte ouverte à nos ennemis. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous devons tout faire pour en sortir. Si nous avons connaissance d’un lien spirituel, il faut tout faire pour en sortir, sinon nous n’atteindrons pas le but. Et cela engage de grands combats pour nous – des combats que nous devons mener par la foi dans la puissance de Dieu.

Mes chers frères et sœurs, le sommeil et l’assoupissement font partie des réalités de la foi chrétienne de la fin des temps (Matthieu 25:5), car aujourd’hui, le peuple de Dieu est plongé dans une grande tiédeur spirituelle, parce qu’il n’est ni chaud, ni froid, du fait de la grande séduction que Satan a déployée dans notre génération pour noyer la foi. Les démons font partie de notre vie quotidienne – ils travaillent à influencer nos pensées et nos actions. Ils sont dans la civilisation et sur les réseaux sociaux. Il est dit dans la prophétie qu’il y aurait le sommeil et l’assoupissement parce que Jésus tardera à venir. Autrement dit, l’Église sera éprouvée au-delà de sa force – et c’est ce que nous voyons, car dans notre génération, le diable a reçu le pouvoir d’ôter la paix dans le monde par la mort – c’est une réalité spirituelle :

7 Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait: Viens. 8 Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre (Apocalypse 6:7-8).

L’esprit de mort a reçu le pouvoir de détruire les hommes à cause du péché et des abominations. Ce sont des réalités que les chrétiens ne doivent pas oublier.

L’autre réalité spirituelle que les chrétiens ne devraient pas oublier et qui constitue une véritable clé dans l’explication de ce qui se passe actuellement dans la vie des chrétiens demeure le mystère de l’iniquité décrit dans 2 Thessaloniciens 2. Ce mystère a été révélé par Paul dans les visions que le Seigneur lui avait données concernant la fin des temps. Il s’agit de la colonisation du temple de Dieu par l’esprit babylonien, c’est-à-dire, Satan transformé en guide religieux dans l’Assemblée des Saints. Il s’agit d’une situation dans laquelle les adorateurs de Dieu ne savent plus reconnaître la différence entre Dieu et Satan. La confusion sera telle que les chrétiens vont confondre la vérité et le mensonge. Dans cette condition, ils vont suivre n’importe quel individu qui se fera passer pour Dieu. Satan déguisé en ange de lumière viendra s’asseoir dans le temple de Dieu pour se faire passer pour Dieu et se faire adorer par les adorateurs de Dieu. C’est une réalité de la foi chrétienne à la fin des temps et en même temps un grand signe du retour de Jésus-Christ.

1 Pour ce qui concerne l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, 2 de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. 3 Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, 4 l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. 5 Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j'étais encore chez vous? 6 Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne paraisse qu'en son temps. 7 Car le mystère de l'iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. 8 Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. 9 L'apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, 10 et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés (2 Thessaloniciens 2:1-9).

Aujourd’hui, cette écriture est accomplie, car Satan est assis dans le temple de Dieu, c’est-à-dire dans la vie de l’Église et des chrétiens. C’est cela le « mystère de l’iniquité », l’abomination de la désolation établie en lieu saint (Matthieu 24:15). L’abomination, c’est l’immoralité, l’établissement de la débauche dans le lieu saint. C’est aussi le règne de Satan et du péché dans l’Assemblée des saints. N’est-ce pas ce que nous voyons dans l’Église aujourd’hui ? Mes frères et sœurs, est-ce que l’abomination peut être établie en lieu saint ? La prophétie répond « OUI ». C’est une réalité de la foi d’aujourd’hui.

Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes. (1 Corinthiens 3:16-17)

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? ar vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. (1 Corinthiens 6:19-20)

L’invasion du Corps de Christ qui est l’Église – le temple de Dieu, par l’ennemi est une prophétie qui doit s’accomplir avant l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. Paul montre cela comme un grand signe qui doit précéder le retour de Christ. Cette invasion de Satan dans l’Église de la fin des temps, sème beaucoup de confusion dans l’Assemblée des saints, car beaucoup de choses étonnantes se produisent dans l’Église On pouvait admettre l’ennemi de Dieu partout, mais pas dans le temple de Dieu, en train de se faire adorer par les adorateurs de Dieu. C’est inadmissible, et pourtant c’est ce que nous voyons dans les églises. Beaucoup dans le peuple de Dieu adorent Satan sans le savoir. Comment le diable a-t-il réussi à coloniser le peuple de Dieu ? Comment a-t-il réussi à s’infiltrer dans le temple de Dieu sans se faire repérer ? La réponse est simple : l’adversaire s’est déguisé en serviteur de Dieu.

En effet, dans notre génération, Satan est devenu prophète, pasteur, évangéliste, docteur des saintes écritures et apôtre. Notre ennemi est devenu ministre de l’Évangile. Il a créé beaucoup d’églises et il est renommé. C’est de cette manière qu’il a réussi à infiltrer le temple de Dieu pour se faire adorer. Si nous ne connaissons pas cette réalité, nous serons dans la confusion. Mes bien-aimés, j’en viens maintenant à la chose la plus importante, car après avoir dévoilé toutes ces choses qui devaient arriver dans le monde et dans l’Église, notre Seigneur nous a lancé un appel. Il a dit : « Veillez

Cette exhortation à la prière est la chose la plus importante pour nous. Le chrétien qui vit dans notre génération et qui n’a pas compris que le seul moyen d’échapper à Satan et à la séduction est de demeurer dans la prière est déjà séduit. Malheur à ceux qui dorment dans la tiédeur. Malheur à ceux qui vivent dans les raisonnements et les rêves. Jésus a dit : Veillez et priez en tout temps. Avons-nous besoin d’interpréter cet ordre ? NON ! Car il est très clair. Nous devons veiller et prier dans nos églises, en tout temps, pour avoir la Force d’échapper aux pièges de Satan, car il tend des pièges. Et si nous sommes pris dans le piège de Satan, nous devons prier pour en sortir. Prier en tout temps est nécessaire aujourd’hui. Et c’est un ORDRE du Seigneur Jésus.

Mes bien-aimés frères et sœurs, nous faisons face à toutes les réalités de la foi chrétienne maintenant. Nous vivons l’accomplissement des prophéties en direct, et nous sommes placés sous l’influence de leur accomplissement, soit à notre avantage ou à notre désavantage. Toutefois, pour nous, toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. C’est pour cette raison que nous sommes pleins de foi et de confiance dans toutes nos épreuves, et nous pouvons croire dans l’amour insondable de notre Dieu pour nous tenir sur la voie qu’Il a tracée pour nous, afin que nous y marchions sans nous égarer. Que Sa grâce et Sa paix soient avec chacun d’entre vous, vous qui avez compris et cru dans l’évolution de son œuvre à la fin des temps. Recevez toutes les bénédictions de Dieu contenues dans l’onction qui accompagne le Cri de Minuit – cette onction de réserve qui nous a été donnée par le Seigneur pour accomplir Sa Parole. À Lui Seul soient la gloire et les honneurs aux siècles des siècles. AMEN !

En Christ notre Seigneur

Fr M’BRA Parfait

Missionnaire