Publication: 20 décembre 2019
Temps de lecture: ~ 21 minutes
Auteur: Parfait M'bra

Cherchez avec le Seigneur

Exhortation d’octobre 2019

Mes bien-aimés frères et sœurs, je vous salue tous dans le nom précieux de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ par cette Parole du Seigneur à ses disciples, après qu’ils aient constaté que le figuier que Jésus avait maudit avait séché jusqu’aux racines: Ayez foi en Dieu (Marc 11 :22) Nous retrouvons cette même exhortation aux disciples dans Jean 14, dans les dernières exhortations avant la mort du Seigneur : Que votre cœur ne se trouble point, Croyez en Dieu et croyez en Moi.

Aujourd’hui, nous sommes exhortés à croire en Dieu, à mettre en Lui toute notre confiance parce que la marche est devenue difficile. Vivre dans ce monde est devenu éprouvant car tout le monde entier est sous la puissance du malin (1Jean 5 : 19). Nous devons avoir foi en Dieu, certes, mais comment faire ? Il n’existe pas une doctrine particulière sur la foi – je n’en connais pas. Comme Paul l’a défini, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère et une démonstration de celles qu’on ne voit pas. (Hébreux 11 :1) Mais est-ce que nous pouvons avoir confiance dans un Dieu qu’on ne connaît pas ? Ainsi, la vraie foi est liée à la connaissance de Dieu. Celui qui connaît Dieu peut Lui faire confiance. Jésus a dit aux disciples : Ayez foi en Dieu, et parlant à son Père devant la tombe de Lazarre, Il a dit : Je sais que tu m’exauces toujours. (Jean 11 :42). Pourquoi est-ce que le Seigneur nous exhorte à croire en Dieu ? Mais c’est parce que Dieu ne déçoit pas, Il exauce, Il prend soin, Il bénit. Jésus avait une pleine confiance dans son Père. Et c’est cela qu’Il veut nous communiquer, à nous qui sommes devenus ses disciples.

Mes bien-aimés frères et sœurs, nous ne pouvons pas avoir une foi fictive, car notre foi doit vraiment être une vraie assurance dans notre Seigneur. Et l’assurance repose sur quelque chose de concret. Prenons l’exemple des services d’assurance dans notre quotidien. Si nous sommes assurés dans une assurance maladie par exemple, nous connaissons les termes du CONTRAT, et nous savons de quels services nous bénéficions en cas d’attaque de maladie, car les choses sont claires pour nous. Est-ce que nous pouvons douter de cette assurance ? Non ! Parce que les choses fonctionnent normalement entre les hôpitaux et les services de l’assurance. C’est un système qui est mis en place et qui fonctionne normalement, il n’y a pas de doute à avoir : ça marche. Si le contrat n’existe plus, ça ne marchera plus mais tant que le contrat existe, ça marche. C’est pareil pour celui qui travaille pour une entreprise. Selon les termes du contrat, chaque mois, il a son salaire qui est viré sur son compte bancaire. Il ne peut pas douter un seul instant qu’il ne sera pas payé à la fin du mois parce qu’il travaille et que l’entreprise marche bien. C’est un système qui fonctionne normalement. On peut dire qu’il y a des questions sur lesquelles on n’a AUCUN doute tant les choses fonctionnent normalement. On n’en fait pas une préoccupation.

Avons-nous une seule fois prié pour dire : Seigneur, permets que j’aie mon salaire à la fin de ce mois, à moins qu’on travaille dans une entreprise qui passe par des problèmes. Tant que les choses fonctionnent normalement, on n’a pas de soucis à se faire. Mais le combat spirituel commence lorsque les choses ne fonctionnent pas normalement. La foi se met en mouvement lorsqu’il y a un problème. L’homme spirituel s’éveille quand il sent une menace spirituelle. En somme, la foi se lève pour AGIR, pour régler un problème ou dominer une situation. Car, de la même manière qu’il existe une assurance qui nous protège en cas de maladie, la CROIX de Jésus-Christ demeure une COUVERTURE pour nous tous. Le SANG que Christ a répandu à la croix est notre couverture. Ce sang a pris nos péchés et nous a délivrés de l’accusation de Satan. Désormais, nous ne devons plus rien au diable. (Ephésiens 1 :7) Désormais, nous ne faisons plus partie du monde des ténèbres, mais nous appartenons à la lumière. (Actes 26 :18) Désormais, les choses fonctionnent normalement pour nous parce que nous sommes connus au ciel, notre nom étant écrit dans les livres de Dieu. Il y a un système spirituel qui est mis en place et qui fonctionne normalement. C’est lorsque les choses ne marchent pas normalement qu’on devrait se poser des questions.

Après la mort de Moïse, Dieu avait dit à Josué : Tout lieu que foulera la plante de votre pied, Je vous le donne, comme Je l’ai dit à Moïse... verset 5 : Nul ne tiendra devant toi tant que tu vivras. (Josué 1) Et pourtant, Josué a perdu la bataille d’Aï (Josué 7). Les choses n’avaient pas fonctionné normalement. Toutefois, il avait eu la bonne attitude en posant la question au Seigneur : Pourquoi cela est-il arrivé Seigneur ? Et le Seigneur lui répondit : Israël a péché. Voilà qui est clair !

La promesse de Dieu n’était pas abolie. L’assurance était toujours valable, mais il y avait eu un dysfonctionnement qu’il fallait corriger pour que le système reprenne du service. Il fallait identifier le problème qui a fait que les choses n’avaient pas marché pendant la bataille d’Aï. C’est alors que Josué et les anciens se sont humiliés dans le jeûne et le Seigneur dévoila le péché d’Acan. Mes chers amis, la foi fonctionne ainsi pour nous qui sommes devenus des amis de Dieu et qui avons de Lui des promesses fermes. La bible est remplie de promesses qui nous protègent et qui prennent soins de nous. Notre Dieu a mis en place un système d’assurance en Christ qui fonctionne normalement pour toutes les affaires qui nous concernent. C’est pour cette raison que nous n’avons pas besoin de douter de Lui. Ce que nous avons à faire, c’est de travailler pour accomplir sa volonté – bien remplir la Mission pour laquelle nous avons été appelés dans notre génération. Josué ne savait pas qu’Israël avait péché, et pourtant Israël avait péché. Et c’était de la responsabilité de Dieu de le dénoncer. Lorsque l’interdit fut ôté du milieu du peuple, la marche de la victoire repris aussitôt.

Ce qui se passe souvent avec nous est que nous oublions qu’il y a un système qui fonctionne normalement autour de nous. Et quand il y a un problème, on ne cherche pas à savoir pourquoi les choses ne marchent pas normalement. Au contraire, on murmure contre Dieu, alors qu’Il n’est pas responsable de la situation. Les promesses de Dieu sont Oui et Amen ! (2 Corinthiens 1 :20) Mais leur accomplissement dans notre vie relève de nous – de notre comportement et de notre foi.

Regardez ce qui est arrivé à Zacharie, le père de Jean : Zacharie dit à l'ange : À quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge. L'ange lui répondit : Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu ; j'ai été envoyé pour te parler, et pour t'annoncer cette bonne nouvelle. Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, qui s'accompliront en leur temps. (Luc 1 :18-20)

Cet homme et sa femme ne faisaient pas d’enfants et ils ont prié pendant longtemps pour avoir des enfants. Pour finir, avec l’âge avancé, ils n’espéraient plus avoir d’enfant, comme Abraham et Sara. C’est à ce moment-là que Dieu envoya Gabriel vers Zacharie pour lui annoncer qu’il allait avoir un enfant. Zacharie ne crut pas tout de suite ce qui lui était annoncé parce qu’il était vieux et sa femme Élisabeth ne pouvait plus avoir d’enfant. Souvent l’exaucement de nos prières est relié au plan de Dieu et cela met du temps pour s’accomplir parce que nous sommes obligés d’attendre le temps de Dieu. C’est ce qui arriva à Abraham et aussi à Anne, la mère de Samuel. Dieu voulait Isaac pour accomplir ses desseins, Il voulait aussi Samuel pour être prophète en Israël. Ces différents couples ont dû attendre longtemps pour être exaucés. Aujourd’hui, tout ce que nous demandons à Dieu est relié à son plan, car nous sommes destinés à former l’Épouse de Christ – c’est-à-dire être une seule personne avec Jésus. Ne l’oublions jamais ! Et croyons que tout ce que nous demandons à Dieu nous sera accordé, même si cela met du temps. Dieu exauce toujours les prières des saints qui lui font entièrement confiance. Ne soyons pas incrédules comme Zacharie sur lequel l’ange du Seigneur a dû mettre un signe – car il était devenu muet à cause de son incrédulité.

Comment douter d’un ange qui nous adresse la Parole ? N’est-ce pas Gabriel qui parla à Zacharie dans la présence de Dieu ? Et pourtant il ne crut pas. Mes bien-aimés, quelle attitude aurions-nous eue devant une telle annonce ? l’exaucement de Zacharie avait tellement tardé qu’il n’y croyait plus car il était vieux et découragé. Il ne voulait plus d’un enfant. Il avait fini par désespérer. En effet, lorsque nous servons Dieu avec tout notre zèle et que nous faisons souvent des demandes qui ne sont pas exaucées, avec le temps, nous finissons par être gagnés par le découragement et le dépit. Ce n’est pas en vain que l’ange a puni Zacharie. Dans la présence de Dieu, tout est mis à nu et à découvert. Il fut frappé à cause de son incrédulité. Que ce genre de punition ne nous arrive pas. Peu importe le temps qu’on devra attendre, ayons foi en Dieu, comme Jésus nous l’a dit : Que votre cœur ne se trouble point, Croyez en Dieu et croyez en Moi. (Jean 14 :1)

N’est-ce pas que la Mission de Jean Baptiste est aussi la Mission de l’Épouse ? De même que Jean était chargé de montrer le Messie aux enfants d’Israël, l’Épouse est chargée à la fin des temps, de montrer Jésus-Christ à nouveau aux nations dans le dernier témoignage. L’Épouse se tiendra dans le désert et proclamera un Message puissant dans les nations pour appeler les derniers à entrer dans le Royaume de Dieu, avant les grandes calamités qui vont s’abattre sur la terre. Qui croit encore à cette promesse ? Cet exaucement est en relation avec le plan de Dieu, alors il tarde, mais attendons patiemment. Que Dieu soit béni ! Je voudrais finir avec cette scène de la pêche miraculeuse qui a eu lieu avec Jésus et ses disciples dans Luc 5.

Comme Jésus se trouvait auprès du lac de Génésareth, et que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, il vit au bord du lac deux barques, d'où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets. Il monta dans l'une de ces barques, qui était à Simon, et il le pria de s'éloigner un peu de terre. Puis il s'assit, et de la barque il enseignait la foule. Lorsqu'il eut cessé de parler, il dit à Simon : Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher. Simon lui répondit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je jetterai le filet. L'ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait. Ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l'autre barque de venir les aider. Ils vinrent et ils remplirent les deux barques, au point qu'elles enfonçaient. Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit : Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur. Car l'épouvante l'avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche qu'ils avaient faite. Il en était de même de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Alors Jésus dit à Simon : Ne crains point ; désormais tu seras pêcheur d'hommes. Et, ayant ramené les barques à terre, ils laissèrent tout, et le suivirent.

Mes bien-aimés, nous devons chercher ce que nous voulons dans ce monde et dans l’œuvre de Dieu avec notre Seigneur Jésus, sinon nous allons nous fatiguer comme les disciples. Vous voyez qu’ils sont allés à la pêche et qu’ils ont péché toute la nuit sans rien prendre. Cela a été très pénible de travailler toute une nuit sans rien prendre. Où étaient allés les poissons ? Pierre et ses associés se sont retrouvés sur le rivage en train de laver leurs filets pour aller à la maison. C’est alors que Jésus vint pour prêcher à la foule. Pour accomplir ce service, Il avait besoin d’une barque – alors Il monta dans celle de Pierre. Puis Pierre le fit avancer un peu dans l’eau pour mieux se tenir et apporter la Parole à la foule. Après avoir fini de prêcher, Il dit à Pierre : Avance en pleine eau et jetez votre filet pour pêcher. Autrement dit, Jésus voulait que Pierre et ses associés reprennent la pêche. Pierre qui ne s’attendait pas à une telle demande dit au Seigneur : Nous avons péché toute la nuit sans rien prendre, mais sur ta parole, je jetterai le filet.

Mes bien-aimés, la première leçon que nous devons retenir est que les disciples avaient péché toute la nuit sans rien prendre parce que le Seigneur n’était pas avec eux pour leur donner une parole de foi, une instruction. Voyez ici ce qui s’est passé. Lorsque Pierre et ses amis ont jeté le filet, ils ne pouvaient pas le retirer tellement ils avaient pris beaucoup de poissons. Pierre était dans la confusion et la crainte à cause de cette pêche. En tant que professionnel, il savait qu’il ne pouvait pas avoir de poissons à cet endroit et à cette heure-là. Ce n’était pas possible. Un miracle venait de se produire sur la parole du Seigneur.

Aujourd’hui, nous devons nous arrêter et nous demander si nous cherchons vraiment dans ce monde avec le Seigneur. Car si nous cherchons sans le Seigneur, nous n’obtiendrons pas ce que nous voulons. Le Seigneur nous a recrutés comme des serviteurs et des servantes – des pêcheurs d’hommes. Il nous a recrutés pour travailler pour Lui et avec Lui. C’est dans notre barque qu’Il est monté pour prêcher à la foule. Désormais, nous sommes obligés de l’écouter si nous voulons faire une bonne pêche. Nous devons jeter le filet sur ses instructions, sinon nous ne prendrons rien. Sans le Seigneur, nous peinons sans rien prendre. Mes chers amis, imaginez Pierre et ses associés sur cette mer toute la nuit, en proie au froid, au vent et à tous les dangers pour revenir bredouilles le matin. C’est vraiment l’image d’un ministère qui n’est pas béni – d’une œuvre qui se fait sans le Seigneur. Si le Seigneur ne monte pas dans notre barque pour le ministère ou l’exercice du don, c’est en vain que nous peinons, c’est en vain que nous travaillons – on n’aura pas de fruits.

La deuxième leçon à voir est qu’il est très important pour nous de tout mettre en œuvre pour avoir de Dieu une parole de foi et de bénédiction. Lorsque nous cherchons quelque chose dans notre ministère, dans notre vie de tous les jours, il est très important pour nous d’obtenir une Parole du Seigneur. Dieu doit nous dire quelque chose – c’est là que nous serons bénis. C’est là que nous obtiendrons ce que nous voulons. En effet, une fois que nous avons une Parole du Seigneur, alors on peut s’attendre à un miracle. Jésus a dit : Cherchez et vous trouverez. Frappez et l’on vous ouvrira. Demandez et il vous sera donné. Car qui cherche trouve, on ouvre à celui qui frappe et on donne à celui qui demande. (Matthieu 7 :7) C’est une exhortation à la prière et à la persévérance. Il fallait que le Seigneur soit avec eux dans la barque pour que Pierre et ses associés aient cette pêche abondante. C’est une leçon du ministère qu’Il voulait leur donner. Jésus voulait leur dire : Désormais, agissez sur la base de ce que Je vous dis. N’allez pas sans Moi.

Mes bien-aimés, avons-nous le Seigneur dans notre barque ? Quelle est sa place dans notre ministère et dans notre service dans l’assemblée des saints ? Que cherchons-nous concrètement que nous n’avons pas encore trouvé ? Comment cherchons-nous ? On peut travailler longtemps sans rien trouver de concret. On peut se dépenser pour ne rien obtenir de bon. On peut jeter son filet de part et d’autre sans rien prendre parce qu’il n’existe aucune parole du Seigneur qui soutient notre action. Dieu ne nous a rien dit – Il ne nous a pas envoyés. Dans Aggée chapitre 1, le Seigneur parle à son peuple qui avait commencé une œuvre et qui l’avait interrompue pour faire autre chose. En lisant le message du prophète, on peut voir les conséquences du comportement du peuple de Dieu qui s’est jeté dans ses propres champs.

Ainsi parle l'Éternel des armées : Ce peuple dit : Le temps n'est pas venu, le temps de rebâtir la maison de l'Éternel. C'est pourquoi la parole de l'Éternel leur fut adressée par Aggée, le prophète, en ces mots : Est-ce le temps pour vous d'habiter vos demeures lambrissées, Quand cette maison est détruite ? Ainsi parle maintenant l'Éternel des armées : Considérez attentivement vos voies ! Vous semez beaucoup, et vous recueillez peu, Vous mangez, et vous n'êtes pas rassasiés, Vous buvez, et vous n'êtes pas désaltérés, Vous êtes vêtus, et vous n'avez pas chaud ; Le salaire de celui qui est à gages tombe dans un sac percé.

C’est ainsi dit le Seigneur : Considérons attentivement nos voies. Cherchons avec Dieu. Ces frères pensaient que le temps n’était pas venu de faire l’ouvrage de Dieu alors qu’ils étaient revenus de la déportation dans ce but. Ils avaient abandonné l’ouvrage de Dieu pour suivre leurs travaux à eux – alors la malédiction les a frappés. Ils semaient beaucoup et récoltaient peu dans les champs. Ils mangeaient sans être rassasiés et buvaient sans être désaltérés. Mes frères et sœurs, voilà ce qui arrive lorsque nous abandonnons le travail de Dieu pour aller faire autre chose. L’écriture ne ment pas. Le peuple revenu de la déportation croyait prospérer en dehors du ministère de la reconstruction du temple de Dieu et de la muraille de Jérusalem, mais ce n’était pas possible. Pareillement, nous sommes sortis des dénominations pour rebâtir le temple de Dieu que nous sommes chacun pour sa part. Ce temple qui est l’habitation de Dieu doit être rebâti afin que sa gloire y revienne. C’est cet ouvrage qui devrait nous intéresser et non nos affaires personnelles. Il a fallu le prophète Aggée pour réveiller l’esprit des frères qui s’étaient éloignés de l’ouvrage de Dieu. Aujourd’hui, l’esprit des frères du Message s’est éloigné de l’ouvrage de Dieu dans notre génération. Jésus doit revenir et Il est en train de chercher sa voie dans les cœurs de ceux qui ont reçu son appel à sortir de Babylone. Que faisons-nous ? travaillons avec le Seigneur au lieu de nous engager dans des voies sans issues – des voies qui nous assurent la pauvreté spirituelle. Cherchons conformément à ce que Dieu nous a dit dès le départ. Pierre et ses amis n’avaient rien pris parce qu’ils avaient cherché sans le Seigneur. Puissions-nous chercher avec le Seigneur en suivant les conseils de Dieu dans la prophétie :

Ainsi parle l'Éternel des armées : Considérez attentivement vos voies ! Montez sur la montagne, apportez du bois, Et bâtissez la maison : J'en aurai de la joie, et je serai glorifié, Dit l'Éternel. Vous comptiez sur beaucoup, et voici, vous avez eu peu ; Vous l'avez rentré chez vous, mais j'ai soufflé dessus. Pourquoi ? dit l'Éternel des armées. À cause de ma maison, qui est détruite, Tandis que vous vous empressez chacun pour sa maison. C'est pourquoi les cieux vous ont refusé la rosée, Et la terre a refusé ses produits.

Ce que Dieu veut, c’est d’avoir de la joie dans sa propre maison que nous sommes. Où le Seigneur Jésus peut-Il trouver de la joie aujourd’hui ? N’est-ce pas là où Il est à l’aise ? Mais où peut-Il être à l’aise si ce n’est parmi ceux qui sont réellement retournés à l’ancienne adoration – l’adoration conforme à la vérité et à la sainteté. Mes bien-aimés frères et sœurs, travaillons à rebâtir la Maison de Dieu. Donnons de la joie au Seigneur notre Dieu et nous serons bénis. Beaucoup de frères et sœurs se plaignent de la situation misérable de l’Église, mais cela a une raison : Plusieurs ont quitté l’ouvrage de Dieu pour faire autre chose. Cherchons avec le Seigneur car le jour approche à grand pas.

Voyez que lorsque Jésus a demandé à Pierre de jeter son filet, il a quand même obéi, même s’il n’y croyait pas. Lorsque Pierre et ses amis ont obtenu la pêche miraculeuse, ils ont abandonné le filet et les poissons et ont suivi le Seigneur. Le miracle les a effrayés et les a rapprochés du Seigneur. *Alors Jésus dit à Simon : Ne crains point ; désormais tu seras pêcheur d'hommes. Et, ayant ramené les barques à terre, ils laissèrent tout, et le suivirent.* Ils laissèrent TOUT et suivirent le Seigneur. Ces frères ne s’étaient pas attardés autour de la grosse prise pour voir comment partager les poissons, et le Maître non plus ne les a pas attendus pour faire leur partage, mais Il avait plutôt pris sa route vers la Mission divine. La leçon avait été bien comprise des disciples : désormais ils étaient pêcheurs d’hommes et non plus pêcheurs de poissons. Notre Dieu est tout puissant – nous devons apprendre à Le connaître pour Le reconnaître et Le suivre dans toutes ses voies. Il y a des frères et sœurs qui s’attachent aux bénédictions et aux grâces qu’ils peuvent avoir dans la vie, au lieu de s’attacher au Seigneur qui en est l’auteur. Il y en a qui recherchent les bénédictions et les grâces au lieu de chercher Celui qui les donne. On peut trouver un frère dans l’assemblée qui cherche du travail. Dès qu’il en trouve, on ne le voit plus aux réunions de l’assemblée parce qu’il n’a plus le temps. Le travail a pris toute la place. Dès que leur situation sociale s’améliore, certaines personnes dans la foi deviennent méconnaissables parce qu’elles ne sont plus intéressées par les choses spirituelles. Mes frères et sœurs, il vaut mieux suivre l’auteur de la grosse prise que de s’attarder autour de quelques poissons qui ne peuvent pas nous rapprocher de Dieu. C’est ce que Pierre et ses compagnons avaient compris. Si nous cherchons avec le Seigneur, notre cœur ne s’attachera pas à ce qui est périssable dans ce monde et notre situation sociale ne changera rien dans notre engagement pour l’œuvre de Dieu.

Le Seigneur m’a dit il y a quelques années : Ton Ministère va révéler l’Épouse et ça sera une grande armée. C’est vers l’accomplissement de cette Parole que nous marchons en toute confiance. Ce n’était pas la première fois que Dieu m’adressait la Parole. Plusieurs Paroles m’avaient été dites et ont trouvé leur accomplissement en relation avec cette vision spirituelle. Quand j’écrivais le livre sur les Ministères de la Parole, le Seigneur m’est apparu dans une vision et m’a dit : Le livre que tu es en train d’écrire t’ouvrira des portes à l’étranger pour la prédication de la Parole. Il m’avait fait Missionnaire de cette manière. Quand le livre a été prêt, le Seigneur m’a dit que le frère Barilier publierait les trois grandes visions du Message et que cela créerait des secousses dans l’Église. C’est ce qui est arrivé et chacun de nous a pris son chemin. Nous allons vers le réveil des vierges folles et la manifestation de l’Épouse de Christ. Dieu ne ment pas et celui qui cherche avec Dieu n’est jamais surpris. Nous avons à nouveau engagé la prière de manière particulière et le Seigneur est avec nous en train de travailler pour achever ce qu’Il a commencé. Dieu nous visite et nous parle, alors nous sommes confiants. Mon ministère va révéler l’Épouse et ce sera une grande Armée. Pour mieux comprendre cela, il faut lire aussi Éphésiens 6 : 14-18. C’est là que nous voyons comment doit être revêtu et équipé le soldat qui fait partie de cette armée de l’Épouse. C’est un soldat bien vêtu et bien protégé, prêt à se battre contre toutes les ruses du diable pour installer à nouveau le Seigneur Jésus-Christ sur son trône dans les nations :

C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. Faites-en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

Le soldat de Christ aujourd’hui doit prendre toutes les armes de Dieu. Aucune arme ne devrait être mise de côté mes bien-aimés frères et sœurs. Nous devons prendre toutes les armes de Dieu pour faire front et résister à l’ennemi dans toutes ses manifestations. Nous sommes des soldats professionnels dans le Royaume de Dieu, nous ne sommes pas des gens de passage ; et nous savons pour quelle cause nous nous battons. Actuellement, il existe des armées de musulmans qui se battent pour instaurer la charia dans le monde entier et imposer par cela l’islam comme la religion mondiale. Cela devrait interpeller la conscience des chrétiens. Ces soldats sont très dévoués et prennent tous les risques pour leur cause. Ils se font tuer par de grandes explosions pour semer la peur et la terreur dans l’humanité. Malheureusement, leur guerre n’est pas spirituelle et leur armement n’est pas non plus spirituel. Ils se battent dans la chair pour hériter l’enfer et la perdition. Mais notre combat est spirituel et nos équipements sont aussi spirituels. La vérité, la Justice, le zèle, la foi et l’Amour sont spirituels. Toutes les armes de Dieu sont spirituelles – ce sont des armes de la lumière et non des ténèbres. Celui qui en est équipé marche toujours dans la victoire et ne rencontre jamais la défaite. Mes bien-aimés frères et sœurs, notre combat est de faire vivre Jésus-Christ dans le cœur de ce monde. Notre combat est de dévoiler les œuvres des faux christs et des faux dieux dans notre génération. C’est un combat spirituel qui engage des hommes avec des armes spirituelles. Celui qui ne les possède pas sera éliminé tout simplement.

En effet, pour être combattant djihadiste, il faut être musulman mais pour être combattant dans l’Armée de l’Épouse, il faut être revêtu de toutes les armes de Dieu. Et ce sont ces armes que nous cherchons actuellement avec le Seigneur. Avons-nous revêtu toutes les armes de Dieu ? Cette prophétie s’accomplira certainement, car nous sommes dans une autre visitation spirituelle du Seigneur. Nous allons vers le réveil des vierges folles et la révélation de l’Épouse de Christ. Que la grâce et la Paix de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ soient avec chacun de vous.

En Christ notre Seigneur

Pasteur M’BRA Parfait